AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Lun 24 Mar - 13:38

Si Esteban n'arrivait pas à réfréner l'immense sourire qui lui coupait le visage en deux, il allait avoir du mal à répondre au téléphone ! Mais comment faire autrement que de jubiler lorsqu'il voyait l'enthousiasme d'Erin. Sa joie était communicative - surtout quand on s'appelait Esteban et qu'on était de base spécialement sensible à ce genre de transfert de sentiments. Il eut envie de rire en la voyant hurler le nom de ce qui semblait être leur destination définitive. Il se retint parce qu'il aurait eu l'air un peu stupide, et qu'en plus de ça, le pilote était en train de décrocher et de lui grogner dans l'oreille. Il n'avait pas l'air d'être de bonne humeur.

Cette distraction empêcha Esteban d'assister à la discussion complète entre Erin et Martha, qui l'aurait sans doute rendu perplexe si il y avait payé attention. Parce que, bon. La jeune femme parlait à sa copine comme si il avait été un coup gagné d'avance et que les choses venaient de se passer "exactement comme prévu". En un sens, c'était le cas - dans une définition du "exactement comme prévu" plutôt large - mais Esteban n'en était pas vraiment conscient. Malgré tout ce qu'Erin lui avait révélé, il n'avait toujours pas entièrement compris ses intentions initiales, et avait encore moins cerné ce qui les avait motivées. C'était dangereux, d'être aussi naïf, quand on était le prochain en liste à la succession d'un empire politique et industriel colossal.

"Allo, Vince ? C'est Esteban. Je vous réveille ? Écoutez j'ai une autre mission pour vous, ça va être un peu plus long cette fois, mais vous ne le regretterez pas."

Un gargouillis au téléphone. Esteban prit un air passablement maussade, boudeur, assez puéril. Il détestait qu'on le contrarie ! Surtout quand c'était ses employés ou ceux de son oncle qui s'amusaient à lui mettre des bâtons dans les roues. Ce soir, il ne souffrirait pas qu'on lui refuse ce qu'il voulait !

"Juan a un rendez-vous à Seattle demain après-midi, j'entends bien. Mais vous serez rentré d'ici là, et je suis sûr que vous pouvez vous arranger avec Tyler pour qu'il vous remplace. Écoutez, je vous attends dans une demi-heure, faites le nécessaire."

Son expression contrariée s'évapora comme Erin s'approchait de lui et le taquinait en venant lécher son oreille. Une attention agréable mais un peu gênante tandis qu'il était encore au téléphone et tentait de se concentrer sur la conversation. En plus, il était chatouilleux. Il passa une main autour de la taille de la jeune femme et lui jeta un regard amusé. Il n'arriva pas à contenir intégralement le rire silencieux qui le secouait lorsqu'il répondit au pilote, qui était visiblement en train de négocier une prime.

"... Oui, aucun problème, évidemment. Ce que vous voudrez."

Esteban n'était pas radin. Il dépensait sans compter - parce qu'il pouvait se le permettre, mais aussi parce qu'il n'était absolument pas raisonnable. Les employés de ses parents et du reste de sa famille proche le savaient très bien et certains d'entre eux n'hésitaient jamais à en profiter, sachant qu'Esteban ne faisait jamais d'histoire et acceptait presque tout le temps leurs propositions, aussi indécentes purent-elles sembler. Tout sourire, il hocha la tête quand Erin le prévint qu'elle allait utiliser la douche. Il avait encore quelques soucis à régler avec le pilote, et notamment le lieu du rendez-vous (on ne faisait pas atterrir un jet n'importe où), ainsi que la dépense de kérosène.

Il raccrocha quelques brèves minutes plus tard. Vince était un habitué de la folie des grandeurs des Luz-Descalzo et ce n'était pas la première fois qu'il devait gérer ce genre de situations. Esteban échappa un soupir d'aise, mais déjà, il entendait Erin l'appeler. Était-elle en train de l'inviter sous la douche ? Diantre. Il avait un peu l'impression d'être dans un film. C'était typiquement le genre de choses qu'il n'avait jamais eu l'occasion de tester, parce que... Il n'avait rien fait avec Natalia, et Jane avait été particulièrement coincée. Il s'en rendait compte maintenant. Il n'allait pas se faire prier.

Esteban se releva, et après avoir fait le nécessaire - du genre faire un tour du côté de la poubelle - il entra sans hésiter dans la salle de bain. Il était toujours fatigué mais avait plus ou moins l'impression de flotter en tanguant... ou de tanguer en flottant, tout dépendait. L'alcool et l'adrénaline faisant, il n'hésita pas à ouvrir la porte de la douche, en invoquant une excuse bidon :

"... Le pilote sera là dans moins d'une heure, il n'y a pas de temps à perdre ! Même si je dois dire que cette cabine est un peu étroite..."

Zut, alors.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Lun 24 Mar - 15:39

Erin ouvrit un œil et fit un petit geste de la main, pleine de mousse, à Esteban, pour qu’il ne reste pas entre deux, entre la douche et la salle de bain. D’une parce que ça faisait se disperser la chaleur et qu’après leurs ébats, elle avait eu des frissons, de deux, parce qu’elle le voulait contre elle. Elle y croyait à peine… Sa famille avait été assez raisonnable, toujours, même s’ils auraient eu les moyens d’être extravagants. Son père était très classique, sa mère à part le fait qu’elle soit une femme chef d’entreprise, c’était également –en apparence- quelqu’un de très raisonnable, dans son comportement.

Il fallait surtout dire qu’Erin n’avait pas beaucoup sa mère depuis le divorce… ses dernières lubies ne lui étaient pas connues. On idéalise toujours ses parents et on en a une image faussée. Erin trouvait sa mère un peu froide mais très classe, et elle n’avait jamais manqué d’amour. Mais être capable de tout claquer pour partir en pleine nuit, c’était une première… Oh, bien sûr, elle-même aurait été capable de ça ! Elle était partie sans prévenir quiconque à la Nouvelle Orléans, pensant pouvoir se débrouiller seule avec son compte en banque bien fourni.

Et puis avec Dior, elles étaient parties sans crier gare à Prague pour les vacances d’été, sans rien, sans hôtel, à l’aveugle… C’était une aventure !

Mais là, c’était une folie de milliardaire, un caprice de star. Las Vegas !

Erin gloussa, plissa les yeux. « Un peu étroite, hein ? » Quel coquin ! Il était trop mignon, on ne savait pas s’il était volontairement sexy ou s’il était un fin manipulateur. Dans tous les cas, Erin était éprise, il aurait pu faire une grimace, elle aurait adoré… C’est beau l’amour…

« Martha est là dans 10 minutes, je ne sais pas ce qu’elle va m’apporter. » On s’en fichait ! Erin attrapa le jet d’eau et le dirigea vers Esteban, lui mettant dans la figure. Quoi ? C’était loin d’être romantique ? On s’en fichait ! Elle était intenable, l’idée de partir loin en sa compagnie l’excitait. Et même si elle aurait été capable d’outrepasser les douleurs dans ses cuisses et ses abdos mis à rude épreuve, pour dix minutes de plaisir supplémentaires dans la douche, elle était comme une pile électrique. Pas facile de se focaliser sur une seule action, dans ce cas-là.

« Tu as déjà joué au casino ? » Interrogea-t-elle, alors qu’elle se rinçait, laissant tranquille Esteban sans l’attaquer, mais ses yeux profitaient un peu de la vue. Après tout, ils s’étaient sautés dessus assez rapidement, elle n’avait pas eu le temps de bien regarder… Elle se mordit la lèvre pour ne pas dire de bêtises, évita de sautiller pour ne pas glisser et ferma les yeux, le temps de profiter de l’eau chaude pour se remettre les idées en place. En vain. Quand elle les rouvrit, elle était toujours autant euphorique à l’idée d’aller loin dans l’Ouest.

« Je veux boire un cocktail de toutes les couleurs avec un petit flamant rose dedans. Il faut que tu en prennes un aussi ! Avec une ombrelle ! Une paille. » Elle n’avait plus de mousse, se retenait de gigoter, mais c’était plus fort qu’elle. Comment le remercier de faire quelque chose d’aussi fou ? Pour que jamais ne finisse cette nuit-là ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Lun 24 Mar - 22:20

La maladresse d'Esteban l'avait laissé tranquille un moment, mais elle le rattrapa au moment où il voulut hâtivement entrer dans la douche, sur l'invitation d'Erin. Il manqua de tomber - comprenons se vautrer - sur elle, mais parvint au dernier moment à se tenir au mur. Du coup, elle avait effectivement eu droit à une grimace, de type "oups, je me suis raté", qu'il accompagna d'un balbutiement gêné :

"D.. Désolé ! J'ai glissé..."

La preuve, que la douche était étroite ! Il n'arrivait même plus à tenir debout. Ou bien alors, c'était juste sa coordination qui était naturellement très mauvaise, mais il n'avait aucune envie de l'admettre. Cherchant à retrouver sa dignité perdue, il se redressa et accorda une attention exagérée aux propos de son interlocutrice. Martha, ici dans dix minutes ?

"... oh. Ça ne laisse pas beaucoup de temps ! Si tu veux on passera au Fashion Show Mall avant toute chose, si ce qu'elle t'amène ne te convient pas... Je parie que ça vaut le coup d’œil !"

Il se souvenait encore vaguement de la réaction qu'elle avait eu durant la soirée étudiante avortée, et des méchancetés prononcées à l'égard de la garde robe de son amie. Puis, c'était Las Vegas ! Quitte à y aller, autant être habillés comme des rois. Et prendre la meilleure suite d'un des hôtel-casino les plus connus du Strip. Visiter toutes ses attractions ! Jouer au...

"Heeey ! Ça fait mal !"

Esteban venait de se prendre un jet d'eau dans la figure. Sa réaction spontanée avait été de fermer les yeux et de tourner le visage dans la direction opposée, puis il avait passé une main contre ses yeux endoloris et s'était mis à rire de manière incontrôlée. Il attendit d'être certain qu'Erin n'allait pas recommencer pour cesser de se protéger les yeux. Toujours souriant, il prit ensuite le gel douche et répondit à la question qu'elle lui avait posé :

"Non... Ma mère le fait fréquemment, mais je ne l'ai jamais accompagnée, donc je pense que ça sera l'occasion de découvrir. Tu l'as déjà fait toi ?"

Et de commencer à se laver, tout en résistant à l'envie de toucher Erin plutôt que son propre corps. Malheureusement, les circonstances étaient contre lui  : ils n'avaient pas le temps de faire des détours, et son corps n'était pas prêt à partir dans ce genre de fantaisies dès maintenant. Alors, il se laissa plutôt emporter par les fantasmes qu'Erin énonçait à voix haute. Las Vegas... Ça faisait très longtemps qu'il avait envie d'y aller, rien que parce que sa mère adorait cette ville et lui avait rabattu les oreilles (en espagnol) avec durant des heures et des heures. Elle aussi, était très bavarde.

"Tout ce que tu veux ! Je suis sûr qu'on trouvera... Il y a cet hôtel casino justement, le Flamingo ? Peut-être qu'ils auront quelque chose qui y ressemble ? Tiens ça me fait penser qu'il paraît qu'ils ont un très bon restaurant japonais... Mais les sushis, c'est déjà fait ! J'espère que tu n'as pas le mal de l'air ?"

Esteban passait un peu du coq à l'âne, mais mille pensées traversaient son esprit dans la même seconde. Ses prunelles brillaient d'excitation. Il n'arrivait plus à choisir la priorité dans ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Lun 24 Mar - 22:56

Erin avait retenu un sourire moqueur lorsqu'Esteban avait manqué d'embrasser le sol, et qu'il s'était collé à elle. Cette douche étroite était parfaite, en réalité. Comme s'ils avaient besoin de plus grand ! Cependant, c'était plus intéressant d'examiner l'eau qui coulait sur sa peau, que de le taquiner. Et sa réaction lorsqu'elle lui avait mis le jet dans la figure était vraiment trop mignonne... "ça fait mal" mais bien sûr. Elle fronça le nez, s'approcha encore, et sembla décidée à l'ennuyer dans sa toilette.

"A Saint Tropez, mon père a une villa. On allait jouer tous les étés, avant le divorce." Ce n'était pas spécialement douloureux, de voir ses parents ses séparer. Tous les couples se séparaient à la longue, sa mère avait d'autres projets, son père était trop casanier, visiblement. Elle préférait savoir ses parents heureux, plutôt qu'ensembles et tristes... Mais elle avait parlé sans vraiment y prêter attention, parce qu'elle passa sa main entre les pectoraux d'Esteban, distraitement.

Elle voulait tous les jours prendre sa douche avec lui ! Évidemment, il leur faudrait le double de temps pour se préparer, parce qu'elle ne résisterait pas à l'envie de lui apporter son aide parfaitement désintéressée et chaste, pour se mousser, bien sûr... Pour cette fois, Erin se sentait trop impatiente de s'envoler pour tenter le diable, et surtout, dix minutes ne suffiraient pas, elle préférait être prête à temps, pour ne surtout pas manquer le vol direct pour LAS VEGAS !

"Je suis sure qu'on trouvera !" Lança la Rouquine, manquant de perdre l'équilibre parce que, cette fois, elle ne s'était pas retenue de sautiller. Elle se rattrapa au carrelage et échangea un regard avec Esteban... s'il sortaient de cette douche vivants, ils auraient de la chance... Elle pouffa de rire cacha son visage dans une main, faussement gênée, mais l'autre main, elle glissait sur la peau mouillée de son buste, où elle caressait ses côtes. Elle resterait sage, cette fois...

"Aucun problème avec l'avion ou le bateau, rien ne pourra gâcher notre soirée, je te l'ai dit." Elle affichait un grand sourire, les yeux pétillants, à l'image des siens. Est-ce que c'était possible d'être autant éprise au bout de quelques heures ? Et d'avoir l'impression qu'ils étaient faits l'un pour l'autre ? Et d'avoir un nœud dans le ventre en pensant à un avenir avorté ? NON ! Pas ça ! Erin se ressaisit et détourna l'attention de sa méchante pensée, en se hissant sur la pointe des pieds, pour l'embrasser.

