AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Prendre les choses en main

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Prendre les choses en main   Lun 31 Mar - 2:42

C'était un beau jour d'avril. Malgré l'humidité ambiante -on est dans le Bayou ou on ne l'est pas- le temps restait relativement chaud, mais pas étouffant. C'était ce genre de journées où l'on avait envie de profiter pour aller dehors sans avoir peur de subir les moustiques et/ou avoir l'impression de respirer dans un bain à vapeur. Le genre de journées assez rare pour que tout le monde choisisse de faire un tour dehors.

Précieuse était de ces gens, ce jour-là. Ne travaillant pas la journée et étant plutôt matinale malgré ses horaires nocturnes, elle avait décidé de se balader dans la ville, de profiter du beau temps, comme n'importe qui. Une décision qui revêtait -comme toujours- une dose de raisons qui lui étaient très personnelles.

Si elle devait avouer à quiconque ses états d'âme, Précieuse aurait dit qu'elle était perturbée. Inquiète était le mot exact, affolée légèrement au-delà de la réalité. Mais pas de beaucoup. Car s'il y avait bien une chose que Précieuse détestait plus que tout, c'était que son passé la rattrape. Et en ce moment, cet enfoiré s'en donnait à cœur joie.

Elle ne savait même pas ce qui lui avait pris. « Keep your friends close, and your ennemies even closer », voilà ce qu'elle avait entendu des années auparavant au détour d'une rue lugubre de Toronto, et qu'elle s'échinait à mettre en pratique en ce moment. Elle n'était pas sûre que ce soit une si bonne idée, cependant. Le nouveau membre de son équipe avait tout d'un agneau -bien plus que celui qu'elle surnommait comme tel- mais il avait le mauvais goût de lui rappeler des souvenirs qu'elle avait cru enfouis bien plus profondément que cela. Comme quoi elle n'était peut-être pas si forte qu'il y paraissait, au bout du compte...

Marchant au détour d'une rue, Précieuse secoua la tête, faisant voler quelques mèches blondes sous son chapeau -bleu marine ce jour-là- assorti à son tailleur. Elle n'était pas faible, preuve en était. Les faibles ne se décidaient pas à prendre ce genre de décision drastique. Quand elle y repensait, alors qu'elle se dirigeait vers ce qu'on surnommait le poumon de la ville, elle aurait même dû y penser plus tôt. En y réfléchissant plus avant, elle se trouverait l'excuse de n'avoir jamais eu assez d'argent jusqu'à présent pour entreprendre ce genre de chose. Ou encore qu'il serait bien trop simple de remonter jusqu'à elle. Ou encore d'autres excuses plus invraisemblables les unes que les autres pour se convaincre que bien sûr que si, elle aurait pu avoir eu le culot de faire ce qu'elle s'apprêtait à faire des années auparavant. Alors qu'il lui avait toujours manqué. Jusqu'à aujourd'hui.

Elle entra finalement dans le parc aux alentours de midi, alors qu'elle tournait dans le quartier des affaires depuis la matinée. Elle s'était même amusée à passer sur le campus, lançant des regards lourds de sens à des étudiants qui rougissaient à vue d'oeil et baissaient la tête vers leurs livres en voyant la gérante des « Plaisirs Coupables » les fixer même l'espace d'une micro-seconde. C'est vrai, qu'en serait-il de leur réputation, si Précieuse décidait de dire ce qu'elle savait ?!

Car la vérité était là : Précieuse en savait beaucoup, sur de nombreuses personnes. Tous ceux qui venaient chez elle, par envie ou par simple curiosité, signaient un contrat qu'ils ne réalisaient presque jamais sur le moment. Mais par la simple action de pousser la porte du club, ils donnaient à Précieuse un moyen de pression. Pas forcément important, pas toujours utile. Mais présent. Et la patronne adorait jouer avec ce contrat invisible qu'elle partageait avec tous ces clients -d'un jour ou de toujours. La honte et le regret étaient certainement les émotions humaines qu'elle préférait, elle qui n'éprouvait plus ni l'un ni l'autre depuis plus longtemps qu'elle ne puisse le dire.

Après quelques minutes de marche solitaire dans le parc -croisant au passage des coureurs transpirants et des amoureux se bécotant sur un banc public- elle arriva à ce qui lui semblait être le point de rendez-vous. Ce n'était pas elle qui l'avait choisi, elle avait laissé son contact le faire, ce qui expliquait sa légère hésitation. Mais elle serait bientôt fixée, l'heure était sur le point d'arriver.

Appuyée contre le tronc d'un immense saule pleureur, Précieuse entreprit donc de tuer le temps en sortant un crayon de papier et un carnet de croquis de son sac à main, ouvrit ce dernier sur une page blanche et se mit à dessiner sans trop y penser ce qui pourrait ressembler aux prochains costumes de ses danseurs -et souffre-douleur- préférés, certainement plus pour cacher sa nervosité qu'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Lun 31 Mar - 21:10

[J'ai repris des bouts du post pour Harvey pour décrire la tenue de Blake mais comme je crois qu'il me répondra pas je recycle Razz]

Foutu printemps. Foutue période. Cela faisait des années que Blake la détestait, pour des raisons nombreuses, dont certaines évidentes. Déjà, voilà : Il faisait beau, tout le monde était content, les oiseaux chantaient.. Ce monde heureux ne lui correspondait pas. Quelque chose en lui refusait que l'univers puisse continuer de tourner de la sorte. Le temps s'écoulait calmement, et les amoureux se bécotaient devant tout le monde. Ça aurait dû être interdit. Il avait l'impression d'être le seul point noir dans le paysage. Un point noir un peu agité.

Car, oui. Le printemps, c'était aussi la saison des amours. Pendant des années il avait su s'en affranchir sans problème majeur. Il avait été bien mal avisé de rester à la Nouvelle-Orléans malgré son contrat terminé. Il aurait dû savoir qu'un Sachem risquait d'être appelé pendant qu'il était ici. En fait, il l'avait su mais ne s'en était pas soucié outre mesure : En temps normal, il aurait dû rester totalement insensible à l'appel des munins, car il était beaucoup trop éloigné de sa bête pour que ces derniers réussissent à l'atteindre. Pour une raison ou pour une autre, il avait été beaucoup plus affecté que prévu. Il n'avait pas cessé d'avoir des tics nerveux de toute la journée, et il avait par deux fois failli succomber à l'envie de courir dehors et de suivre ses instincts moribonds. IL avait dû consommer une quantité beaucoup trop important de sang de vampire pour parvenir à rester lui-même, et il avait fini enfermé dans les toilettes, malade comme un chien, jusqu'au lendemain matin. Blake était quasiment sûr que cet incident était dû à sa perte de contrôle progressive. Après quinze ans de docilité, le loup se battait pour revenir, et il était de moins en moins capable de lui résister. L'appel des munins avait encore fragilisé la barrière qu'il dressait entre le tueur à gage et l'animal, enfermé hermétiquement avec sa douleur et ses sentiments refoulés.

Et maintenant, c'était la saison des amours. C'était juste parfait. Blake n'était pas certain d'être capable de se retenir de faire n'importe quoi, cette année. Son contrôle avait été bien trop fragilisé par les événements récents. Il se sentait à fleur de peau, ce qui ne lui arrivait jamais. Il était censé n'être plus qu'un tas de glace aux entrailles trop béantes pour ressentir la moindre douleur.  Pourquoi ces vagues nostalgiques, qui le prenaient depuis quelques jours ? Son nez s'était affiné. Il n'était pas capable de distinguer les odeurs aussi bien qu'il le faisait dans sa jeunesse, mais  certaines senteurs devenues inaccessibles depuis des années le frappaient de plein fouet à intervalle régulier. Il détestait ça, parce qu'il ne savait pas comment faire face.

Pour ne rien aider, le contact qu'il allait rejoindre était une femme. Brillant ! Il aurait vraiment dû prendre des vacances... Il prenait des risques, en faisant comme si de rien n'était. Comme s'il était toujours aussi maître de lui-même qu'auparavant. Le tueur avançait les mains dans les poches, et il avait l'air d'être d'un humeur massacrante. Lorsqu'on savait qu'il n'avait jamais l'air commode et qu'il effrayait déjà les passants en temps normal, on comprenait pourquoi nombre de piétons s'écartaient pour le laisser passer, en prenant garde à mettre au minimum deux mètres de distance entre eux et lui. Une aura sinistre émanait de sa personne. Ses yeux glacés fixaient l'horizon sans aucune expressivité. Ce jour là, il portait un vieux jean noir troué à quelques endroits. Ses Dr Martens marrons étaient en lambeaux, comme toujours depuis des années. Il avait un blouson sans manches, dans un vieux cuir épais qui cachait son double holster d'épaules. Il faisait trop chaud à son goût pour rester bras couverts, alors il avait adopté un compromis... De nombreux tatouages ornaient ses bras nus, sculptés par l'exercice physique. Il avait même passé ses bracelets de force, vestiges d'une autre époque. Ses cheveux étaient mal coiffés pour ne pas changer. Il avait une barbe de plusieurs jours, comme c'était souvent le cas. Il entra dans le parc sans un regard pour la nature alentour. Cet air vert lui faisait mal tellement il était bon. Il n'avait pas envie de voir les chiens jouer, les enfants rire et les oisifs se perdre le nez dans les feuillages. Aujourd'hui, il était là pour le boulot, et il n'avait aucune envie de flâner, ni de se laisser aller à cette curiosité froide qui dirigeait son quotidien lorsqu'il ne travaillait pas.

Il avança jusqu'au point de rendez-vous. C'était leur intermédiaire qui avait choisi pour eux l'heure, la date et le lieu. Blake regrettait un peu que cette rencontre ait lieu en pleine journée, mais après tout, qui s'attendrait à ce qu'on vienne discuter la mort de quelqu'un de bon matin, comme on viendrait faire son jogging ? Une femme d'une certaine prestance attendait, le dos contre le saule pleureur qu'il cherchait. Un grognement passa entre les dents du loup contrarié. Pas tout à fait son type. Trop mystérieuse à son goût. Mais très classe et indéniablement fascinante en son g... Rah, mais merde enfin ! Elle n'aurait pas pu être moche, franchement ? Difforme ? Défigurée ? Ça ne lui facilitait pas la tâche ! Il avança pour la rejoindre, et n'attendit pas qu'elle relève le nez pour lui demander :

"Vous êtes Précieuse ?"

Comme il croisait son regard, il eut un tic nerveux, et il serra les dents. Fichtre, on allait s'amuser... Il aurait dû consommer une fiole avant de l'aborder. Son regard inerte fut dévoilé comme il relevait des lunettes de soleil énormes dignes de Michel Polnareff. Ça clashait complètement avec le reste de sa tenue. C'était relativement volontaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Mer 2 Avr - 0:26

Penchée sur ses gribouillages -elle ne pouvait décemment pas les appeler 'croquis' à ce stade- Précieuse ne vit pas son rendez-vous arriver. Elle remarqua d'un air absent que les conversations dans son champ d'écoute se taisaient brièvement, comme si quelque chose de lourd envahissait l'air. Et ce ne fut qu'en entendant une voix qu'elle réalisa ce qu'il se passait.

« Exact. »

Elle prit le temps de ranger son nécessaire à dessin dans son sac à main avant de relever la tête vers celui qui lui adressait la parole. Il avait très certainement les moyens de la tuer sur-le-champ, et alors ? C'était elle qui payait, donc au final, elle pouvait faire comme elle l'entendait, non ? De toute façon, elle n'avait pas d'ordre à recevoir de personne, son orgueil était bien trop fort pour cela.

Bref, elle leva la tête pour voir (à une distance raisonnable à laquelle elle n'était pas habituée, vu son métier) un homme dans la quarantaine, de longs cheveux foncés auxquels le soleil donnait d'étranges reflets cuivrés -Précieuse se dit l'espace d'une fraction de seconde qu'il s'agissait presque d'un négatif de sa propre chevelure- encadrant un visage essentiellement recouvert d'une énorme pare de lunettes noires. Au-delà de ça, son look tenait de l'ado rebelle... ou du sans logis, elle ne savait pas trop. Mais bon, ce n'était pas elle qui allait juger. Et puis, soyons honnêtes, elle s'en foutait complètement. Tant qu'un de ses employés ne se pointait pas comme ça pour travailler dans son club, tout allait bien dans le meilleur des mondes et chacun pouvait bien porter ce qu'il voulait...

Il ôta ses lunettes de son nez et la Wiccan haussa un sourcil intrigué. Les yeux de l'homme possédaient une teinte qui sortait certainement de l'ordinaire, mais ce qu'il l'étonnait tenait plus dans leur absence de toute réaction. Un regard vide, presque froid. Précieuse le lui aurait presque envié s'il n'avait pas ce petit quelque chose d'horriblement pesant qui la fit légèrement frissonner. Plus pour reprendre le contrôle d'elle-même que pour confirmer ses infos, elle prit donc la parole.