Étonnant comme on peut s'attacher à quelqu'un aussi vite, n'est-ce pas ?

La sonnette retentit et Erin ouvrit un œil sans rompre leur baiser. Mais quelle chieuse celle-là ! Elle faisait exprès de tomber au mauvais moment ? Hum, la Roquine se reprit. Autant ne pas l'envoyer balader alors qu'elle l'avait réveillée au beau milieu de la nuit pour qu'elle lui apporte des vêtements -qu'elle ne trouverait pas à son goût- !

"Attends-moi là." Murmura Erin, comme si elle était chez elle... Elle sortit sans tomber -exploit- et s'enroula dans une serviette, avant de sortir de la salle de bain. Le bruit de l'eau masqua leur conversation.

Lorsqu'elle réapparut, la jeune femme avait un sourire radieux, et le regard aussi béa qu'une none en extase.  Même si la porte vitrée devait empêcher Esteban de voir correctement, elle déplia le tissus qu'elle tenait entre les mains pour lui montrer, comme s'il s'agissait sur Saint Suaire. Elle dévoila ainsi une robe parfaite... Erin avait sous-estimé Martha... Ca, c'était une amie. Elle n'avait eu qu'à dire "je pars à Vegas !" et elle lui ramenait une robe haute couture. Comme ça...

"Pas besoin de passer Fashion Show Mall..." Murmura-t-elle, des étoiles dans les yeux. "Sauf si tu as envie que je porte autre chose... une chemise ?" Pourquoi y avait-il des sous-entendus dans sa voix, et son petit sourire en coin ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Mar 25 Mar - 1:57

L'air de rien, Erin venait de lui révéler que ses parents étaient divorcés. Esteban cligna des yeux et la regarda pendant un instant appuyé, mais il ne releva pas, relativement mal à l'aise à l'idée de parler de quelque chose qui fâchait peut-être. Ses propres parents étaient en pleine procédure, et c'était sa faute à lui si ils se quittaient. Évidemment, Darian aurait pu commencer par ne pas abuser de lui quand il était petit... Mais Esteban se sentait mal vis-à-vis de sa mère, qui avait été extrêmement blessée d'apprendre ce qu'avait fait son mari derrière son dos pendant toutes ces années. Elle n'avait pas non plus été très contente d'apprendre qu'Esteban le lui avait caché tout ce temps, et elle l'avait même "boudé" pendant quelques semaines. Et maintenant, il recommençait, en lui cachant sa maladie jusqu'au moment limite où il allait être forcé soit de mourir... soit de mourir, mais en continuant de bouger.

Il cligna encore des yeux, et effaça dans ce geste la lueur troublée qui était apparue. Il ne voulait pas se gâcher la soirée avec des pensées inutilement sombres.

"Tu vas pouvoir m'apprendre alors !"

Souria t-il, avant de se laisser emporter dans les délires d'Erin à base de cocktails arc en ciel et de flamant roses. C'était tellement exaltant ! Il voulait voir des couleurs, des néons, de lumières partout dans les nuit chaudes et animées de Sin City. Oh... Il faudrait sans doute qu'il se confesse après coup, en parlant de ça. Mais là encore, il y aurait d'autres moments pour penser à ça ! De toute façon, les mains baladeuses d'Erin le déconcentraient. Déjà qu'il avait du mal à formuler deux pensées claires et cohérentes à la suite l'une de l'autre ! Et voilà qu'elle tombait à son tour. Incapable de se retenir de sourire, il songea qu'il était plus à l'aise en la voyant presque aussi maladroite qu'il pouvait l'être. Ça n'était pas gentil, mais il se sentait moins seul, et moins impressionné ! Il eut la délicatesse de ne pas relever, et l'aida à se relever si besoin. Ils étaient de nouveau dangereusement près l'un de l'autre. Elle n'avait pas le mal de l'air ?

"Tant mieux ! Moi ça m'arrive d'être malade mais j'ai des cachets contre le mal des transports, alors je pense pouvoir t'assurer la même chose."

Il eut un sourire gêné. Décidément, il ne devait pas paraître très solide. Même pour des détails aussi insignifiants, sa santé était capable de lui jouer des tours. Erin l'embrassa. Un quart de seconde, il songea "pas le temps". Le suivant il pensait "oh et puis zut !", et avait fini par craquer et par poser ses paumes dans le dos de la jeune femme, qu'il caressait lentement. Ce n'était pas l'envie qui manquait de descendre plus bas. Il allait passer au stade supérieur du "oh et puis zut !" lorsque la sonnette de la porte l'arrêta. Il laissa Erin s'échapper à contrecœur. Ils n'allaient tout de même pas faire attendre cette pauvre Martha, après tout ce qu'elle avait enduré ce soir ! Il lui vola malgré tout un dernier baiser, presque ausi léger qu'un souffle.

"N'oublie pas que le pilote arrivera bientôt !"

Façon détournée de lui demander de se dépêcher, surtout motivée par le fait qu'il ne voulait pas attendre trop longtemps loin d'elle à ce stade de la nuit. Il la laissa partir à contrecœur, mais profita de son absence pour terminer de laver son corps et ses cheveux, jusqu'à ce que plus aucune trace de saleté n'ait la chance de résider quelque part ailleurs que dans le conduit d'évacuation. Lorsqu'elle revint il fut obligé d'arrêter l'eau et de passer sa tête dégoulinante  au travers de la porte de la cabine afin d'être capable de voir quelque chose. Elle avait l'air aux anges, et lorsqu'il vit ce qu'elle tenait entre ses mains, il comprit pourquoi. Cette robe lui irait à merveille. Elle était plus sobre que la précédente, mais nul doute qu'elle la mettrait en valeur d'une autre façon, candide et terriblement sexy tout à la fois. Mince... Il fallait qu'il se calme, voilà qu'elle ne portait même pas le vêtement qu'il était déjà en train de l'imaginer dedans. Il eut un rire discret :

"Je peux amener autant de chemises que tu le voudras pour le jet et l'hôtel, mais si nous devons visiter le Strip, je suggère que tu restes sur ce premier projet... Je suis sûr qu'elle t'ira à ravir. C'est amusant, ces dentelles... Ça me rappelle quelque chose, mais je ne saurais pas dire quoi. Peut-être ces poupées en porcelaine anciennes ? Oui... cette mode a même été reprise en 2026 par le designer Vladislas Cepak, à l'occasion de l'exposition qui l'a rendu connu. Mince... Était-il russe ou polonais ? Je ne me souviens plus..."

Sourcils froncés, un doigt sur les lèvres, il s'était perdu dans ses pensées. Oups. Ça faisait longtemps que sa mémoire historique trop active ne s'était pas réveillée sans prévenir, à un moment parfaitement inopportun.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Mar 25 Mar - 19:14

Il avait tenu un monologue pendant au moins cinq minutes, tout nu, en sortant de la douche, l'index sur la bouche et l'air pensif, très concentré, très sérieux. C'était tellement mignon !

"Polonais." Fit-elle avec un petit sourire qui voulait dire "tu es à croquer". "Cepak est Polonais, mais il a habité en Russie il me semble." Mais en réalité, elle avait plus envie de le cajoler que de disserter sur la mode... Quoi que son érudition la subjuguait et la rendait encore plus attirée par ce petit bout de mec tellement identique à elle. Depuis qu'elle était à la Nouvelle Orléans, ce n'était pas le genre de conversation qu'elle avait. Dior avait à peine tilter quand elle l'avait prénommée ainsi (mais à l'époque elle était supposément un Chinchilla et pas un Métamorphe).

Erin posa soigneusement la robe sur le rebord du lavabo, et s'éclipsa de nouveau, quand elle avait réapparu, elle avait revêtu ses sous-vêtements. Du moins une partie. Pas de bretelles avec un bustier voyons... En s'approchant d'Esteban, lui tendant une serviette et l'aidant à s'enrouler dedans, l'enlaçant au dessus du tissu éponge, elle plissa les yeux de manière malicieuse.

"A moins que ça ne te rappelle ma petite culotte." Elle lui adressa un clin d'oeil plein de promesses, avant de s'écarter et d'enfiler la robe, sans pourtant le quitter du regard. C'était étrange de pouvoir autant se sentir heureuse alors qu'elle se sentait si lourde. Lourde d'une obligation justement... Elle était obligée d'être heureuse. Tout de suite. Si elle attendait trop, hésitait, ou cherchait la petite bête, elle le regretterait certainement. C'est pourquoi la Rouquine se sentait pleine d'une impatience qu'elle avait du mal à contenir. Et Esteban était dans le même cas, c'était évident.

Elle se tourna sans crier gare, lui montrant son dos au décolleté encore plongeant jusqu'à ses reins, mains tenait le bustier sur sa poitrine. "Si je peux encore abuser de votre aide, Monsieur Luz-Descalzo ?" Gloussa-t-elle. Répéter son nom dans sa tête la faisait ronronner intérieurement, et elle le laissa refermer la fermeture éclair, en espérant qu'il ferait attention à ne pas lui coincer la peau... Il fallait s'attendre à tout ! Elle se ravisa avant de le taquiner, aucune envie pour le moment de l'ennuyer. Et puis, elle avait elle-même cumuler assez de bourdes et de maladresse pour ne pas le chercher... Il pourrait en dire autant.

Luz-Descalzo, Luz-Descalzo, ça sonnait si bien à son oreille... Elle savait sa famille d'origine Mexicaine, Martha le lui avait dit, et elle rêva un instant de deux trois mots d'espagnol soufflé à son oreille....
Elle gémit en soupirant, avant de s'en rendre compte, mais ne s'en montra pas pour autant chiffonnée. C'était fini les simagrées pour ne pas paraître trop naturelle, il savait combien elle était folle de lui, du moins, elle n'avait pas cherché à le cacher... Un seul mot de lui, et elle lui décrochait la lune, même pour quelques jours, même pour quelques semaines, même pour quelques mois...

Voilà, elle était habillée, ses escarpins iraient très bien avec la robe, elle avait pensé à récupérer sa pochette en même temps que cette petite culotte en dentelle, et put rectifier son maquillage en se penchant sur le lavabo pour être au plus près du miroir et de son reflet. Certes, elle aimait s'admirer, mais elle en profita également pour épier discrètement -ou pas- Esteban qui se séchait. Un flash la fit fondre... cette vision de vie de couple improbable. Monsieur et Madame dans leur salle de bain à se préparer pour aller passer une nuit de folie. A Las Vegas. Erin voulait que tous les jours soient à l'image de cette journée surréaliste !

"Mets un noeud papillon. J'adore les noeuds papillon. C'est tellement..." Elle se stoppa le temps d'embellir ses lèvres de gloss (on ne se refait pas), qui serait sans doute rapidement effacé sous les baisers, mais qu'importe... "Tellement sexy." Un dernier regard pour s'assurer qu'elle était à tomber, et elle se retournait, fin prête. Prête pour s'envoler avec lui ! Parce que la nuit serait courte. Parce que la vie serait courte ! Il fallait tout envoyer balader pour Vegas, lui, elle, eux, toute la nuit, toute la vie !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Mar 25 Mar - 21:50

Esteban eut une impression très étrange. On lui avait répondu. Il ne s'en était pas rendu compte jusqu'à présent, mais il était extrêmement rare que quelqu'un tienne la discussion lorsqu'il commençait à partir sur l'un de ces monologues plein de dates dont il avait le secret. Déstabilisé, il cligna des yeux, et observa Erin d'un air ahuri. Généralement dans ce genre de cas, Karl se contentait de sourire et de répondre un vague "hum hum...". Ça avait été le cas d'Alexander et Natalia avant lui, et même Christian, et... Mais en fait, personne ne se donnait jamais la peine de continuer la discussion, ou bien était-ce juste qu'il avait une mauvaise mémoire ?

Aucune importance. Il eut un sourire radieux, excité à l'idée de pouvoir rebondir sur le sujet. D'autant que la jeune femme venait de raviver ses souvenirs vacillants :

"Oui !! Exact ! Il a vécu à Novossibirsk entre 2029 et 2043 avant de retourner à Lublin pour y finir ses jours l'année suivante..."

Quelques instants passèrent durant lesquels Esteban chercha sa serviette. Il se rendit compte avec un air un peu désemparé qu'il l'avait mise à laver le matin même et qu'il avait oublié d'en sortir une pour lui lorsque la jeune femme l'avait invité à la rejoindre sous l'eau. Mince... Il avait l'air malin, maintenant.  Oubliant provisoirement sa crise de dates, il grimaça et chercha quand même dans les recoins, juste au cas où le bout de tissu éponge se serait caché dans un trou de souris. Erin revint après une brève absence, encore à moitié nue. Elle le libéra de son souci en lui offrant sa propre serviette, qu'il accueillit avec joie. Un sourire radieux... Ni vu, ni connu ! Personne n'avait rien remarqué ! Tiens, c'est vrai que la petite culotte d'Erin était elle aussi brodée de dentelle... A vrai dire ils avaient été tellement pressés de se dévêtir qu'Esteban ne l'avait même pas remarqué. Ça ne l'empêcha pas de répondre sur le même ton malicieux :

".. C'est une autre éventualité, que j'aurais peut-être même dû évaluer en premier."

Erin lui tourna le dos, et enfila la fameuse robe. Le jeune homme ne perdit pas une miette du spectacle. Cette fois-ci, aucune pensée annexe ne le perturbait. Il était tout à la contemplation des courbes qui se déroulaient gracieusement à quelques centimètres de lui, même si il soutenait principalement le regard d'Erin, qu'il sentait fixé sur lui. Il s'approcha d'elle lorsqu'elle se retourna pour lui demander son aide, caressa son échine avec les yeux, et résista à l'envie de le faire avec les mains. Il avait oublié qu'il n'était pas très adroit, ce qui généralement laissait supposer qu'une catastrophe allait arriver sous peu. Peut-être que son ange gardien veillait sur son épaule aujourd'hui car il ne fit aucune bévue. C'était amusant de s'entendre appeler par son nom de famille dans ce contexte. Il était habitué à ces formalités, mais dans une situation devenue aussi intime, il se rendait compte que ce ton avait quelque chose d'assez aguichant, alors qu'il aurait dû lui paraître formel. Ça alors, c'était drôlement bizarre ! Il était encore en train de se poser des questions à ce sujet lorsqu'il répondit :

"Tout ce que vous voudrez, Mademoiselle Rosenbach..."

La fermeture éclair était en place, et aucun morceau de peau n'avait pâtit de l'opération. Victoire ! Esteban s'éloigna à contrecœur, mais pour la bonne cause: Il fallait qu'il sèche ses cheveux, car il était hors de question qu'il sorte dégoulinant de cette salle de bain. Non vraiment, hors de question d'arriver à Las Vegas avec un seul cheveu de travers ! Il brancha le séchoir et s'exécuta avec une patience et une méticulosité qui pouvaient paraître presque comiques. Le peigne était sans doute l'un des seuls outils qu'il maniait avec dextérité. Il était concentré mais capta tout de même la demande, à laquelle il répondit distraitement :

"Un nœud papillon ? Il faut que je retrouve ça, mais ça ne devrait pas poser de souci majeur..."

Lorsqu'il eut terminé avec ses cheveux, Erin était prête depuis longtemps. Il décocha un sourit contrit :

"Désolé j'ai pris du retard !"

Puis il fonça dans la chambre pour fouiller ses placards. Hors de question de remettre les même vêtements ! Bon, cela dit il allait quand même opter pour du Brioni, car ça lui semblait parfaitement adapté pour une virée à Las Vegas. Il enfila d'abord un boxer - en manquant de s'étaler par terre une fois de plus. Il avait un second blazer presque intégralement similaire à celui qu'il allait devoir emmener au pressing, à l'exception de sa couleur anthracite, tracée de motifs œil de perdrix très fins, à peine perceptibles. Pantalon, chemise, souliers noirs car le bleu n'allait pas aller avec cette tenue presque monochrome... Il enfila sa rolex à toute vitesse, trouva un nœud papillon caché parmi les cravates, puis chercha autre chose des yeux, paniqué.

"... J'ai perdu mes élastiques. Tu les as vus ?"

Il ne manquait plus que ça... Le pilote allait sonner à la porte dans les trois minutes à venir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Mar 25 Mar - 22:56

Une vraie gonzesse, ce mec... Erin avait eu le temps d'enfiler ses escarpins noirs, d'attacher ses cheveux (encore mouillés), d'envoyer un sms à Martha pour lui dire que sa robe était merveilleuse, mais en oubliant de lui dire merci. Du Erin dans le texte, en somme. Tant pis si elle la réveillait pour la seconde fois consécutive pour des broutilles personnelles, pour une fois, cela partait d'un bon sentiment et c'était presque comme un remerciement.

Mais même si Esteban avait mis deux fois plus de temps qu'elle pour être fin prêt, dans les yeux d'Erin, c'était toujours le ciel étoilé... Un homme qui faisait autant attention à ses cheveux ne pouvait pas être foncièrement mauvais, c'était un signe d'une grande qualité, être aussi maniaque et habile de ses mains, alors qu'il était maladroit de coutume c'était un signe. Et le regarder s'habiller avait quelque chose de voyeur sans être en faute, ce qui l'arrangeait également, pour ne pas accroître le poids de sa conscience... Elle se perdit dans la contemplation de ses mains qui boutonnaient sa chemise, dans le choix de couleur très smart, et se mordit la lèvre lorsqu'il noua son noeud papillon.

C'était vraiment, terriblement, sexy. Erin s'approcha de lui d'instinct, sans réfléchir, pour resserrer le morceau de tissus comme s'il s'agissait d'une vielle habitude, et ne put s'empêcher de venir l'embrasser, comme pour conclure son geste. Toujours autant de frissons lui parcouraient l'échine lorsque leurs lèvres se touchaient.

"Tu es très beau." Murmura-t-elle à demi dans ce baiser, avant de se souvenir de la question précédente... Il l'interrogeait comme si elle avait la moindre chance de connaître les cachettes secrètes de ses petites affaires dans son studio... Comme si elle y habitait avec lui... A moins qu'il n'ait l'habitude de poser cette question aux gens qu'il côtoyait fréquemment, comme Karl, par exemple ? Est-ce Karl venait souvent ? Est-ce que Karl dormait ici ?

La Rouquine dissipa une autre ombre au tableau, une seule immense et nauséabonde suffisait pour ce soir. Pourquoi aurait-elle besoin d'être jalouse d'un ami ?

Il lui fallut se concentrer pour réussir à se souvenir du dernier endroit où elle avait vu un élastique... Hum... Oui. Ce souvenir-là était encore bien frais, ou plutôt, très chaud. Elle se rappelait bien des circonstances, fut parcourue d'un frisson d'excitation, avant d'afficher un sourire on ne peut plus équivoque.

"Je me souviens en avoir retiré un... tout à l'heure." Elle eut un petit mouvement de sourcils pour appuyer sa phrase, et alla jusqu'au lit pour l'inspecter. Elle tâtonna sans vraiment se presser, même si elle avait senti, au timbre de voix d'Esteban, que cela devait être assez angoissant pour lui... Et comme elle y songeait à nouveau, à ses cheveux libérés, contre son visage, dans son cou, à leur odeur... Erin lança, comme elle respirait "J'aime bien quand ils ne sont pas attachés", comme pour elle-même.

Au bout de quelques minutes, elle réussit à retrouver un élastique perdu dans les draps et le leva triomphalement. "Tadaaaam !" Fit la Rouquine au moment où on sonnait à la porte.

Oh mon Dieu ! C'était lui ! C'était le pilote du jet ! C'était leur chauffeur direction Las Vegas. En une seconde, la sonnette lui fit l'effet d'une drogue euphorisante, elle sautilla sur place, ouvrit des yeux ronds d'excitation et frappa dans ses mains.

"D'accord.... Okay.... Donc...." Elle parcourut la distance qui la séparait d'Esteban en une seconde et lui tendit l'élastique dont elle n'avait vraiment plus rien à faire. Elle était folle amoureuse, laissa le pilote sonner encore une fois et plaqua, comme elle semblait l'apprécier, ses deux paumes sur les joues de l'Héritier, pour le fixer dans les yeux.

"Vegas." Insista-t-elle, comme si, dans une seconde, tous leurs projets avortés et leurs rêves les plus fous allaient être réalisés. "Toi et moi à Vegas." Chuchota-t-elle d'une voix devenue plus sérieuse, très concrète. Erin Rosenbach et Esteban Luz-Descalzo à Las Vegas en pleine nuit. Oui !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Mer 26 Mar - 8:36

[J'ai été vite sur la fin histoire de faire les principales descriptions Very Happy]

Ah mais non ! Il n'allait tout de même pas sortir comme ça! Déjà qu'il n'avait pas passé ses crèmes habituelles ni même pris le temps de remettre un peu de parfum, si il ne trouvait pas d'élastique pour s'attacher les cheveux, où allait-on ? Enfin, pour ce qui était des parfums et des produits de beauté, Juan aurait sans doute une panoplie complète et satisfaisante prête à l'intérieur du jet, dans la partie de ce dernier qui faisait "chambre". Il cessa de s'angoisser pour rien quand Erin s'approcha de lui et ajusta son nœud papillon. Enfin il cessa surtout de s'angoisser quand elle l'embrassa, car cette sensation inhabituelle lui était toujours aussi agréable. Puis ce n'était pas souvent qu'il avait droit à des compliments sur sa tenue, même si il était d'accord pour dire que ce tailleur italien était l'une des meilleurs marques qui fut lorsqu'il s'agissait de costumes. Il caressa la joue d'Erin, croisa une mèche avec le dos de sa main, et remarqua que ses cheveux n'étaient pas secs. Oh ! Quel idiot... Il avait littéralement monopolisé le séchoir, et maintenant elle n'allait pas pouvoir se coiffer correctement. Pourquoi n'y avait-il pas pensé plus tôt ? Mais là encore, le matériel de Juan à bord de l'avion devrait les sauver et leur permettre d'arriver à Vegas comme si ils s'étaient apprêtés à passer le concours du couple le plus tiré à quatre épingles de l'année.

"Tu es très belle aussi, bien qu'un peu... mouillée."

Allez. Encore une réplique involontairement douteuse et maladroite à son actif. Esteban ne s'était absolument pas rendu compte du fait que ce qu'il venait de dire pouvait paraître parfaitement déplacé, incongru, voire impoli. Il enchaîna, ce qui eut au moins le le don d'éclaircir ses propos ainsi que ses intentions, maladroites, innocentes, comme toujours ou presque.

"J'aurais dû te proposer le séchoir. Je suis désolé, ça ne m'est pas passé par la tête... Mais ne t'inquiète pas, il y aura tout ce qu'il faut à bord, nous aurons l'occasion de finir de nous préparer avant d'atterrir..."

Il avait presque oublié cette histoire d'élastique. Erin la lui rappela, et la sensation de ses cheveux libres contre ses épaules et ses joues se remit à le démanger. Il aimait bien avoir les cheveux détachés, mais dans ce genre de tenue, ça lui semblait assez peu convenable. Esteban se remit à chercher tout autour de lui.

"J'ai pu en perdre d'autres dans la semaine... J'ai beau ranger tous les jours, parfois j'en rate un et je tombe dessus trois semaines plus tard."

Il soupira, excédé à cette idée. Pourquoi fallait-il toujours que quelque chose empêche son studio d'être parfaitement propre et bien tenu ? Bon d'accord... L'appartement était recouvert de vêtements retirés à la va-vite, le lit était défait, il n'y avait plus trop lieu de s'inquiéter du ménage maintenant, il verrait ça en revenant de Vegas... Elle aimait bien lorsqu'il laissait sa tignasse à l'air libre ? Esteban s'arrêta de chercher, hésitant. Aurait-il dû abandonner l'idée de se coiffer ?

"... Je ne sais pas si cela serait très convenable, avec ce genre de vêtements..."

En tous les cas il allait devoir attendre un instant avant d'en décider. Vince venait de sonner à la porte. Erin, de prendre son visage entre ses mains d'une manière surprenante bien que ce ne fut pas la première fois. Il écarquilla les yeux, avant de sourire bêtement. Oui... Ils allaient à Las Vegas. C'était facile. Olivia avait tellement habitué Esteban à ses folies quand il était petit qu'il n'avait pas le recul nécessaire pour trouver cela aussi fou qu'il l'aurait dû, mais il était tout de même excité comme une puce à l'idée de découvrir Sin City et ses merveilles de lumière, le tout en charmante compagnie. Il encadra le visage d'Erin de ses mains à son tour, et l'embrassa une fois de plus. Un baiser bref mais appuyé.

"Oui ! C'est parti pour le Nevada... Il faudra environ trois heures trente de route si j'ai bonne mémoire, mais je suis sûr qu'elles passeront très vite !"

Surtout si ils dormaient un peu. D'ailleurs ça serait bien qu'ils dorment un peu, sans quoi Esteban risquait de ne pas tenir la journée suivante. Il cachait sa fatigue, mais elle était toujours très présente. Elle n'allait pas tarder à le rendre malade si il ne faisait pas plus attention. Il décida d'emporter la bouteille de champagne dans son seau glacé pour éviter de la gâcher, et il partit ouvrir la porte à Vince, qui ne dit rien, mais jeta un regard entre amusement et entendement à la scène. Ah, le mioche amenait une fille avec lui... Il était bien comme sa mère celui-là, à partir à Vegas sur un coup de tête, en roucoulant comme un aveugle en pleine ivresse !

"Monsieur. Mademoiselle... J'ai dû atterrir à l'aéroport. J'ai fait venir un taxi, nous y serons dans quelques minutes."

Ah oui. Un avion, ça demandait beaucoup de place pour décoller et pour atterrir... C'était vrai qu'on ne pouvait pas faire ça n'importe où. C'était sans grande importance, d'autant que Vince avait ses combines : ils allaient être conduits jusque là-bas en limousine. Évidemment. Une fois l'appartement quitté, il fallait traverser le campus, au risque de tomber sur plusieurs étudiants en retour de soirée. Enfin, le véhicule attendait ... rangé en double-file, au risque de rappeler certains souvenirs du début de soirée. Le jet quant à lui attendait sur une piste privée. C'était un avion de belle taille, pour un véhicule appartenant à un particulier. L'intérieur était divisé en trois : un semblant de salle de bain doté d'un jacuzzi et de tables de massages, une portion de chambre avec un grand lit, entouré de rideau de mousseline crème, et enfin la fameuse partie salon, grand écran, canapés plein de coussins, sièges à ceinture destinés à accueillir les voyageurs lors du décollage, de l'atterrissage, et durant les périodes de turbulence. On ne faisait décidément pas les choses à moitié, chez les Luz-Descalzo.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Mer 26 Mar - 18:50

Ne pas relever les phrases maladroites que pouvait prononcer Esteban était difficile pour Erin, mais fort heureusement, ça se bousculait dans sa tête, et elle n'avait pas le temps de s'arrêter pour lui répondre une petite note pour le faire rougir. Pas le temps, parce qu'elle se trouvait déjà dans un taxi. Ah non, déjà arrivée à l'aéroport. Ah non, elle entrait dans le jet des Luz-Descalzo.

La grande classe. Erin ouvrait de grands yeux ronds comme si elle n'avait jamais eu l'occasion de côtoyer un tel luxe. Il fallait être sincère : la famille d'Esteban était plus puissante que la sienne, et si Lilian avait un hélicoptère à sa disposition, elle était loin d'avoir un jet privé. Son coeur tambourinait prestement, et elle remercia sans s'en rendre compte le pilote d'avoir été aussi rapide.

Il avait semblé tiqué en la voyant, mais ça aussi, elle l'avait occulté. Alors qu'ils prenaient place sur un siège chacun, Erin se rendit compte qu'elle avait les mains moites. L'anxiété ? Un peu, en réalité, c'était très excitant de s'envoler à l'improviste, mais c'était toujours assez stressant, un avion, si haut. Cependant, il y avait mille autres choses qui chassaient les idées noires, et l'avion était le cadet de ses soucis. Mais... dans le doute... elle s'attacha, sans réfléchir.