« Et je suppose que vous êtes Blake... »

Sa voix avait son éternel ton aimable, mais professionnel. Pour elle, cette rencontre avait tout d'un rendez-vous d'affaires habituel, sauf que, contrairement à la majeure partie du temps, elle était le client et non celui qui procurait le service. Elle lui tendit la main, attendant qu'il la serre, tout en reprenant conscience du monde qui les entourait.

Tous semblaient s'être faits à l'aura dangereuse qui émanait de l'homme et, s'ils gardaient une distance de sécurité, évitant scrupuleusement de s'approcher de l'arbre sous lequel ils étaient maintenant tous les deux, cela ne les empêchait plus de transpirer la joie de vivre sous ce magnifique soleil... Précieuse entendait avec netteté les adultes se disputer à propos d'un ridicule ménage de printemps, les ados engager une discussion des plus importantes sur le dernier jeu vidéo ou qui était l'acteur-vamp le plus sexy du moment, les enfants se courir après dans l'herbe en criant et en se roulant par terre, au grand dam de leurs baby-sitters, et les bébés qui pleuraient (ou plutôt hurlaient) dans les bras de mères complètement dépassées par les événements. Précieuse retint un soupir avant de laisser échapper un commentaire à voix basse, mais loin d'être inaudible.


« Si vous ne savez pas les tenir, ne faites pas d'enfants, bon sang... »

Elle se mordit la lèvre dans un geste inévitablement aguicheur mais qui n'était ici que l'expression de sa frustration. C'était le genre de chose qui avait tendance à l'agacer assez rapidement. Précieuse possédait une certaine dose de patience, mais celle-ci était principalement réservée à son boulot. Dès qu'elle n'exerçait pas, elle s'avérait aussi râleuse et mécontente que n'importe quelle personne lambda. Et sa némésis personnelle tenait en ceux que d'autres nommaient « enfants » et à quoi elle préférer référer comme étant « d'horribles choses hurlantes, puantes et généralement hideuses ». Non, concernant les enfants, la patience de Précieuse était plus que relative...
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Mer 2 Avr - 19:13

Ok. Parfait. Blake avait trouvé la cliente. Elle prenait son temps, mais il n'en avait rien à faire. Elle pouvait bien mettre trois heures à ranger ses affaires. Tant qu'il n'avait pas envie de pisser, ça ne le dérangerait pas des masses : il n'avait rien d'autre à faire de sa journée que de définir les termes de ce nouveau contrat. Qu'elle soit amatrice de dessin, il s'en tamponnait pas mal. Qu'elle porte un chapeau qui lui donnait l'air de sortir d'un film d'époque, pareil. Qu'elle soit plutôt bien roulée, par... hm. Non, décidément, Blake n'était pas dans son état normal aujourd'hui. Habituellement insensible aux charmes de ses clients comme de ses victimes, il se sentait beaucoup trop réceptif. Ça le contrariait. Il avait pour habitude de déshumaniser tous ceux avec qui il bossait, qu'importe le côté du canon derrière lequel ils se trouvaient. Il était courant que ses anciens associés deviennent ensuite ses ennemis. Le tueur n'avait pas besoin de se trimballer des scrupules inutiles.

Loin d'être facile à troubler, le métamorphe ne montra rien de sa gêne. Il esquissa son éternel sourire froid, qui inquiétait plus qu'il ne rassurait, peut-être parce que ses yeux restaient invariablement vides d'expression.

"Vous supposez bien."

Et de serrer la main qui lui était tendue, en ignorant le frisson qui essayait tant bien que mal de lui secouer l'échine. Gnn... Foutu printemps. Si l'hirondelle qui n'arrêtait pas de chanter juste au dessus d'eux dans les branches du saule pleureur ne se taisait pas bientôt, Blake allait finir par avoir envie de s'exercer au tir sur cible réduite... Il jeta un regard courroucé en direction de l'animal, sans savoir que Précieuse était en train de se faire la même réflexion au sujet des enfants qui piaillaient alentour. Il se laissa surprendre par son commentaire, relativement peu adapté au contexte. Était-ce la façon dont elle se mordait la lèvre qui activait ses hormones en fusion, ou bien juste le traumatisme des munins qui réveillait des souvenirs profondément enfouis ? Pendant un quart de seconde, il eut l'image de deux petits visages depuis longtemps réduits en bouillie, imprimée sur la rétine. Le trou béant qui lui servait d'organe cardiaque se resserra et il ressentit une urgence inhabituelle, sans qu'il comprenne la teneur de ce sentiment. Il détestait ressentir. Durant cette très brève latence et si Précieuse avait été suffisamment observatrice, elle aurait remarqué sa légère surprise, ainsi qu'une lueur vacillante dans ses prunelles mortes, disparue presque aussitôt.

Blake émit un grognement animal et rejeta le passé très loin, bien au fond de son esprit, confortablement installé avec le loup dont il essayait toujours et encore de se couper. L'air plus sombre qu'auparavant, il décida de prendre les devants histoire d'éviter de rester sur cette note amère. Il avait le goût du sang dans la bouche. Une nausée le guettait. N'importe quoi.

"... Ouais. Peu importe. C'est un peu surpeuplé. Vous êtes sûre de vouloir avoir cette conversation ici ?"

Synthétique, froid, efficace. Voilà. CA c'était tout lui. Comme il fixait Précieuse, il avait provisoirement réussi à à retrouver le calme morose qui le caractérisait. Ses yeux clairs et les courbes qu'on devinait sous le tailleur ne lui faisaient plus aucun effet. Ses gestes beaucoup trop sensuels non plus. Blake ne se faisait pas confiance pour autant. Il pouvait perdre le contrôle à tout moment, et ses doses de sang vampire ne suffiraient peut-être pas à endiguer la catastrophe. Il devait se méfier.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Mer 2 Avr - 23:41

Blake avait une poigne ferme. C'était plutôt bon signe, il fallait avouer, pour le genre de métier qu'il exerçait. Elle aurait pu s’appesantir sur la question si les cris des gamins n'avaient pas mis ses nerfs à rude épreuve. Ce n'était pas pour rien que son établissement était un club pour adultes. Précieuse ne supportait pas les enfants. Il lui arrivait même de ne pas supporter les adultes, alors...

Un grognement plutôt animal la sortit de ses pensées meurtrières pour concentrer son attention sur Blake. Elle n'eut pas le temps de remarquer quoi que ce soit d'autre, mais le grognement lui fit de nouveau hausser un sourcil. C'était... particulièrement animal, tellement qu'elle en vint à relever un coin de sa bouche en un sourire vaguement amusé. Elle ne savait pas exactement quoi en déduire, mais -comme toute forme d'information- c'était plutôt intéressant...

Elle ne savait la raison de ce grognement, mais elle avait noté l'air plus sombre encore qu'affichait son regard. Pour un mec qui semblait déjà effrayer le monde entier en temps normal, c'était assez flippant... Mais Précieuse s'en fichait un peu. Elle avait traîné avec pas mal de personnes que le commun des mortels qualifieraient de 'dangereuses', et que même le commun des immortels classeraient comme 'douteux'. Alors elle n'était plus à un près et loin d'être affolé. Au contraire, elle se sentait étrangement comme un poisson dans l'eau.

Ce qui n'était apparemment pas le cas de Blake, qui paraissait légèrement... gêné n'était pas exactement le mot, mais rien d'autre ne lui venait à l'esprit pour décrire son attitude soudainement froide et détachée et son apparente envie de déguerpir d'ici au plus vite... Pour Précieuse, cela ne posait aucune problème. Ils pourraient facilement s'écarter de la foule, partir dans une ruelle où personne ne passait... Mais un je-ne-sais-quoi la força à repousser ce déplacement à plus tard avec un haussement d'épaules négligé.


« Si vous voulez... Ceci étant, je doute que quiconque nous entende avec tous ces braillards... Mais soit. »

Elle fit quelques pas vers le tueur à gages dans l'optique de s'éloigner du saule, du parc et accessoirement des oreilles fines mais indiscrètes mais s'arrêta brutalement au niveau de Blake et se tourna vers lui, frôlant son épaule dans un geste totalement inconscient : elle était tellement habituée à être proche de l'autre dans son travail que ça déteignait en permanence dans ses attitudes de la vie de tous les jours.

« Ceci étant, je ne serais pas contre un café... ça vous tente ? »

Elle fit un léger coup de tête en direction d'un petit café ambulant juste derrière Blake, disposant de places assises, mais -pressentant sûrement une réponse négative- elle coupa court à toute discussion.

« A emporter si vous le souhaitez, c'est juste pour la dose de caféine. »

Elle ne mentait même pas. Mine de rien, travailler de nuit ET se lever le jour, c'était fatiguant. Un bon double expresso lui permettrait de tenir la route et de subir cette conversation qui -elle le savait- ne serait pas forcément des plus agréables. Et puis, peut-être qu'un café dériderait le quarantenaire et mettrait un peu d'émotion dans ces prunelles que Précieuse trouvaient tout de même un peu effrayantes -bien qu'elle le cachait de son mieux.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Jeu 3 Avr - 22:21

Compter sur la foule pour masquer leur conversation ? Soit. Mais Précieuse avait intérêt à être sûre de ne pas avoir été suivie, parce qu'avec tout ce monde ils allaient être mauvais pour ce qui était de capter un éventuel fouineur. Il ne fallait surtout pas sous-estimer la capacité de certains individus à entendre ce qu'ils voulaient lorsqu'ils tendaient l'oreille. Blake leva les sourcils, et prit un air entendu :

"Je vous l'accorde, le coin est pas très calme, mais certaines personnes peuvent avoir l'oreille très fine. Certes, à ce niveau vous évitez le pire puisqu'il ne fait pas nuit."

Non mais qu'est-ce qu'elle foutait ? Voilà qu'elle était presque collée contre lui. Blake réprima l'envie qu'il avait de faire un grand pas en arrière, parce que ça ne le faisait pas d'avoir l'air vulnérable devant les clients. A défaut il serra les dents. Son contrôle s'était évaporé aussi vite qu'il était arrivé à le retrouver. Son cœur battait un peu trop fort. Son regard fixait un peu trop en détail cette Précieuse, dont les gestes étaient VRAIMENT beaucoup trop sensuels pour ce genre de rencontre. Il dut s'éclaircir la gorge, et se forcer à la regarder dans les yeux. Ses prunelles qui habituellement étaient des puits sans fond avaient retrouvé un semblant de vie, ce qui n'arrivait pour ainsi dire jamais. Les sentiments qu'elles exprimaient n'étaient pas très positifs pour autant : principalement de la panique, et aussi un peu d'agacement. Le loup remontait bien trop près de la surface au goût de Blake. Il pouvait le sentir. Il était encore loin, mais c'était déjà trop. Et il ne pouvait pas expliquer à sa cliente la raison de sa gêne, non... Ça ne le faisait définitivement pas. Excédé , il décida de se retourner dans la direction du coup de tête donné par son interlocutrice. Ça lui permettait de se se concentrer sur quelque chose d'un peu plus sain que ses hormones rendues dingues par le retour des beaux jours.

Un café, hein ? Il lui en aurait fallu un sacré, oui. Peut-être même aurait-il fallu qu'il l'accompagne d'un digestif... ou même d'un verre d'huile pimentée. Ça aurait eu le mérite de lui remettre les idées en place. En attendant, ce n'était pas à lui de définir le lieu des négociations, et tant qu'elle ne le traînait pas dans les quartiers où les métamorphes étaient plus nombreux que les acariens dans le sac de couchage d'un clochard, il n'en avait strictement rien à faire. Lui, il pourrait fuir. Et même si il ne le pouvait pas, quelque part, il s'en fichait pas mal. Ça faisait longtemps que sa vie avait perdu la peine d'être vécue.

Il se retourna vers Précieuse, peut-être un peu plus sec qu'il n'aurait dû l'être, mais il commençait déjà à en avoir ras le bol de se laisser troubler par ses instincts ressuscités. Et là en l'occurrence, peut-être qu'elle ne le faisait pas exprès, mais c'était sa faute si il les ressentait avec autant d'intensité. Il lui en voulait un peu.

"Très franchement, je n'en ai rien à faire. C'est votre problème. C'est pas à moi que les emmerdes vont arriver si quelque chose se passe de travers."

Il fit un geste en direction de l'établissement visé.

"Allons-y. Vous avez encore quelques minutes pour savoir si vous voulez discuter sur place ou emporter vos histoires ailleurs."