"Trois heures de vol..." Se remémora-t-elle, laissant sa tête retomber contre le dossier. "Tu crois que les wiccans peuvent se téléporter ?" Elle avait parlé comme elle pensait, sans prendre la peine de tourner sept fois sa langue dans sa bouche, et était trop impatiente d'y être pour se tenir tranquille.

Ce serait tellement mieux s'ils pouvaient déjà être sur place, d'un claquement de doigts être à Las Vegas, un autre, à Paris, un autre, à Tokyo... Ils pourraient aller manger des sushis et voir le lever de soleil sur la Tour Eiffel... Mais loin d'elle l'idée de regretter d'avoir trois heures à tuer en compagnie d'Esteban dans ce beau et grand avion. Erin battit l'air de ses pieds comme une enfant, mais son oeil fut capté par le seau à champagne qu'il avait transporté tout ce temps. Un large sourire dévoila ses dents.

"Deux coupes et il est accro !" Se moqua-t-elle en tirant sur sa ceinture pour se tourner vers lui et jouer avec une mèche de cheveux qu'il avait finalement attachés. Il avait même dit que ce ne serait pas convenable avec cette tenue... Erin, en se rappelant cette conversation, ne put cette fois pas laisser passer l'occasion de bomber légèrement la poitrine. C'était une discussion qu'ils avaient eu il y a vingt minutes mais qu'importe. Il suivrait. Ou pas.

"C'est vrai que nous avons fait tout ce qu'il était possible de faire convenablement..." Son regard fut instantanément brûlant. Il faut dire que les souvenirs étaient encore bien présents dans sa mémoire. "Tu m'autoriseras à détacher tes cheveux à l'hôtel ?" oui... à l'hôtel. Quand ils auraient repris des forces, qu'ils auraient assez bu pour ne plus faire attention à leur maladresse commune, qu'elle aurait appris à Esteban à perdre au casino -vu leur chance à tous les deux...- et quand elle lui aurait dit qu'il était son Prince Charmant et qu'elle voulait se marier avec lui. Si si, après quelques verres, et vu l'état émotionnel dans lequel elle était déjà, Erin n'avait qu'Esteban en tête. Ne pas perdre une seconde et respirer le même air.

D'ailleurs, elle se sentait un peu assoiffée... Vingt minutes sans un baiser. Elle s'étonnait te tenir si bien. Qui était accro ? La Roquine se pencha, fut gênée par la ceinture, eut une moue. Mais le vrombissement des moteurs indiqua le décollage, et elle fut contrainte de se tenir sage. Boudeuse, essayant pourtant de ne pas faire sa petite fille gâtée, Erin grimaça.

"Je te laisse trois heures de répit." Annonça-t-elle avec un immense sourire, des yeux pétillants, avant de se mordiller la lèvre. Elle regrettait déjà ce qu'elle venait de dire. La voix du pilote dictait l'heure actuelle, le temps estimé du trajet, des recommandations d'usage, et sans doute un "je vous souhaite un bon voyage" mais Erin n'écoutait pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Jeu 27 Mar - 2:37

Esteban cherchait à attacher sa ceinture, mais il avait un peu de mal. La boucle semblait ne pas vouloir lui obéir. Elle n'arrêtait pas de faire des "clics" agonisants, qui chaque fois échouaient à lier les deux bouts. Il fronça les sourcils et commençait à s'énerver un peu, mais réussit finalement. Il put alors se concentrer pleinement sur Erin, qui faisait des suppositions absurdes. Des wiccans ? Mais enfin ! Pourquoi lui parlait-elle de ces hérétiques ? A supposer qu'ils puissent se téléporter, ils cherchaient l'aide du diable pour en devenir capable. Et ça, c'était MAL. Oublions brièvement le fait qu'il avait prévu d'avoir des crocs dans moins de cinq mois, car lui-même n'y pensait largement plus. L'air contrarié, il jeta un regard involontairement refroidi sur la jeune femme. Il n'aimait pas parler des outres... Ça lui donnait l'impression d'invoquer les démons. Et l'idée d'avoir un démon tout près de lui avait tendance à lui glacer les sangs.

"Je n'en sais rien, mais les wiccans pratiquent un art qui devrait rester interdit. La science produira des téléporteurs... peut-être un jour."

Ce n'était pas le meilleur des sujets de conversation... Vraiment pas. Esteban se laissa avec joie détourner de celui-ci par le fameux champagne. Il écarquilla les yeux, faussement contrarié. Bon, d'accord. Il était peut-être un peu contrarié en vrai, mais c'était plutôt dû à sa ceinture récalcitrante. Ou bien à cette histoire de wiccans. Et un peu aussi quand même à cause de la pique d'Erin. Mais enfin, il n'avait pas envie de s'énerver dans un moment pareil ! Alors, il transforma son irritation en sourire  au fur et à mesure qu'il répondait:

"Quoi ? Mais non enfin ! Je n'allais pas le laisser se gâcher. En plus, tu me vois le finir tout seul ?"

Erin toucha ses cheveux, sur lesquels il sentit une petite tension qui lui donna envie de s'approcher d'elle (ce qui n'était pas conseillé au moment d'un décollage). Faire les choses convenablement. Esteban n'avait pas compris la référence à sa propre phrase, lorsqu'il avait jugé bon d'attacher sa tignasse, par contre, le mot "convenable" était gravé définitivement dans son esprit pour d'autres raisons plus cuisantes. Il se rengorgea, avant de répondre, sur le ton de la plaisanterie, avec un air très convaincu.

"C'était très convenable ! Exceptionnellement convenable. Ou bien convenable pour une fois. Ou bien convenable avec versement anticipé... Ce qui ne veut pas dire grand chose à bien réfléchir. Mais tu as l'autorisation permanente de détacher mes cheveux où et quand tu voudras, si ça reste en privé."

Et d'accompagner ses paroles d'un léger sourire. Mince, ça allait être dur d'attendre. Il fallait qu'il soit raisonnable ceci dit... Il se sentait fatiguer. Il commençait à voir trouble. Il avait besoin de repos. Elle semblait vouloir lui accorder le répit du voyage... Ça ne lui plaisait pas, mais c'était peut-être une bonne idée. Il vint chercher sa main sur l'accoudoir annexe pour la caresser avec son pouce.

"Eh bien... J'ai hâte d'être arrivé."

Comme pour obéir à un ordre implicite, les moteurs de l'avion démarrèrent. Bientôt, Erin et Esteban eurent le dos collé au fauteuil par la vitesse. Les roues avant se soulevèrent, suivies de la carlingue entière, qui prenait rapidement de la vitesse. Anxieux, Esteban évitait de regarder le hublot. Il n'était pas rassuré en avion. Et sa santé lui jouait des tours. Sa  tête se mit subitement à tourner. Son oreille interne lui faisait des misères. Une nausée, une sensation de malaise. Ce n'était pas le mal des transports... Juste son corps affaibli qui lui indiquait apprécier relativement peu l'altitude prise. Il ferma les yeux et posa la tête dans le fond du fauteuil, dans l'espoir que la crise cesse dès que la hauteur de l'engin redeviendrait constante.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Jeu 27 Mar - 19:39

Erin eut un mouvement, involontaire, de recul lorsqu'elle reçut en pleine figure la réplique d'Esteban, qui semblait... outré, l'oeil froid, sévère, comme si subitement elle avait été la pire des injures à côté de lui. Ouahou. Elle déglutit, ne sachant plus ou se mettre, refroidit en une seconde. On ne faisait pas pire glaçon. Elle venait de passer de la braise calliente aux cimes de l'arctique.

"Euh... oui." Murmura-t-elle, incapable de savoir si elle devait s'offusquer, lui rire au nez en l'imitant façon pince sans rire, ou simplement lui demander s'il avait un quelconque problème avec les Wiccans ? Est-ce que c'était un sujet douloureux ? Erin ignorait tout des affinités de sa mère avec le TPH, tout comme elle avait toujours vécu dans un gentil monde préservé. Son côté naïf et positif lui avait montré les Outres comme des êtres de contes, de légende, de film... Oh, bien sûr, tout n'était pas rose, elle le savait. Mais les Vampires étaient les plus beaux mannequins des collections de la Fashion Week, les Vodouns résolvaient des enquêtes comme dans les séries policières en parlant avec les morts... C'était étrange, mais assez ... magique.

Elle était assez loin de se demander si c'était bien ou mal, si Jésus approuvait ou pas. Oh, elle était bien élevée, catholique, mais euh... C'était une convention sociale là encore. Elle croyait en Dieu, bien sûr. Elle le pensait bon et aimant, en gentil père de famille, et s'il avait créé des humains, des fées et des magiciens... Eh bien c'était fun ! Même si elle ne cotoyait pas. Plus. Plus, depuis Dior. Mais elle considérait Dior plus comme... sa meilleure amie. Son animal de compagnie. Sa meilleure amie de compagnie... Hum. Elle se força à changer de sujet de pensées intérieures. C'était mauvais, tout ça, pour le moral.

Et présentement, elle se trouvait dans un jet, privé, avec Esteban. Un jour elle le taquinerait sur cette réaction de petit bourgeois qu'elle trouvait finalement assez drôle, et plutôt mignonne. Quand il était pincé, comme ça, comme s'il avait mangé un bonbon acidulé, il était presque détestablement hautain. C'était tout à fait séduisant.

Il détourna la conversation, et ce fut mine de rien très sain. Surtout pour parler de champagne ! Son visage s'illumina, elle voulut répliquer, mais se retint. Sans doute un peu refroidie par l'oeil de son Prince, qui avait été si froid. Pourtant, elle décida que rien n'entacherait sa soirée. Sa nuit. Enfin sa relation avec lui. C'était comme ça, le bonheur, ça se décide !

Et alors... nouvelle envolée lyrique sur ce qui est convenable ou pas. Cette fois, cela chassa totalement ses anciennes contrariétés ! C'était hilarant, elle se demandait combien de temps il pouvait parler sur un sujet donné... Elle adorait ça. Ca lui rappelait leur "conversation" roulés et enlacés sur son lit, elle qui devait dire tout et n'importe quoi, et lui, gémissant... Ah, la chaleur dans les avions. Elle s'éventa de sa mains, en vain. Et elle avait le privilège de pouvoir retirer tout lien de ses cheveux en privé, juste pour elle, rien que pour elle. Le parfum de ses mèches noires lui manquait déjà, comme si elle avait passé dix ans à les sniffer.

MAIS elle avait accordé trois heures de vol de trêve. Il faudrait s'y tenir. Elle regrettait déjà.

"Tu devrais te méfier à m'accorder de tels honneurs, tu sais... ça pourrait te..." Elle plissa les yeux, alors que son regard fut attiré par le hublot, et le sol qui s'éloignait, les lumières magnifiques de la Nouvelle Orléans comme des étoiles, quelques nuages... C'était ... magique. Ses iris étincelèrent, tant et si bien, qu'elle en oublia de finir sa phrase. Et qu'elle ne se rendit pas tout de suite compte de l'état d'Esteban.

Lorsqu'elle en eut assez de ce spectacle -même si elle estimait qu'elle pourrait passer des heures à contempler ces lucioles multicolores- Erin reporta son attention sur l'Héritier, un peu malgré elle, confuse de l'avoir délaissé. Mais elle n'eut pas le temps de se sentir gênée, car le visage d'Esteban était livide, les yeux clos, et la tête encastrée dans le dossier du fauteuil...

"Hé !" S'inquiéta-t-elle immédiatement, tapotant sa main, et posant l'autre sur son front. Elle avait oublié qu'il était malade... Oublier. Même si ce n'était qu'un petit malaise dû au décollage, la Roquine venait de reprendre en pleine figure ce "petit détail" qui les briserait un jour. Sa gorge se noua, mais la crainte permettait de ne pas se laisser aller à la mélancolie. "Tu vas bien ?" Bien sûr que NON il n'allait pas bien ! Elle ignorait pourquoi elle avait posé le dos de sa main sur son front, puisqu'il n'avait pas l'air fiévreux mais... C'était l'instinct. Comme si ce geste avait eu le pouvoir de lui indiquait de manière très claire ce qui se passait. Un voyant rouge, ou vert, selon l'état de santé. En voilà une idée géniale !

"C'est fini, regarde, on est au dessus du bayou." Elle ne savait pas à quoi était dû son attitude, mais elle non plus n'aimait pas les décollages, ni les atterrissages... les atterrissages, c'était pire encore. Mais Erin connaissait la solution miracle. La voix du pilote leur indiqua qu'ils pouvaient retirer leurs ceintures, merveilleux timing, et la Roquine exécuta immédiatement pour bondir sur le seau à champagne. C'était un vrai jet privé de milliardaire... Il y avait des coupes bien en vue, dans une armoire à la porte en plexiglas, alors Erin n'eut qu'à se servir.

"Il est encore frais..." Gloussa-t-elle, redevenue confiante et insouciante, en remplissant deux nouvelles coupes, et se refroidissant la main au contact de la bouteille presque givrée. Elle tendit son verre à son Prince, en plissant les yeux, comme pour le convaincre de céder à la tentation, penchée vers lui dans sa belle robe bustier.

"Oh... excuse-moi... peut-être que tu préfères un cachet, quelque chose ?" Il lui restait une once de raison. Cette once-là qui avait été ravivée lorsqu'elle avait réalisé qu'il était atteint d'une leucémie. Qu'il était souffrant, et pas un petit rhume. Pas quelque chose qui serait adoucit par l'alcool... C'était idiot de sa part de lui proposer encore une coupe, alors qu'il était dans cet état, et qu'il en avait déjà bu deux. Et on savait tous ce qui était advenu ensuite... Mais à ce souvenir, Erin eut un petit frisson loin d'être coupable. "C'est que c'est le remède de ma mère contre le mal des transports..." se justifia-t-elle avec un petit sourire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Jeu 27 Mar - 22:12

Non, ça n'allait pas très bien... La réponse à la question d'Erin était assez évidente. Pourtant Esteban aurait préféré qu'elle ne se rende pas compte de son état. Il cligna des yeux et ouvrit des paupières fatiguées. Il voulut esquisser un sourire mais sa pâle tentative ne fut pas suffisante pour cacher le fait qu'il était exténué, proche d'avoir le cœur sur les lèvres. Il referma ses doigts sur la main d'Erin pour tenter de la rassurer. Il ne se passait rien qu'Esteban ne connaisse pas déjà depuis un moment. Les malaises, la fatigue...

"Ne t'inquiète pas... Ça va passer."

Elle posa une main sur son front, et il ne put empêcher un éclat de tristesse attendrie de passer dans ses yeux. Il était très souvent fiévreux. Il l'était peut-être même à ce moment précis... Mais ça n'indiquait pas grand chose. Son corps malade était déréglé de tous les côtés, et c'était là l'unique raison de son malaise. Ce n'était pas quelque chose à quoi il fallait penser. Pas ce soir. Ce soir, ils allaient à Las Vegas. Alors, il prit l'opportunité qu'Erin lui offrait de changer de sujet de conversation. Il tourna la tête pour regarder à travers le hublot. Il tira une vague grimace.

"... C'est haut quand même... Je préfère quand on se trouve au dessus des nuages. Ça donne presque l'impression que le sol n'est pas si loin que ça..."

Il suivit le mouvement initié par Erin et se détacha, même si il ne se sentait pas vraiment de se lever. Il avait la tête qui tournait et les jambes en coton. Il eut une ample inspiration et décida d'attendre encore quelques secondes avant d'essayer de se redresser. Il eut alors l'occasion de voir Erin verser du champagne dans de nouvelles coupes. Hésitant, il se demanda si c'était vraiment une bonne idée. Cela dit il n'osait pas la contrarier. Il ne voulait pas qu'elle se fasse du souci pour son état de santé. Il tendit la main pour prendre le verre qu'elle lui offrait. Elle l'arrêta d'une phrase censée. Esteban leva les yeux sur elle, et hésita. Finalement il resta sur sa première idée : il ne voulait pas gâcher la fête ! Il trouva la force de sourire de manière un peu plus convaincante.

"Ah non, ne t'inquiète pas ! Je ne suis pas malade, c'est juste que je commence à être un peu fatigué... D'habitude je me couche beaucoup plus tôt. Ce serait dommage de ne pas finir la bouteille."

Il ne lui demanda pas son avis, et lui prit la coupe des doigts. Il avait le besoin urgent de se mettre à l'aise, et de se détendre, à défaut de pouvoir somnoler. D'un geste  nerveux, il glissa le doigt au niveau de son col pour desserrer le noeud papillon. A vrai dire à force qu'on parle de ses cheveux, il avait l'envie urgente de les libérer, puis de retirer son blazer et toutes les couches de vêtements trop soignés... Un tour au lit, ou dans le jacuzzi, lui auraient fait le plus grand bien.

"... Dis, je ne me sens pas de rester comme ça trois heures. On pourrait peut-être trinquer dans le jacuzzi, ça serait plus agréable non ?"

Au temps pour les trois heures de répit. Elles ne seraient peut-être pas aussi calmes que prévu, même si elles n'allaient certainement pas devenir aussi bouillantes que les précédentes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Jeu 27 Mar - 22:48

Malgré les efforts d'Esteban pour paraître très en forme, du moins, pas mal en point, c'était assez mal joué. Erin s'inquiéta en se mordant l'intérieur de la bouche, se disant qu'elle aurait vraiment dû éviter de lui proposer un autre verre d'alcool. Ce n'était pas un petit état grippal qui passerait avec un bon grog... Il tenta de la convaincre que ce n'était rien, elle savait qu'il mentait, mais avait envie de le croire. Et surtout pas envie de le contredire. Alors qu'elle allait quand même essayer d'être adulte et d'invoquer la Sagesse, il lui prit la coupe des mains.

Bah, tant pis pour la sagesse, ce serait une autre fois... Elle ne mit pas longtemps à la mettre hors de sa conscience, parce qu'Esteban entamait un sujet de conversation mille fois plus intéressant. Rien que voir sa main tirer un peu sur son col, serré par le noeuf pap', émoustillait la Rouquine. C'était comme ça, elle n'y pouvait rien. Il y avait certaines choses qui faisaient tilt, instantanément, et dans n'importe quelle situation... Elle cessa de s'angoisser, et songea que la fin de sa phrase après "ça ne me dit pas de rester comme ça trois heures" allait être quelque chose comme "tu veux qu'on fasse une partie de monopoly", son regard s'illumina en entendant un mot magique.

"Jacuzzi ?" Répéta-t-elle, loin d'être pourtant incrédule. Oh mon Dieu ! Adieu la crainte de son petit malaise, adieu l'ombre affreuse de la Leucémie, adieu les petites contrariétés, il y avait un spa !! De l'eau chaude, des bulles, du champagne, et Esteban sans ses vêtements. Il fallait être complètement raisonnable pour refuser. Son teint rosit légèrement sous l'effet chaleureux qu'eut cette proposition. La température montait déjà, elle devait essayer de se rafraichir... Après tout, il avait tout de même l'air éreinté et un bon bain lui ferait du bien.

"Comment résister à ça ?" Ronronna-t-elle, espérant trouver la force pour garder la tête froide. Ah ! Elle avait une solution ! Erin vida la coupe de champagne par petites gorgées, mais d'une traite tout de même. C'était très frais, ça pétillait. C'était ce qu'il lui fallait. Elle crut avoir réussi à faire baisser la température de son corps, mais à mesure qu'elle suivait Esteban vers ce qui était la "salle de bain" (dans un jet), et qu'elle y vit des tables de massage et le magnifique jacuzzi plein de promesses... Elle s'éventa de nouveau de sa main, sentant ses joues brûler.

"Attends euh..." Comment lui dire ? Excuse-moi, mais je ne sais pas me tenir plus d'une heure alors que tu es malade et que tu as l'air d'avoir soulevé des poids toute la journée, que tu as besoin juste de calme et de tendresse... Elle ferma les yeux, puisa dans sa grande maîtrise d'elle-même. Celle qu'on apprend aux petites filles de bonne famille, parce que Cendrillon ne saute pas sur le Prince pour le violer. Elle inspira longuement, sentit les degrés descendre, se félicita d'avoir rappeler la Sagesse, et put enfin parler sans avoir l'air de suffoquer.

"Laisse-moi..." Elle s'approcha de lui, glissa ses mains dans ses cheveux. La Sagesse faisait la moue. "Profiter de mon petit privilège..." Et ses mains retirèrent le plus délicatement possible l'élastique, pour laisser une mer d'encre noire se déverser sur ses épaules. Erin eut un soupir. La Sagesse savait qu'elle aurait du mal avec cette jeune dévergondée cette nuit... Mais la Roquine ne s'arrêta pas en si bon chemin. Elle prit le temps de caresser ses cheveux, d'approcher son visage pour inspirer son parfum, coller sa joue contre sa mâchoire.

Il avait l'air exténué, à bout de forces, il y a quelques minutes. Elle n'avait aucune envie de lui forcer la main, encore... Déjà qu'elle l'avait invité à la fête sans trop lui laisser le choix, qu'elle avait tout manigancé pour se retrouver chez lui, presque nue, dans l'une de ses chemises... Erin n'avait pas envie de jouer encore les aguicheuses. Même si, bien sûr, on ne se refait pas...
Alors, elle passa les mains dans son cou, sur son col, et tira le tissu du nœud pour le faire coulisser lentement. "Ne t'inquiète pas, j'ai dit que je serai sage pendant trois heures. Je t'aide juste à te déshabiller." Elle croyait presque totalement à ce qu'elle disait... C'était tellement tentant... Tellement frustrant... Mais elle se disait que c'était un mal pour un bien. S'ils s'endormaient comme des masses dès leur arrivée à Vegas, elle serait déçue. Il fallait savoir faire des sacrifices, pour profiter ensuite. Alors, du mieux qu'elle pouvait, Erin s'échinait à ne mettre que peu de lascivité dans ses gestes et évitait le regard d'Esteban, pour ne pas avoir à succomber. Le noeud papillon tomba sur le sol de manière délicate, et elle déboutonna sa chemise, le plus chastement possible...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Ven 28 Mar - 0:53

Alors c'était d'accord ? Esteban eut un sourire amusé, et aussi un peu entendu. Difficile de résister à l'appel du jacuzzi quand on passait plus de deux heures dans le jet de son oncle... lui-même n'avait presque jamais manqué une occasion d'y barboter. C'était tellement agréable, les bulles, l'eau chaude, le tout en se sachant planer à plusieurs dizaines de kilomètres d'altitude !

"Bonne question, à laquelle je n'ai toujours pas trouvé la réponse.. !"

Il se leva précautionneusement. Il réservait sa coupe de champagne pour plus tard : il avait fini par comprendre que la boire trop vite serait une mauvaise idée. Visiblement, il tenait debout. Il s'éloigna en direction de la pseudo salle d'eau, afin d'ouvrir la marche. Il posa son verre dans un socle prévu à cet effet, se baissa et actionna le mécanisme destiné à préparer le bain. Cela dit, Erin l'appela, si bien qu'il se releva presque aussi vite. Il se retourna, l'air interrogatif.

"Oui..?"

Que lui arrivait-il ? Elle semblait figée. Les yeux fermés... Les respirations difficiles... Y avait-il un souci ? Avait-elle quelque chose à lui annoncer ? Le jeune homme fronça des sourcils inquiets. Oh non ! Avait-elle changé d'avis et désirait-elle rentrer parce qu'elle s'était subitement rappelée de sa condition physique, et avait décidé qu'elle ne le supporterait pas plus longtemps ? Esteban avait cessé de respirer et l'observait avec un air beaucoup moins assuré qu'au préalable. L'air en question fondit lentement lorsqu'il la vit s'approcher. Ça ne pouvait pas être si terrible, elle n'avait pas l'air d'être sur le point de vouloir détourner l'avion. Enfin ses mains défirent le catogan d'Esteban. Ses cheveux se déployèrent en même temps que son sourire. Il n'avait pas du tout compris pourquoi ce moment de battement, pourquoi cette hésitation de la part de la demoiselle, mais cette conclusion lui plaisait suffisamment pour qu'il décide d'oublier l'inconfort et l'incompréhension. Il avait beau être fatigué, il n'était pas immunisé au charme d'Erin, ni à ses attentions. La façon dont elle le touchait était presque chaste... Mais pas suffisamment pour ne rien réveiller en lui. Son visage restait pâle mais son regard changea de teinte. Être raisonnable... Ça allait être compliqué, pour la bonne raison qu'Esteban ne savait pas vraiment ce que ça voulait dire. Il glissa contre sa joue de sorte à venir cueillir ses lèvres, mais s'arrêta à quelques centimètres de ces dernières. Il l'aurait sans doute embrassée sans retenue si elle n'avait rien rajouté. Elle eut la bonne idée de faire une remarque qui remit à Esteban un peu de plomb dans la tête. Évidemment, c'était beaucoup dire. Il était difficile de savoir si il avait jamais eu "du plomb dans la tête" une seule fois dans sa vie. Il eut un rire élégant, discret. Il n'avait pas envie d'être sage, mais l'idée n'était pas d'arriver à Las Vegas complètement cassé et incapable de profiter de la ville. Seule sa fatigue lui permit de tempérer un minimum ses ardeurs... C'est à dire pas beaucoup. Il posa un baiser doux sur les lèvres de la jeune femme, et coula ses doigts dans ses boucles aux reflets roux, dont les accents flamboyants lui paraissaient toujours aussi fascinant, même si ils étaient un peu ternis par leur humidité. Il attrapa la fermeture éclair de la robe qu'il avait attaché un peu plus tôt. Un trait d'humour d'un goût presque ... convenable, lui vint pour une fois à l'esprit :

"Je pense qu'il reste convenable que nous ne soyons pas très sages... Du moment, que nous ne faisons rien qui risque de vider la moitié du bain sur le sol qui l'entoure, si tu vois ce que je veux dire."

Il était incapable de respecter la volonté de chasteté dont elle parvenait à empreindre ses gestes. Il l'embrassa encore, peut-être un peu trop passionnément. Esteban détacha la fermeture éclair et fit couler ses mains contre les épaules d'Erin afin de faire glisser le tissu. Encore une fois elle allait être plus facile à déshabiller qu'il ne l'était lui-même. Déjà, mieux valait qu'Erin évite de jouer au strip poker en arrivant à Vegas. Ce soir elle ne semblait pas en veine pour gagner à ce genre de jeu !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Ven 28 Mar - 15:08

Erin avait espéré qu’il serait beaucoup plus raisonnable qu’elle. Après tout, c’était lui qui était mourant, qui ressentait son corps fatigué, qui pouvait éventuellement estimer ses forces… Elle le pensait tellement plus modéré et plus obéissant qu’elle… Plus prompt à se montrer prudent et vertueux… Mais ses lèvres à quelques centimètres des siennes, comme l’horizon que l’on ne peut atteindre, était un supplice… Elle fondit lorsqu’il l’embrassa enfin, laissant couler lentement, lentement, ses bonnes intentions.

D’autant plus que le simple contact de ses doigts dans ses cheveux l’électrisait, et… alors… lorsqu’il s’arrêta sur la fermeture éclair…
Elle déglutit, ne put s’empêcher de relever les yeux vers les deux billes bleu-vert qui la rendaient folle. Pourquoi fallait-il qu'elles lancent d’immenses signaux terriblement sexy ? Comme si on lui mettait sous le nez un joli cupcake décoré en lui disant que, peut-être, elle devrait y succomber, alors qu’elle était au régime ?

Elle se sentit à l’étroit dans sa robe, se dandina, mal à l’aise surtout d’être si faible et ne savoir résister à la tentation. Et le discours d’Esteban l’acheva. Convenable… oui. Après tout, il avait tellement raison. S’ils avaient dû être mâtures et corrects dès le début, ils en seraient encore à échanger des banalités avec le petit doigt en l’air… Erin n’aimait pas ça. Bien sûr, elle se sentait à l’aise dans ce type de relation, elle apprécier le jeu de la séduction mais…
Erin était incapable de résister à la tentation. Elle s’écoutait trop, ne voulait pas se décevoir, voulait goûter, tester, essayer, ressentir… Tout, et tout de suite. Ça lui avait toujours joué des tours. Ceux qui en avaient profité n’étaient pas tendres avec elle, ni avec sa réputation, fort heureusement elle avait d’autres armes pour faire taire les petits maîtres chanteurs.