Non mais sérieux... C'était quoi ces clients qui faisaient la fine bouche ? Lui, il était habitué aux négociations rapides, à la dure. Bon ok il n'avait rien contre un café mais... Il n'avait pas envie de rester avec cette femme trop longtemps, et encore moins d'échanger des banalités.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Lun 14 Avr - 0:20

Précieuse pesa le pour et le contre. Il n'avait pas tort, mine de rien, ce Blake. Certaines personnes avaient des facultés leur permettant d'entendre bien plus que le commun des mortels. Et la façon dont le commentaire avait été fait lui mit la puce à l'oreille : pas qu'elle s'en souciait particulièrement, mais cet air entendu laissait supposer bien des choses... et pourrait en expliquer plus encore. Il était aussi possible que certains sorciers aient trouvé le moyen d'écouter ses propos... Mais si c'était le cas, elle aurait eu à faire aux concernés depuis un moment, elle avait été traquée assez longtemps pour avoir une idée de leurs méthodes. Et elle avait été assez prudente pour être quasi-certaine de ne pas avoir été suivie.

Cependant, elle ne répliqua pas : après tout, c'était lui le "professionnel", il savait ce qu'il faisait, et Précieuse détestait qu'on la reprenne quand elle était celle qui gérait les opérations, elle n'allait donc pas lui faire l'affront de le contredire -pour le moment du moins. Elle haussa un sourcil lorsqu'il se racla la gorge, s'attendant à une autre réplique pleine de soi-disant bon sens, mais n'eut droit qu'à un regard paniqué, puis légèrement agacé.

Elle n'en comprit pas la raison de suite, mais finit par réaliser qu'il était possible que l'homme lui faisant face soit troublé. Il s'agissait de l'effet qu'elle cherchait naturellement à procurer (elle s'en était d'ailleurs amusée avec quelques clients croisés sur son chemin), mais elle n'avait pas pensé que quelqu'un qu'on lui avait vendu comme étant un tueur à gages froid et sans états d'âme puisse en faire les frais -ça et le fait qu'elle était plutôt perturbée par toute cette histoire. La gérante des Plaisirs Coupables laissa échapper un sourire entre amusement et sadisme (l'une de ses marques de fabrique). Si Blake ne le vit pas de suite, il l'aura sûrement capté en se détournant du café qui était pour le moment leur sujet de conversation...

...et qu'il se remette à aboyer. Oh, mais qu'est-ce qu'il pouvait être lunatique celui-là ! Précieuse fronça les sourcils. Il y avait vraisemblablement quelque chose qui ne lui plaisait pas, et apparemment, c'était d'avoir le choix. Bien, s'il voulait qu'on lui dicte sa conduite, elle savait faire aussi. En vérité, elle était même plutôt douée pour ça. Pas pour rien que c'était elle la patronne !

Plutôt que de se vexer (ce qu'elle aurait très certainement fait dans une autre vie), Précieuse choisit de prendre vaguement sur elle et de marcher en direction de l'établissement qui détenait la solution caféinée lui permettant d'envisager cette discussion de façon plus ouverte.

'Vaguement', cependant, signifiait que, maintenant qu'elle avait réalisé qu'elle mettait le tueur à gages légèrement mal à l'aise (pas une phrase qu'on peut se permettre de penser tous les jours), elle n'allait pas se gêner pour continuer, et pire encore. Non, elle n'était pas vexée, elle n'aimait juste pas son ton, voyons !

C'est donc d'un déhanché encore plus prononcé que d'habitude, tout en sensualité comme elle savait si bien le faire, que Précieuse passa devant le métamorphe pour se diriger vers le bâtiment où elle passa commande, sans regarder derrière son épaule pour voir si Blake la suivait ou non. Elle le saurait bien assez tôt, de toute façon.

Après un échange de banalités avec le barrista en charge (elle l'avait déjà vu quelque part d'ailleurs, et la légère rougeur qu'elle vit apparaître sur ses joues lorsqu'elle le fit remarquer sur le ton de la conversation lui apprit l'endroit sans même qu'ils aient à l'énoncer), elle paya sa commande et retourna à la rencontre de Blake, un gobelet fumant dans chaque main et un sourire aussi mutin que séduisant sur les lèvres. Plaire, c'était son grand jeu, et elle ne s'amusait jamais assez des réactions qu'elle occasionnait. Peut-être ne faisait-elle pas assez attention... mais où était le fun dans tout ça ? Elle avait bien d'autres choses sur lesquelles il fallait qu'elle joue la prudence. Elle n'avait pas vraiment envie de se priver aussi là-dessus.

« Tenez, vous avez l'air d'en avoir besoin. »

Son ton était toujours aussi aimable, mais avec cette pointe de condescendance que sous-entendait le sourire qu'elle arborait. Elle lui tendit l'un des gobelets et prit une gorgée de l'autre, avant de se remettre à marcher vers un coins plus calme du parc, toujours sans se soucier de savoir si l'homme la suivait -il n'avait pas trop le choix, de toute façon- mais en prenant soin de lui laisser une excellente vue...

Oui, vraiment son jeu préféré. Elle en oublierait presque ce qui l'avait amenée ici...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Lun 14 Avr - 19:36

Ah... Bordel. Vu le travail qu'il faisait, Blake avait de nombreuses fois dû bosser avec des sadiques manipulateurs : dans la mafia, il y en avait foison, bizarrement. Mais lorsque ce genre de type essayait de le faire rentrer sur son échiquier, Blake détestait ça. Généralement il renversait le jeu d'un revers de main avant que l'imbécile n'ait eu l'occasion de jouer son coup et donc, de l'enturlupiner. C'était bourrin, mais ça marchait bien. Blake n'avait jamais été le jouet de personne, et n'avait aucune intention de le devenir. Même pour un client. Il se renfrogna de plus belle en croisant le regard et le sourire que lui avaient adressé la patronne des Plaisirs Coupables. Ça n'avait duré qu'un instant rapide, mais il était maintenant sur ses gardes, et prêt à donner une fin brutale et sanglante à cette blague si elle durait trop longtemps ou bien devenait contrariante.

Quelques remarques agacées de la part de Blake plus tard, la cliente s'était mise en route en direction du café, le tout en remuant des fesses d'une façon exagérément gracieuse et agréable à regarder. Comme le loup (et ses hormones) remontaient beaucoup trop près de la surface, Blake remarqua qu'il était en train de reluquer son arrière-train avec un air distant depuis quelques longues secondes déjà, ce qui acheva de le contrarier. Il avait totalement baissé sa garde durant les brefs instants que ça avait duré. Ce n'était pas professionnel. Pas digne de lui. La colère le submergea, mais plutôt que de la laisser jaillir au risque de subir une transformation imprévue, il préféra profiter du fait d'être en train de fermer la marche. Il glissa une main dans sa poche et, tandis que la wiccane ne regardait pas, il en retira une fiole de sang de vamp, qu'il avala cul sec. Ne restait plus qu'à espérer que ça suffirait à contenir ses instincts ressuscités.

Arrivé à l'intérieur, il s'accouda au bar avec une allure négligée qui en disait long sur ce qu'il pensait de ce début de matinée. C'était totalement POU-RRI. Il n'était pas (complètement) sauvage, mais il était décidément mal embouché, ce matin. Puis cette Précieuse lui tapait sur les nerfs. Entre autres choses. De ce fait, il lui arracha presque le gobelet des mains, sans prendre la peine de lui dire merci. Enfin si. Si on considère qu'un soupir rauque associé à un regard noir furtif peuvent faire office de remerciement, quoi. Il avala le café cul sec, peu soucieux de l'effet qu'il pouvait donner. Oui, il était littéralement en train de se brûler la gorge, le palet, l’œsophage et l'estomac, mais en fait, ça lui faisait du bien. Ça lui remettait les idées en place. Lorsqu'il posa le gobelet vide sur le comptoir, il était déjà de bien meilleure humeur. Son loup était retourné à sa juste place : dans l'oubli.

Du coup, il parvint à suivre Précieuse sans perdre complètement les pédales, même si elle continuait à tortiller d'une manière spécialement indécente. Il y avait des gens que le boulot marquait d'une manière assez effrayante, hein... Comment ça, se regarder dans un miroir ? De retour dans le parc, et dès qu'elle se fut arrêtée et lui eut montré le bon côté de sa personne, Blake reprit. Il avait perdu tout signe d'expressivité. Colère, agacement, gêne... Tout avait disparu. Le professionnel était de retour. Il n'aurait cela dit pas un stock de fioles de sang illimité, et encore moins de café brûlant pour l'aider à s'ébouillanter. Si il avait été humain, il ne se serait sans doute pas aussi bien remis de son cul sec, mais peu importe. Mieux valait foutre le doute dans l'esprit de sa cliente plutôt que lui sauter dessus pour la déchiqueter et/ou la violer contre un arbre, devant témoins. Et des gosses, en plus. Putain de gosses... Blake détestait lorsqu'il en traumatisait un par inadvertance.

"Bon. Je crois qu'on y est. Et si vous me racontiez ce dont vous avez besoin ?"

Un kilo de tomates, trois bananes et un cadavre s'il vous plait...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Jeu 17 Avr - 21:23

C'était tellement plus drôle en général... Les joues rougies, les regards qui se baissent, les tics nerveux, les mains qui passent dans le cou en pinçant les lèvres ou en laissant échapper un éclat de rire jaune, les coups d'oeil gêné... Tout ça, Précieuse connaissait, c'était son quotidien et elle avait appris à aimer ça, un peu trop d'ailleurs... Mais là, c'était plat, c'était rien que des grognements et des têtes qui se remuent avec mauvaise humeur...

… Ah ! L'énervement de celui qui arrache un gobelet des mains avec mauvaise humeur, ça c'était une réaction à peu près intéressante ! Bon, pas celles dont elle avait l'habitude, ni celle à laquelle elle aurait pu s'attendre en temps normal, mais c'était quelque chose ! Le « j'engloutis mon café brûlant d'une gorgée », par contre... Précieuse haussa un sourcil, étonnée. Qui pouvait faire ça sans se mettre à hurler « Chaud, chaud... CHAUD !! » et courir partout à la limite de la fumée qui lui sort des oreilles comme dans un mauvais cartoon -ce qui aurait eu le mérite d'être une réaction plutôt amusante- ? Ailin pourrait sûrement, mais...

Alors qu'elle reprenait sa route vers un coin de parc tranquille, buvant son café à petites gorgées -comme toute personne normalement éduquée- Précieuse réfléchissait à l'identité de celui qui la suivait. Pas qu'elle s'en souciait particulièrement, c'était juste une façon très pratique de repousser le plus loin possible ses propres problèmes d'identité. Vraisemblablement, ce Blake n'était pas un Norme. Ou alors quelqu'un sans la moindre sensibilité au niveau de la bouche et de l'ensemble de l’œsophage, mais ça n'était pas prêt d'arriver. Et si elle devait pencher pour un type d'Outre, elle irait plutôt vers le Vamp ou le Métamorphe...

Elle sortit de ses pensées quand Blake lui demanda ce qu'elle lui voulait. Donc, elle s'était arrêtée et tournée vers lui sans vraiment s'en rendre compte, et cela expliqua son air brièvement absent. Elle cligna rapidement des yeux, et réalisa qu'effectivement, ce coin du parc était bien moins peuplé et qu'ils pouvaient parler avec un peu plus de liberté. Elle remarqua aussi que le tueur à gages avait reprit son air initial : celui d'un grand rien, sans émotion positive ou négative, le grand vide de nouveau dans ses prunelles. Elle ne savait pas ce qu'il en disait, mais pour elle, ce n'était pas forcément une bonne chose...

Elle laissa échapper un soupir et fixa Blake de ses yeux clairs, mains sur les hanches dans une attitude qui pouvait rester provocante aux yeux de certains mais qui, pour Précieuse, n'était qu'une façon de montrer son retour au sérieux de la situation.


« J'ai besoin de me débarrasser d'un cauchemar qui me suit depuis plus de trente ans. »

Une ombre passa dans ses yeux clairs, rapidement remplacée par une étincelle d'amusement, cerclée par un brin de panique, cependant. Comme tout ce qui touchait à son passé.