Mais là… Esteban Luz-Descalzo la regardait amoureusement, et pire encore ; et il l’embrassa à nouveau, si des fois elle n’avait pas décelé le sous-entendus de ses derniers mots. Comment résister ? C’était impossible ! Elle se laissa embrasser presque mollement, terriblement dans les vapes, elle s’était liquéfiée sous la tension et le désir. Elle avait abdiqué totalement, en un claquement de doigts. Non, en un petit « zip » en réalité. La robe glissa sur ses hanches jusqu’à rejoindre le nœud papillon, et la Rouquine ne portait désormais plus que cette fameuse culotte de dentelle et ses escarpins noirs.

Elle se laissa alanguir dans un soupir gémissant, c’en était fini de la Sagesse.

« Je… vois ce que tu veux dire… Oui. » Murmura-t-elle, alors que sentir l’air sur sa peau la revigorait. Désormais qu’elle avait réalisé qu’elle ne possédait aucune volonté, qu’elle était faible, mal-élevée, incorrecte, indécente même… Pourquoi aller contre sa nature ? Elle reprit son labeur délicieux, ouvrit totalement la chemise d’Esteban, s’attarda à serpenter un doigt sur son torse, dessina un petit cœur invisible sur sa poitrine avec un sourire de gamine amoureuse, et gloussa d’un petit rire.

« J’ai du mal à rester habillée en votre compagnie, Monsieur Luz-Descalzo. » Elle continua son effeuillage, ouvrit les boutons de ses poignets en caressant l’intérieur de sa paume, et put laisser la chemise rejoindre la robe, et le nœud pap’.

Ils n’auront gardés leurs vêtements qu’une vingtaine de minutes… Mais c’était sa faute à lui ! Il était malade, il aurait dû jouer sa bonne conscience, lui dire qu’elle avait raison, et qu’ils allaient somnoler tranquillement dans un fauteuil, enlacés. Au lieu de cela, il avait embarqué la bouteille de champagne, il avait parlé de jacuzzi, il avait retiré sa robe ! A croire qu’il cachait son jeu le jour, et qu’une fois la nuit tombée, il devenait aussi peu vertueux qu’elle.

Tellement différent de ce visage froid lorsqu’elle avait évoqué les téléportations des Wiccans, ou lorsqu’elle l’avait abordé la première fois au Campus… C’était le jour et la nuit. Le mélange des deux produisait un sentiment de miel et de rose chez Erin. Un chocolat glacé, au cœur fondant…
Le bruit lent et relaxant que produisait le jacuzzi indiqua qu’il était prêt à les accueillir, et la Fille à Papa laissa ses mains caresser son ventre pour détacher sa ceinture, se félicitant intérieurement d’y parvenir plus facilement que la première fois, bouton, braguette, mais il fallait qu’il l’aide s’il voulait être débarrassé de son pantalon de costume en retirant ses chaussures…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Ven 28 Mar - 20:54

Demander à Esteban d'être raisonnable, c'était comme d'attendre du soleil qu'il fasse geler des glaciers. Le jeune homme pouvait sembler très sage au premier abord (après tout il venait de boire son premier verre d'alcool aujourd'hui parce qu'il tenait à respecter parfaitement la loi), mais c'était surtout de la naïveté et du manque d'expérience. Bon. Il était aussi un peu coincé, et on n'allait pas l'amener dans des lieux de débauche sans qu'il se sente extrêmement mal à l'aise et contrarié, cela dit il avait été aussi capable de faire venir deux fois le même jet à l'université dans la même soirée, d'acheter un des champagnes les plus chers au monde sur un coup de tête, et d'initier un voyage à Las Vegas en pleine nuit. On ne pouvait pas s'attendre à ce qu'un petit malaise de rien du tout l'empêche de faire tout ce qu'il avait envie de faire, quand Erin lui lançait des invitations silencieuses. En fait, il était tout à fait le genre à finir à moitié nu et ivre dans une piscine à minuit. Il n'en avait simplement pas conscience. Quand on ne savait pas se contrôler ni résister aux excès... Quand on avait aussi peu de limites qu'Esteban pouvait en avoir, on ne pouvait PAS être tout à fait sage et sérieux.

La preuve en image. Il avait à moitié oublié qu'il fallait qu'il dorme si il ne voulait pas que leur arrivée à Las Vegas se résume à chercher un hôtel-casino dans lequel réserver une suite pour qu'il hiberne jusqu'au lendemain après-midi. Un zip de robe plus tard, Erin était de nouveau presque nue devant lui. Avec un sourire idiot, il pensa que c'était allé très vite, et que c'était amusant, comme ça pouvait aller vite, avec ce genre de tenue... Encore une pensée stupide qu'il avait bien fait de ne pas formuler. Il avait prit beaucoup trop d'avance, alors il glissa ses doigts contre les hanches d'Erin pour les caresser, pendant qu'elle s'attelait à défaire sa chemise. La sensation de ses doigts contre son torse lui arracha un frisson. C'était loin d'être quelque chose dont il avait l'habitude... Mais il adorait cette situation. Il retira son blazer, et regretta un instant de ne pas avoir de cintre sur lequel le positionner. Quand même. Il ne fallait pas froisser ce genre de tissu. Tiraillé entre sa maniaquerie et l'envie qu'il avait de rester avec Erin, il garda le vêtement en main durant plusieurs longues secondes où il eut l'air un peu maladroit, pour changer. Ça ne l'empêcha pas de sourire à la plaisanterie d'Erin.

"Je ne peux pas dire le contraire, mais si cela peut te rassurer, il semblerait que j'éprouve aussi quelques difficultés..."

Envouté par Erin, il décida finalement de faire une entorse à ses manières. Il envoya valser le blazer sur une des tables de massages, en tentant de le froisser le moins possible. Le vêtement tomba tout de même par terre, mais ça avait été bien essayé. Esteban se mordit la lèvre et émit un rire gêné :

".. A ce rythme nous allons peut-être devoir passer au Fashon Show Mall quand même."

Il retira les fameuses chaussures qui embêtaient leur monde, et il ne fallut que peu de temps avant qu'il se retrouve aussi peu vêtu que la jeune femme. Le jacuzzi les attendait, certes, mais il ne put s'empêcher de retourner caresser son corps presque nu, puis de venir se coller à elle afin de l'embrasser encore, de façon plus passionnée. Il glissa ses mains autour de l'élastique de sa petite culotte, mais se rendit vite compte qu'il n'allait pas arriver  à grand chose pendant qu'ils étaient debout.

"Léger problème technique. "

Ajouta t-il avant de s'éloigner à contrecœur, puis d'enlever son sous-vêtement sans plus de manières. Après avoir récupéré sa coupe de champagne, il attendit Erin pour s'enfoncer dans le bain brûlant, qui lui donna instantanément l'impression de flotter dans un nuage pétillant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Ven 28 Mar - 22:04

Erin réalisa enfin qu'elle venait de voir passer les petites fesses d'Esteban qui courait jusqu'au jacuzzi et qui venait de se dissimuler dans l'eau bouillonnante. Elle hésita entre faire une moue d'enfant gâtée qui est fâchée qu'on lui fait fait uniquement passer sous le nez un bonbon sans avoir eu droit d'y goûter, et un petit sourire assez pervers d'avoir encore sur la rétine le cul de son Prince se dandinant...

Le mélange des deux émotions devait lui avoir fait un visage bizarre, mais elle n'allait pas laisser Esteban profiter seul de l'eau chaude. D'autant que la vision encore fraiche de ce corps nu et des cheveux noirs qui voletaient lui fouetta le sang. Elle fit glisser à la hâte la dentelle contre ses cuisses et laissa choir le sous-vêtement sans aucune considération. Elle était loin de réfléchir à ce genre de choses dans une telle situation... De réfléchir tout court, d'ailleurs, et c'est sans doute ce qui la perdra un jour, et qui l'avait déjà perdu plusieurs fois.

Elle sautilla jusqu'au rebord, trempa un doigt et sembla satisfaite de la température. C'était une vieille habitude depuis toute petite, elle avait eu une mauvaise surprise un jour, d'une piscine dite chauffée, qui ne l'était pas. Elle était incapable de se jeter dans l'eau sans cette précaution. Certes, là, évidemment, c'était ridicule. La fumée indiquait clairement que l'eau était comme il faut, loin d'être glacée... Et même si elle ne le connaissait pas totalement, si Esteban qui avait l'air très pointilleux, était entré dans le jacuzzi sans rechigner, c'est qu'elle était parfaitement parfaite.

Elle leva la jambe pour y entrer à son tour, mais sembla avoir un déclic. "Oh !" Elle fit demi-tour, courut jusqu'à sa coupe, vide, mince. Alors il fallut courir jusqu'à la bouteille, remplir son verre, et refaire le chemin inverse.

De nouveau devant Esteban qui avait dû assister à ce spectacle comique, Erin enjamba le rebord pour s'installer face à lui. S'asseoir dans l'eau brûlante la fit immédiatement soupirer. Elle se détendit, se laissa porter par les bulles, se sentit même un peu moins ardente de désir insatiable. Un peu. Car l'eau était trouble certes avec les remous, mais elle avait toujours dans la tête la mémoire de ce corps totalement nu qui passe devant son nez pour aller se cacher. Vilain...

"Dis donc... tu as couru te cacher, hein ?" Se moqua-t-elle avec un regard malicieux. Erin s'approcha, traversant le jacuzzi pour s'agenouiller face à lui, les coudes sur ses genoux. Elle était encore une fois plus petite que lui, dans cette position, mais ce n'était pas grave. Le regarder en contre-plongée avait quelque chose d'adorateur d'un dieu, ou de pornographique, elle ne savait plus trop... Elle fit s'entrechoquer les deux coupes et son sourire s'élargit.

"Pourtant, moi, j'ai bien aimé la vue." Susurra-t-elle en écartant ses genoux pour s'y glisser et pouvoir coller son nez contre le sien. Une petite gorgée bien fraiche pour éviter d'avoir la tête qui tourne. Ou le contraire. "Tu te rends compte qu'on se trouve dans un jacuzzi, nus, au dessus des nuages, et qu'on va à Las Vegas sur un coup de tête ?" Erin avait parlé comme elle pensait, c'est à dire spontanément, et comme si elle se faisait la réflexion pour elle-même. C'était dingue... Étonnant comme Esteban avait été pleins de surprises ce soir, alors qu'elle pensait qu'il serait totalement prévisible dans son rôle de gentleman idéal.

Pendant qu'elle avait articulé ces quelques mots, la main libre d'Erin n'avait pas résisté à l'envie de glisser sous l'eau, contre sa cuisse, elle pensait le déconcentrer en parlant, comme s'il n'allait pas se rendre compte qu'elle caressait son genou presque négligemment.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Ven 28 Mar - 23:10

Esteban se força à garder les yeux ouverts et les tourner sur Erin, qui venait d'émettre un son étrange. De la contrariété ? Quand il remarqua qu'elle était allée courir chercher sa coupe de champagne, il écarquilla les yeux, car elle était pleine et il s'était souvenu de l'avoir vue la vider. Quoi ? Mais c'était quand même la QUATRIÈME non ? Lorsqu'il voyait l'état dans lequel il avait été tout à l'heure après une coupe avalée normalement et l'autre en cul sec, il se demandait comment elle faisait. Certes, elle n'était pas gravement malade, et ça devait un peu aider, mais à cet instant donné, Esteban avait encore (presque) oublié qu'il était mourant. Il se força à se souvenir des nombreuses soirées arrosées de ses parents. Non... Ce n'était pas Erin qui était anormale, c'était juste lui qui ne tenait pas la route du tout. Honteux, il regarda son propre verre avec une mine gênée. Dans quel état allait-il être ? Il se sentait un peu mieux que trente minutes auparavant mais il avait toujours la tête qui tournait.

Il avait l'intention de l'interroger à ce sujet mais ne savait pas vraiment comment formuler ses pensées. Il attendit donc qu'elle vienne le rejoindre, et oublia ce qu'il avait l'intention de dire, parce qu'elle venait de lui poser une question intéressante - dans le sens où il ne la comprenait pas. Esteban cligna des yeux, et lui jeta un regard sincèrement intrigué.

"Me cacher ? Comment ça ?"

Esteban ne s'était pas rendu compte qu'en partant un peu trop vite, il n'avait arrangé personne. L'air de rien, sa maladresse touchait parfois autre chose que son pitoyable sens de l'équilibre, sa trop grande propension à parler, et ses deux mains gauches (ou droites, vu qu'il était gaucher). En tous les cas il se sentait assez mal à l'aise dans cette position, là... Il regardait Erin qui n'était pas loin d'être au niveau de sa ceinture, et qui l'observait depuis le bas. C'était un peu gênant. Peut-être que ça n'aurait pas dû l'être, mais ça lui inspirait des souvenirs qu'il prit soin de verrouiller très loin de son conscient. IL cacha son trouble (ou essaya) et trinqua avec un sourire. La façon dont elle lui écarta les genoux lui arracha un frisson dont il n'était pas sûr de connaître la teneur. Un mélange de positif et de mauvais souvenirs, encore une fois. Sauf qu'il n'avait pas été celui qui se retrouvait dans cette même position. Habitué à devoir refouler ce genre de pensées malsaines, il ne garda que le positif. Quand Erin arriva à son niveau, il avait un large sourire, pas totalement innocent. Ah vraiment, elle avait profité de la vue ?

"Et moi pas suffisamment. Tu as peut-être raison... J'avais un peu trop hâte d'entrer dans le bain."

Eh oui... Ils étaient dans un jacuzzi, dans les nuages, ils allaient à Las Vegas... C'était magique. Mais pour Esteban, ce n'était pas non plus totalement surréaliste. Il avait déjà entendu de ces histoires, notamment sur le passé de sa très chère mère... Il passa un bras dans le dos de la jeune femme, tandis que son nez se rapprochait dangereusement du sien. Il ne cessait plus de sourire. Un bain chaud, Erin, et les néons prometteurs des casinos qui se rapprochaient à toute vitesse. Aurait-il pu passer une meilleure soirée ? Cette main contre son genou l'empêchait de formuler des pensées claires, parce qu'il commençait à avoir les idées tournées ailleurs.

"Oh... Ce n'est que Las Vegas, tu sais. Il faudra que je te raconte la fête d'anniversaire des vingt deux ans de ma mère un jour..."

Il faudrait qu'il s'en souvienne. Un truc à base d'alcool, d'aurores boréales, de tour du monde improvisé et de semaine de partiels ratée. Mais les détails lui échappaient.. Surtout à force qu'Erin le taquine. Le bain bouillant ne l'endormissait plus suffisamment pour qu'il ignore l'effet qu'elle était en train de recommencer à lui faire, malgré le peu de temps qui avait séparé la situation actuelle de leurs ébats précédents. Il glissa son bras dans l'eau et vint caresser sa cuisse pour se "venger". Il n'avait même pas pensé à toucher à sa coupe de champagne, qui attendait, délaissée dans son autre main.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Sam 29 Mar - 1:03

Un gloussement sorti de sa gorge, alors qu'elle frissonnait sous la caresse d'Esteban. Comme pour elle-même, elle murmura un ..."Moi aussi je te raconterai un jour mon 22ème anniversaire..." Ca n'avait sans doute rien à voir avec celui de sa mère, même si cela l'intéressait de tout savoir sur la famille de son bel Héritier ; là, tout de suite, elle se fichait pas mal de sa mère, de son père, ses éventuels frères et soeurs, son cousin ou son grand oncle.

Son dernier anniversaire avait été passé avec Dior. C'était il y a six mois environ. Elles avaient bu. Dior n'avait pas acheté de cadeau à Erin. Erin avait râlé contre Dior. Dior avait grogné contre Erin. Erin avait donné un gage. Dior avait embrassé Erin.

C'était marrant, et surtout, ça avait embêté le Chinchilla, enfin, sa meilleure amie, et avait donc plu à la Rouquine.

Ce n'était pas vraiment le moment de lui raconter ça, et en réalité, elle n'avait aucune envie de parler de Dior, ni de baiser sur la bouche avec une autre fille. Avec une métamorphe. Tiens, elle n'avait jamais fait ce rapprochement-là ! Quoi qu'il arrive, elle stimulait ce genou depuis assez longtemps pour avoir envie d'aller à l'aventure, même si la main d'Esteban le long de sa cuisse la déconcentrait un peu. Comment avoir les idées claires, entre les bulles, la chaleur, le corps nu de son Prince qui frôle le sien, et le champagne ?

Car oui, affirmons qu'Erin ait une grande habitude des soirées mondaines alcoolisées, mais elle a aussi une mauvaise habitude qu'elle ne peut contrôler. Elle se sent grisée rapidement. Alors, oui, elle tient l'alcool. Un peu. Mais le champagne fait tourner la tête, rapidement, et Erin ne fait pas exception. Pour prouver cette théorie, elle but une nouvelle gorgée fraiche, sentit sa tête tourner légèrement, mais ne sut pas dire si c'était les vapeurs dues à cette petite main qui monte, qui monte, qui monte... ou l'alcool.

L'eau brûlante accentuait les effets de la boisson, c'était agréable, doux, cotonneux. Et puis selon le mouvement de l'eau, elle tanguait un peu, se laissait porter, tantôt contre le torse d'Esteban, tantôt un peu plus loin, retenue par sa main contre sa jambe, et la main de l'Héritier sur sa cuisse. Ses doigts remontèrent jusqu'à sa hanche, rejoignirent l'aine, distraitement. Faussement distraitement. Elle prit soin d'éviter tout mouvement inconsidéré et resta parfaitement correcte.... ou presque.

"Pas suffisamment, hein ?" Erin, parfois, parlait, et après, réfléchissait. Et parfois, elle parlait, elle agissait, et ensuite elle réfléchissait. Ce fut donc après avoir ouvert la bouche qu'elle se redressa lentement, sortant petit à petit de l'eau, pour se relever complètement, les bulles au bureau de ses genoux, et elle leva bien faut sa coupe de champagne.

"Et là ?" Elle était pompette. "Et là ? La vue te plait ?" Oui, c'était tout à fait normal, de s'afficher dénudée et toute mouillée juste devant un type qu'on venait de rencontrer, comme si on le connaissait depuis très longtemps et que son corps n'avait plus aucun secret. Et puisqu'elle n'était pas assez exhibitionniste dans cette situation, Erin fit un tour sur elle-même, pour être sûre qu'il ait bien vu sous tous les angles.

Elle dégoulinait d'eau chaude, mais n'empêcha pas un frisson de la parcourir, estimant alors qu'il avait assez profité du spectacle, la Fille à papa regagna l'onde brûlante pour reprendre sa place initiale et venir coller sa bouche contre celle d'Esteban. Un long baiser, un peu incontrôlé, aspirant sa lèvre, preuve qu'elle commençait à perdre pied. La coupe était presque vide, autant se libérer d'une main pour être... plus à l'aise ? Elle se détacha de lui, passa sa langue sur ses lèvres, laissa sa tête aller en arrière pour siroter la fin du champagne, et reposa sur le rebord le verre à pied.

Oh certes, elle c'était donnée en spectacle et avait été totalement hors des convenances d'une jeune fille de son rang. Elle devait ressembler un peu plus à une pouffe de luxe qui aguiche dans un jacuzzi de milliardaire, mais s'il avait fallu réfléchir aux conséquences de ses actes avant toutes les fois où elle s'était rabaissée à ce genre de comportement, jamais sa vie n'aurait été aussi fun !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Sam 29 Mar - 11:08

Sourcils levés, Esteban accueillit la proposition d'Erin. Elle aussi avait des choses intéressantes à raconter au sujet de son vingt-deuxième anniversaire ? Bon sang... Il se sentait subitement très jeune, à l'idée qu'une différence d'âge de quatre ans minimum puisse les séparer. Ce n'était pas ça qui allait le faire déchanter cependant. Il n'était pas vraiment d'humeur à parler, mais il avait hâte d'échanger, plus tard, ce genre d'anecdotes avec la belle rousse. Apprendre à mieux la connaître, et pas uniquement en apprenant son corps par cœur. Ah... Il était complètement fou. Il se sentait beaucoup trop inspiré. Cela dit, c'était un peu un rêve qui se réalisait, même si ça ne faisait concrètement qu'une nuit - même pas, quelques heures tout au plus - que ça avait commencé. Esteban, ou bien l'art d'être instantanément persuadé d'avoir trouvé la Princesse Charmante. Remarquons qu'au moins, ils se ressemblaient effectivement assez dans leur naïveté candide, surmontée d'un gros nuage de crème fouettée multicolore et pailletée. La jeunesse (dorée), de nos jours !

A bien y réfléchir, il faudrait vraiment qu'il lui parle d'Olivia. Voire même qui lui la présente. Quel dommage qu'il ne puisse pas se permettre de la demander en fiançailles... Ce moment aurait été magique ! Il aurait voulu voir la tête de sa mère lorsqu'ils le lui auraient annoncé. Elles s'entendraient sans doute très bien... Quelque chose chez Erin lui rappelait l'énergie pétillante que dégageait sa très chère maman en permanence, et qu'elle lui avait ensuite transmis. Tout à ces pensées divinement agréables, Esteban avait un large sourire bête.

"Je suis impatient d'en savoir plus à ton sujet..."

Et il allait en savoir plus... Mais pas exactement dans le sens où il l'avait entendu. La jeune femme s'était levée subitement, et avait rebondi sur une phrase prononcée au préalable, dont il n'avait pas mesuré l'étendue potentielle. Oh.. Oh. Ah. Oui. Ses yeux écarquillés se teintèrent d'une lueur qui n'avait plus rien d'innocent, et il profita du spectacle qu'il avait sous les yeux - pourquoi ne l'aurait-il pas fait, alors qu'elle l'invitait à se rincer l'oeil version karsher. Il sentit sa bouche s'assécher et se força à prendre une gorgée de champagne, sans perdre une miette du spectacle qui se déroulait sous son regard affamé. Dieu qu'elle était... tout en courbe. Ben oui, c'était une fille. Normal. Esteban n'avait pas souvent eu l'occasion de poser les yeux sur une femme nue. Chaque arête délicate de son corps le fascinait et renforçait l'envie qu'il avait de la toucher, de la goûter, pour la seconde fois... d'une longue liste, si ça ne tenait qu'à lui. La vue lui plaisait... Oui, plutôt, oui.

"... Tu n'as pas idée..."

Qu'est-ce qu'elle était embêtante, cette coupe de champagne ! Oubliant tout de ses réserves, il acheva son contenu en une grosse gorgée, cul sec. Il allait être totalement cuit. Mais il n'en avait rien à faire. Il posa le verre vide sur le bord du jacuzzi, mais ne parvint pas à la laisser dans sa position d'équilibre, si bien qu'elle tomba dans un bruit acéré, puis roula quelques mètres plus loin, sans se briser. Il répondit au baiser d'Erin avec une fougue qui en disait long sur ce qu'il avait pensé de son précédent numéro. Il caressa sa joue. Enserra sa taille, et colla son bas-ventre contre le sien avant même d'avoir conscience de ce qu'il était en train de faire. Il avait envie de dire quelque chose de très très inspiré, parce qu'il était très très inspiré. Cela dit il était aussi très très incapable de réfléchir correctement, si bien que sa langue allait d'activer avant que ses neurones sortent de leur bain d'alcool et d'hormones. Hors des convenances ? Qui s'en souciait ! Ils faisaient peut-être les choses dans un ordre inhabituel, mais ils étaient gentils, et ils ne faisaient de mal à personne. Ils se contentaient de profiter de ce que la vie avait à offrir. Si Dieu n'était pas content, ils se flagelleraient plus tard !

"Tu es vraiment très parfaite... Je crois que tu es en train de me rendre totalement fou, et j'adore ça..."

Il l'embrassa encore, fit pression sur son dos, manqua de la renverser dans l'eau, avant de se rendre compte qu'ils allaient boire la tasse si jamais il ne réfrénait pas un peu ses pulsions. Alors il se contenta de murmurer dans un souffle brûlant :

"Je crois que je veux passer le reste de mes jours avec toi..."

Ah. Oui. Ça n'allait pas être très difficile. Il faisait chaud, non ? Ou bien était-ce les jacuzzi... Les vapeurs de champagne... Les vapeurs d'autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Sam 29 Mar - 15:35

La coupe vidée d'Esteban, ce mouvement lui était totalement passé au dessus. Erin n'avait rien remarqué, n'y avait pas fait attention. Elle n'avait fait que succomber à l'ardeur des baisers, se laissant totalement surprendre par la fougue des mouvements de l'Héritier, son bassin contre le sien lui fit ouvrir des yeux ronds, exaltés ; c'était excitant, elle n'avait aucune envie d'y résister, et elle avait parfaitement oublié sa promesse d'être sage. Elle avait oublié qu'il était dans un piteuse état, qu'il avait une santé fragile, qu'ils se connaissaient depuis quelques jours.

Sa bouche rougie par ces embrassades passionnées s'ouvrit soudainement, alors qu'il déclarait qu'elle le rendait fou. C'était la chose la plus mignonne qu'on lui ait jamais dite. Mignonne ? Non... Ca n'eut pas cet effet là en réalité, elle l'enlaça en répondant à son baiser, parcourant d'une main ses cheveux sans vraiment se préoccuper de la douceur. Ca l'avait électrisée, c'était enivrant, il ressentait la même chose qu'elle, elle se sentait pousser des ailes, capables de tout oublier juste pour rester avec lui, vivre l'instant présent, et succomber encore.

Elle enverrait balader n'importe qui, n'importe quoi. Ses études, ses parents, et même ! S'il voulait partir sur une île déserte juste elle, lui, et de l'amour, et de l'eau fraiche, sans argent, sans vêtement, sans bagage ! Oui ! Elle pouvait faire tout ça. Sans réfléchir, sur un coup de tête. Elle aurait été capable de hurler elle aussi qu'elle était folle de lui.

Elle sentait l'eau autour d'elle, la chaleur de son corps lui semblait bien plus élevée que celle des bulles du jacuzzi, son visage manqua d'y goûter d'ailleurs, il la redressa comme s'il se rendait compte que la noyer serait décevant... Erin n'eut pas le temps de sourire, ni de se moquer de son énergie euphorique qui faisait déjà légèrement déborder l'eau... Parce qu'il ouvrit encore la bouche. Quel bavard celui-là, elle allait lui clouer le bec en y fourrant sa langue mais.

Une courte seconde, ce fut un choc, son coeur arrêta de battre, on venait de la perdre. Elle cilla à répétition, manqua une respiration, mais reprit immédiatement vie. Elle le serra contre lui, l'étouffant presque malgré une force de mouche, l'enlaça comme s'ils s'étaient éloignés durant des siècles pour se repaître de son corps et de son odeur, le nez dans son cou.

"Tout ce que tu voudras." C'était un peu mangé car sa bouche était contre sa peau et qu'elle avait avalé une mèche de cheveux noirs, mais l'idée était là. Elle brûla son cou de baisers enflammés, remonta jusqu'à son oreille. "Tout ce que tu veux, tous mes jours, toutes mes nuits." Erin se sentait pleine d'une énergie décuplée par le choc de cette déclaration, qui la galvanisait, tout en lui donnait des frissons d'émotion intense, comme si elle pouvait avoir les larmes aux yeux tout en se sentant plus excitée que jamais. C'était sans doute un penchant naturel accentué par l'alcool. Mais l'effet était là.

Elle ne voulait plus attendre, ils avaient déjà pris trop de temps ! Tout ce temps perdu à attacher leur ceinture, dans le taxi ! Si elle attendait trop, la Leucémie se rappellerait à eux, le jour se lèverait ! Cette nuit-là ne devait jamais finir. La Roquine s'arrangea pour qu'Esteban s'assoie plus ou moins confortablement, pas évident quand on se dévore et se caresse de manière aussi endiablée, maladroite, hâtive, comme si la peau brûlait. Elle l'enjamba et mordit sa mâchoire sans réfléchir, petit geste pour détourner son attention d'un léger coup de rein volcanique en faisant tressauter ses mèches flamboyantes.