« Vous avez déjà visité le Canada, Blake ? »
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Ven 18 Avr - 18:56

Là... On commençait à parler dans sa langue. Le métamorphe reprenait pied. La situation redevenait propre à ce qu'il avait appris à gérer depuis de nombreuses années. C'était une bien étrange routine que celle de Blake Davis, mais c'était comme ça : Il était plus à l'aise lorsqu'il planifiait la mort de quelqu'un avec un quelconque interlocuteur que lorsqu'il se faisait offrir un café. D'ailleurs, il ne se faisait jamais offrir de café. Ça, c'était sans doute une première, depuis qu'il avait quitté San Jose. Il donna subitement l'impression d'être dans son élément. Détendu, et parfaitement maître de la situation. Dans un geste négligé, il sortit une cigarette de sa poche et l'alluma à l'aide de son briquet décoré, qu'il rangea aussitôt après. Il avait levé un sourcil, l'air de s'être attendu à ce que lui apprenait Précieuse, et de ne pas être surpris le moins du monde. Débarrasser les gens de ce qui les empêchaient de dormir la nuit, c'était plus ou moins l'une des caractéristiques de son taf. Trente ans, cependant ? Après avoir rejeté une première bouffée de tabac, il répondit sur un ton parfaitement détaché :

"Eh ben... Vous êtes une patiente, vous, on peut dire."

Il releva la tête, et la regarda dans les yeux. De son côté, c'était le calme plat. Un regard mort, scrutateur uniquement parce qu'il était désespérément fixe. Sa cliente, par contre, semblait être un peu moins à l'aise qu'au préalable. Il n'était pas redevenu capable de sentir l'odeur de la peur, mais en quinze ans il avait développé certains dons qui lui permettaient de sentir la nervosité de ses interlocuteurs. Être capable de remarquer des détails infimes pouvait parfois faire d'énormes différences. De vie, ou de mort. Dans ce cas précis par contre, ça n'avait aucune sorte d'importance. Blake se fichait comme d'une guigne que cette femme soit à l'aise ou non. Si elle voulait buter quelqu'un, de toute façon, c'est qu'elle ne l'était très certainement pas autant qu'elle l'aurait voulu. Bref... Le Canada.

"... Ça m'est sans doute déjà arrivé, ouais. Vos copains du Grand Nord sont descendus se faire dorer la pilule en Louisiane ?"

Le ton était toujours morne, blasé. Blake fumait "paisiblement", si l'on peut dire. Cependant il ne perdait pas le nord (en parlant de ça). Il était intrigué. Personne ne l'avait mis au courant qu'il aurait à quitter la ville pour effectuer ce contrat, et il fallait qu'il sache au plus vite ce qu'il en était. Blake n'était pas du genre à faire des aller-retours... Quand il partait, c'était pour de bon. Il ne revenait que si on l'appelait à nouveau en ville pour un contrat. Les paiements, ça pouvait se régler à distance. Sauf que là... Il avait d'autres contrats en cours à la Nouvelle-Orléans. Il ne pouvait donc pas vraiment se casser. Si Précieuse voulait le faire monter là haut, elle allait devoir payer plus cher que prévu. Il n'avait pas l'intention de lui révéler qu'elle n'était pas sa seule cliente, mais il n'était pas obligé de le lui dire pour lui faire comprendre le reste de ce que pouvait signifier ce genre de contrainte géographique. Il se figea. Il arrivait à être parfaitement inexpressif, mais insistant quand même.

"Notre ami commun ne m'a pas parlé de me payer de quelconques vacances au ski, si vous voyez ce que je veux dire. Vous pouvez développer ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Ven 18 Avr - 20:54

Précieuse lorgna sans vergogne sur la poche d'où Blake venait de sortir un petit trésor. Un paquet de cigarettes. Elle n'était pas fumeuse, mais appréciait la cigarette occasionnelle qui détendait les nerfs. Et, en ce moment précis, elle tuerait pour une de ces clopes... Enfin, façon de parler.

C'était injuste. Lui qui était si grognon quelques minutes auparavant, qui n'avait lancé que quelques grognements entre deux phrases tout sauf aimables -pas forcément la meilleure façon de traiter un client d'ailleurs, elle était plutôt bien placée pour le dire-, le voilà qui se retrouvait tout détendu, au point d'en sortir de sa poche de quoi se détendre plus encore. Bien.

Elle marmonna une sorte d'acquiescement et releva les yeux vers lui avant de prendre sa décision. Après tout, pas sûr que cet entretien puisse prendre une pente encore plus savonneuse que celle sur laquelle Blake et elle étaient déjà engagés, donc mieux valait essayer d'en tirer un maximum !


« Je ne vous le fais pas dire... Je peux ? »

Sans attendre de réponse -de toute façon, avec le caractère de cochon du tueur à gages il était fort probable qu'elle eut été négative- Précieuse piqua la cigarette que Blake tenait entre ses doigts, en prit une bouffée et la remit là où elle l'avait trouvée en exhalant la fumée dans un sourire qui paraissait presque aussi dangereux que le reste de son attitude généralement provocatrice. Suicidaire ? Peut-être. Peu importe. Elle n'avait pas peur de la personne en face d'elle. Plus maintenant qu'on parlait de ce qui lui faisait vraiment froid dans le dos.

Leur situation semblait s'être inversée. Blake était maintenant celui qui avait retrouvé son calme, qui agissait comme un poisson dans l'eau, alors que Précieuse sentait sa nervosité monter -bien qu'elle ne le montre que très peu, tellement elle avait l'habitude de mentir sur ce genre de chose. Et elle n'aimait pas ça du tout. Ne pas totalement contrôler la situation, se sentir mal à l'aise, avoir presque envie de s'enfuir... Des émotions qu'elle ressentait à chaque fois qu'on s'approchait de ce sujet et qu'il était temps qu'elle annihile. Pour de bon.

Un frisson la parcourut lorsque Blake émit l'hypothèse qu'ils soient là. Un peu comme une plaisanterie -bien que son ton ne traduisait aucun humour, Précieuse doutait qu'il en ait un- mais si l'effet attendu était un sourire amusé et bien ce n'était pas ce à quoi il aurait droit. Ils ne pouvaient pas être là... si ?


« Pas que je sache. Mais si la biquette a réussi à me retrouver... »

Elle laissa sa phrase en suspens, bien qu'il était facile d'en trouver la fin. Elle n'avait rien contre Stephan, vraiment. C'était un bon gamin. Il ne savait juste pas dans quel pétrin il fourrait les sabots, car s'il y avait bien quelque chose en quoi Précieuse ne croyait pas -au-delà de l'amour et toute cette panoplie de sentiments lamentables- c'était bien le hasard. Le fait qu'il se soit retrouvé devant sa porte ne devait sûrement rien au hasard...

Elle secoua la tête, sortant le Métamorphe de ses pensées. Elle avait des choses plus importantes à penser pour le moment. Et d'ailleurs, Blake se fit un plaisir de la rappeler à l'ordre...en parlant argent. Évidemment, le Canada, ce n'était pas le bout du monde, mais pas non plus la porte à côté. Et puis, elle comprenait qu'il lui rappelle l'aspect financier des choses. Ne faisait-elle pas la même chose avec ses clients depuis des années ?

Reprenant ses esprits, Précieuse pencha légèrement la tête sur le côté -du même côté que son Borsalino- et reprit son attitude séductrice de base. Elle lui fit donc l'un de ses plus beaux sourires provocants avant de répondre de ce ton doucereux qui faisait tourner pas mal de ses clients en bourrique -bien que ce ne soit pas vraiment le but ici- :


« Leur dernière visite était au Texas. J'ai bien peur qu'ils soient retournés... 'là-haut' depuis le temps. Mais bien sûr, si vous m'assurez que vous pourrez leur montrer d'autres Cieux sans la moindre hésitation, je peux les attirer ici. Bien qu'idéalement, je serais plus tranquille de vous payer des vacances au ski. Ce n'est pas un problème. »

Oui, elle était le client et elle laissait pourtant le choix... choix qui incluait de payer le prix fort sur le service, ou non. Toute cette histoire ne lui montait pas du tout à la tête, non...
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Ven 18 Avr - 21:56

De façon tout à fait inattendue, la cigarette que Blake avait entre les doigts disparut. Miraculeusement. Ou pas. Son visage exprima un bref instant la surprise (ce qui le changeait de son manque total d'expressivité habituel). Puis il releva la tête, dans un mouvement blasé. Son regard assombri par la mauvaise humeur l'était au moins tout autant. Il ne fit pas à Précieuse le plaisir de lui répondre. Ils savaient tous les deux autant l'un que l'autre qu'il ne risquait pas d'apprécier la façon dont elle s'était servie. Si elle voulait fumer, elle aurait pu lui demander une cigarette, et il la lui aurait offerte sans sourciller : Franchement, vu l'état florissant de son compte en banque, il n'en était pas à une clope près. C'était bien connu : le crime payait. Il fixait Précieuse sans ciller. Sa moue relâchée laissait penser qu'il était de sale humeur... ou alors qu'il n'avait aucun avis sur la question, au choix. N'importe qui de normalement constitué aurait sans doute eu froid dans le dos à la place de Précieuse. Les yeux braqués sur elle n'étaient peut-être pas garnis de .45 ACP, mais l'auraient-ils été que personne n'aurait été vraiment surpris.

Dès que la cigarette eut regagné ses doigts d'origine (allez... peut-être une demi seconde plus tard), Blake se défigea. Libre à Précieuse de prendre sa précédente attitude pour une mise en garde, ou simplement pour une manifestation de son humeur de chi... canidé, couplée à sa tendance à se foutre de tout. Parce que oui. Dans l'absolu, et au final, il s'en foutait pas mal. Contrairement aux munins et aux instincts printaniers du loup, ce genre d'anecdote ne l'empêchait pas de faire son boulot.

Bien. Il était maintenant temps de régler cette histoire de Canada. Blake n'avait pas exactement prévu de voyager si loin... Pas dans les mois à venir en attendant. Il cilla involontairement à l'évocation d'une certaine "biquette". C'était un surnom qu'on n'utilisait pas couramment. Même pour décrire une belle femme... Parfois on utilisait des noms d'oiseaux ou d'autres divers animaux, mais une biquette... Ça manquait un peu de glamour, il fallait l'avouer. De ce fait, il y avait nettement plus de chance pour qu'elle soit en train de parler d'un métamorphe. Un métamorphe chèvre ? La vache (sans mauvais je de mot)... C'était pas courant ça. Blake en avait déjà rencontré un, mais il préférait éviter d'y penser. Ça remontait à une autre vie. Une vie antérieure. Depuis, il avait été ressuscité (ou bien attendait-il encore de l'être ?).

L'attitude de Précieuse redevint dangereusement attirante. Blake devint légèrement plus hésitant, mais cela se sentit à peine. Il avait repris pied, s'était bien enraciné, et tenait bon ses positions. Bien sûr ça pouvait encore basculer... Mais pour l'instant, il gérait. Ça le rassurait de voir qu'il en était encore capable, d'ailleurs. Peut-être allait-il finalement réussir à réparer les dégâts causés par les munins sans passer par une catastrophe quelconque qui ruinerait sa réputation. Il haussa les épaules. Pris le temps de fumer. Puis il s'exprima.

"Tout dépend de ce que vous êtes prête à débourser et du temps que vous pouvez vous permettre d'attendre. Si je dois me casser au pays des élans pour boucler votre affaire, ça sera pas le même prix. Et je ne compte pas quitter la Louisiane avant plusieurs semaines. A vous de voir. Il me faut l'identité d'une cible et un endroit où la trouver. Éventuellement, d'autres informations que vous jugez nécessaires de connaître pour faire le boulot correctement. Le reste, c'est votre problème, et je m'en fiche comme d'une guigne."

Généralement, les clients aimaient bien ça chez les tueurs à gages qu'ils engageaient : pas de curiosité mal placée. Pas de questions. Juste l'action, une boîte en bois remplie avec quelque kilos de viande, et la paie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Ven 18 Avr - 23:28

Gagné, elle avait eu le droit à un regard plus noir que noir. Elle aurait dû parier. En même temps, pas sûr que qui que ce soit aurait apprécié, elle devait l'admettre. Et puis au fond, le regard noir, même une demi-seconde, c'était toujours une réaction, ce qui était toujours bon à prendre avec le bonhomme sans sentiments qui lui faisait face. Certainement une bonne chose dans son métier, ceci dit.

Elle eut la surprise de continuer à le voir réagir tandis qu'elle parlait. Ce qui était intéressant, avec Blake, c'est qu'il était tellement froid et sans expression en temps normal, que le moindre petit changement était assez facile à remarquer. Précieuse ne comprenait pas ce qui pouvait le faire réagir dans ses paroles, cependant. Donc elle ne s'y intéressa pas plus.

Par contre, elle réalisa qu'elle avait toujours un café. Elle porta le gobelet à ses lèvres en regardant le tueur à gages qui haussait les épaules, montrant clairement que tout ça ne lui faisait ni chaud ni froid. Normal, il était le prédateur de cette partie de chasse, au fond.

Alors que Blake lui donnait son avis sur la question, elle plissa le nez dans un délicieux mouvement de mécontentement. Bien entendu, son café était froid à présent. Elle secoua son gobelet -maintenant vide- dans un geste d'excuse et se déplaça de sa démarche féline et sensuelle vers la poubelle la plus proche où elle jeta le réceptacle, peut-être de façon un peu plus brusque qu'à l'ordinaire.

Quand elle revint sur ses pas, l'assurance de sa démarche ne se traduisait pas tout à fait jusqu'à ses yeux clairs. Les éventualités qui se présentaient à elle ne lui plaisaient pas plus les unes que les autres... Mais elle avait pris une décision, et il était plus que temps de la tenir jusqu'au bout.

Elle se replaça devant Blake, croisant les bras dans une attitude involontairement défensive -ce qui était pour elle un signe de faiblesse- et légèrement contrariée.


« Ça, commença-t-elle, je me doute bien. Mon problème, c'est que mes adresses datent d'y il y a trente-six ans, bizarrement ce sont toujours eux qui sont parvenus à me trouver... Après, j'aurais bien une date et une adresse où vous seriez sûr de les trouver, mais je ne suis pas sûre qu'il soit bien prudent, même pour une personne telle que vous, de vous retrouver face à un covent de Wiccans un jour d'équinoxe... »

Qu'il réalise qu'elle soit une Wiccan ? Elle s'en foutait comme de sa première chaussette. Si il savait qui elle était, il était déjà au courant de toute manière. Précieuse ne se cachait pas, ni sa personne ni ses dons, dans cette ville. Et c'était bien pour ça qu'elle espérait y rester. Et pour ça, elle avait besoin de régler son problème. De manière définitive.

Elle eut un sourire qui pouvait paraître amusé, mais qui avait un goût amer.


« Au fait... vous avez des tarifs de groupe ? Mettons cinq tirs, le sixième offert ? »
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Sam 19 Avr - 0:16

Elle avait l'air contrariée. Bah oui, mais c'était comme ça. Elle n'avait pas de chance : n'aurait-il eu aucune autre obligation en cours, Blake aurait pu accepter son offre sans lui taxer des frais supplémentaires. Il se serait simplement cassé de la Nouvelle-Orléans, et il aurait vécu au Canada un petit moment. Cela dit, il n'était pas encore prêt à quitter la Louisiane. Les contrats continuaient à fleurir. Du coup, voilà.

Imperturbable, il la laissa s'éloigner, puis revenir. Ça allait être à son tour de tirer un peu la tronche... Enfin non, pas à ce point. Blake aimait la traque. Son premier contrat en avait été une, après tout. Cela faisait longtemps qu'il ne répondait plus aux mises à prix - il n'en avait plus besoin - mais la chasse à l'homme faisait partie de ses compétences, et il la pratiquait encore de temps à autre. Cela dit, ce n'était ni la même implication, ni là encore le même prix. Surtout lorsqu'il avait à faire à des outres. Nombreux. Organisés. Visiblement compétents et dangereux. Oh... ohoh. C'était certain : Précieuse allait taxer. Sa question concernant le tarif de groupe lui fit avoir un ricanement nerveux. Incrédule, il souleva les sourcils, l'air de lui demander si elle y croyait vraiment, ou bien si elle était en train de plaisanter :

"Laissez moi résumer... Vous voulez que j'élimine un groupe de wiccans dangereux et organisés, et que je traque chacun d'entre eux - puisque vous ne savez visiblement pas les trouver ? Vous connaissez la différence entre un tir plusieurs tirs dans ce genre de forfaits ?"

Il laissa quelques secondes mornes s'écouler, durant lesquelles il observa Précieuse de ce même regard mort qu'il lui offrait depuis le début. Un sourire pâle mais tout de même carnassier déformait sa bouche.

"Un mort, normalement, c'est la fin d'un contrat. Ensuite, c'est au prochain qui me contacte pour éliminer la cible suivante. Cible qui pourrait tout aussi bien être vous, si vos potes le décident. Vous m'embauchez pour six mort ? Je perds ma neutralité. Donc, oui, il y a un tarif de groupe. Plus cher pour chaque contrainte et chaque risqué ajouté. Autant vous dire que vous êtes en train d'assaisonner votre note façon cholestérol et artères bouchées."

Il fallait qu'elle comprenne qui il était. La loyauté de Blake ne s'achetait pas.. Un simili de loyauté provisoire ? Ça n'était pas dans ses pratiques habituelles. Et ça allait être très cher. Quelque chose lui disait qu'il était tombé sur un très gros contrat.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Sam 19 Avr - 12:38

La réaction de Blake lui fit avoir un sourire pincé, sans la moindre trace d'amusement. Evidemment qu'elle n'y croyait pas. C'était juste une manière pour elle de dédramatiser la situation... Sauf que ça ne fonctionnait pas vraiment. Ce rendez-vous commençait à la faire paniquer bien plus qu'elle ne voulait l'admettre. Pas à cause de la personne avec qui elle parlait, mais plutôt à cause du sujet.

Elle prit une grande inspiration quand Blake finit sa première réplique, dans l'intention de lui dire sa façon de penser -la prenait-elle vraiment pour la dernière des idiotes?!- mais quelque chose bloqua. Se dire qu'on était traqué était une chose. Se l'entendre dire par quelqu'un d'autre alors qu'on n'avait jamais laissé échappé un seul mot de toute cette histoire depuis un peu plus d'une trentaine d'années, ça rendait déjà la chose plus authentique, et étrangement, discuter de la mort éventuelle de ses gens ne l'apaisait pas autant qu'elle l'aurait espéré...

Elle ravala donc ce qu'elle avait sur le bout de la langue, pinça les lèvres et le laissa finir. Ses paroles lui firent éclater d'un rire sans joie. Ses mains se serrèrent sur ses avant-bras, signe de frustration, d'inquiétude et de la panique latente qui devenait de plus en plus forte depuis que cette conversation avait commencée. Pourquoi croyez-vous qu'elle avait cherché à éviter le sujet aussi longtemps ?!

Elle dénoua ses bras et tenta de prendre une attitude plus déterminée, mais remarqua que l'une de ses mains tremblait. Et, plutôt que de la faire paniquer, elle sentit une onde de colère traverser toute sa colonne. Ces idiots avaient assez gâché sa vie. Il était temps qu'elle leur rende la pareille. Au centuple. Reposant les mains sur ses hanches, dans une attitude clairement défiante, cette fois, elle éclata d'un rire sans joie.


« Oh, je ne m'inquiète pas vraiment pour ça... Ils ont été plutôt clairs sur le fait qu'ils feraient le travail eux-même, peu importe le temps que ça prendrait, vraisemblablement. »

Si son ton était ferme, l'éclat de panique qui était apparu plus tôt dans ces prunelles était de retour. Elle avait beau faire la belle et prétendre le contraire, les paroles de Blake faisaient chemin dans son esprit. Se pourrait-il qu'ils se lassent de ce jeu, eux aussi, et décident de changer de méthode ? Non... Avant de trop y penser -et avant que le tueur à gage n'en rajoute une couche- elle continua.

« Honnêtement, quitte à risquer l’infarctus, autant que ce soit après une dose d'excellente viande. Le montant de la note n'est que justice. »

Ah, qu'elle était belle, l'ironie du sort... parler de justice dans un moment pareil, c'était tellement... Précieuse soupira d'agacement. Elle détestait cette situation, elle détestait d'avoir à en parler, et elle détestait plus encore d'avoir à s'en remettre à quelqu'un d'autre. Elle haïssait faire preuve d'autant de faiblesse, c'était si indigne de cette personne qu'elle était devenue, ce portrait qu'elle avait peint d'elle-même et qui ne se serait jamais écaillé si...

« Tout ça, c'est à cause de ce foutu Carter... » Marmonna-t-elle avec agacement. Elle n'avait rien contre la biquette, vraiment. C'était juste tellement plus simple de mettre tout son mal-être présent sur le dos de quelqu'un d'autre... Après tout, elle n'aurait jamais pris cette décision si le Métamorphe ne s'était pas pointé chez elle, non ? Donc tout était de sa faute.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Sam 19 Avr - 16:39

Peut-être Précieuse n'avait-elle pas été suffisamment bien conseillée. Blake était bon dans ce qu'il faisait, mais il y avait des contraintes, lorsqu'on bossait avec lui. Des contraintes qu'on n'avait pas forcément avec certains autres professionnels dans le domaine. Notamment, on ne l'obligeait pas à faire ce qu'il n'avait pas envie de faire. Il ne prenait que rarement des contrats à tête multiples, parce qu'il détestait avoir l'impression d'opter pour un camp. Il était un tueur, pas un mercenaire. Certes, les deux professions se ressemblaient, mais elles restaient différentes. En plus, foncièrement, le métamorphe se foutait bien de l'argent... Il ferait taxer Précieuse pour le principe, mais si sa proposition ne lui paraissait pas valoir le coup (comprenons, lui permettre de s'amuser un peu dans le processus), il n'était pas dit qu'il accepte le contrat.

Okay. Bien. Ces wiccans semblaient être du genre à vouloir se salir les mains plutôt que d'envoyer d'autres faire le sale boulot. Ça prouvait qu'ils étaient encore plus dangereux que ce Blake avait imaginé jusque là. Il y avait une différence certaine entre traquer une fouine ou un renard, et traquer un autre loup. Même si là... C'était surtout la fourrure de Blake qui risquait de se retrouver détachée de son épiderme, mais passons. Précieuse n'avait plus l'air aussi à l'aise qu'au début. Quelque chose, dans son attitude, paraissait agacé. Cela dit elle semblait consciente des implications liées à sa demande. C'était déjà ça. Blake attendait la suite. Rien n'était encore décidé.

Et autant dire que ce n'était pas en pestant dans le vide que Précieuse réussirait à le convaincre de marcher. Jusqu'au tout dernier moment, Blake s'était pensé sur le point de souffler, et de rappeler sa cliente à l'ordre : il n'était pas ici pour qu'elle lui raconte sa vie. Enfin... Du moins pas si ça ne concernait pas directement les personnes qu'il devrait buter, et les risques qu'il encourait à se heurter à un groupe complet. Puis il y eut un nom qui lui échappa, et la phrase du loup resta coincée dans le fond de sa gorge. Il cligna encore des yeux, interdit. Enfin, il se recouvrit d'un chapelet de jurons mentaux. Carter. Oui, ok. C'était bien. Des Carter, aux USA, il y en avait un bon paquet. C'était un nom assez courant. Et en plus, c'était aussi un prénom. Il n'y avait pas de quoi casser trois pattes à un canard... Et Blake ne pouvait pas se permettre de buguer dès que quelque chose ou quelqu'un lui rappelait Ian. Surtout que bon, il n'y avait AUCUNE CHANCE pour que cette femme (qu'il ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam), puisse être liée d'un quelconque façon à son ancien mentor... N'est-ce pas ? Carter. Biquette. Outch... Les détails de la précédente conversation étaient en train de lui revenir, là. Ca faisait quand même beaucoup de coïncidence. Ainsi qu'il s'était fait la réflexion juste avant, les métamorphes chèvre, c'était quand même plutôt rare.

Blake pâlit, et perdit son calme durant un quart de seconde. Juste assez pour qu'il se reprenne, toujours en s'insultant mentalement : Hey. Il n'allait pas donner à cette femme l'opportunité de jouer avec lui, fallait pas déconner. Même si elle connaissait un Carter, tout irait bien du moment qu'elle ne comprendrait pas le lien qu'il avait avec leur famille... Et tant qu'il ne tomberait sur aucun d'entre eux. De toutes les personnes vivant sur Terre, ils étaient sans doute ceux qui étaient les plus susceptibles de briser la coquille que Blake tentait tant bien que mal d'entretenir. Il ne voulait pas que ça arrive. Il ne voulait pas non plus être vu tel qu'il était maintenant... Il ne voulait pas savoir à quel point il avait pu décevoir Ian. Quelque part, très loin, du côté où étaient enfermés le loup et sa détresse, il avait honte de ce qu'il était devenu. Croiser les regards incrédules, trahis, de Ian ou bien de l'un de ses émules... Blake n'était pas certain de la réaction qu'il pourrait avoir. Il était juste sûr que ça serait très moche, et sans doute pas vraiment souhaitable. Il fourra les mains dans ses poches et se força à retrouver son habituelle expression blasée.

"Sauf si ce gars fait partie des gens que vous voulez dessouder,  j'ai pas l'impression que ça me concerne beaucoup... Çà vous gênerait d'en venir aux faits ? Vous savez... Photos, nom, profil... ce genre de choses. Ah. Et commencez par m'en dire plus sur ce covent. Six têtes d'un coup, j'ai jamais accepté. Alors ça a intérêt à valoir le coup."

C'était frustrant... Il voulait en savoir plus sur Carter. Être certain qu'il ne le croiserait pas si il restait dans le sillage de Précieuse un moment. Mais il ne pouvait pas poser cette question directement... Pas sans dévoiler une partie de son jeu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Jeu 24 Avr - 0:49

Précieuse ne loupa pas le changement de comportement de Blake. Elle était douée pour ça, elle avait une sorte d'instinct pour comprendre comme les autres se sentaient. Bon, il était aussi probable que ce soit sa propre panique qui déteigne sur son camarade... Mais une petite voix dans sa tête lui disait que ça n'avait rien à voir. Quel tueur à gages se laisserait emporter par la panique de ses clients, hein ?!

Donc, ça devait être lié à ce qu'elle avait dit. Mais elle doutait que ce soit sa remarque sur la viande. Et en soi, si celle sur ses ennemis avait dû déclencher une réaction, ç'aurait été du soulagement, non ? Restait donc son léger accès de colère envers Steupho. Mais, là encore, Précieuse ne comprenait pas les raisons d'une telle réaction... Pourquoi la mention de Carter mettait Blake dans cet état ?

C'était une question à creuser. Mais pour le moment, elle allait se contenter de faire ce qu'il lui demandait, et de lui donner les infos qu'il voulait. Après tout, si ça lui permettait de faire ce pourquoi elle payerait très cher -elle n'avait pas besoin qu'il le répète un nombre indéfini de fois pour le savoir- le plus rapidement possible, il était temps de couper court aux plaisanteries.

Un rire froid lui échappa cependant, et la réplique sortit avant qu'elle ait eu le temps de la réprimer.


« Oh non, Stephan Carter n'est peut-être pas un vrai agneau mais je saurais m'occuper de lui moi-même, merci bien. »

Précieuse ? Volontairement vague pour laisser entendre qu'elle pourrait éventuellement régler son compte à la biquette et étudier la réaction de l'homme en face d'elle ? Tout à fait. Mais elle ne lui laissa pas le plaisir de réaliser que c'était ce qu'elle voulait, puisqu'elle changea aussitôt de sujet, soupirant fortement tout en sortant à nouveau son carnet de croquis de son sac. Qu'est-ce qu'elle n'aimait pas ressortir les vieux dossiers...

« Le covent de Trois-Rivières rassemble les Wiccans au sud du Québec qui souhaitent se réunir, afin de partager leurs secrets et renforcer leur Magie. Dans mes souvenirs, nous étions une cinquantaine, tous âges et toutes capacités confondus. »

Distraitement, Précieuse passa un doigt sur sa langue légèrement sortie afin de tourner les pages de son carnet avec plus d'efficacité. Avait-elle conscience que ce geste était incroyablement sensuel ? Pas dit, vu la façon dont ses souvenirs reprenaient le contrôle.

« Pour faire court, nous fonctionnions comme une sorte de meute. A l'époque, Mère... »

Précieuse se racla la gorge et entreprit de tracer quelques traits sur une feuille vierge, baissant les yeux sur son carnet.

« Nevermind. » Le mot français lui avait échappé. Impressionnant comme l'on pouvait se perdre bien plus rapidement que l'on s'était construit... « Leur Alpha est tombée et ils n'ont jamais pu s'en remettre. Le Covent a commencé à se dessouder de l'intérieur et de plus en plus de Wiccans quittaient le nid pour vivre seuls et éviter de finir comme elle. Les têtes restantes n'ont pas apprécié et sont partis du principe qu'en traquant la personne qu'ils pensaient être responsable, ils pourraient régler le problème. »

Précieuse faisait virevolter son regard entre son carnet et l'homme en face d'elle, attendant ses réactions tout en les craignant un peu. Elle voulait lui donner assez de détails pour qu'il puisse faire son boulot, mais essayait de ne pas lui en donner assez pour qu'il la perce complètement à jour. Et autant dire qu'en rouvrant la porte aux souvenirs qu'elle avait pris grand soin d'enfermer dans un coin de son esprit, il était difficile de faire le tri pour n'en dire que le strict nécessaire.

« Toutes ces années plus tard, ils sont six à toujours croire qu'ils pourraient faire retrouver au Covent son lustre d'antan. »

D'un geste précis, elle déchira la page sur laquelle elle dessinait et la tendit à Blake. Il s'agissait d'un visage. Ses talents de dessinatrice n'étaient pas exceptionnels, et elle était plus douée pour les vêtements qu'autre chose, mais le résultat était selon elle assez satisfaisant. Elle lui fit un demi-sourire qui tenait presque de l'excuse... s'il n'avait pas s'agit de Précieuse.

« Je n'ai pas de photo, mais je vous présente Andréanne Hérault-Cartier. La nouvelle 'chef de meute', en quelque sorte... »
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Ven 25 Avr - 0:37

Cette fois, c'était du sérieux. Le loup sentit son sang se glacer. Il n'avait pas bronché ni laissé libre court à sa panique, mais sa pupille s'était étrécie d'une façon qui en disait long sur la surprise mêlée de peur qu'il venait de ressentir. Elle avait sorti LE nom qu'il aurait voulu ne pas entendre. Celui de Stephan... le neveu de Ian. Celui dont le totem était un bouc, à qui Terry (Blake détestait avoir à se souvenir de lui) avait fait des misères des années auparavant. Très peu de temps avant que Blake ne quitte la meute, en fait. Stephan était un peu comme Ian. Blake aimait donc beaucoup Stephan, même si il ne l'avait vu que très peu de fois. La moralité du loup était devenue quasi inexistante... Seulement, aussi fort qu'il tentait de l'être, Blake n'était pas un sociopathe, et il lui restait quelques rares failles. Il ne pouvait pas laisser passer ça... Pas si Stephan risquait d'être mis en danger. Il fallait qu'il évite de le rencontrer à tout prix... Mais il ne pouvait pas rester de marbre lorsque Précieuse sous-entendait qu'elle pourrait lui faire du mal. Ce type était incapable de blesser une mouche, ça ne pouvait qu'être un malentendu... Bordel. Il était dans une situation bien emmerdante, là... Fuir n'était pas une option, et c'était pourtant la seule chose qui lui aurait permis de garder une marge de sécurité. Le tout en brisant la dernière once d'estime de soi qu'il gardait en lui. Une fois de plus il émit un grondement sourd. Il fut forcé d'avaler sa salive. Voilà qu'il perdait son calme... Ses hormones, redevenues sages depuis plusieurs minutes, s'étaient subitement réactivées, et il ne regardait plus Précieuse du même œil. Dans ces conditions, allait-il seulement réussir à formuler ses pensées de manière crédible ? Qui ne risquerait pas de mettre la puce à l'oreille de son interlocutrice ?

"Qu'on se mette d'accord... si vous voulez qu'il y ait la moindre chance pour que j'accepte un contrat de ce genre, vu les risques, on va devoir changer un peu les règles habituelles. Vous allez commencer par éviter de tuer des gens éventuellement impliqués sans me prévenir et me mettre sur le coup."

Bon. On aurait pu faire pire. Il était même plutôt fier de lui : il avait réussi à trouver une justification crédible, chose qu'il savait très bien faire en temps normal... Sauf que rien n'était normal, aujourd'hui. Ni le fait d'entendre le nom du neveu de Ian sortir d’outre tombe... Ni celui de loucher sur la silhouette courbe de sa cliente, qui se léchait le doigt d'une manière particulièrement indécente. Le regard de Blake se fit involontairement plus profond, quoiqu'il restât profondément inexpressif. Et ne parlons même pas du fait de comparer un covent wiccan avec une meute de loups, alors que les sorciers et les changelings s'entendaient généralement aussi bien que l'eau et le feu. Blake tiqua. Ça commençait à faire beaucoup de coïncidence.

Euh.. Que ? Merde. Il n'écoutait pas très bien. Il avait du mal à se concentrer, et ça se voyait à son expression distante. Il venait d'entendre parler d'Alpha tombé... De ne jamais pouvoir s'en remettre... de quitter le nid... De têtes restantes et de traquer la personne responsable. Il en avait oublié de fumer sa clope. Un gros paquet de cendres tomba par terre, puis il se rappela du fait qu'il l'avait entre les doigts, et il en profita pour fumer et se donner une contenance. Et d'essayer de remettre les infos dans l'ordre dans son esprit. Son regard légèrement hagard l'empêchait d'avoir l'air parfaitement à l'aise. Mais voilà... Il avait eu l'impression d'entendre son histoire sous couvert d'une AUTRE histoire. Ça faisait plus d'une décennie qu'il s'était forcé à oublier. C'était très déstabilisant... Il n'avait rien compris à l'explication. Et par dessus le marché, il commençait à être méfiant. Elle connaissait Stephan Carter. Et maintenant ça. Est-ce que quelqu'un essayait de le piéger ? Bordel... Stephan aurait sans doute été capable de lui révéler des informations sensibles aux sujet de Blake, le tout sans s'en rendre compte. Extrêmement contrarié, le loup grogna une fois de plus. Il s'agita, détourna la tête, mais pas assez vite. Une lueur jaune avait remplacé très brièvement la couleur humaine de son regard. Il jeta son mégot (en fait une moitié de cigarette encore entière) quelques mètres plus loin. Il se tourna vers Précieuse et la sonda, silencieux comme la mort. Il n'avait pas encore pris la peine de baisser les yeux sur son dessin. Elle avait parlé de "retrouver son lustre d'antan" non ..? Pouvait-elle connaître Ian ? Non... Son vieil ami n'aurait pas utilisé ce genre de méthode pour l'aborder. Surtout pas après tout ce temps. Ian avait sans aucun doute tiré une croix sur lui. Le loup arracha le papier des mains de la wiccane peut-être un peu plus violemment que nécessaire. Il observa le visage dessiné, mais n'était pas certain de ce qu'il aurait dû faire. Cette incertitude le mettait dans un état de rage presque incontrôlable. Il fourra le dessin dans sa poche après une grande inspiration...

Puis commença à avoir quelques soucis de contrôle, en parlant de respiration rauque. Il passa à côté de Précieuse... la frôla presque, les mains dans les poches. Il ne bronchait pas, et observait l'horizon d'un air aussi ferme que glacial. Il fallait qu'il réfléchisse... Le mieux pour ça était encore d'arrêter la discussion quelques secondes, le temps de marcher, de s'arrêter un peu plus loin... Il pourrait toujours lui faire croire qu'il avait vu une personne suspecte et avait préféré bouger avant de continuer à échanger.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Sam 26 Avr - 2:41

Ouh, il semblerait qu'elle avait touché un point sensible... L'espace d'un instant, l'éclat de sadisme habituel réapparut dans les prunelles claires de la patronne des Plaisirs Coupables. Quelque chose lui disait qu'elle avait touché le bon filon pour éviter de parler d'elle pendant un bon moment... Il était temps de s'intéresser de près au spécimen qui lui faisait face.

Elle n'écouta que d'une oreille ce qu'il avait à lui dire. Il n'en savait rien, mais Stephan n'avait rien à craindre d'elle. Par contre, elle ne se portait pas garante pour ses deux autres employés... mais ce n'était pas le problème de la Wiccan, qui estimait que, même un peu trop ouvert, la biquette savait quand me^me se débrouiller. Après tout, elle l'avait vu à l'oeuvre.

Précieuse se contenta donc d'hausser les épaules, dans une attitude qui ne donnait aucune indication sur ce qu'elle avait réellement l'intention de faire. Suivre les 'conseils' de Blake -qui sonnaient comme des ordres, d'ailleurs- ou non ? Seuls la Triple Déesse et le Dieu Cornu savaient...

Entre deux traits du portrait d'Andréanne -que Précieuse s'efforçait de rendre le plus réaliste possible bien que cela lui fasse froid dans le dos- la Sorcière capte des détails du visage du tueur à gages qui lui font hausser un sourcil. Si elle ne se trompait pas, le vieux loup -c'était un peu ce qu'il lui inspirait en ce moment- n'avait pas l'air aussi sûr de lui que plus tôt dans leur conversation. Ce n'était pas le même malaise qu'au début -celui là, la gérante des Plaisirs Coupables savait très bien à quoi il était dû- mais elle n'arrivait pas totalement à l'identifier...

...jusqu'au moment où elle l'entendit grogner, releva la tête de son dessin par réflexe et rencontra brièvement un regard jaune, qui n'avait rien à voir avec les prunelles grises inertes qu'elle avait eu le loisir d'observer un peu plus tôt. Et la lumière fut. C'était comme si quelqu'un avait inscrit le mot « Métamorphe » en lettres de feu dans l'esprit de la blonde. Comme dit plus tôt, pas qu'elle se souciait particulièrement de la race de son vis-à-vis -qui était d'ailleurs en train de l'observer d'un air bien plus sombre que ceux qu'il lui avait servis jusqu'à présent- mais là, c'était plutôt clair... Et, du coup, elle comprenait un peu mieux sa réaction face à son récit. Son petit doigt lui disait également qu'elle devait avoir flairé le totem de l'homme blasé par la vie...

Le papier qu'on lui arracha de la main la fit grincer des dents. Elle détourna son regard de Blake pour le poser sur sa main, où une estafilade courait sur la partie de sa paume entre son pouce et son index, très certainement à cause de la feuille. Elle aurait pu lancer un regard noir au métamorphe pour ce geste. Mais elle décida de jouer autrement.

Tout prenait sens sous les yeux de Précieuse qui, pendant que Blake faisait semblant d'observer le dessin, se remettait les idées en place, voyant là une merveilleuse occasion de remettre encore leur discussion à plus tard. Comme lorsqu'elle lui avait proposé un café, la principale envie de Précieuse à cet instant précis était de gagner du temps. Elle n'était pas de ces personnes qui, une fois les vannes ouvertes, ne pouvaient plus s'arrêter et déblatéraient leur histoire sur tous les tons et dans toutes les couleurs. Non, elle était plutôt de ceux qu'on devait prier pour qu'ils finissent l'histoire... longtemps et ardemment, si possible. Blake était donc un métamorphe. Vu la réaction étrange qu'il avait eue lorsqu'elle avait fait cette analogie avec une meute, il était certainement du genre canus lupus, ou approchant. Et en ce moment, pour les Changelins de tous poils, plumes et écailles, c'était la saison des amours. Certainement la raison pour laquelle le tueur à gages avait été si grognon à certaines parties de leur rendez-vous.

Croyez-le ou non, Précieuse vit là un magnifique moyen de remettre son histoire à plus tard. Oh, elle voulait se débarrasser de ces emmerdeurs étriqués, bien sûr... mais elle n'allait pas les laisser l'empêcher de s'amuser tout de même ?!

Alors que Blake la frôlait en la dépassant, semblant vouloir s'éloigner un peu (ou se dégourdir les pattes), la Wiccan porta sa main amochée à ses lèvres et en essuya le sang du bout de la langue, une étincelle de plaisir dans le regard. Jusqu'où devrait-elle aller pour qu'il craque ? Voilà une question qui méritait d'être posée !

Elle le rattrapa rapidement et s'arrêta à ses côtés, toujours à cette distance qui lui était devenue naturelle mais qui était bien trop proche pour le commun des (im)mortels. Et -une fois n'est pas coutume- elle choisit de dévier le sujet de la conversation, en demandant de cette voix qu'elle utilisait plutôt avec ses clients -calme, doucereuse et sensuelle.


« Qu'est-ce qui te tracasse, vieux loup ? »
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Sam 26 Avr - 14:13

Si Blake n'avait pas été aussi à l'ouest, il se serait rendu compte que quelque chose avait (encore) changé dans le comportement de Précieuse. Cette confiance renouvelée qui émanait d'elle était inquiétante. La façon dont elle avait refusé de donner une réponse claire à ses exigences concernant Stephan l'était encore plus. Merde... Avait-elle l'intention de se servir de Carter comme d'un moyen de pression ? Était-ce de ça qu'il était question depuis le début ?

Que pouvait-elle bien lui vouloir ? Qui aurait pu chercher à coincer le métamorphe ? Et qui aurait eu l'idée tordue de le faire en passant par la gérante d'un des clubs de strip-tease locaux ? Oh, bien sûr... Rien ne permettait à Blake d'être certain qu'elle ne fût que la gérante d'un club de strip-tease (et accessoirement une wiccane). Malgré tout, son approche paraissait totalement tordue. C'était l'une des raisons pour lesquelles il se demandait si il ne s'était pas monté la tête. Etait-il en train de devenir aussi paranoïaque que Terry ? La folie était-elle en train de le guetter à son tour ? Merde... Qu'allait-il faire ? Il ne pouvait pas se permettre de jouer cartes sur tables et de lui demander clairement ce qu'elle attendait de lui. Ça aurait été en dévoiler beaucoup trop sur lui à son goût. D'un autre côté si il rentrait dans son jeu et acceptait son contrat en faisant style de n'avoir pas compris la subtilité, il risquait de tomber dans un piège. Et si il refusait de coopérer et disparaissait dans la nature pour devenir inatteignable... Elle tiendrait toujours Stephan, et Blake risquait d'être responsable de ce qui lui arriverait. Merde. Merde. Et merde. Il était complètement coincé. Première fois en quinze ans de carrière qu'un truc comme ça lui arrivait. Avant elle, personne n'avait JAMAIS réussi à l'influencer au delà de la couche superficielle qu'il laissait les autres manipuler.

Et si tout cela n'était qu'une vaste coïncidence ?

Blake avançait, mains dans les poches. Il tentait vraisemblablement d'incendier l'herbe devant lui rien qu'en la regardant. Et il essayait de se convaincre que tout cela n'était dû qu'au hasard. Qu'il fallait qu'il se reprenne MAINTENANT, qu'il sorte ce foutu dessin de sa poche, l'observe vraiment, et pose les bonnes questions. Surtout qu'il n'avait rien retenu des explications de la wiccane, parce qu'il avait été trop occupé à repérer les points communs entre le récit de cette femme et son propre passé. Autrement dit, la participation de Précieuse arriva à point nommé pour le faire sortir de ses gonds.

Difficile de dire si ça avait été le ton de sa voix... La façon dont elle s'était exprimée (beaucoup trop familière au goût du loup dans un contexte de négociations professionnelles), ou bien le surnom qu'elle lui avait donné. Un peu de tout. Surtout ce foutu surnom. Les neurones de Blake explosèrent, et refusèrent subitement de réfléchir de manière raisonnable et cohérente. Foutue saison des amours... Elle le rendait encore plus impulsif qu'il l'avait été dans sa jeunesse, avant qu'on ne lui mette du plomb dans la tête. Elle savait. Ou du moins, elle savait qu'il était métamorphe. Et à l'en croire, elle savait aussi qu'il était un loup. Comment aurait-elle pu le deviner ? Non... Elle savait forcément. Ça voulait dire que tout était vrai. Qu'elle s'était d'une manière ou d'une autre renseignée sur lui. Que toute cette histoire avec Stephan avait sans doute été là pour le mettre en position de faiblesse, afin de l'obliger à quelque chose, ou bien juste de jouer avec lui.

Lorsque Blake se tourna vers Précieuse, d'une façon qui paraissait étrangement lente et rapide tout à la fois, son expression s'était faite meurtrière. Littéralement. N'y aurait-il pas eu Stephan, et le risque pour que cette femme ne soit pas seule sur le coup, il l'aurait sans doute tuée pour la faire taire et être tranquille à nouveau. De plus, les pupilles du loup avaient repris leur teinte jaune animale, qui cette fois-ci ne s'estompa pas. Un grondement sourd, à peine humain, quitta le fond de sa gorge. Il prit Précieuse par la gorge sans ménagement, et la plaqua contre l'un des arbres qui se trouvaient derrière eux à l'instant même. Leurs corps étaient dangereusement proches, mais Blake n'était pas concentré sur ses instincts les plus bas. Pour l'instant.

"Qu'est-ce que tu me veux vraiment, sorcière ? Soit claire... Je déteste tourner autour du pot."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Sam 26 Avr - 21:11

Ce retournement de situation était aussi intéressant qu'inattendu. Enfin, pas si inattendu que ça, Précieuse était explicitement en train de tenter de lui faire perdre le contrôle et à voir sa réaction, elle était sur la bonne voie...

Étrangement, elle eut tout le temps du monde de la voir se tourner vers elle, les pupilles d'une couleur inhumaine, mais il fut également trop rapide pour elle. Elle retint une grimace de douleur lorsque son dos heurta l'arbre contre lequel Blake venait de la propulser sans ménagement. Certes, elle l'avait cherché, mais était-ce vraiment comme ça que l'on traitait une femme ? Quelque chose lui disait que cela faisait un moment qu'il n'avait pas pris l'occasion de 'traiter' qui que ce soit...

Les doigts serrés sur sa gorge auraient dû l'inquiéter. Vraiment. Après tout, ils auraient inquiété n'importe qui. Mais ce n'était pas la première fois que Précieuse se retrouvait dans ce genre de situation. Et, depuis le temps, elle avait appris à gérer... à sa façon.

Gardant donc son regard ancré dans le jaune du métamorphe, la wiccane se permit même un sourire amusé. Sa voix était rendue rauque par la compression de sa gorge, mais elle possédait toujours ce ton doucereux qui lui était propre.

« Je pensais avoir été claire quelques minutes plus tôt... je veux enterrer ces traqueurs. »

Cette fois, elle avait joué volontairement sur les mots. Son sourire ne la quittait pas, et l'étincelle d'anticipation qui brillait dans ses yeux pourrait porter à croire qu'elle se moquait de l'homme en face d'elle. Et, au fond... c'était peut-être le cas.

Sans lâcher Blake du regard, elle fit remonter l'une de ses jambes pour poser son talon contre l'arbre, profitant pour frôler la jambe du tueur à gages au passage, tandis que d'un geste habile du pouce, elle tournait l'une de ses bagues vers l'intérieur de sa main -celle qui était blessée. Oui, Précieuse était séductrice, provocante et parfois même complètement déraisonnable concernant ce qu'elle entreprenait. Mais elle n'était pas folle et, s'il fallait, elle s'offrait une porte de sortie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Sam 26 Avr - 22:39

Et c'était quoi, ce sourire qu'elle lui servait ? Le grondement du loup ne cessait plus de se prolonger. Il gagnait en menace. Elle l'énervait. Elle appelait l'animal, et il risquait une perte de contrôle. Déjà, il avait envie d'arracher cette gorge arrogante d'un coup de crocs... Déchirer les chairs et s'en nourrir, même si l'être humain était loin d'être un met qu'il cherchait en temps normal. Si il n'avait rien d'autre à traquer, cependant, il s'en contenterait. Ou bien pas ! Merde... Le loup était en train de s'insinuer dans sa tête et commençait à l'empêcher de penser correctement. Ça allait être une catastrophe si il n'arrivait pas à le contenir mieux que ça.

Elle avait dit des mots. Il lui fallu quelques secondes pour réussir à les comprendre, le temps de revenir à un mode de pensée qui lui permettait d'analyser les syllabes qui les composaient, et de mettre un sens derrière. Et quel sens...

La main du métamorphe se resserra un peu plus contre la gorge de Précieuse. Avec son corps, il fit pression sur celui de la wiccane. Enterrer ces traqueurs, qu'elle disait... C'était une menace ? Quel intérêt avait-elle à le menacer de manière directe, quand il avait sa vie entre ses mains ? Quel message était-elle venue faire passer ? C'était absurde... Blake n'arrivait pas à cerner ses objectifs. Était-elle venue lui faire comprendre qu'elle tenait Stephan Carter ? N'était-ce qu'un jeu, précédant un coup monté ? La toile s'était-elle déjà refermée autour de lui ? Lui avait-on envoyé cette femme se moquer lui avant de tirer la dernière ficelle d'un plan machiavélique destiné à le faire tomber ? Mais qui pourrait lui en vouloir à ce point bordel.. Certes, il n'avait pas d'amis. Il avait des ennemis. Mais aucun de suffisamment acharné pour en venir à ce genre d'extrémités. Putain... Ça n'avait aucun sens.  Un sourire carnassier, entre nervosité et menace, déformait ses lèvres. Il émit un ricanement froid qui contrastait assez avec le reste de son attitude. Les restes du tueur à gage, malgré qu'il fût malmené par les instincts du loup.

"... A quoi tu joues, exactement ? Tu es venue pour te foutre de ma gueule ou bien t'as un autre message à faire passer ? Parce que tes sous-entendus à deux balles commencent à me fatiguer..."

Il brûlait de l'envie de lui demander ce qu'elle avait fait de Stephan, ou bien ce qu'elle comptait en faire, mais c'était un mauvais plan. Il existait une chance pour qu'elle ne se doute pas du point auquel cet élément pouvait emmerder Blake. Si elle n'avait pas de certitudes, il ne fallait pas qu'elle comprenne. C'était mauvais pour Blake, et c'était mauvais pour le neveu Carter.

Il fut distrait de ses préoccupations par une jambe qui frôlait la sienne. Ses yeux balayèrent rapidement celle contre laquelle il était plaqué. Il eut subitement une conscience douloureuse de leur deux corps, ainsi que de la façon dont ils se touchaient. Sa respiration se fit plus rauque. Sa paume libre vint s'appuyer contre le tronc d'arbre, et il se rendit compte qu'il était en train de perdre pied. Le loup ne voulait pas sortir, et c'était une chance... Mais le loup voulait autre chose, et il était insistant. Le printemps allait emporter la partie.

Tout au fond de lui, quelque chose, ou quelqu'un hurlait. Cette femme était une ennemie. Et surtout... Cette femme n'était pas sa femme. Son boulot ne lui avait jamais donné l'occasion de se lier avec quelqu'un d'autre, ce qu'il ne voulait évidemment pas. L'idée même d'un échange charnel avec une autre femme lui avait toujours semblé inconcevable. Pas après ce qui était arrivé à Ellie. Pour rester fidèle au souvenir et ne pas avoir à accepter de passer à autre chose, il avait éteint ses instincts. Tous ses instincts, au maximum de ce qu'il avait été capable de faire. Quinze ans de célibat... Rompus d'une manière aussi dégueulasse ? Même pour lui, c'était crade. Il ne voulait pas devenir un violeur. Mais le loup, lui, ne connaissait pas la moralité.

Ses lèvres tremblaient. Clairement, il luttait. Chaque instant était une torture. Il ne pouvait plus détacher les yeux du corps appétissant qui lui faisait face. Son odeur douce le rendait totalement cinglé. Il voulait lui arracher ses fringues. Les déchirer en lambeaux. Il voulait goûter sa peau, au risque de la goûter de trop près. Il voulait... Il n'y avait pas de mots pour ça. C'était un ensemble d'envies bestiales, dangereuses. Ce qu'il voulait faire à son corps... Bordel. Ça allait très mal finir. Haletant et tremblant sous l'effort, il s'accrochait à l'humanité comme à la dernière prise qui l'aurait empêché de se laisser emporter par un ras de marée. Mais ça n'était pas suffisant. Son corps agissait, presque sans que son esprit n'en ait conscience. Sa paume avait glissé contre la cuisse de cette femme... D'un geste brusque il l'avait plaquée contre lui. Et il continuait de l'étrangler.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Dim 27 Avr - 19:26

Bon, l'étranglement commençait à devenir vraiment inconfortable. Surtout quand la personne qui vous étranglait voulait également que vous répondiez à ses questions. Certes, le fait qu'il appuie plus encore sur sa gorge après qu'elle ait parlé, elle l'avait cherché. Mais s'il voulait qu'elle lui réponde, il allait devoir desserrer un peu son étreinte, parce que ça devenait vraiment problématique.

Pour toute réponse, Précieuse lui offrit un sifflement rauque. Le manque d'oxygène commençait à se faire sentir, et de petites étoiles blanches papillonnaient devant ses yeux. Mais elle avait senti un changement dans le comportement du vieux loup, le commencement d'un autre type de bataille, comme l'indiquait la paume qui se glissait sur sa cuisse. Alors, elle aurait pu partir, bien sûr, mais ce qui se tramait déclenchait en elle un intérêt proche d'une forme de masochisme assez impressionnante... C'était fou ce à quoi elle était prête pour éviter de parler d'elle... alors que c'était ce qu'elle voulait faire au départ. Il semblerait qu'elle avait trouvé un autre jeu à jouer depuis le début de cette rencontre.

Il devenait impossible de ne pas noter à quel point leurs deux corps étaient proches. Mais cette histoire de strangulation restait ennuyeuse... Précieuse leva donc sa main droite pour la poser sur celle qui lui enserrait la gorge. Pas de façon à lui faire lâcher prise, comme on aurait pu s'y attendre, mais plus comme une caresse...qu'elle continua en remontant le long du bras nu du tueur à gage, son regard toujours fermement ancré dans le sien, soudainement clair comme le jour qui les entourait. Il luttait. Et Précieuse tenait bien à lui faire perdre sa petite bataille intérieure.

Continuant sa légère caresse, la wiccane arriva au niveau de l'épaule et remonta le long du cou du métamorphe, longea son menton, dessina le contour de ses lèvres et finit par poser sa main sur la joue de Blake en murmurant -plus parce que c'était tout ce dont elle était capable qu'autre chose :


« Laisse-toi aller... »
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
Blake Davis
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Tueur à gages
Age apparent: 45
Dangerosité:
22/30  (22/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Dim 27 Avr - 20:35

[Je crois qu'on va pas tarder à changer de section XD]

Elle n'avait pas répondu à sa question, mais Blake n'avait pas eu le temps de s'en soucier. Il n'était pas vraiment d'humeur à s'en souvenir. Il était encore moins en l'état. Toutes ses capacités de concentration étaient tournées vers un but unique : il fallait qu'il retienne les pulsions insistantes auxquelles il était soumis. L'excitation grimpait avec une ardeur insoutenable. Il avait chaud, respirait difficilement, et ne voyait plus que Précieuse. Il peinait à se souvenir qu'il était censé se méfier d'elle. Ou plus précisément... Ce sentiment était devenu flou et ne correspondait plus qu'à un désir de violence, qui résonnait dangereusement avec celui qu'il transportait avec lui depuis quinze ans. La haine de soi et du monde. La souffrance, le déni. Et le loup qui n'en pouvait plus d'être maltraité de la sorte par son hôte, qui après plus de trente ans de bons et loyaux services l'avait cruellement trahi et abandonné. Et maintenant, tout cela voulait sortir. Sur Précieuse. Qu'il désirait, autant que le loup désirait évacuer sa colère et sa frustration. Elle faisait la cible rêvée.

Alors comment résister lorsqu'elle glissait sa main contre son bras de cette façon ? Il  tremblait de plus en plus, la bouche entrouverte, les yeux trop ouverts. La lutte continuait, et il était en train de la perdre. Il était même possible de lire de la peur dans son expression, chose qui était relativement incroyable, car c'était l'un des derniers sentiments qu'il avait tendance à ressentir depuis qu'il avait tout perdu. Mais il ne voulait pas perdre le contrôle. Son besoin de contrôle, c'était un truc maladif. C'était la seule chose qui lui permettait de compartimenter, et de ne pas se laisser submerger par toute la merde qui recouvrait son passé. Le seul truc à l'instant même, qui lui permettait de ne pas salir la mémoire d'Ellie.

Alors, autant dire que lorsqu'il sentit cette fichue main atteindre son cou, il crut devenir cinglé. Un gémissement lupin lui échappa, rapidement noyé dans un grondement menaçant. Son regard s'était affermi... Ou bien avait tenté ? Les trois mots qu'elle avait prononcé s'étaient inscrits dans son crâne comme si on les avait tatoués au fer rouge sur son cerveau... A croire qu'il aurait presque mieux valu que le loup soit trop proche, et qu'il ait été incapable de comprendre. Le regard de l'animal blessé plongea dans celui de cette femme étrange, plein de reproches. Savait-elle ce qu'elle était en train de faire ? Savait-elle seulement quels vœux elle l'incitait à briser ? Mais allait-il réussir à se retenir, maintenant qu'une autorisation avait été donnée ? Ce n'était plus un viol. Pas lorsque la victime était consentante. Un nouveau gémissement. Il lâcha sa gorge et s'approcha d'elle, appuyant son bras maintenant libre contre le tronc. Son regard n'avait plus grand chose d'humain. Le fil de conscience qui lui restait lui permit une dernière phrase rauque, avant d'agoniser :

"... Tu... vas... le regretter..."

Et lui aussi. Mais c'était trop tard. Déjà, il n'y avait plus que l'instinct. Le désir et la violence. Et le désir de violence. Il glissa le nez dans son cou pour mordre la chair d'une épaule sans beaucoup de retenue. Pendant qu'il l'épinglait à l'arbre (pas encore littéralement mais ça viendrait sans doute) avec son corps, l'autre main avec lâché sa cuisse, et s'était approchée de son col. Il lui arracha son haut, littéralement. Les boutons sautèrent, le tissu se déchira dans un chuintement douloureux. Des ongles comme des griffes (bien qu'ils ne furent pas transformés) se plantèrent dans la chair de son buste, qu'il griffa sans retenue non plus pendant qu'il la touchait. Sa respiration devenait de plus en plus rauque. Puis, il lui retira ce fichu chapeau arrogant et la prit par les cheveux, pour la jeter par terre. Tel le prédateur qu'il était, le loup s'approcha de sa proie, sur laquelle il était prêt à fondre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3542-blake-davis
Précieuse
Wiccans
avatar

Wiccans


Identification
Emploi: Gérante des Plaisirs Coupables
Age apparent: 36
Dangerosité:
25/30  (25/30)

MessageSujet: Re: Prendre les choses en main   Mer 30 Avr - 0:18

Allait-elle le regretter ? Blake en semblait convaincu. Et il était clair dans son regard que lui allait regretter ce qui se préparait. Elle n'en était pas aussi sûre que lui. Le regret ne faisait pas partie des émotions humaines qu'elle maîtrisait. Elle n'avait pas regretté quoi que ce soit depuis des années et, malgré toute l'importance que le métamorphe donnait à la situation, Précieuse était sûre que non, elle ne regretterait rien. Ce n'était juste pas son genre.

Pour le moment, elle profitait du fait d'être capable de respirer à nouveau. Ce n'était pas non plus sa première expérience dans le domaine de la strangulation, malheureusement. Elle aurait été stupide de penser que Blake allait lui laisser un instant de répit, ceci étant. Elle l'avait provoqué, et il était clair que l'humain taciturne sans expression avait laissé place à sa bête, ce qui n'allait pas être sans douleur, elle s'en doutait, mais qui promettait d'être définitivement différent... et donc intéressant. Car, si le regard plein de violence ne lui était pas tout à fait étranger, le contexte l'était totalement.

Elle tendit légèrement le cou par instinct lorsqu'il s'en approcha et serra les paupières lorsqu'il lui mordit l'épaule, mais un demi-sourire se dessinait sur les lèvres rouges de la sorcière. Un reste de la crise de masochisme précédente, sans aucun doute. Elle avait déclenché tout cela, et il était hors de question qu'elle n'en profite pas comme elle l'entendait.

Aux prises entre l'arbre dans son dos et le tueur à gages contre elle, elle pouvait sentir la chaleur du vieux loup sur l'ensemble de son corps. La jambe qu'elle avait monté pliée contre l'arbre redescendit comme elle était venue, longeant sensuellement celle du métamorphe -par l'intérieur, cette fois. Sa main dansait toujours le long de son bras nu, et se serait glissé sous le blouson sans manches si elle n'avait pas senti le tissu qui la recouvrait elle se déchirer brutalement. Un léger rire lui échappa, tellement inopportun dans cette violence ambiante et pourtant tellement à sa place. Précieuse s'amusait. Elle souffrait, bien sûr, en sentant les ongles acérés percer sa chair, mais une onde de plaisir voyageait le long de son dos. Ce genre de plaisir malsain auquel parviennent les manipulateurs qui finissent par obtenir ce qu'ils veulent de ceux qui -peu de temps auparavant- auraient juré leurs Grands Dieux qu'ils ne le leur donneraient pas. Un plaisir malsain, lié à une douleur qu'elle estimait donc mériter de plein droit.

Elle ne maîtrisait plus sa Magie comme elle le faisait à tout instant. Aussi, le sort qui tenait son chapeau -comme toujours dans ce type de situation- n'était plus très efficace, et elle ne fut pas étonnée de voir Blake envoyer valdinguer le Borsalino, dévoilant une cascade de cheveux blonds et rouges qui descendirent le long du visage de leur propriétaire, certaines mèches allant jusqu'à ses épaules à présent nues (comme tout le haut de son corps, en réalité).

Blake la tira brutalement par les-dits cheveux et l'envoya au sol, où elle atterrit face contre terre, s'étant cependant servi de ses mains pour limiter la casse. N'importe quel être normalement constitué en aurait profité pour fuir. C'était ce qu'elle-même faisait en général. Fuir devant le danger. Parce qu'il n'était clair que, quoi que le vieux loup ait en tête, c'était douloureux, dangereux, et violent. Ca se voyait dans son regard, et c'était ce qu'il lui promettait depuis le début. Mais Précieuse n'avait jamais dit non à une nouvelle expérience. Et ce jour n'était pas encore arrivé.

Alors, au lieu de ramper sur l'herbe pour s'enfuir le plus loin possible du vieux loup enragé ou même d'avoir la présence d'esprit de se dire qu'ils étaient dans un lieu public en pleine journée sous un temps magnifique -donc un lieu public fréquenté-, Précieuse se retourna sur le dos, coudes au sol lui permettant de lever le buste, pour fixer le prédateur dans les yeux, lui offrant un demi-sourire amusé, une étincelle de défi faisant pétiller ses yeux clairs. Qu'il vienne donc, elle saurait l'accueillir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3637-precieuse
 

Prendre les choses en main

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I: Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre ville║ :: Weston Park-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com