"Je ne peux pas attendre..." Gémit Erin en se contorsionnant pour glisser sa main contre son ventre, coincée entre leurs deux corps quasiment enchevêtrés. Ses doigts descendirent jusqu'à son entre-jambe. Ce n'était pas très élégant, mais elle fut assez habile pour n'avoir qu'une petite ondulation de bassin à appliquer, avant de lâcher un soupir de délivrance, sentant leurs corps se raidir et fusionner.

Dans un instant de demi-conscience, comme en apesanteur, elle revint caresser ses joues, l'embrasser avec un peu plus de douceur, même si son corps avait sa volonté propre, et qu'il était impossible désormais de le contrôler, dans l'agitation de ses hanches. "Moi je ne crois pas... J'en suis sure. Je veux rester avec toi pour toujours, tu me fais planer... Je suis incapable de résister. J'ai... pas envie... d'attendre. C'est toi que je veux, tout ma vie." C'était entre la complainte et l'aveu fiévreux, mais ça n'avait rien de douloureux, c'était grisant, c'était la meilleure sensation qu'on puisse avoir au fond du coeur, parce qu'il était à elle, et qu'elle était à lui. Ils auraient tout le temps pour que cela devienne douloureux, triste, affreusement déchirant. Là, c'était passionné.

Bien sûr, elle n'avait pas réfléchi au fait que lui déclarer sa flamme ainsi pouvait leur rappeler plus rapidement que prévu la lourde situation présente, qu'ils oubliaient chacun en quelques coups de reins langoureux et clapotant...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Sam 29 Mar - 18:28

Les réactions d'Erin étaient au diapason des siennes. C'était tout bonnement incroyable... Il n'avait jamais vécu quelque chose d'aussi intense, sans même parler des atomes crochus qu'ils partageaient. Quoi de plus jouissif pour un tempérament passionné et excessif comme celui d'Esteban, qui avait toute sa vie aspiré à ce genre d'expériences sans jamais réussir à en avoir, faute de malchance ou de ne pas oser. Elle le serra fort contre lui et il répondit par une étreinte similaire, au cours de laquelle il en profita pour perdre son visage dans ses merveilleuses boucles, qui avaient encore l'odeur du shampoing. Ce qu'elle disait, qu'il entendait à peine car elle avait la bouché collée contre sa peau, sonnait à ses oreilles comme la plus belle des déclarations. Transporté, il n'avait pas eu peur qu'elle soit effrayée par ses propos passionnés, et il avait eu raison car elle répondait sur un ton similaire. Oh ! Oui ! Tous les jours, toutes les nuits, et même le reste du temps. Jusqu'à ce que la mort les sépare ! Enfin non, on allait oublier cette partie de la déclaration, ça risquait de gâcher l'ambiance. Sa respiration était devenue fébrile, mais ce n'était pas à cause de sa santé vacillante cette fois-ci. Les attentions d'Erin le mettaient dans tous ses états. Il se laissait guider, comme elle l'invitait à s'asseoir correctement. Il aimait la sentir aussi entreprenante. Si elle ne pouvait pas attendre, alors elle n'était pas la seule. Le coup de mâchoire l'acheva et il émit un gémissement d'anticipation.

Le son en question se mua en cri de surprise ravi. Esteban ne s'était pas attendu à ce que la jeune femme le chevauche de cette façon, et encore moins à ce qu'elle décide de remettre le couvert aussi vite, à même le jacuzzi. Et sans protection. La sensation de leurs corps enchevêtrés était différente de la première fois pour bien des raisons. Son esprit se perdit dans les sensations. Il n'avait jamais été dans cette position... N'avait jamais même imaginé pouvoir se retrouver ainsi dominé un jour. Disons que ça ne lui était même pas venu à l'idée. Pendant un instant d'inquiétude, il se demanda si il était vraiment très convenable de faire l'amour de cette manière. Puis il vit Erin, sublime, entourée de sa crinière flamboyante... Ses yeux chauds qui le fixaient comme elle venait l'embrasser... Ses mouvements fascinants, et ce plaisir intense qu'il avait à accueillir ses mouvements de hanches, à se plier à sa volonté. Il oublia l'indécence de la situation aussitôt. Il se sentait beaucoup trop bien pour vouloir changer quoique ce soit. Alors, il glissa une main derrière sa nuque pour attraper ses cheveux et répondre  ce baiser, les lèvres tremblantes. Son autre main suivait les mouvements du haut de sa cuisse et les encourageait. Quelques instants plus tard, elle s'était glissée dans le bas du dos de la demoiselle, pour mieux suivre chacune de ses secousses. Ses propres hanches bougeaient pour suivre les mouvements initiés par son amazone, bien qu'il ne fut pas dans une position adéquate pour bouger. Se sentir ainsi coincé lui procurait un plaisir qu'il n'aurait sans doute pas avoué consciemment. Cela dit, difficile de ne pas comprendre qu'il était plutôt content de sa situation lorsqu'il se mit à gémir, bien plus rapidement qu'il ne l'avait fait au studio. Pour planer... Il planait, lui aussi. Galvanisé par tout ce que lui disait Erin il avait l'impression qu'il n'arriverait jamais à redescendre du nuage de plaisir dans lequel il était plongé - cette sensation étant rendue plus puissante encore par la présence de l'eau chaude et des bulles tout autour d'eux. Il commençait à ne plus savoir ce qu'il disait :

"Oh...Erin... Tu es juste... incroyable... Je ne veux pas attendre non plus... Jamais..."

Le reste de ses propos se noya dans un océan incompréhensible, ce qui n'avait que peu d'importance. Il caressait la joue de la jeune femme tout en la regardant dans les yeux pendant qu'elle tenait les rennes. Et en parlant de reine, elle lui semblait royale, à cet instant donné, malgré la nudité. Ensemble toute la vie. Ça lui semblait être un bon plan. Il y avait comme un détail qui lui échappait, mais qui s'en souciait...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Dim 30 Mar - 22:18

Les mots, les râles, l'eau qui tanguait lentement, la vapeur et les bulles... La situation était idéale pour que l'on se sente hors du monde, au dessus de l'ouest Américain. Les sensations étaient fortes, Erin avait l'impression d'être encore plus en contact avec Esteban, cette fois, par rapport à leurs premiers ébats dans son lit. Même si elle avait été rapidement séduite, cette fois, il lui semblait que tout avait une dimension différente. Tous ses mouvements avaient une portée plus grande, les ondulations de son corps étaient moins vifs, moins insatiables que précédemment... Parce qu'elle ressentait le plaisir, c'était certain, mais il y avait tellement d'autres choses.

Les paroles d'Esteban, son visage et surtout, ses yeux, tout son être le désirait, et l'entendre la complimenter la survoltait. Pourtant, elle ne se sentait pas mue d'une énergie qui la rendait plus brusque, plus violente ; elle ne contrôlait rien de ses mouvements, certes, mais ils étaient lents, sensuels, intenses. Aussi intenses que possible, pour sans doute traduire l'amplitude de ses sentiments. Elle avait soif de son corps, de sa peau, de ses baisers... Elle avait envie de lui murmurer mille déclarations à l'oreille, et son corps parlait pour elle.

Erin l'enlaçait fort, ils étaient collés, et elle ne voulait plus se séparer de lui. Jamais. La vie était tellement mieux dans ses bras ! Elle y trouvait tout ce qu'elle aimait, tout ce dont elle avait besoin. Comment espérer trouver ailleurs l'élégance, le raffinement, ce menton snob et pincé, ces yeux qui devenaient brûlants, la politesse ou la spontanéité ? La maladresse ou l'audace ? Et ce petit grain de folie, l'envie de passer ses journées à parler de mode, de peintres, de cuisine. Son monde à elle était vaste et parfois paradoxale. Son monde à lui l'était tout autant. Est-ce possible de trouver son alter-égo ? Son âme-sœur ?

Comment lâcher une seconde ses lèvres ? Impossible. Il était ce qu'elle attendait d'un homme, elle l'avait espéré au premier regard, et maintenant, elle en était convaincue ! Son coeur battait de plus en plus fort, sa poitrine collée contre le torse d'Esteban, elle avait l'impression d'entendre les deux pouls à l'unisson. Le mouvement s'accéléra légèrement sans qu'elle n'ait demandé à son bassin un effort, mais elle comprit immédiatement les raison de ce léger affolement.

De petits tremblements secouèrent davantage ses cuisses et elle se raidit un peu, ses épaules s'affaissèrent, et tout son corps se serra contre Esteban, comme s'il était possible de fusionner davantage... Les soubresauts se rapprochèrent, elle se sentit vibrer, lâcher de petits sons rauques dans un semi-silence, et laissa sa tête tomber en arrière lentement.

Elle se sentit brûler intérieurement, plus qu'auparavant, frémir, se contracter rapidement, ses cuisses se crispèrent contre son corps, puis, haletante, les yeux vagues, la bouche ouverte après de longues minutes de silence étrange, Erin colla ses lèvres sèches contre les siennes. D'abord déboussolée, obligée de se cramponner à lui pour ne pas chavirer, la Rouquine sentit ses forces la revigorer petit à petit à mesure qu'elle se nourrissait à son baiser, continuant de temps à autre de se soulever dans un spasme lent.

Un moment de latence plus tard, Erin sembla reprendre possession de son corps, reprit lentement un rythme de hanche, d'abord comme si elle était à demi-endormie, mais ses yeux n'étaient plus troubles, mais ils pétillaient, et son sourire extatique lui donnait l'air d'une madone. Enfin, d'une étrange madone... Son bassin remuait désormais avec plus d'énergie, ses doigts glissèrent entre les cheveux d'Esteban, elle avait reprit possession de ses moyens, elle se sentait bien, incroyablement bien, sereine, au dessus de tout, rien n'avait plus d'importance, autre que son Prince.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
avatar

Vamps


Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
14/30  (14/30)

MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    Lun 31 Mar - 1:04

La langueur des gestes échangés était incroyablement intense. La façon dont Erin dansait au dessus de lui, magique. Toute son attention était tournée sur elle. Plus rien d'autre n'importait que de suivre ses mouvements, et l'embrasser encore, pour se noyer dans son contact, qui aurait difficilement pu être plus rapproché. Il observait son visage dès qu'il le pouvait, comme si il avait encore eu du mal à croire ce qu'il avait sous les yeux. A défaut d'avoir plus de marge de manœuvre, Esteban continuait de caresser ses cheveux, et le bas de son dos, ainsi que la courbe exquise qui venait juste après.

Soudain quelque chose changea. Esteban eut un gémissement plus fort que les autres, comme il sentait le corps d'Erin se raidir, et les mouvements s'accentuer. Il ressentait les contractions du bassin de la jeune femme, et ses propres hanches cherchaient à se débattre pour intensifier encore l'échange. Des sons... Elle rejeta la tête en arrière d'une manière qui semblait indiquer - à l'instar de ses soubresauts électrisants - qu'elle avait atteint le stade supérieur. Le cœur d'Esteban battait à tout rompre. Il fit en sorte de la serrer plus fort contre lui, et glissa sa bouche dans sa gorge pour y déposer des baisers fiévreux, presque impatients. Incapable de cesser de bouger, il continuait d'aller et venir à un rythme rendu lent par la configuration inadaptée, et par l'impression de flottement qui guidait les mouvements d'Erin.

Quelques instants plus tard, le vague sourire qu'il avait sur les lèvres se fit aspirer dans un nouveau baiser, dans lequel il se perdit entièrement. Les mouvements de hanches reprirent, plus fort. Ce fut au tour d'Esteban de se raidir à mesure que les coups devenaient plus énergiques, et qu'il approchait du moment où la vague de plaisir le submergerait. Il frissonna, en sentant la main de la jeune femme, glissée dans ses cheveux. Il cligna des yeux et se força à ajuster sa vision. Cette façon qu'elle avait de le regarder était irrésistible. Il était tout à elle, et prêt à accepter tout ce qu'elle pourrait lui faire ou lui demander de faire, car lui-même ne contrôlait plus grand chose, de sa voix jusqu'aux mouvements de son corps, qui devenaient maladroits et irréfléchis. Il pensait avoir passé un bras autour du cou d'Erin, mais il ne s'en souciait plus vraiment, car il était en train de perdre ses dernières facultés cognitives. Un dernier moment. Ses doigts se refermèrent fermement contre la peau qu'ils caressaient. Son corps se tendit, et ses hanches tentèrent tant bien que mal d'accentuer encore les derniers mouvements, tandis qu'une vague paradisiaque le transportait et lui arrachait un nouveau cri de plaisir. Tout était parfait dans cet instant. Il avait l'impression de planer beaucoup plus haut que les quelques kilomètres au dessus de la croûte terrestre où ils se trouvaient en réalité.

Il fallut quelques instants supplémentaires, comme les choses revenaient à la normale. Un sentiment de plénitude profond l'emplit, à l'instar une fatigue intense qui venait un peu gâcher le tableau. Effondré sur le siège, il tentait de trouver la force de se redresser, en vain. Dans un avion, c'était encore pire de récupérer. La pression dérangeait sa respiration ainsi que son oreille interne. Ça ne l'empêchait pas de sourire avec un air extatique. Le souffle rauque, il essayait d'ajuster sa vision trouble et de récupérer un semblant de capacités respiratoires, tout en n'ayant rien à faire des plaintes lancées par ce corps contraignant. Il n'avait d'yeux que pour son amante, qu'il trouvait toujours aussi merveilleuse malgré l'envie qu'il avait de sombrer dans le fond du jacuzzi pour ne plus jamais se réveiller. Il leva une main pour caresser sa joue d'un geste paresseux. Et de parler sur un ton rendu rauque par le plaisir et la fatigue :

"... Je n'ai pas de mots pour décrire ce qui vient d'arriver. Tu es juste... terriblement... exotique. Je voulais dire magique. Ou bien magnifique, je ne sais plus, je crois que j'ai oublié le mot..."

Il pouvait bien. Comme il tentait de s'asseoir droit, il eut un moment d'absence. Lorsqu'il se réveilla deux secondes plus tard, il se rendit compte qu'il était tombé sur Erin, la tête contre son épaule, et qu'il n'avait absolument aucun souvenir de comment il était arrivé là.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
 

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I: Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre ville║ :: L'Université de l'Ambassade :: Le Campus-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit