Qui est en ligne ?
Sur Discord, en ce moment.



 

Partagez
 

 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap14/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (14/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeLun 24 Mar - 13:38

Si Esteban n'arrivait pas à réfréner l'immense sourire qui lui coupait le visage en deux, il allait avoir du mal à répondre au téléphone ! Mais comment faire autrement que de jubiler lorsqu'il voyait l'enthousiasme d'Erin. Sa joie était communicative - surtout quand on s'appelait Esteban et qu'on était de base spécialement sensible à ce genre de transfert de sentiments. Il eut envie de rire en la voyant hurler le nom de ce qui semblait être leur destination définitive. Il se retint parce qu'il aurait eu l'air un peu stupide, et qu'en plus de ça, le pilote était en train de décrocher et de lui grogner dans l'oreille. Il n'avait pas l'air d'être de bonne humeur.

Cette distraction empêcha Esteban d'assister à la discussion complète entre Erin et Martha, qui l'aurait sans doute rendu perplexe si il y avait payé attention. Parce que, bon. La jeune femme parlait à sa copine comme si il avait été un coup gagné d'avance et que les choses venaient de se passer "exactement comme prévu". En un sens, c'était le cas - dans une définition du "exactement comme prévu" plutôt large - mais Esteban n'en était pas vraiment conscient. Malgré tout ce qu'Erin lui avait révélé, il n'avait toujours pas entièrement compris ses intentions initiales, et avait encore moins cerné ce qui les avait motivées. C'était dangereux, d'être aussi naïf, quand on était le prochain en liste à la succession d'un empire politique et industriel colossal.

"Allo, Vince ? C'est Esteban. Je vous réveille ? Écoutez j'ai une autre mission pour vous, ça va être un peu plus long cette fois, mais vous ne le regretterez pas."

Un gargouillis au téléphone. Esteban prit un air passablement maussade, boudeur, assez puéril. Il détestait qu'on le contrarie ! Surtout quand c'était ses employés ou ceux de son oncle qui s'amusaient à lui mettre des bâtons dans les roues. Ce soir, il ne souffrirait pas qu'on lui refuse ce qu'il voulait !

"Juan a un rendez-vous à Seattle demain après-midi, j'entends bien. Mais vous serez rentré d'ici là, et je suis sûr que vous pouvez vous arranger avec Tyler pour qu'il vous remplace. Écoutez, je vous attends dans une demi-heure, faites le nécessaire."

Son expression contrariée s'évapora comme Erin s'approchait de lui et le taquinait en venant lécher son oreille. Une attention agréable mais un peu gênante tandis qu'il était encore au téléphone et tentait de se concentrer sur la conversation. En plus, il était chatouilleux. Il passa une main autour de la taille de la jeune femme et lui jeta un regard amusé. Il n'arriva pas à contenir intégralement le rire silencieux qui le secouait lorsqu'il répondit au pilote, qui était visiblement en train de négocier une prime.

"... Oui, aucun problème, évidemment. Ce que vous voudrez."

Esteban n'était pas radin. Il dépensait sans compter - parce qu'il pouvait se le permettre, mais aussi parce qu'il n'était absolument pas raisonnable. Les employés de ses parents et du reste de sa famille proche le savaient très bien et certains d'entre eux n'hésitaient jamais à en profiter, sachant qu'Esteban ne faisait jamais d'histoire et acceptait presque tout le temps leurs propositions, aussi indécentes purent-elles sembler. Tout sourire, il hocha la tête quand Erin le prévint qu'elle allait utiliser la douche. Il avait encore quelques soucis à régler avec le pilote, et notamment le lieu du rendez-vous (on ne faisait pas atterrir un jet n'importe où), ainsi que la dépense de kérosène.

Il raccrocha quelques brèves minutes plus tard. Vince était un habitué de la folie des grandeurs des Luz-Descalzo et ce n'était pas la première fois qu'il devait gérer ce genre de situations. Esteban échappa un soupir d'aise, mais déjà, il entendait Erin l'appeler. Était-elle en train de l'inviter sous la douche ? Diantre. Il avait un peu l'impression d'être dans un film. C'était typiquement le genre de choses qu'il n'avait jamais eu l'occasion de tester, parce que... Il n'avait rien fait avec Natalia, et Jane avait été particulièrement coincée. Il s'en rendait compte maintenant. Il n'allait pas se faire prier.

Esteban se releva, et après avoir fait le nécessaire - du genre faire un tour du côté de la poubelle - il entra sans hésiter dans la salle de bain. Il était toujours fatigué mais avait plus ou moins l'impression de flotter en tanguant... ou de tanguer en flottant, tout dépendait. L'alcool et l'adrénaline faisant, il n'hésita pas à ouvrir la porte de la douche, en invoquant une excuse bidon :

"... Le pilote sera là dans moins d'une heure, il n'y a pas de temps à perdre ! Même si je dois dire que cette cabine est un peu étroite..."

Zut, alors.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeLun 24 Mar - 15:39

Erin ouvrit un œil et fit un petit geste de la main, pleine de mousse, à Esteban, pour qu’il ne reste pas entre deux, entre la douche et la salle de bain. D’une parce que ça faisait se disperser la chaleur et qu’après leurs ébats, elle avait eu des frissons, de deux, parce qu’elle le voulait contre elle. Elle y croyait à peine… Sa famille avait été assez raisonnable, toujours, même s’ils auraient eu les moyens d’être extravagants. Son père était très classique, sa mère à part le fait qu’elle soit une femme chef d’entreprise, c’était également –en apparence- quelqu’un de très raisonnable, dans son comportement.

Il fallait surtout dire qu’Erin n’avait pas beaucoup sa mère depuis le divorce… ses dernières lubies ne lui étaient pas connues. On idéalise toujours ses parents et on en a une image faussée. Erin trouvait sa mère un peu froide mais très classe, et elle n’avait jamais manqué d’amour. Mais être capable de tout claquer pour partir en pleine nuit, c’était une première… Oh, bien sûr, elle-même aurait été capable de ça ! Elle était partie sans prévenir quiconque à la Nouvelle Orléans, pensant pouvoir se débrouiller seule avec son compte en banque bien fourni.

Et puis avec Dior, elles étaient parties sans crier gare à Prague pour les vacances d’été, sans rien, sans hôtel, à l’aveugle… C’était une aventure !

Mais là, c’était une folie de milliardaire, un caprice de star. Las Vegas !

Erin gloussa, plissa les yeux. « Un peu étroite, hein ? » Quel coquin ! Il était trop mignon, on ne savait pas s’il était volontairement sexy ou s’il était un fin manipulateur. Dans tous les cas, Erin était éprise, il aurait pu faire une grimace, elle aurait adoré… C’est beau l’amour…

« Martha est là dans 10 minutes, je ne sais pas ce qu’elle va m’apporter. » On s’en fichait ! Erin attrapa le jet d’eau et le dirigea vers Esteban, lui mettant dans la figure. Quoi ? C’était loin d’être romantique ? On s’en fichait ! Elle était intenable, l’idée de partir loin en sa compagnie l’excitait. Et même si elle aurait été capable d’outrepasser les douleurs dans ses cuisses et ses abdos mis à rude épreuve, pour dix minutes de plaisir supplémentaires dans la douche, elle était comme une pile électrique. Pas facile de se focaliser sur une seule action, dans ce cas-là.

« Tu as déjà joué au casino ? » Interrogea-t-elle, alors qu’elle se rinçait, laissant tranquille Esteban sans l’attaquer, mais ses yeux profitaient un peu de la vue. Après tout, ils s’étaient sautés dessus assez rapidement, elle n’avait pas eu le temps de bien regarder… Elle se mordit la lèvre pour ne pas dire de bêtises, évita de sautiller pour ne pas glisser et ferma les yeux, le temps de profiter de l’eau chaude pour se remettre les idées en place. En vain. Quand elle les rouvrit, elle était toujours autant euphorique à l’idée d’aller loin dans l’Ouest.

« Je veux boire un cocktail de toutes les couleurs avec un petit flamant rose dedans. Il faut que tu en prennes un aussi ! Avec une ombrelle ! Une paille. » Elle n’avait plus de mousse, se retenait de gigoter, mais c’était plus fort qu’elle. Comment le remercier de faire quelque chose d’aussi fou ? Pour que jamais ne finisse cette nuit-là ?

_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap14/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (14/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeLun 24 Mar - 22:20

La maladresse d'Esteban l'avait laissé tranquille un moment, mais elle le rattrapa au moment où il voulut hâtivement entrer dans la douche, sur l'invitation d'Erin. Il manqua de tomber - comprenons se vautrer - sur elle, mais parvint au dernier moment à se tenir au mur. Du coup, elle avait effectivement eu droit à une grimace, de type "oups, je me suis raté", qu'il accompagna d'un balbutiement gêné :

"D.. Désolé ! J'ai glissé..."

La preuve, que la douche était étroite ! Il n'arrivait même plus à tenir debout. Ou bien alors, c'était juste sa coordination qui était naturellement très mauvaise, mais il n'avait aucune envie de l'admettre. Cherchant à retrouver sa dignité perdue, il se redressa et accorda une attention exagérée aux propos de son interlocutrice. Martha, ici dans dix minutes ?

"... oh. Ça ne laisse pas beaucoup de temps ! Si tu veux on passera au Fashion Show Mall avant toute chose, si ce qu'elle t'amène ne te convient pas... Je parie que ça vaut le coup d’œil !"

Il se souvenait encore vaguement de la réaction qu'elle avait eu durant la soirée étudiante avortée, et des méchancetés prononcées à l'égard de la garde robe de son amie. Puis, c'était Las Vegas ! Quitte à y aller, autant être habillés comme des rois. Et prendre la meilleure suite d'un des hôtel-casino les plus connus du Strip. Visiter toutes ses attractions ! Jouer au...

"Heeey ! Ça fait mal !"

Esteban venait de se prendre un jet d'eau dans la figure. Sa réaction spontanée avait été de fermer les yeux et de tourner le visage dans la direction opposée, puis il avait passé une main contre ses yeux endoloris et s'était mis à rire de manière incontrôlée. Il attendit d'être certain qu'Erin n'allait pas recommencer pour cesser de se protéger les yeux. Toujours souriant, il prit ensuite le gel douche et répondit à la question qu'elle lui avait posé :

"Non... Ma mère le fait fréquemment, mais je ne l'ai jamais accompagnée, donc je pense que ça sera l'occasion de découvrir. Tu l'as déjà fait toi ?"

Et de commencer à se laver, tout en résistant à l'envie de toucher Erin plutôt que son propre corps. Malheureusement, les circonstances étaient contre lui  : ils n'avaient pas le temps de faire des détours, et son corps n'était pas prêt à partir dans ce genre de fantaisies dès maintenant. Alors, il se laissa plutôt emporter par les fantasmes qu'Erin énonçait à voix haute. Las Vegas... Ça faisait très longtemps qu'il avait envie d'y aller, rien que parce que sa mère adorait cette ville et lui avait rabattu les oreilles (en espagnol) avec durant des heures et des heures. Elle aussi, était très bavarde.

"Tout ce que tu veux ! Je suis sûr qu'on trouvera... Il y a cet hôtel casino justement, le Flamingo ? Peut-être qu'ils auront quelque chose qui y ressemble ? Tiens ça me fait penser qu'il paraît qu'ils ont un très bon restaurant japonais... Mais les sushis, c'est déjà fait ! J'espère que tu n'as pas le mal de l'air ?"

Esteban passait un peu du coq à l'âne, mais mille pensées traversaient son esprit dans la même seconde. Ses prunelles brillaient d'excitation. Il n'arrivait plus à choisir la priorité dans ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeLun 24 Mar - 22:56

Erin avait retenu un sourire moqueur lorsqu'Esteban avait manqué d'embrasser le sol, et qu'il s'était collé à elle. Cette douche étroite était parfaite, en réalité. Comme s'ils avaient besoin de plus grand ! Cependant, c'était plus intéressant d'examiner l'eau qui coulait sur sa peau, que de le taquiner. Et sa réaction lorsqu'elle lui avait mis le jet dans la figure était vraiment trop mignonne... "ça fait mal" mais bien sûr. Elle fronça le nez, s'approcha encore, et sembla décidée à l'ennuyer dans sa toilette.

"A Saint Tropez, mon père a une villa. On allait jouer tous les étés, avant le divorce." Ce n'était pas spécialement douloureux, de voir ses parents ses séparer. Tous les couples se séparaient à la longue, sa mère avait d'autres projets, son père était trop casanier, visiblement. Elle préférait savoir ses parents heureux, plutôt qu'ensembles et tristes... Mais elle avait parlé sans vraiment y prêter attention, parce qu'elle passa sa main entre les pectoraux d'Esteban, distraitement.

Elle voulait tous les jours prendre sa douche avec lui ! Évidemment, il leur faudrait le double de temps pour se préparer, parce qu'elle ne résisterait pas à l'envie de lui apporter son aide parfaitement désintéressée et chaste, pour se mousser, bien sûr... Pour cette fois, Erin se sentait trop impatiente de s'envoler pour tenter le diable, et surtout, dix minutes ne suffiraient pas, elle préférait être prête à temps, pour ne surtout pas manquer le vol direct pour LAS VEGAS !

"Je suis sure qu'on trouvera !" Lança la Rouquine, manquant de perdre l'équilibre parce que, cette fois, elle ne s'était pas retenue de sautiller. Elle se rattrapa au carrelage et échangea un regard avec Esteban... s'il sortaient de cette douche vivants, ils auraient de la chance... Elle pouffa de rire cacha son visage dans une main, faussement gênée, mais l'autre main, elle glissait sur la peau mouillée de son buste, où elle caressait ses côtes. Elle resterait sage, cette fois...

"Aucun problème avec l'avion ou le bateau, rien ne pourra gâcher notre soirée, je te l'ai dit." Elle affichait un grand sourire, les yeux pétillants, à l'image des siens. Est-ce que c'était possible d'être autant éprise au bout de quelques heures ? Et d'avoir l'impression qu'ils étaient faits l'un pour l'autre ? Et d'avoir un nœud dans le ventre en pensant à un avenir avorté ? NON ! Pas ça ! Erin se ressaisit et détourna l'attention de sa méchante pensée, en se hissant sur la pointe des pieds, pour l'embrasser.

Étonnant comme on peut s'attacher à quelqu'un aussi vite, n'est-ce pas ?

La sonnette retentit et Erin ouvrit un œil sans rompre leur baiser. Mais quelle chieuse celle-là ! Elle faisait exprès de tomber au mauvais moment ? Hum, la Roquine se reprit. Autant ne pas l'envoyer balader alors qu'elle l'avait réveillée au beau milieu de la nuit pour qu'elle lui apporte des vêtements -qu'elle ne trouverait pas à son goût- !

"Attends-moi là." Murmura Erin, comme si elle était chez elle... Elle sortit sans tomber -exploit- et s'enroula dans une serviette, avant de sortir de la salle de bain. Le bruit de l'eau masqua leur conversation.

Lorsqu'elle réapparut, la jeune femme avait un sourire radieux, et le regard aussi béa qu'une none en extase.  Même si la porte vitrée devait empêcher Esteban de voir correctement, elle déplia le tissus qu'elle tenait entre les mains pour lui montrer, comme s'il s'agissait sur Saint Suaire. Elle dévoila ainsi une robe parfaite... Erin avait sous-estimé Martha... Ca, c'était une amie. Elle n'avait eu qu'à dire "je pars à Vegas !" et elle lui ramenait une robe haute couture. Comme ça...

"Pas besoin de passer Fashion Show Mall..." Murmura-t-elle, des étoiles dans les yeux. "Sauf si tu as envie que je porte autre chose... une chemise ?" Pourquoi y avait-il des sous-entendus dans sa voix, et son petit sourire en coin ?

_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap14/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (14/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeMar 25 Mar - 1:57

L'air de rien, Erin venait de lui révéler que ses parents étaient divorcés. Esteban cligna des yeux et la regarda pendant un instant appuyé, mais il ne releva pas, relativement mal à l'aise à l'idée de parler de quelque chose qui fâchait peut-être. Ses propres parents étaient en pleine procédure, et c'était sa faute à lui si ils se quittaient. Évidemment, Darian aurait pu commencer par ne pas abuser de lui quand il était petit... Mais Esteban se sentait mal vis-à-vis de sa mère, qui avait été extrêmement blessée d'apprendre ce qu'avait fait son mari derrière son dos pendant toutes ces années. Elle n'avait pas non plus été très contente d'apprendre qu'Esteban le lui avait caché tout ce temps, et elle l'avait même "boudé" pendant quelques semaines. Et maintenant, il recommençait, en lui cachant sa maladie jusqu'au moment limite où il allait être forcé soit de mourir... soit de mourir, mais en continuant de bouger.

Il cligna encore des yeux, et effaça dans ce geste la lueur troublée qui était apparue. Il ne voulait pas se gâcher la soirée avec des pensées inutilement sombres.

"Tu vas pouvoir m'apprendre alors !"

Souria t-il, avant de se laisser emporter dans les délires d'Erin à base de cocktails arc en ciel et de flamant roses. C'était tellement exaltant ! Il voulait voir des couleurs, des néons, de lumières partout dans les nuit chaudes et animées de Sin City. Oh... Il faudrait sans doute qu'il se confesse après coup, en parlant de ça. Mais là encore, il y aurait d'autres moments pour penser à ça ! De toute façon, les mains baladeuses d'Erin le déconcentraient. Déjà qu'il avait du mal à formuler deux pensées claires et cohérentes à la suite l'une de l'autre ! Et voilà qu'elle tombait à son tour. Incapable de se retenir de sourire, il songea qu'il était plus à l'aise en la voyant presque aussi maladroite qu'il pouvait l'être. Ça n'était pas gentil, mais il se sentait moins seul, et moins impressionné ! Il eut la délicatesse de ne pas relever, et l'aida à se relever si besoin. Ils étaient de nouveau dangereusement près l'un de l'autre. Elle n'avait pas le mal de l'air ?

"Tant mieux ! Moi ça m'arrive d'être malade mais j'ai des cachets contre le mal des transports, alors je pense pouvoir t'assurer la même chose."

Il eut un sourire gêné. Décidément, il ne devait pas paraître très solide. Même pour des détails aussi insignifiants, sa santé était capable de lui jouer des tours. Erin l'embrassa. Un quart de seconde, il songea "pas le temps". Le suivant il pensait "oh et puis zut !", et avait fini par craquer et par poser ses paumes dans le dos de la jeune femme, qu'il caressait lentement. Ce n'était pas l'envie qui manquait de descendre plus bas. Il allait passer au stade supérieur du "oh et puis zut !" lorsque la sonnette de la porte l'arrêta. Il laissa Erin s'échapper à contrecœur. Ils n'allaient tout de même pas faire attendre cette pauvre Martha, après tout ce qu'elle avait enduré ce soir ! Il lui vola malgré tout un dernier baiser, presque ausi léger qu'un souffle.

"N'oublie pas que le pilote arrivera bientôt !"

Façon détournée de lui demander de se dépêcher, surtout motivée par le fait qu'il ne voulait pas attendre trop longtemps loin d'elle à ce stade de la nuit. Il la laissa partir à contrecœur, mais profita de son absence pour terminer de laver son corps et ses cheveux, jusqu'à ce que plus aucune trace de saleté n'ait la chance de résider quelque part ailleurs que dans le conduit d'évacuation. Lorsqu'elle revint il fut obligé d'arrêter l'eau et de passer sa tête dégoulinante  au travers de la porte de la cabine afin d'être capable de voir quelque chose. Elle avait l'air aux anges, et lorsqu'il vit ce qu'elle tenait entre ses mains, il comprit pourquoi. Cette robe lui irait à merveille. Elle était plus sobre que la précédente, mais nul doute qu'elle la mettrait en valeur d'une autre façon, candide et terriblement sexy tout à la fois. Mince... Il fallait qu'il se calme, voilà qu'elle ne portait même pas le vêtement qu'il était déjà en train de l'imaginer dedans. Il eut un rire discret :

"Je peux amener autant de chemises que tu le voudras pour le jet et l'hôtel, mais si nous devons visiter le Strip, je suggère que tu restes sur ce premier projet... Je suis sûr qu'elle t'ira à ravir. C'est amusant, ces dentelles... Ça me rappelle quelque chose, mais je ne saurais pas dire quoi. Peut-être ces poupées en porcelaine anciennes ? Oui... cette mode a même été reprise en 2026 par le designer Vladislas Cepak, à l'occasion de l'exposition qui l'a rendu connu. Mince... Était-il russe ou polonais ? Je ne me souviens plus..."

Sourcils froncés, un doigt sur les lèvres, il s'était perdu dans ses pensées. Oups. Ça faisait longtemps que sa mémoire historique trop active ne s'était pas réveillée sans prévenir, à un moment parfaitement inopportun.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeMar 25 Mar - 19:14

Il avait tenu un monologue pendant au moins cinq minutes, tout nu, en sortant de la douche, l'index sur la bouche et l'air pensif, très concentré, très sérieux. C'était tellement mignon !

"Polonais." Fit-elle avec un petit sourire qui voulait dire "tu es à croquer". "Cepak est Polonais, mais il a habité en Russie il me semble." Mais en réalité, elle avait plus envie de le cajoler que de disserter sur la mode... Quoi que son érudition la subjuguait et la rendait encore plus attirée par ce petit bout de mec tellement identique à elle. Depuis qu'elle était à la Nouvelle Orléans, ce n'était pas le genre de conversation qu'elle avait. Dior avait à peine tilter quand elle l'avait prénommée ainsi (mais à l'époque elle était supposément un Chinchilla et pas un Métamorphe).

Erin posa soigneusement la robe sur le rebord du lavabo, et s'éclipsa de nouveau, quand elle avait réapparu, elle avait revêtu ses sous-vêtements. Du moins une partie. Pas de bretelles avec un bustier voyons... En s'approchant d'Esteban, lui tendant une serviette et l'aidant à s'enrouler dedans, l'enlaçant au dessus du tissu éponge, elle plissa les yeux de manière malicieuse.

"A moins que ça ne te rappelle ma petite culotte." Elle lui adressa un clin d'oeil plein de promesses, avant de s'écarter et d'enfiler la robe, sans pourtant le quitter du regard. C'était étrange de pouvoir autant se sentir heureuse alors qu'elle se sentait si lourde. Lourde d'une obligation justement... Elle était obligée d'être heureuse. Tout de suite. Si elle attendait trop, hésitait, ou cherchait la petite bête, elle le regretterait certainement. C'est pourquoi la Rouquine se sentait pleine d'une impatience qu'elle avait du mal à contenir. Et Esteban était dans le même cas, c'était évident.

Elle se tourna sans crier gare, lui montrant son dos au décolleté encore plongeant jusqu'à ses reins, mains tenait le bustier sur sa poitrine. "Si je peux encore abuser de votre aide, Monsieur Luz-Descalzo ?" Gloussa-t-elle. Répéter son nom dans sa tête la faisait ronronner intérieurement, et elle le laissa refermer la fermeture éclair, en espérant qu'il ferait attention à ne pas lui coincer la peau... Il fallait s'attendre à tout ! Elle se ravisa avant de le taquiner, aucune envie pour le moment de l'ennuyer. Et puis, elle avait elle-même cumuler assez de bourdes et de maladresse pour ne pas le chercher... Il pourrait en dire autant.

Luz-Descalzo, Luz-Descalzo, ça sonnait si bien à son oreille... Elle savait sa famille d'origine Mexicaine, Martha le lui avait dit, et elle rêva un instant de deux trois mots d'espagnol soufflé à son oreille....
Elle gémit en soupirant, avant de s'en rendre compte, mais ne s'en montra pas pour autant chiffonnée. C'était fini les simagrées pour ne pas paraître trop naturelle, il savait combien elle était folle de lui, du moins, elle n'avait pas cherché à le cacher... Un seul mot de lui, et elle lui décrochait la lune, même pour quelques jours, même pour quelques semaines, même pour quelques mois...

Voilà, elle était habillée, ses escarpins iraient très bien avec la robe, elle avait pensé à récupérer sa pochette en même temps que cette petite culotte en dentelle, et put rectifier son maquillage en se penchant sur le lavabo pour être au plus près du miroir et de son reflet. Certes, elle aimait s'admirer, mais elle en profita également pour épier discrètement -ou pas- Esteban qui se séchait. Un flash la fit fondre... cette vision de vie de couple improbable. Monsieur et Madame dans leur salle de bain à se préparer pour aller passer une nuit de folie. A Las Vegas. Erin voulait que tous les jours soient à l'image de cette journée surréaliste !

"Mets un noeud papillon. J'adore les noeuds papillon. C'est tellement..." Elle se stoppa le temps d'embellir ses lèvres de gloss (on ne se refait pas), qui serait sans doute rapidement effacé sous les baisers, mais qu'importe... "Tellement sexy." Un dernier regard pour s'assurer qu'elle était à tomber, et elle se retournait, fin prête. Prête pour s'envoler avec lui ! Parce que la nuit serait courte. Parce que la vie serait courte ! Il fallait tout envoyer balader pour Vegas, lui, elle, eux, toute la nuit, toute la vie !

_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap14/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (14/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeMar 25 Mar - 21:50

Esteban eut une impression très étrange. On lui avait répondu. Il ne s'en était pas rendu compte jusqu'à présent, mais il était extrêmement rare que quelqu'un tienne la discussion lorsqu'il commençait à partir sur l'un de ces monologues plein de dates dont il avait le secret. Déstabilisé, il cligna des yeux, et observa Erin d'un air ahuri. Généralement dans ce genre de cas, Karl se contentait de sourire et de répondre un vague "hum hum...". Ça avait été le cas d'Alexander et Natalia avant lui, et même Christian, et... Mais en fait, personne ne se donnait jamais la peine de continuer la discussion, ou bien était-ce juste qu'il avait une mauvaise mémoire ?

Aucune importance. Il eut un sourire radieux, excité à l'idée de pouvoir rebondir sur le sujet. D'autant que la jeune femme venait de raviver ses souvenirs vacillants :

"Oui !! Exact ! Il a vécu à Novossibirsk entre 2029 et 2043 avant de retourner à Lublin pour y finir ses jours l'année suivante..."

Quelques instants passèrent durant lesquels Esteban chercha sa serviette. Il se rendit compte avec un air un peu désemparé qu'il l'avait mise à laver le matin même et qu'il avait oublié d'en sortir une pour lui lorsque la jeune femme l'avait invité à la rejoindre sous l'eau. Mince... Il avait l'air malin, maintenant.  Oubliant provisoirement sa crise de dates, il grimaça et chercha quand même dans les recoins, juste au cas où le bout de tissu éponge se serait caché dans un trou de souris. Erin revint après une brève absence, encore à moitié nue. Elle le libéra de son souci en lui offrant sa propre serviette, qu'il accueillit avec joie. Un sourire radieux... Ni vu, ni connu ! Personne n'avait rien remarqué ! Tiens, c'est vrai que la petite culotte d'Erin était elle aussi brodée de dentelle... A vrai dire ils avaient été tellement pressés de se dévêtir qu'Esteban ne l'avait même pas remarqué. Ça ne l'empêcha pas de répondre sur le même ton malicieux :

".. C'est une autre éventualité, que j'aurais peut-être même dû évaluer en premier."

Erin lui tourna le dos, et enfila la fameuse robe. Le jeune homme ne perdit pas une miette du spectacle. Cette fois-ci, aucune pensée annexe ne le perturbait. Il était tout à la contemplation des courbes qui se déroulaient gracieusement à quelques centimètres de lui, même si il soutenait principalement le regard d'Erin, qu'il sentait fixé sur lui. Il s'approcha d'elle lorsqu'elle se retourna pour lui demander son aide, caressa son échine avec les yeux, et résista à l'envie de le faire avec les mains. Il avait oublié qu'il n'était pas très adroit, ce qui généralement laissait supposer qu'une catastrophe allait arriver sous peu. Peut-être que son ange gardien veillait sur son épaule aujourd'hui car il ne fit aucune bévue. C'était amusant de s'entendre appeler par son nom de famille dans ce contexte. Il était habitué à ces formalités, mais dans une situation devenue aussi intime, il se rendait compte que ce ton avait quelque chose d'assez aguichant, alors qu'il aurait dû lui paraître formel. Ça alors, c'était drôlement bizarre ! Il était encore en train de se poser des questions à ce sujet lorsqu'il répondit :

"Tout ce que vous voudrez, Mademoiselle Rosenbach..."

La fermeture éclair était en place, et aucun morceau de peau n'avait pâtit de l'opération. Victoire ! Esteban s'éloigna à contrecœur, mais pour la bonne cause: Il fallait qu'il sèche ses cheveux, car il était hors de question qu'il sorte dégoulinant de cette salle de bain. Non vraiment, hors de question d'arriver à Las Vegas avec un seul cheveu de travers ! Il brancha le séchoir et s'exécuta avec une patience et une méticulosité qui pouvaient paraître presque comiques. Le peigne était sans doute l'un des seuls outils qu'il maniait avec dextérité. Il était concentré mais capta tout de même la demande, à laquelle il répondit distraitement :

"Un nœud papillon ? Il faut que je retrouve ça, mais ça ne devrait pas poser de souci majeur..."

Lorsqu'il eut terminé avec ses cheveux, Erin était prête depuis longtemps. Il décocha un sourit contrit :

"Désolé j'ai pris du retard !"

Puis il fonça dans la chambre pour fouiller ses placards. Hors de question de remettre les même vêtements ! Bon, cela dit il allait quand même opter pour du Brioni, car ça lui semblait parfaitement adapté pour une virée à Las Vegas. Il enfila d'abord un boxer - en manquant de s'étaler par terre une fois de plus. Il avait un second blazer presque intégralement similaire à celui qu'il allait devoir emmener au pressing, à l'exception de sa couleur anthracite, tracée de motifs œil de perdrix très fins, à peine perceptibles. Pantalon, chemise, souliers noirs car le bleu n'allait pas aller avec cette tenue presque monochrome... Il enfila sa rolex à toute vitesse, trouva un nœud papillon caché parmi les cravates, puis chercha autre chose des yeux, paniqué.

"... J'ai perdu mes élastiques. Tu les as vus ?"

Il ne manquait plus que ça... Le pilote allait sonner à la porte dans les trois minutes à venir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeMar 25 Mar - 22:56

Une vraie gonzesse, ce mec... Erin avait eu le temps d'enfiler ses escarpins noirs, d'attacher ses cheveux (encore mouillés), d'envoyer un sms à Martha pour lui dire que sa robe était merveilleuse, mais en oubliant de lui dire merci. Du Erin dans le texte, en somme. Tant pis si elle la réveillait pour la seconde fois consécutive pour des broutilles personnelles, pour une fois, cela partait d'un bon sentiment et c'était presque comme un remerciement.

Mais même si Esteban avait mis deux fois plus de temps qu'elle pour être fin prêt, dans les yeux d'Erin, c'était toujours le ciel étoilé... Un homme qui faisait autant attention à ses cheveux ne pouvait pas être foncièrement mauvais, c'était un signe d'une grande qualité, être aussi maniaque et habile de ses mains, alors qu'il était maladroit de coutume c'était un signe. Et le regarder s'habiller avait quelque chose de voyeur sans être en faute, ce qui l'arrangeait également, pour ne pas accroître le poids de sa conscience... Elle se perdit dans la contemplation de ses mains qui boutonnaient sa chemise, dans le choix de couleur très smart, et se mordit la lèvre lorsqu'il noua son noeud papillon.

C'était vraiment, terriblement, sexy. Erin s'approcha de lui d'instinct, sans réfléchir, pour resserrer le morceau de tissus comme s'il s'agissait d'une vielle habitude, et ne put s'empêcher de venir l'embrasser, comme pour conclure son geste. Toujours autant de frissons lui parcouraient l'échine lorsque leurs lèvres se touchaient.

"Tu es très beau." Murmura-t-elle à demi dans ce baiser, avant de se souvenir de la question précédente... Il l'interrogeait comme si elle avait la moindre chance de connaître les cachettes secrètes de ses petites affaires dans son studio... Comme si elle y habitait avec lui... A moins qu'il n'ait l'habitude de poser cette question aux gens qu'il côtoyait fréquemment, comme Karl, par exemple ? Est-ce Karl venait souvent ? Est-ce que Karl dormait ici ?

La Rouquine dissipa une autre ombre au tableau, une seule immense et nauséabonde suffisait pour ce soir. Pourquoi aurait-elle besoin d'être jalouse d'un ami ?

Il lui fallut se concentrer pour réussir à se souvenir du dernier endroit où elle avait vu un élastique... Hum... Oui. Ce souvenir-là était encore bien frais, ou plutôt, très chaud. Elle se rappelait bien des circonstances, fut parcourue d'un frisson d'excitation, avant d'afficher un sourire on ne peut plus équivoque.

"Je me souviens en avoir retiré un... tout à l'heure." Elle eut un petit mouvement de sourcils pour appuyer sa phrase, et alla jusqu'au lit pour l'inspecter. Elle tâtonna sans vraiment se presser, même si elle avait senti, au timbre de voix d'Esteban, que cela devait être assez angoissant pour lui... Et comme elle y songeait à nouveau, à ses cheveux libérés, contre son visage, dans son cou, à leur odeur... Erin lança, comme elle respirait "J'aime bien quand ils ne sont pas attachés", comme pour elle-même.

Au bout de quelques minutes, elle réussit à retrouver un élastique perdu dans les draps et le leva triomphalement. "Tadaaaam !" Fit la Rouquine au moment où on sonnait à la porte.

Oh mon Dieu ! C'était lui ! C'était le pilote du jet ! C'était leur chauffeur direction Las Vegas. En une seconde, la sonnette lui fit l'effet d'une drogue euphorisante, elle sautilla sur place, ouvrit des yeux ronds d'excitation et frappa dans ses mains.

"D'accord.... Okay.... Donc...." Elle parcourut la distance qui la séparait d'Esteban en une seconde et lui tendit l'élastique dont elle n'avait vraiment plus rien à faire. Elle était folle amoureuse, laissa le pilote sonner encore une fois et plaqua, comme elle semblait l'apprécier, ses deux paumes sur les joues de l'Héritier, pour le fixer dans les yeux.

"Vegas." Insista-t-elle, comme si, dans une seconde, tous leurs projets avortés et leurs rêves les plus fous allaient être réalisés. "Toi et moi à Vegas." Chuchota-t-elle d'une voix devenue plus sérieuse, très concrète. Erin Rosenbach et Esteban Luz-Descalzo à Las Vegas en pleine nuit. Oui !


Suite
_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Azzaro2   L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeJeu 26 Juin - 21:16

Début

Oui. Vince pouvait les y amener, et durant tout le trajet, il sembla à Erin qu'elle revenait sur terre petit à petit. Elle s'imaginait une descente de l'apesanteur à la gravité implacable qui devait ruiner le moral des astronautes. Involontairement, elle resta assez silencieuse, indiquant seulement le chemin à prendre pour se rendre jusqu'à son studio. Soudainement, avant de tourner jusqu'à l'immeuble, petit, loin des grands boulevards chics, elle ressentit comme un sentiment de gêne... Elle allait montrer à Esteban ce minuscule appartement, sans dressing, qu'elle n'avait pris que parce qu'il ne coûtait pas cher, parce qu'elle devait cacher à ses parents sa présence à la Nouvelle Orléans, ne pas attirer l'attention sur les activités de son compte en banque...

Et puis, elle se détendit. Le studio de la résidence étudiante qu'occupait son Prince était plus petit, il n'avait pas non plus de dressing. Ce qui était déjà en soi un inadmissible défaut pour un appartement... Mais cela permettait aussi de dissiper son malaise.

"C'est juste ici." Fit-elle en s'avançant pour que Vince puisse l'entendre, chose inutile naturellement, il l'entendait par l'interphone. Erin se réinstalla quelques instants le temps que le chauffeur ne puisse savamment garer une limousine dans un parking privé d'un petit immeuble de centre-ville modeste. Et Erin se rendit compte qu'elle n'avait pas une seule fois lâcher son annulaire. Non, rectification. La bague qui s'y trouvait. Elle n'avait pas cessé de l'effleurer, la caresser, la tourner. Et le simple fait de la regardait semblait lui donner des frissons.

"C'est la plus belle bague que j'ai jamais vu..."
Murmura-t-elle sans s'en rendre compte, alors que la voiture venait de s'arrêter en douceur. Vince ouvrit la portière pour en faire descendre Esteban, et qu'il puisse à son tour, venir recevoir la jeune femme en parfait gentleman. Les voisins allaient adorer.

A la porte de l'immeuble, Erin eut un petit sourire en coin, comme pour se justifier.

"Je ne me souviens plus dans quel état est mon appartement. Je ne suis déjà pas certaine de savoir à quel étage j'habite."
Un petit rire nerveux, les clés dans la serrure, et direction l'ascenseur. Il était loin de ressembler à celui qu'ils avaient longuement connu... Mais elle ne put s'empêcher d'échanger des regards entendus avec Esteban, entre l'amusement et la complicité. Partenaire dans le crime ! Elle saisit sa main et y porta un baiser, avant d'arriver à son étage, et le conduire jusqu'à sa porte.

"C'est là." Il y avait son nom sur la sonnette et du courrier au pied de la porte. Elle l'attrapa sans y porter attention, et ouvrit donc, pour le laisser pénétrer dans son petit chez-elle. "Tadaaam." Elle passa la tête pour vérifier l'état de la pièce principale qui regroupait son salon et sa cuisine américaine minuscule. RAS. Elle fut soulagée et entra à son tour, déposa son sac à main, les paquets, bagages qu'elle avait acquis à Las Vegas et referma derrière elle.

L'appartement était bien rangé, mais les meubles étaient clairement bon marché. Là encore, impossible de louer autre chose qu'un meublé, ses parents auraient immédiatement repérer des transactions douteuses dans des magasins d'ameublement... Ce n'était pas à son goût, mais à l'époque, Dior avait fait quelques décorations qu'elles avaient trouvé drôles. Un buste de femme que la Métamorphe avait reprint façon Picasso, un grand miroir immense, seule folie d'Erin qui était passée inaperçue, achetée en plusieurs fois pour n'éveiller aucun soupçon, se trouvait au dessus d'un canapé un peu fatigué.

La porte ouverte sur sa chambre attestait que son lit n'était pas fait, et elle se sentit rougir. D'un pas vif, elle dépassa Esteban et alla fermer la porte à la hâte. Espérant qu'il n'avait rien remarqué... Il était beaucoup trop maniaque pour tolérer que sa fiancée soit sortie de chez elle sans remettre ses draps au carré, mais Erin avait toujours mille choses en tête... et puis elle avait eu la tête occupée ailleurs en partant la dernière fois. La Soirée Etudiante... Son plan de bataille pour conquérir Esteban Luz-Descalzo...

Elle eut un long soupir, et la Rouquine marcha jusqu'à son réfrigérateur. En l'ouvrant, elle constata que laisser les denrées périssables quatre ou cinq jours là dedans n'était pas une brillante idée...

"Je n'ai rien à manger." Bougonna-t-elle, faussement déçue. Erin n'avait pas faim, elle ne ressentait pas ces choses que les simples mortels ressentent. Même pas le mal de pied avec ces talons merveilleux. Non. Elle réduisit la distance qui la séparait d'Esteban pour lui prendre les mains. "Commandons !" Un sourire aérien sur le visage, il était clair qu'elle lui laissait le choix de la nourriture terrestre qu'ils feraient venir jusqu'à eux.

_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap14/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (14/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeSam 28 Juin - 0:22

Non, visiblement, ça ne dérangerait personne. Et le rêve continuerait un peu, même sans le contexte paradisiaque de Vegas. Il irait jusqu'à demain matin. Et même encore plus loin ! Demain, il y aurait le brunch. L'occasion rêvée de présenter Erin à sa mère (... et à son oncle qu'il ne connaissait qu'à peine). Et après le brunch ? Oh, sans doute autre chose. C'était dimanche. Ils trouveraient quoi faire, si elle voulait encore bien de lui. Il n'avait vraiment, vraiment pas hâte de retrouver la solitude de son studio, laquelle allait sans doute lui donner des idées noires, lorsqu'il pouvait vivre des moments de bonheur juste en étant à ses côtés.

Il était bien trop fatigué pour se demander à quoi allait ressembler l'appartement d'Erin. Il l'imaginait forcément mieux que le sien, parce que les studios sur le campus universitaire manquait cruellement de standing, il fallait l'admettre. Mais c'est aussi ce qui faisait leur charme, et lorsqu'il avait emménagé dans le sien, Esteban avait trouvé amusant et très pittoresque la façon dont tout le mobilier semblait bon marché, à la limite perpétuelle de la brisure... Et la taille type mouchoir de poche de l'appartement ? Il avait dû s'y habituer. Une grande aventure ! Il était aussi trop exténué pour être aussi bavard qu'il en avait l'habitude, si bien qu'il resta somme tout assez silencieux sur le trajet. Il tourna une tête paresseuse en direction de la jeune femme lorsqu'elle fit un commentaire sur sa bague. Cela le fit sourire d'une joie sincère, bien que très pâle. Non, ce n'était vraiment pas la forme... Il avait trop tiré sur la corde, et vraiment pas suffisamment dormi.

"Moi aussi c'est la plus belle b... Euh non, désolé, je m'embrouille. Je voulais dire que j'étais heureux qu'elle te plaise. Et je trouve qu'elle te va très bien, surtout décrite ainsi."

Vince vint leur ouvrir la porte. Esteban sortit de la voiture, mais eut un vertige, ce qui força le chauffeur et pilote à le rattraper. L'homme, habituellement impassible, lui jeta un regard inquiet et plus lourd de sens qu'à l'habitude. Il devait commencer à se demander si Esteban ne couvait pas quelque chose d'étrange. Cette faiblesse dont il semblait être pris n'était vraiment pas normale.

"... Est-ce que ça va ?"

Esteban posa une main sur son épaule et lui accorda un rapide sourire pincé. Il n'avait pas envie de s'étendre en explications. Surtout qu'il détestait mentir, même si il avait dû le faire (par omission) plus de fois qu'il n'en pouvait compter.

"Merci Vince, je vais bien... Je n'ai pas eu beaucoup d'heures de sommeil ces derniers jours, rien de plus."

Il parvint malgré son état d'épuisement à accompagner Erin de la façon la plus convenable qui soit jusqu'à la porte de l'immeuble, où elle lui affirma ne pas être certaine de se souvenir de l'étage de son appartement. Un sourire coupable apparut sur les lèvres du brun, qui se rappelait subitement du réveil et des cotillons chinois qui avaient suivi un... énorme trou noir. Oh, qu'il était mal à l'aise à l'idée d'avoir perdu la mémoire de plusieurs heures de sa vie.

"Décidément ! Il ne faudrait pas que les trous de mémoires deviennent une habitude..."

Oh, un ascenseur. Sans rire. Paniqué, Esteban chercha par réflexe le bouton d'arrêt d'urgence des yeux et ne se sentit mieux que lorsqu'il le trouva. Erin ne pouvait avoir que remarqué son manège, parce qu'il n'avait pas été très discret. Elle lui jetait un regard taquin, auquel il répondit par un sourire malicieux. Il avait eu tellement honte, et le coup de téléphone avait été tellement cuisant, qu'il allait avoir ce réflexe (certes ridicule) durant quelques bonnes semaines sans doute.

Arrivé dans l'appartement, Esteban se contenta d'un coup d'œil rapide alentours. D'habitude il aurait été plus attentif à ce qui l'entourait, mais il était fatigué, et puis il était chez Erin. Et être chez Erin, avec Erin, c'était à peu près tout ce qui comptait. Elle aurait pu vivre dans une baignoire sur la plage qu'ils... auraient été un peu serrés. Mais.. ! Ils auraient eu une très très grande piscine. Oh, mais ses pensées étaient excessivement chaotiques... Il entendit une porte se fermer, ce qui eut le don de le réveiller. Il avança vers une chaise contre laquelle il prit appui distraitement : il n'osait pas s'asseoir, mais avait besoin d'un appui. Quant à son estomac... Il était encore un peu barbouillé. Mais il n'allait pas refuser à Erin la commande d'un repas dont elle avait vraisemblablement besoin (sinon elle n'aurait pas fouillé son frigo). Il hocha la tête :

"Très bien ! Tu as envie de quelque chose en particulier ? Oh je crains qu'il ne me faille provisoirement abandonner les fruits de mer... Je n'ai toujours pas digéré le repas du Stratosphère. Ça te dirait de manger mexicain ? Tamales veracruzanos par exemple ? Une sorte de beignets cuits vapeur dans des feuilles de bananier. Il en font sans viande !"

Un plat dont sa mère raffolait et qu'elle avait fait livrer tant de fois qu'il était impossible à Esteban d'en tenir le compte. Du coup, lui aussi avait fini par en raffoler. Il aimait l'idée de faire partager cette passion familiale à Erin... Par contre, il n'avait pas vraiment pensé au fait que l'américain standard possédait une résistance aux épices relativement peu avancée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeSam 28 Juin - 23:21

Tamalesse Véracruzzzanosse. Elle ne connaissait pas. Mais ça devait être délicieux. Comment pourrait-il en être autrement après tout ? Si c'était un plat mexicain, ce devait être bon. Puisque la famille d'Esteban était originaire du Mexique, qu'Esteban aimait cette spécialité, alors, ce devait être forcément merveilleux. A son image !

Erin acquiesça dès qu'il eut fini de parler, ne lui laissant pas le temps de la réflexion. C'était tout décidé, déjà. Elle avait sur les lèvres un sourire qui en disait long. Qui disait surtout quelque chose de mièvre, et de passionné. De fatigué, aussi. Mais elle avait pour l'instant trop faim pour avoir envie d'aller se coucher sans dîner.

"Je ne connais pas, mais ça doit être très bon. Allons-y pour Mexicain !" Ca changerait de Japonais. Elle avait peu l'habitude des plats étrangers, en réalité... Elle ne réalisa pas que cela risquait de piquer un peu. Dans son imagination, de devait ressembler à des fajitas, comme tous les plats mexicains, non ?

Elle sortit de sa pochette posée près de l'entrée son smartphone et chercha longuement dessus avant de relever le nez, les yeux plissés face à son ignorance.

"Tu connais un bon restaurant, n'est-ce pas ?"
Évidemment... si non, il n'aurait pas proposé. Qu'elle andouille. Erin se sentit gênée, mais ce sentiment ne dura pas ; en quelques jours, elle se sentait avec Esteban comme avec personne d'autre. Naturellement, elle avait des frissons lorsqu'elle l'observait, lorsqu'elle savait qu'il la regardait, lorsqu'il la frôlait...

Elle profita que son Prince passe commande lui-même pour tendre l'oreille et se perdre dans la contemplation de sa bouche lorsqu'il prononçait les noms des plats aux sonorités latines. Qu'il dise encore "enchiladas", juste pour le voir tordre les lèvres de cette manière... Erin courut chercher un post-it où elle noté son adresse et colla le message devant les yeux de l'Héritier pour qu'il puisse donner les bonnes informations au livreur, sans oublier d'ajouter quelques petits cœurs autour.

Enfin, elle retint un soupir éperdu avant qu'il ne raccroche et s'efforça de ne pas paraître trop rêveuse quand il croisa son regard. Raté.

"Excuse-moi une petite seconde."
Souffla-t-elle soudain, passant devant lui en défaisant ses escarpins, et lui volant un baiser au passage. Elle se dirigea vers sa chambre et ouvrit la porte de façon à ce que son corps passe tout juste dans l'ouverture, de peur qu'il ne puisse apercevoir son lit défait.

Dans sa chambre, elle rangea ses chaussures, tira les draps rapidement, remit en ordre quelques vêtements qui traînaient en essayant de faire le moins de bruit possible. Enfin, elle retira sa robe, pour enfiler quelque chose de plus approprié... Elle mit sans doute énormément de temps à farfouiller dans son armoire -minuscule ! l'horreur- car elle entendit sonner à la porte. Le Livreur !

Erin ouvrit la porte de façon à passer sa tête uniquement.

"Je euh... Tu peux aller ouvrir ?"

Impossible d'aller ouvrir en petite tenue... La porte se referma, et Erin dut faire un choix.

Quand elle fut certaine que le livreur était reparti, et bercée par l'odeur épicée qui venait de son salon, la Rouquine refit son apparition, portant... une chemise de nuit. Pas ces affreuses choses que l'on trouve en supermarché, bien sûr que non. Un déshabillé en soie verte aux arabesques élégantes, et ses cheveux étaient noués en un chignon rebondi. Elle soigna son effet, marcha d'un pas aérien, et rejoignit Esteban devant la petite table basse. Elle s'agenouilla lentement, à la hauteur.

"Ca sent tellement bon !"

_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap14/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (14/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeDim 29 Juin - 11:24

Si Erin eut l'impression d'avoir dit quelque chose d'idiot, Esteban ne releva pas, et, et ne remarqua d'ailleurs rien. Il lui arrivait assez fréquemment d'enfoncer des portes ouvertes ou de manquer de jugeote. Il était assez rare qu'il remarque ce genre d'erreurs de la part d'autrui lorsqu'il aurait pu être le premier à les faire. Il répondit à la question par un grand sourire satisfait :

"Bien sûr ! J'en ai testé plusieurs, mais celui-ci est vraiment très bon. Du moins, c'est ce que je pense. Et c'est aussi l'avis de ma mère. Autant te dire qu'elle s'y connait."

Un regard (éreinté mais) malicieux plus tard, il avait déjà sorti de sa poche son téléphone et cherchait un numéro dans son carnet de contacts.

Après tout, cette spécialité venait de sa région d'origine ! Olivia n'avait pas été  souvent à la Nouvelle-Orléans avant le procès, mais elle était venue à plusieurs reprises partager un week-end avec Esteban. Bien entendu, il ne l'avait jamais accueillie dans son studio, parfaitement inadapté pour recevoir sa mère. Ce n'était pas comme si la Nouvelle-Orléans manquait d'hôtels de luxe où réserver des suites, même si ces derniers lui semblaient faire pâle figure maintenant qu'il avait connu Las Vegas. En quelques semaines, ils avaient réussi à dresser une carte plutôt fiable des bonnes et des mauvaises adresses parmi une belle liste de restaurants spécialisés en cuisine mexicaine. Esteban l'avait continuée sans Olivia : il aurait difficilement pu se passer du type de nourriture avec lequel il avait grandi. Puis elle avait emménagé en ville, et là, ça avait été le drame : une véritable tempête de japaleños dont on n'avait toujours pas connu la fin.

Au téléphone, Esteban était étonnamment à l'aise. On l'avait déjà vu à plusieurs reprises : son smartphone était son arme principale dès lors qu'il s'agissait de contacter ses nombreuses et utiles connaissances, et de les convaincre de réaliser le moindre de ses désirs excentriques, qu'importe l'heure, la position géographique et la disponibilité théorique du service. Pour cette fois il n'aurait pas à insister beaucoup : le service n'était pas encore terminé (ou alors très récemment), et les tamales veracruzanos faisaient partie intégrante de la carte du restaurant. Il décida tout de même de pimenter la discussion (sans mauvais jeu de mot) lorsqu'il switcha de l'anglais vers l'espagnol, afin de commander un dessert surprise : des churros accompagnés d'atoles au chocolat. Oui mais ! Pas n'importe lesquels. Il n'avait toujours pas oublié le premier soir... Celui de la presque soirée étudiante, où ils avaient envisagé l'idée de manger des sushis multicolores. Il n'y aurait pas de sushis, mais une orgie chromatique, pourquoi pas ! Il demanda au cuisinier (atterré) de colorer les churros façon arc en ciel avec un dégradé dans la longueur. De même il insista pour que les atoles soient au chocolat blanc et qu'on les teinte dans des tons unis mais vifs et gourmands : fushia, turquoise, qu'en savait-il ! Qu'ils se débrouillent : c'était leur travail, et ils seraient bien payés pour l'avoir accompli. Ah. Et un nuage de chantilly sur chaque crème, bien évidemment. Colorée de la même teinte que la crème, mais alors attention : une version pastel, approchant du blanc, parce que c'était beaucoup plus joli ainsi et qu'il fallait compenser la densité des couleurs présentes sur le reste de la nourriture. Sur une idée subite, il demanda enfin à ce que des pépites comestibles brillantes soient parsemées au dessus de la fameuse chantilly. Là encore, il faudrait que la couleur de ces joyaux de sucre soit adaptée à chacune des crèmes, sans quoi ça ne serait vraiment pas convenable. Il parvint même à trouver le moyen de convaincre le restaurant de rajouter à la commande un duo de cocktails au caramel similaire à ceux dont ils avaient fait une véritable orgie à Vegas. Voilà qui leur rappellerait d'agréables souvenirs...

Parti comme il l'était, il termina la discussion en espagnol, parce que ça arrangeait de toute façon son interlocuteur qui était mexicain de souche et parlait un anglais relativement approximatif. Il prit le post-it qu'Erin lui mettait sous les yeux et donna l'adresse de livraison, un sourire grandissant sur ses lèvres alors qu'il remarquait les dessins aériens qu'elle avait ajouté sur le papier. Il tourna un regard lourd de sens sur elle, mais fit en sorte de rester correct jusqu'à la fin de la discussion, où il put enfin raccrocher.

"Voilà ! Ça ne devrait pas mettre très longtemps, par chance je crois bien que ce restaurant n'est pas très loin de chez toi."

Elle déposa un baiser rapide sur ses lèvres qui le laissa sur sa faim, puisqu'elle s'éclipsait provisoirement. Esteban prit sur lui : de toute façon, il était tellement fatigué que ce n'était pas très difficile.

"Aucun souci..."

Si ce n'est que seul, dans une pièce ou rien ne se passait, il avait tendance à piquer du nez. Ses yeux se fermaient tous seuls et il était pris de frissons désagréables. Contrairement à ce qu'on aurait pu penser, il était d'excellente humeur : un sourire flottait sur ses lèvres endormies, comme il se laissait transporter par le souvenir du long week-end qui venait de passer. Il frotta ensemble ses mains gelées, puis une sonnette retentit. Depuis sa chambre, Erin lui demanda d'ouvrir, si bien qu'il força un peu sur ses cordes vocales comateuses pour lui répondre :

"Oui bien entendu, j'y vais !"

D'autant que ça l'arrangeait. Il remercia le livreur (et le paya grassement, comme c'était prévu). L'homme lui annonça que les desserts étaient en cours de préparation, et qu'il les lui apporterait un peu plus tard, en compagnie des cocktails. C'était bien normal : étant données ses exigences, Esteban s'était douté que le cuisinier ne pourrait réaliser sa commande en dix minutes, et il avait demandé à ce que la livraison s'opère en deux temps. Il posa le plat principal sur la table, peu avant qu'Erin ne le rejoigne, et qu'il oublie subitement ce à quoi il était en train de penser. Il n'avait pas prévu qu'elle change de tenue. Cette chemise de nuit était exquise, et si l'effet recherché consistait à lui faire perdre l'usage de son peu de facultés restantes, la jeune femme n'était pas loin d'avoir réussi à atteindre son but. Il s'agenouilla à son tour, et son corps le remercia pour cela : être debout était devenu une véritable torture.

"... Tu as décidément très bon goût ! C'est.. euh. C'est vrai que ça sent bon, n'est-ce pas ! C'est aussi vraiment très bon, au goût. Enfin, c'est mon avis ! Ah ! Mais je ne parle pas du même goût qu'avant, ce serait vraiment déplacé. Oh..."

Oh lala... Il était exténué, et voilà qu'il était en train de se ridiculiser une fois de plus. Ce qu'il venait de dire était invraisemblablement impoli, rustre, embarrassant ! Ses joues précédemment pâlottes avaient pris une couleur cramoisie.  Plutôt que de se perdre un peu plus dans sa confusion, il décida d'ouvrir le sac qui retenait les beignets à l'agréable odeur épicée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeDim 29 Juin - 16:59

Le sourire d'Erin en disait long sur la satisfaction qu'elle éprouvait face à la réaction d'Esteban. Non pas qu'elle tire du plaisir à le voir embarrassé, bien sûr que non ! Mais il était touchant lorsqu'il se perdait dans des palabres où tout se mélangeait, qu'il faisait des ponts entre deux sujets qui n'avaient, à priori, rien à voir. Et ce, même s'il avait supposément comparé son corps à un beignet. Elle observa ses joues se colorer et essaya de cacher de sourire de ses lèvres, pour ne pas le vexer davantage.

Elle avait bon goût ? En plissant les yeux, elle s'approcha lentement du visage de son Prince pour lui murmurer un très sérieux "N'est-ce-pas ?" Et glisser ses lèvres sur son menton. Pourtant, le parfum qui s'élevait du sachet désormais ouvert ne permettait aucune diversion ; Erin se détourna de lui et observa ces fameux tamales veracruzanos. Ca avait été effectivement cuit dans une sorte de feuille, sans doute de bananier comme avait évoqué Esteban. Ah bon, il y avait des bananes au Mexique ?

Elle dut bien se faire la réflexion que, oui, ça semblait un peu épicé... Mais ces considérations étaient chassées par la faim. Aussi, elle s'empara d'un beignet qu'elle porta à ses lèvres. Avant d'y goûter, elle prit cependant quelques secondes pour rassurer son Prince.

"Tu es drôle lorsque tu es fatigué." Sourit-elle en plissant les yeux de manière malicieuse, avant de croquer dans le beignet. Elle aurait sans doute été plus avisée de prendre son temps, d'une part parce que c'était chaud, d'autre part, parce qu'Erin sentait monter petit à petit les épices à son nez.

Elle ne put s'empêcher de blêmir et de commenter "C'est... ça pique un peu, non ?" Elle était loin de se douter que ce n'était que le début. A mesure qu'elle mâchait, le goût prononcé s'affichait plus clairement, et venait assaillir ses papilles. Elle sentit les larmes monter à ses yeux d'un seul coup, sans pouvoir les retenir. Et bientôt, elle eut l'impression que son corps tout entier était brûlant, avec plein feu sur son visage.

Erin ne mangeait jamais trop épicé, jamais trop acide, jamais trop sucré, ou presque. Son palais délicat se trouvait agressé d'un seul coup, sans crier gare, alors qu'elle aurait pu éviter la catastrophe. Cependant, elle était aussi bien élevée. Et malgré qu'elle puisse cracher des flammes, elle avala lentement, se redressa et chancela un peu. Impossible de se montrer convenable davantage, elle courut jusqu'à la cuisine où elle remplit un grand verre d'eau. A grandes gorgées, elle espérait faire passer le deuxième effet pimentés.

Tournant le dos au salon, elle se sentit soudainement terriblement honteuse. Et si Esteban pensait qu'elle détestait ce plat, que lui adorait ? C'était un drame ! Elle venait d'offenser tout un pays entier ! Ne sachant plus où se mettre ou comment rattraper son affront, la jeune femme se retourna lentement, la mine encore rouge, et revint s'agenouiller devant le sachet de beignets fumants. Elle s'inclina piteusement...

"Excuse-moi... Je... Je n'ai pas l'habitude de manger aussi épicé. Mais c'était très bon ! Je veux dire c'est très bon !" Insista-t-elle, même si sa bouche n'était sans doute pas totalement en mesure d'apprécier le goût des tamales veracruzanos... L'Effet Déshabillé sexy venait d'en prendre un sacré coup...

_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap14/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (14/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeDim 29 Juin - 21:45

Esteban n'osa pas lever les yeux durant plusieurs secondes. Oh misère ! Que n'avait-il pas fait en lâchant, sans réfléchir, pareille comparaison... Il était persuadé qu'Erin se vexerait suite à ces propos outranciers, et il ne pourrait pas lui en vouloir. Comme il regrettait, lui qui ne cherchait qu'à rendre la soirée plus agréable ! Il avait peut-être bien tout gâché. Paniqué et penaud, il se concentrait sur la tâche INTENSÉMENT complexe qui consistait à sortir les beignets du sac sans se brûler les doigts. Et ne rigolez pas... Pour quelqu'un d'aussi maladroit que lui, cette opération était effectivement difficile et prenante. Il leva un regard surpris quand elle s'approcha de lui, car elle avait parlé sur un ton dénué de toute colère, et de tout agacement. Était-il possible qu'elle ne lui en veuille pas ?

Il s'essaya à un sourire timide. Elle n'avait pas l'air d'être en train de lui faire une mauvaise plaisanterie, ni de faire semblant de ne pas lui tenir rigueur de ce qu'il venait de se passer pour finalement le poignarder dans le dos au moment où il aurait baissé sa garde.. D'ailleurs, ce n'était très certainement pas le genre d'Erin. Bien évidemment, qu'elle ne ferait jamais ça ! Il frissonna lorsqu'il sentit ses lèvres contre son visage, et parvint finalement à se sentir soulagé. Il avait presque oublié à quel point tout était différent, avec Erin. Il avait beau dire n'importe quoi, elle le prenait toujours bien, avec le rire ou le sourire. C'était quelque chose dont il n'aurait jamais osé rêver.

Béat d'une tranquillité tout juste retrouvée, il attrapa la feuille garnie qui lui était réservée, et émit un rire gêné au commentaire de la jeune femme : A défaut d'avoir l'air intelligent, si il paraissait drôle...

"Eh bien je suppose que c'est déjà ça de pris.. !

Il croqua à son tour dans la nourriture, laquelle avait le goût habituel qu'elle avait toujours eu. C'était très bon, selon lui. Il avait beau ne pas avoir faim, il soupira d'aise. Puis il manqua d'avaler de travers, lorsqu'il vit la tête que faisait la rouquine. Il ouvrit de grand yeux paniqués. Quoi donc..? Était-il possible qu'elle n'aime pas ? Oh mon dieu ! Bien sûr que c'était possible, et ça serait une véritable catastrophe, mais c'était tout à fait probable. Quel idiot il avait fait ! Il aurait sans doute dû choisir un plat moins exotique, pour commencer. Il avait voulu aller beaucoup trop vite ! Il allait s'excuser platement, avec plein de mots qui n'allaient pas les uns avec les autres et paraissaient idiots mis bout à bout, mais ce qu'elle déclara le laissa subitement perplexe.

"... Ah ? Tu trouves que ça pique ?"

Il éloigna le beignet de son visage, fronça les sourcils en observant d'un air de reproche l'endroit où ses dents avaient mordu, tout en se disant que c'était étrange : Ça ne lui semblait pas piquer plus que d'habitude. Piquer plus que... Habitude. Oh. La connexion se fit (un peu tard) dans son cerveau, puis il se mit à blêmir à son tour. Il avait plus ou moins l'impression d'avoir grandi dans un bain de japaleños géant. Les épices faisaient partie de son quotidien, et il avait parfois tendance à oublier qu'elles n'étaient pas dans celui de tout le monde. Surtout pas des américains de souche, qui avaient tendance à avoir le palet fragile. Il prit un air catastrophé, et posa la nourriture coupable sur la table tandis qu'il se tournait vers Erin, pour la voir partir en trombe à la recherche du verre d'eau salvateur.

"... Erin ? Tu vas bien ?"

Il aurait voulu la rejoindre en courant pour s'excuser, mais elle lui tournait le dos, et il était de nouveau en train de craindre qu'elle lui en veuille pour cette (nouvelle) bourde atroce. Il se contenta donc de retenir sa respiration, de s'insulter mentalement, et de maintenir fermement le bord de la table entre ses doigts, jusqu'à ce qu'elle revienne enfin. Coupable, aussi peu fier de lui qu'elle pouvait l'être d'elle, il ajouta précipitamment :

"Ce n'est rien, j'aurais dû y penser ! Seulement j'ai tellement l'habitude de... Ça ne m'a pas traversé l'esprit, je suis terriblement désolé c'était une erreur grossière. Ne te force pas à continuer je t'en prie... J'ai commandé un dessert, il devrait arriver d'ici quelques dizaines de minutes, alors nous mangerons plus équilibré demain, d'accord ?"

Voilà qui lui gâchait son effet de surprise, mais il y avait des priorités, dans la vie. La sauvegarde du palet de sa petite amie en était une très, TRÈS importante ! Il faudrait aussi qu'il pense à envoyer discrètement un message à sa mère pour qu'elle intime à ceux qui prépareraient le repas de ne pas trop charger sur les épices, sans quoi Erin n'allait sans doute pas survivre au brunch. Il s'approcha, posa une main inquiète contre son dos, et regretta de ne pas avoir commandé de pain.

"Est-ce que ça va aller ? L'eau n'est pas très efficace contre ce genre de brûlures..."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeLun 30 Juin - 11:21

C’était un peu le monde à l’envers, de voir Esteban se confondre en excuse, alors qu’elle venait d’insulter toute une culture, mais cette situation permettait à Erin de se reprendre lentement. Elle avait encore les papilles comme un brasier, et c’était évident, vu ses yeux brillants et le rouge sur son visage, qu’elle se sentait toujours aussi mal, que ce à cause du piment ou de la honte.

Mais il était tellement prévenant et prompt à la rassurer, qu’il faisait se dissiper petit à petit sa gêne. Comment cependant se faire pardonner son affront ? L’évocation du dessert lui envoya dans les yeux des images rassurantes, et elle chercha à respirer plus lentement. En plus, il savait parfaitement que leurs excès depuis plusieurs jours l’angoisseraient une fois le pied posé sur la balance… Il était tellement gentleman ! Lorsqu’Esteban posa sa main sur son dos, elle s’avança pour poser son front sur son épaule lamentablement.

« Je suis tellement désolée… » C’était comme si c’était une affaire d’état. Comme si elle réalisait qu’ils pouvaient ne pas avoir exactement les mêmes goûts. Un désastre… « Je ne pensais pas que ça piquerait autant. » Chercha-t-elle à se justifier, mais le mal était fait. Pourtant, sa langue était encore gonflée, et elle releva piteusement les yeux.

« Tu crois que du lait serait plus efficace ? » Dior aimait les tacos, et elle buvait du lait avec. Ca n’avait peut-être aucun rapport, mais au point où elle en était… Elle se redressa un peu et s’éventa avec sa main. Cependant, une seconde plus tard, à voir la mine d’Esteban, Erin éclatait de rire. C’était à la fois nécessaire et futile, parce que ça lui permettait d’évacuer ce qui restait de honte, et que ça lui évitait de vouloir encore s’excuser.

Son rire ne mourut que lorsqu’elle sentit ses côtes tirer, alors elle s’apaisa et se releva lentement pour aller ouvrir son réfrigérateur, et boire le lait à la bouteille. Pas très glamour, ni très chic, hein ? Elle avait repris mille fois Dior, et mille fois Dior avait continué. Erin venait de se ridiculiser, alors, on s’en fichait pas mal des convenances. Encore.

Ses pieds nus revinrent vers son Prince et elle chercha à soigner un peu plus son entrée, reprit sa place, eut un petit sourire, encore un peu miteux.

« Ça va mieux. » Répondit la Rouquine enfin, les tâches carmin sur son visage, qui disparaissaient, attestaient la véracité de ses dires. Et son regard se mit à pétiller. « Tu as parlé d’un dessert ? » Elle était désormais tout sourire. La bouchée épicée l’avait brûlée, mais mise en appétit. L’odeur qui se dégageait des beignets était appétissantes, elle les regardait avec une étrange envie de les repousser, ou de croquer de nouveau. Mais savoir qu’ils n’étaient pas faits pour elle la laissait frustrée.

« Quel dommage d’être aussi douillette. Ca sent tellement bon ! » Se plaignit Erin en faisant la moue.

_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap14/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (14/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeLun 30 Juin - 19:01

Rongé par le remord, Esteban n'aurait pas pu avoir l'air plus coupable que maintenant. Il offrit son épaule à Erin et glissa une main sur sa tête pour lui caresser les cheveux (comme si ce geste risquait d'apaiser sa bouche en feu... mais il se sentait inutile, surtout en n'ayant rien à lui conseiller qui lui permettrait d'éteindre le feu). Elle s'excusa encore... Mais ce n'était pas de sa faute, enfin ! Si elle n'était pas habituée aux épices, il était évident qu'elle ne pouvait supporter un plat aussi relevé. Si on avait demandé à Esteban de soulever 150kg en lift, il en aurait bien été incapable (... pour l'instant).

"... Pas autant que moi."

Gémit-il à moitié. A les entendre, on aurait facilement pu croire qu'ils avaient assassiné l'enfant du voisin en faisant tomber un pot de fleur par la fenêtre à force de faire des galipettes à côté. Chose dont leurs maladresses conjuguées ne les rendaient pas totalement incapables : c'était sans doute ça le plus effrayant.

"Eh bien je ne pensais pas que ça te piquerait autant non plus, mais j'aurais dû réfléchir mieux que ça..."

L'aurait-elle laissé se morfondre plus longtemps qu'il se serait sans doute traité d'idiot tout haut. Mais elle venait d'avoir une idée salvatrice, qui lui redonna un peu le sourire :

"C'est à essayer ! Le lait, c'est plutôt doux, et épais. De ce fait il possède une consistance particulièrement adaptée pour venir à bout de ce genre de problème ! Bien sûr rien ne remplace un pansement plus solide, tel que... Euh... ?"

Son exposé sorti d'il ne savait même pas où cessa brutalement comme la jeune femme éclatait d'un rire qui le laissa perplexe. Rapidement, sa bonne humeur devint communicative. Esteban cessa de se faire (trop de) mouron. Il se prit à arborer un immense sourire, qui dura jusqu'à ce qu'elle se relève et retourne dans la cuisine. Eh bien... C'était un déroulement inattendu, mais il était vrai qu'il fallait sans doute mieux en rire qu'en pleurer. Dès qu'elle fut revenue, il passa une main contre son épaule. Puisqu'ils ne pouvaient pas manger, rien ne les empêchait de se tenir chaud, n'est-ce pas ? Il espérait d'ailleurs ne pas avoir les mains trop froides, étant donné qu'il avait l'impression d'être gelé. Il était rassuré qu'elle se sente mieux, comme en attesta le sourire qu'il lui adressa. Ah... Et voilà qu'elle posait des questions sur le fameux dessert. Il prit un air de malice : ça n'était pas drôle si il lui racontait d'avance l'œuvre d'art (?) totalement folle à laquelle il avait spontanément pensé tandis qu'il était au téléphone avec le restaurant. Il regarda sa montre.

"Je ne suis pas sûr qu'il arrivera tout de suite... Le temps de préparation risque de ne pas être des plus courts. Peut-être encore trente ou quarante minutes... Tu peux attendre jusqu'à là ? Sinon je commande autre chose."

Elle semblait triste de ne pas pouvoir manger les fameux beignets dont l'odeur continuait d'attiser leurs papilles gustatives. Il était vrai que c'était bien dommage... Mais qu'y pouvaient-ils ? Esteban, qui se voulait rassurant, s'approcha d'elle. Il déposa un bref baiser sur ses lèvres. Il n'était pas sûr qu'Erin ait pour ambition de devenir capable d'avaler toutes les cuisines mexicaines que sa mère et lui pourraient avoir l'idée de commander ou de faire préparer par l'avenir, mais comme elle semblait frustrée, il n'allait pas la laisser sombrer dans le découragement.

"Ne t'inquiète pas... Ce n'est rien. Tu pourras réessayer plus tard, tu sais ? Beaucoup de gens commencent par des plats plus doux, et augmentent progressivement la dose d'épice jusqu'à être capable de la supporter sans mal. Oh... Évidemment, rien ne t'y oblige si tu n'en as pas envie."

... Il doutait malheureusement d'être là pour voir le moment où elle réussirait enfin à croquer dans des tamales veracruzanos sans ciller, mais c'était là quelque chose qu'il valait mieux éviter de rappeler. Ce soir, c'était encore un peu Vegas. Surtout avec le dessert et les cocktails qui arriveraient bientôt. Il prit la main d'Erin dans la sienne, et ses doigts tombèrent par inadvertance sur la fameuse bague de non-fiançailles. Encore un rappel de sa mort imminente...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeMar 1 Juil - 18:55

Un simple et fugace baiser sur ses lèvres avaient autant de pouvoir qu'un litre de lait, se dit immédiatement Erin, face aux attentions délicates de son Prince. Il était d'une prévenance remarquable, elle s'en étonnait encore, bien qu'elle ait connu énormément de Mondains chevaleresques, il en était le Maître à tous. Et cette façon de parler inlassablement dès qu'une émotion se faisait plus forte qu'une autre dans son cœur... C'était mignon... Elle le rassura immédiatement avec un sourire franc.

"Non, non, ne commande rien d'autres, je saurai patienter encore. Tu me fais des cachoteries, hein ?" Elle le taquina d'un regard faussement suspicieux, et était loin de se douter combien elle avait raison... Dans des mesures plus anodines, au sujet du dessert, naturellement.

Comme il la conseillait sur la façon la plus adaptée de réussir à ne pas vomir des flammes à chaque bouchée épicée, la Rouquine acquiesça lentement, réfléchissant sans doute elle-même à la méthode la plus appropriée. Il était nécessaire d'y aller par palier, sans doute... Mais il se montrait si prévenant, que la simple idée qu'il la froisse, potentiellement, avec des pincettes, éventuellement... devenait pour Esteban une raison supplémentaire de s'excuser, de parler plus vite, et la regardait comme s'il implorait son pardon pour faute inqualifiable.

Elle fit claquer une bise charnue sur sa joue et un petit rire cristallin se voulut rassurant. Dans la tête de la jeune fille, la Maladie n'avait plus sa place.

"Bien sûr que j'aimerais !" Elle stoppa toute envie à son amoureux de la contredire, son regard était ferme. "S'il n'y a pas de viande, bien sûr. Et quand je serai prête à endurer toutes les tortures piquantes des tacos, on partira à Cancún !" C'était principalement la ville mexicaine la plus connue des étudiants et américains moyens. Même si Erin avait des notions plus poussées en géographie, elle n'était pas attirée plus que cela par des ruines ou des vieux musées. Alors que les plages, la fête et les vagues, ça, c'était fun ! Sans songer que ce qu'elle venait de dire pouvait éventuellement être très réducteur de tout un pays et peu représentatif, elle n'avait pas non plus idée que pour un voyage gastronomique, Cancún n'était pas la destination idéale au Mexique. Mais que voulez-vous...

Elle continuait cependant de lancer des œillades au beignet avec envie, quand elle se rendit compte qu'Esteban avait cessé de manger. Fronçant légèrement les sourcils, la Rouquine gronda légèrement.

"J'espère que tu n'as pas l'intention de laisser tout ça ?" Mais ne put pas garder sa mine théâtrale de marâtre très longtemps. Avec un gloussement, elle reprit plus sérieusement. Enfin, plus malicieusement. "Ca me ferait de la peine si tu ne te régalais pas, à défaut de pouvoir le faire moi aussi. Aller, mange. Tu es tout pâle..." Elle sembla remarquer le piteux état de son Prince, et son regard s'assombrit d'inquiétude. Soudain, ce fut comme un électrochoc. Leucémie. Non, elle n'avait pas oublié, c'est faux ! Elle... avait juste ...

"Tu préfères aller t'allonger ?" Murmura-t-elle en évitant de mettre trop de miel dans sa voix. Il lui semblait que paraître trop maternelle n'était pas approprié.

_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap14/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (14/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeMar 1 Juil - 23:32

Esteban répondit à la question d'Erin par un sourire amusé, et le regard de malice innocente qui allait avec. Faire des cachotteries ? Ce n'était pas son genre ! Enfin...... Sauf sur quelques Très Importants Sujets qui lui avaient valu quelques moments difficiles avec sa mère, et qui lui en vaudraient d'autres avec tout le monde par l'avenir, mais lorsqu'il s'agissait d'un cas de force majeure, Esteban n'avait pas l'impression d'avoir le choix. De ce fait, ce n'était pas vraiment comme si il cachait des choses volontairement, n'est-ce pas ?

"Tu ne préfères pas avoir la surprise ? Mais je peux te promettre qu'il n'y aura pas l'ombre d'une épice dans ce dessert, tu pourras le manger sans mal !"

En parlant de ça... Elle n'était pas vouée à rester au "niveau 0" sur l'échelle de Piment toute sa vie. Si elle le voulait, elle pouvait s'y habituer progressivement, en procédant par pallier. Évidemment, il fallait qu'elle en ait envie, et surtout pas qu'elle se sente forcée ! Elle le rassura instantanément sur la question, et le fit d'ailleurs rire par son enthousiasme. Cancún n'aurait pas été son premier choix, mais il était tellement ravi à l'idée de faire visiter son second pays à Erin qu'il n'y pensa pas longtemps : il voyait plus grand, et il avait déjà plein d'étoiles dans les yeux. Il l'embrassa à nouveau, cette fois avec plus de fougue quoiqu'il fut encore très fatigué.

"Pourquoi se contenter d'une ville ? Nous pourrions aussi aller à Veracruz, et à Xalapa. Puis remonter par étapes... Passer par Oaxaca et peut-être Jalisco ! Oh il faudrait certainement y réfléchir plus sérieusement que cela, bien entendu... Je n'ai pas tout en tête."

Et très vraisemblablement, il n'avait tellement plus rien en tête qu'il avait oublié jusqu'au fait qu'il n'aurait sans doute jamais l'occasion de réaliser un voyage de cet acabit de son vivant. De son "non-gisant", eh bien... Il serait mort, et avait bien l'intention de le rester pour tout le monde (sauf pour la Justice). Ce grand voyage ne resterait sans doute jamais qu'un rêve, comme beaucoup d'autres choses desquelles ils avaient parlé durant leur week-end de folie.

Retour à la réalité dès lors qu'Erin lui rappela la présence des beignets sur la table. Embarrassé, il cherchait comment expliquer à la jeune femme qu'il risquait d'avoir du mal à manger tout ça, lorsqu'il n'avait déjà pas suffisamment faim pour avaler sa part à lui. Elle lui épargna un moment de gêne en se rendant compte de son état. Cependant, Esteban était désolé de lui infliger ce spectacle. Il avait remarqué son inquiétude, à laquelle il répondit par un sourire d'excuse. Il aurait aimé que son état de santé le laisse avoir une soirée parfaite de plus, et une journée correcte le temps du brunch, quitte à ce qu'il passe trois jours au lit ensuite.

"... Ils ne sont pas perdus, on pourra les faire réchauffer plus tard. Je dois admettre que j'aurai sans doute plus d'appétit après quelques minutes de repos."

... D'autant qu'une idée troublante était en train de grimper dans son esprit, provisoirement distrait par ses planifications sur comète de voyages en Amérique Latine. La mort imminente, la bague de non-fiançailles, le brunch... Son esprit n'était pas loin de faire une connexion qui avait très certainement besoin d'être faite, si l'on ne voulait pas risquer la catastrophe. Il mit finalement le doigt dessus, et n'en fut pas ravi. Il allait devoir parler de choses désagréables, ce dont il n'avait pas envie. Il allait attendre qu'ils soient tous les deux couchés : il n'était pas certain de supporter cette discussion si il devait maintenir les efforts qui lui permettaient de rester assis.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeVen 4 Juil - 11:03

Toujours inquiète de la triste mine de son Prince Charmant, Erin scrutait son visage avec attention et insistance. Elle se doutait qu’il allait minimiser son état uniquement pour ne pas l’ennuyer elle, pour qu’elle ne se fasse pas trop de mouron, parce qu’il avait toujours à cœur de faire en sorte que tout soit parfait pour elle. Cette attitude était touchante, tellement flatteuse… Mais elle ne voulait pas que ce soit fait au détriment de sa santé déjà malmenée.

Le voyage de retour avait été trop court pour récupérer des émotions et surtout du manque de sommeil flagrant qu’ils avaient cumulé. Ils n’avaient pas été des plus sérieux lors de ce petit séjour improvisé… oh non, loin de là ! Pas du tout… convenable. Un petit sourire éclaira durant un instant son visage, puis elle reprit une expression soucieuse. Il la rassura, mais à son grand soulagement, avoua aussi sa faiblesse. Les grands hommes sont toujours humbles, mais restent honnêtes, se dit-elle avec un brin de fierté qu’Esteban soit SON prince à elle et ait autant de qualités.

Dans le regard si clair de l’Héritier du Gouverneur, Erin y lut beaucoup trop de choses. Il paraissait encore moins en forme qu’auparavant, et elle caressa sa joue en acquiesçant.

« Tu veux te reposer un peu avant le dessert ? » S’il fallait entre 20 et 40 minutes pour que cette surprise n’arrive, il aurait le temps de récupérer un peu. Pas suffisamment, bien sûr. Mais ce serait toujours ça. Il faudrait également à Erin trouver la force raisonnable de ne pas l’embêter alors qu’il irait se glisser dans ses draps, mais la fatigue était là aussi, et sa préoccupation sur l’état d’Esteban suffisait aussi à garder la tête froide. Ou alors, c’était la brûlure des épices qui lui donnaient un léger coup de chaud ?

Le laissant répondre, la Rouquine entreprit de correctement refermer le sachet sur les beignets, à contre cœur cependant. Il avait pourtant raison, pas de quoi s’inquiéter. Elle noua le paquet avec soin et se redressa pour le déposer dans la cuisine sur un minuscule plan de travail qui ne servait pas beaucoup. Si, en réalité, il servait à poser le saladier de salade et crudité pour y préparer une vinaigrette allégée, mais guère plus…

En revenant vers lui, Erin tendit la main pour l’inviter à se relever et à la suivre dans sa chambre. Elle pourrait ainsi constater s’il n’avait pas amoindrit sa fatigue, en lui proposant son modeste soutien jusqu’à son lit. A cette pensée, elle fut parcourue d’un grand frisson amoureux. Elle allait conduire Esteban Luz Descalzo, son petit-ami, dans son lit à elle. Vivement qu’elle raconte tout ça à Martha ! Elle serait effarée de son voyage à Las Vegas, et tout le reste. Surtout la bague. Martha allait hurlé de folie !

« Surtout qu’il faut être en forme pour demain… » Fit-elle, comme si elle répondait à une conversation qui n’avait cependant pas eu lieu. C’était somme toute plus une réflexion. Son esprit vagabondait déjà entre le Mexique et les Flamants Roses, et en arrière-plan, scintillait un diamant.

_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap14/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (14/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeVen 4 Juil - 23:56

Le corps d'Esteban hurlait de soulagement qu'Erin lui ait proposé d'aller se reposer. Puisqu'ils ne mangeraient pas avant plusieurs dizaines de minutes, c'était effectivement ce qui semblait être le choix le plus raisonnable. Il était peut-être temps de cesser les folies irréfléchies, sans quoi le jeune homme risquait d'écourter son espérance de vie déjà dramatiquement basse. Le sourire d'excuses qu'il avait encore sur les lèvres s'élargit un peu plus, et il acquiesça discrètement.

"Je pense qu'il s'agirait en effet d'une très bonne idée. Je suis certain que tu ne dois pas être au meilleur de ta forme non plus."

C'était vrai, non ? Elle aussi n'avait que très peu dormi ce week-end. Son état de santé n'était certes pas comparable à celui d'Esteban, mais elle profiterait sans aucun doute de ce repos bien mérité. Le rappeler était une forme de dédramatisation : ce n'était pas la maladie qui le mettait dans cet état ! Seulement, leurs excès auraient exténué n'importe qui. Il retint un frisson soudain, bloqua un début de nausée, ainsi qu'un mal de tête fantôme qui n'allait pas tarder de poindre dans son œil gauche. D'accord... Il était peut-être excessivement fébrile. Il avait de la chance qu'elle soit partie dans la cuisine au moment où il avait eu ce micro-malaise : lorsqu'elle était revenue, il avait déjà repris quelques couleurs, même si il restait plus pâle qu'à l'habitude.

Il prit la main tendue en silence, mais toujours l'air affable. Enfin. Autant que faire se pouvait. Il fallait bien dire que son visage tendu donnait plus l'impression de grimacer que d'être rieur, à cet instant précis. Puis ses doigts tremblaient, et il craignait qu'elle ne le sente, maintenant qu'elle les serrait entre les siens. Erin ouvrit la porte de sa chambre, à laquelle Esteban n'accorda qu'un regard très rapide, car il n'était pas en état de mieux faire. Qu'elle ait ou non refait le lit depuis leur arrivée était à cet instant précis le cadet de ses soucis. Il dut s'asseoir un peu moins convenablement qu'il l'aurait voulu (comprendre, peut-être un peu plus lourdement qu'à l'habitude). Il eut envie de s'allonger instantanément mais ça ne se faisait pas. Surtout pas avec des chaussures aux pieds... Les enlever était une bonne première étape. Un bon moyen d'éviter de s'endormir avant l'heure. Après tout.... Il y avait un sujet un peu délicat qu'il allait être obligé d'aborder, avant qu'il ne l'oublie. C'était une urgence absolue. Il en allait de la bonne entente familiale au sein du noyau Luz-Descalzo, ainsi que de celle de sa mère et d'Erin. Esteban tenait à ce qu'elles s'apprécient. Le contraire eut été trop dommage : il était bien placé pour savoir que leurs goûts et leurs tempéraments s'allieraient à merveille.

"En parlant de demain..."

Fit-il, en glissant une main distraite à l'arrière de son crâne pour détacher sa chevelure. Il avait toujours préféré dormir ainsi : avoir les cheveux tirés en arrière n'aidait en rien à se sentir détendu.

"... Il va peut-être falloir prendre des précautions. Ma mère ne comprendra pas pourquoi les choses se sont ainsi précipitées. Ce serait une catastrophe qu'elle se fasse des idées fausses et nous juge sans savoir... Tout comme ce serait une catastrophe qu'elle en vienne à apprendre que je suis malade."

Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas formulé cette fatidique vérité à voix haute, et depuis jeudi soir dernier, ça n'était pas devenu plus agréable. Il espérait qu'Erin comprenne son raisonnement. Elle avait été la première à juger peu convenable l'idée d'avoir une relation sexuelle avec lui dès le premier soir... Seulement, leur vision de choses et leur notion du temps avaient été totalement chamboulées par l'urgence de vivre. Ils n'avaient pas le luxe de reporter à plus tard, puisque Esteban allait mourir. Si tel n'avait pas été le cas, les choses auraient sans doute été différentes. Ils seraient sans doute partis à Las Vegas. Ils auraient sans doute quand même fait tout un tas de folies... Mais peut-être pas en l'espace d'une nuit prolongée sur trois jours.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeMer 9 Juil - 11:41

Son premier regard se porta sur sa main gauche. La bague brillait sous le plafonnier à l'applique épurée des appartements meublés par quelqu'un qui n'a pas de goût et surtout pas les moyens d'aménager correctement. Les reflets étaient délicats, les courbes parfaites, l'éclat merveilleux. Elle sentit malgré elle ses sourcils se froncer comme si elle allait éclater en sanglots. Elle n'était pas idiote. Contrairement à ce que certains pensaient. Elle avait saisi le sens du discours un peu trop embarrassé d'Esteban. Elle caressa le métal précieux d'un doigt léger, presque en adoration.

Il... voulait qu'ils gardent le secret de leurs fiançailles. Parce qu'il avait eu beau dire que ce n'était "rien d'officiel", pour Erin, cela représentait malgré tout le point culminent de la relation la plus importante de sa vie. Elle jeta un regard vers le visage fatigué d'Esteban, espérant peut-être s'assurer qu'il allait se mettre à rire et lui dire que c'était une blague.

Néanmoins, la seconde partie du secret, terriblement plus dramatique, creusa un gouffre dans son estomac. Impossible de réprimer dès lors la piqûre de sa gorge nouée. Son Prince était malade, elle essayait assez souvent de l'oublier, ce qu'elle avait réussi à faire très facilement quand ils étaient à Vegas, et grisée par les premiers moments de leur soirée étudiante avortée. Mais cette fois, ici, c'était le quotidien qui revenait. Et le quotidien d'Esteban, c'était d'être mourant. Dans un réflexe un peu brutal, elle se jeta sur lui et l'embrassa furieusement.

En se détachant de son visage, Erin était plus pâle et n'avait pas réussi à atténuer le creux dans son ventre. Elle avait sans doute espéré qu'en envoyant tout balader et en se jetant éperdument dans les bras de son Prince, elle ferait comme ils avaient toujours fait depuis leur rencontre : ignorer ! Passer outre, ressentir, vivre et tout envoyer balader. Mais ça ne marchait pas cette fois. L'instant était trop poignant pour qu'elle arrive à se reconstituer cette armure autour d'eux et se laisser aller uniquement à s'aimer sans penser à autre chose.

La jeune femme baissa les yeux, le pénible sentiment de devoir affronter la réalité tirant ses traits.

"Je sais..." Murmura-t-elle à contrecœur, même si elle avait envie de s'insurger contre cette injustice. Il était hors de question en réalité qu'elle cache à quiconque cette bague ! C'était la plus belle et la plus magnifique de toutes les bagues du monde ! C'était un crime !
... Et s'il n'avait évoqué que la l'anneau, encore, Erin aurait sans doute réagi ainsi. Cependant, la Maladie, c'était ce qui la forçait à ne pas faire l'enfant gâtée et capricieuse. Elle comprenait l'importance d'un tel secret. Mais saurait-elle tenir sa langue ? C'était sa mère... Submergée par ces préoccupations, elle ne put s'empêcher de gémir.

"Mais il s'agit de ta mère, Esteban. C'est la personne la plus importante de ta famille, tu devrais le lui dire..." Elle se risqua à ouvrir ses draps pour inviter son Prince à s'y glisser. Continuer ainsi à discuter risquait de mettre à mal non seulement leur sommeil, mais aussi et surtout, leur entente, s'ils avaient des avis différents. Et cela, Erin n'était pas prête à l'affronter. Ils DEVAIENT être en harmonie. Peu importait les sacrifices. La Rouquine se blottit contre l'Héritier du Gouverneur et tortilla négligemment une longue mèche de cheveux noir.

"Je te promets que ça se passera bien. Je ne dirai rien. Ni pour la bague. Ni pour..." Elle avala difficilement sa salive. Le dire était encore plus difficile que l'entendre. "Ni pour ta santé." D'une pirouette, elle cala au mieux sa joue contre son épaule.

_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap14/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (14/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeMer 9 Juil - 20:45

Esteban se fit violence pour continuer de parler jusqu'au bout de ce qu'il avait prévu de dire. Il ne s'était pas attendu à ce qu'Erin réagisse aussi rapidement. Pourtant, à son expression, elle semblait contrariée. Était-il possible qu'elle ait déjà compris où il voulait en venir, alors qu'il n'avait fait qu'introduire le sujet ? C'était pour lui chose impensable, car il n'était pas très fort pour comprendre les sous-entendus, et il peinait à imaginer qu'on puisse le faire si aisément. Inquiet, il observa quelques courts instants la jeune femme. En serait-elle restée là qu'il aurait commencé à se perdre en explications compliquées sur le pourquoi du comment il serait beaucoup trop suspect d'afficher cette bague au brunch, et comment tout le monde trouverait vraiment peu décent l'idée qu'ils se soient "fiancés" si tôt après s'être rencontré. Ce cadeau qu'il avait fait à Erin n'avait pas exactement la même symbolique qu'un bijou de fiançailles. Elle le savait. Ce n'était pas le cas de leurs familles. Ce n'était vraiment pas le moment qu'un (nouveau) scandale explose et emporte la paix difficilement retrouvée du foyer Luz-Descalzo, et il doutait que les Rosenbach prennent beaucoup mieux la nouvelle. C'était regrettable, mais pour cette fois, il fallait absolument qu'ils soient raisonnables.

Il n'eut pas l'occasion de dérouler tout son argumentaire puisqu'elle lui sauta littéralement dessus, et l'emporta dans un baiser sauvage. Il était tellement surpris qu'il en oublia de répondre tout de suite. Il fallut quelques instants avant qu'il ne s'adapte à la fougue d'Erin et  glisse les mains dans son dos pour l'enlacer amoureusement. L'instant fut agréable, intense... Mais le bonheur repartit aussi vite qu'il était venu du moment que les jeunes gens regagnèrent une distance suffisante pour permettre à la discussion d'être continuée. Erin était bien pâle, mais ne semblait pas être sur le point de s'énerver. A l'en croire, "elle savait", et était donc prête à coopérer. Esteban n'était pas tranquille pour autant.

"... Je ne sais pas si tu as bien compris où je voulais en venir..."

Et il n'en vint à pas grand chose, car la rouquine, involontairement, tapa pile dans une blessure encore mal refermée. Il sentit sa gorge se nouer, et accusa le coup. Son visage se crispa sous l'effet de la douleur et de la culpabilité. Il baissa les yeux, et se mit à marmonner rapidement :

"Je... Je ne peux pas... Il y a trop de choses qui sont en jeu. Elle ne me laisserait pas aller jusqu'au bout..."

Elle le forcerait à aller à l'hôpital... A prendre tout un tas de médicaments, qui ne serviraient qu'à alléger sa douleur. Elle n'accepterait jamais l'idée que la médecine ne puisse plus l'aider. Elle serait même capable de faire venir des armadas de prêtres, ou de partir en pèlerinage dans l'espoir qu'il soit touché par la grâce divine et qu'une guérison miraculeuse lui soit accordée. Esteban n'avait pas le temps pour ça. Il y avait le procès. Il ne pouvait pas se permettre de donner à son père du grain à moudre, et il était persuadé que Darian était ce genre d'homme capable de tourner la plus petite des anecdotes à son avantage. Eh puis, il y avait La Solution Extrême. Celle qu'il rechignait à envisager, et qu'il était pourtant prêt à choisir si le procès s'éternisait tandis que sa santé vacillait trop vite. Si Olivia était au courant de son état de santé, il pouvait dire Adieu à sa "chasse au vampire", destinée à trouver un mort vivant qui accepterait de le transformer au moment venu. Il serait sous surveillance permanente. Bien sûr, il n'y avait pas que ça. Il secoua la tête tristement.

"Elle ne le supportera pas... Pas avec le procès... Et le divorce en même temps... Non, je lui cache depuis trop longtemps, et je lui ai déjà fait suffisamment de mal comme ça."

Il allait sans dire qu'il allait lui en faire quand même... Si il devait aller jusqu'au bout de ses pires prévisions, il lui en ferait encore bien plus. C'était terrible... Mais avait-il une autre solution ? Une fois de plus il se sentait pieds et poings liés. Entraîné dans l'engrenage de ses propres actions, dont il avait perdu le contrôle. Il enleva son blaser, l'air misérable et préoccupé. Il prit tout de même le temps de le plier le plus correctement du monde avant de se coucher dans le lit ouvert, bientôt rejoint par Erin dont il accueillit la présence chaude et réconfortante avec gratitude. Il en avait presque oublié la bague. Ce fut-elle qui en parla finalement la première, ce qui eut le don de surprendre Esteban une fois supplémentaire. Les précédentes émotions négatives refluaient, remplacées par un soulagement qui prit la forme d'un sourire un peu idiot sur son visage. Une bouffée d'affection le prit au dépourvu, et il caressa la joue d'Erin, avant de faire de même avec ses cheveux et de déposer un baiser sur son front. Il n'avait presque rien dit, mais elle avait tout compris. Vraiment, elle était différente. Elle était merveilleuse. Il était le mourant le plus heureux du monde. Il aurait "suffi" qu'il ne soit justement pas en train de rendre l'âme pour que sa vie soit subitement devenue parfaite.

"... Merci."

C'était court. Diablement court même, pour Esteban. Ce simple mot transportait pourtant beaucoup de signification. La fatigue était en train de le rattraper et il était obligé de cligner des yeux pour ne pas qu'ils se ferment tous seuls. Il glissa une main contre la taille de la jeune femme et décida de cesser de combattre le sommeil, le nez dans sa merveilleuse chevelure.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeJeu 10 Juil - 11:05

Ce fut la sonnette qui la fit se réveiller en sursaut. Elle avait été perdue dans un rêve désagréable où elle courait vers une piscine qui s'éloignait à chaque foulée, et où Esteban, dans une bouée turquoise lui faisait signe de le rejoindre. La frustration de ne jamais atteindre son but et l'étrangeté que constituait cette écharpe autour de sa gorge qui l'étranglait presque à mesure qu'elle courait, lui laissèrent un sentiment pénible lorsqu'elle se redressa.

Les cheveux à peine décoiffés, elle jeta un oeil à Esteban dont les sourcils étaient froncés... Il devait être en train de s'éveiller, d'autant que la sonnette retentissait à nouveau. Qui venait les déranger à une heure indue ?! Elle s'apprêtait à aller dire ses quatre vérités à cet importun, parce que cela ne se faisait pas de sonner chez les honnêtes gens en pleine nuit, à moins qu'il y ait le feu, naturellement.

Elle renoua correctement la ceinture de soie autour de sa taille et avança dans l'appartement sombre avant d'ouvrir la porte d'entrée, méfiante, laissant la petite chainette la protéger d'un éventuel danger, et cachant par la même sa tenue à des yeux étrangers.

Mais ce n'était ni un pompier, ni un cambrioleur. Un homme au teint très mate et aux gros sourcils foncés lui sourit à pleines dents et lui tendit un carton d'une taille étrangement grande ; Erin ne comprit pas tout de suite qu'il s'agissait des fameux desserts surprises et voulut poser quelques questions, mais le livreur, avec un accent prononcé, déclara que tout était réglé d'avance par le monsieur, et il avait ajouté un
¡Buen provecho! qui l'avait laissée songeuse.

Elle dut ouvrir la porte en grand et remercia le livreur avec un pourboire généreux, ne pouvait se résoudre à le laisser repartir sans rien, à cette heure-ci. Encore un peu dans les brumes d'un sommeil agité et peu réparateur, la Rouquine marcha pieds nus jusqu'au salon et posa le carton sur la table basse... Elle rêvait de l'ouvrir mais supposa qu'Esteban serait terriblement déçu, et sans doute blessé, qu'elle ne l'attende pas. Il avait voulu lui faire une surprise, ce ne serait certainement pas poli de jeter un œil avant.

Pleine d'un dilemme affreux, ne sachant choisir entre succomber à sa curiosité, elle qui n'avait jamais su résister à la tentation, et le refus de blesser son Amoureux, Erin resta devant le carton un petit moment en silence. Instinctivement, elle se rendit compte que ses doigts avaient de nouveau trouvé le chemin de son anneau, et qu'elle le faisait tourner autour de son annulaire.

Il allait falloir qu'elle le retire, demain... Erin eut une moue d'enfant gâtée qui rechigne. C'était injuste ! Si sa mère comprenait qu'on pouvait partir à las Vegas n'importe comment sans bagage pour faire la tournée des hôtels de luxe et jouer au casino, avec une fille qu'on venait de rencontrer, et qu'on était trop fougueux -et éméchés- pour se faire pincer par un couple d'aristo dans un ascenseur, alors on pouvait bien être assez fous pour échanger des vœux caduques, absurdes, qui n'iraient jamais nulle part ailleurs que quelques mois, parce qu'il allait mourir !

Mourir ! Voilà !

Dans la confusion la plus totale, Erin arracha la bague de son doigt et la posa violemment sur la table basse dans un bruit sec. Voilà ! Justice infâme ! Quelle justice ? On laissait vivre des pauvres gens avec le cancer et on reprenait les plus riches avec une Leucémie ?! Quel intérêt d'être millionnaire si l'on mourait comme les autres ? A quoi servait les dons aux Organismes Médicaux ? Et ces minables hôpitaux ? Les cliniques ? Les Chercheurs ? Personne n'était foutu de trouver comme guérir cette maladie ? Mais à quoi passaient-ils tous leur journée enfin ?!

Tremblante de fureur contre un ennemi invisible, elle eut un mouvement de la jambe, prête à donner un coup de pied dans sa table basse, mais un bruit la fit se stopper en pleine action. Dans un angle de sa vision, Esteban venait d'apparaître et elle se sentit blêmir.

_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Esteban Luz-Descalzo
Vamps
Esteban Luz-Descalzo

Identification
Emploi: Etudiant
Age apparent: 18 (ou moins)
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap14/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (14/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeJeu 10 Juil - 12:56

Esteban émergeait lentement d'un sommeil sans rêves. Tout son être était lourd et embourbé dans une mélasse invisible qui l'empêchait d'ouvrir les yeux et de bouger. La sonnette seule n'aurait sans doute pas suffi à le tirer de ce repos d'urgence, dont il avait eu désespérément besoin. Ce n'est que parce qu'Erin avait bougé puis s'était levée, laissant la place à côté de lui fraîche et beaucoup trop vide à son goût, qu'il retrouva le chemin vers la pleine conscience. Il cligna des yeux. Une voix masculine parvenait à ses oreilles depuis le couloir. Il resta un instant perplexe lorsqu'il comprit que l'homme - qui qu'il fut - était en train de parler dans un mélange d'espagnol et d'anglais avec un accent mexicain à couper au couteau. Puis l'homme souhaita bon appétit à Erin, et le jeune homme se souvint. Les desserts ! Son cœur fit un bond gigantesque dans sa poitrine, avant qu'un sourire satisfait ne le gagne. Son enthousiasme soudain lui avait fait l'effet d'un coup de jus et l'avait réveillé, mais il se sentait encore un peu faible. Il entreprit de se lever lentement, sans forcer. Son esprit, lui, était déjà parti au pays des strass et des arcs en ciels : il essayait d'imaginer à quoi ce fameux dessert allait ressembler. Auraient-ils réussi à dégrader la couleur des churros correctement ? Oh... Si c'était le cas, ce serait sublime ! Il faudrait sans doute prendre une photo !

Comme on l'aura compris, ses pensées sombres étaient parties très loin. Esteban savait être d'un optimisme inattendu. Il n'était plus que dans l'instant présent, dont il entendait bien profiter un maximum. Il avait pensé les quelques "détails" gênants concernant le lendemain réglés une bonne fois pour toute. Il avait été heureux de voir Erin accepter les sacrifices qu'il était obligé de lui demander avec tant de facilité.

Pourtant, lorsqu'il passa la porte de la chambre, il tomba sur une vision étrange qui fit fondre son sourire et le transforma en une expression de perplexité inquiète. Les mots qu'il avait sur les lèvres restèrent coincés. Il vit Erin, visiblement furieuse contre quelque chose ou quelqu'un.... Son pied levé, dans un geste qui donnait l'impression qu'elle allait taper dans la table basse (ce qui risquait de gâcher au mieux les cocktails, au pire tout le dessert). Il vit la bague sur un coin de la fameuse table... Ses sourcils se froncèrent, et son esprit se mit à brasser l'air sauvagement, pour tenter de recomposer la situation et de lui trouver un sens. Allait-il tomber juste, ou bien serait-il une fois de plus totalement à côté de la plaque ? Le suspens était à son comble... Enfin. Lorsqu'on le connaissait, pas vraiment....

"... Est-ce que le livreur a été désagréable avec toi ? A t-il dit ou fait quelque chose de déplacé ?"

... Car voilà la conclusion à laquelle il était arrivé. Il s'approcha d'Erin, remarqua encore la bague sur la table, et se dit simplement qu'elle avait dû l'enlever en avance pour ne pas oublier de le faire au matin. Son regard interrogatif se posa simplement dans celui de la jeune femme. Il avait repris quelques forces. Bien sûr, il paraissait encore un peu fatigué, et il avait des cernes qui ne partiraient pas en une nuit, mais il était un peu moins pâle. Il avait cessé de donner l'impression d'être à deux doigts de mourir (même si c'était toujours le cas, concrètement). Sa stature paraissait plus solide. Son attitude, quant à elle, était hésitante. Face à une crise dont il n'était pas sûr de comprendre l'origine, il ne savait pas vraiment quelle réaction il aurait dû adopter.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3587-esteban-luz-descalzo
Erin Rosenbach
Normes
Erin Rosenbach

Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vote_lcap10/30L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 160125120054759347  (10/30)

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitimeJeu 10 Juil - 13:35

Sa jambe commença à trembler dangereusement et elle sentit une crampe la gagner. Rabaissant sa jambe lentement, comme dans l'espoir qu'un geste millimétré passerait inaperçu, Erin resta sans respirer tout le temps de la réflexion d'Esteban... Il savait. C'était sûr. Il savait qu'elle avait enlevé la bague, elle avait vu ses yeux se poser dessus. Il avait tout deviné, il devait être en train de chercher mentalement les mots les plus corrects pour lui avouer sa douleur qu'elle ait été aussi méchante. Aussi ingrate, d'avoir comme ça succombé à la rage et d'avoir presque balancer ce cadeau d'une valeur inestimable (et pas qu'en dollars).

Elle resta suspendue à ses lèvres et quand il parla... eh bien elle eut une seconde de hoquet. Hein ? Ah, le paquet. Elle sembla se souvenir de son existence et de nouveau s'en voulut immédiatement. Elle avait complètement oublié la surprise. Les desserts surprises. Erin se sentit idiote et honteuse, d'une parce qu'elle avait été surprise dans une situation peu raisonnable, de deux, parce qu'elle s'était fait de fausses idées sur la réaction de son Prince, qui s'inquiétait pour elle, qui était encore une fois un gentleman adorable.

Entre ses dents, passa un soupir de soulagement discret. Ca la calma un peu, la Rouquine avala sa salive et prit la décision de cacher toute cette histoire déplorable. C'est pourquoi elle détournerait son attention en parlant du dessert. Oui, bonne idée !

"Comment ? Oh, non. Non, rassure-toi. Il a été charmant." Bon début, elle se recoiffa sagement, mesurant bien ses gestes, et reporta son attention sur le carton encore fermé. Malheureusement, ses yeux tombèrent irrémédiablement sur l'anneau qui brillait. Ne pas se laisser déstabiliser, parler du dessert, parler du dessert.

"C'est juste que... " Du dessert ! "Ca me fait de la peine de devoir retirer ma bague, voilà." Avoua-t-elle d'un bloc, l'air penaud. Mais quand même un peu insistant. Difficile de se défaire de son attitude de petite princesse qui exige et qui obtient...

Dans un geste vif, elle enferma l'anneau au creux de sa main et l'enfila à son doigt comme une provocation. Loin d'elle l'intention de se fâcher avec Esteban, ou de désobéir à sa demande, bien sûr... Mais Erin n'était pas faite pour cacher durablement quelque chose à quelqu'un et encore moins à son amoureux. Elle l'avait remarqué très vite dès leur rencontre, elle se sentait incapable de lui mentir sur ses sentiments. Si non, elle n'aurait jamais avoué avoir tout manigancé avec la fête, la bière etc...

Allait-elle continuer sur sa lancée ? Lui déverser tout ce qu'elle avait sur la conscience ? La jeune femme ne s'en sentit pas capable, cependant. Elle n'eut pas le cœur à briser la suite d'un voyage merveilleux où la maladie avait été ignorée. S'ils avaient peu de temps à passer ensemble, Erin songeait qu'il n'y avait pas une minute à perdre en lamentation et en bouderies... Aussi prit-elle une profonde inspiration, et sur son visage, un large sourire, radieux, merveilleux, brillant venait de se peindre.

Le talent de toutes les femmes du grand monde. Sourire. Quoi qu'il arrive. Se convaincre que tout allait bien. Après tout, ils étaient tous les deux pour le moment. Demain, il lui présentait sa mère et son oncle. Et il avait commandé des desserts surprises rien que pour elle. Il était parfait et devait le rester. Erin chassa lentement toute particule néfaste de son esprit... Elle aurait le temps, plus tard, de hurler à l'injustice et à la douleur...

"Excuse-moi c'est égoïste de ma part de me plaindre comme ça." Conclut-elle, en essayant d'être humble, ce qui n'était pas une mince affaire. "Ce n'est pas l'objet qui compte." Elle vint à sa rencontre et glissa ses doigts sur les temps, puis sur toute la longueur de ses cheveux noirs. Son œil ne put s'empêcher tout de même d'être attiré par l'éclat fugace du métal précieux dans les mèches sombres.

"Si tu me faisais plutôt découvrir le contenu de cette boîte secrète ?" Murmura-t-elle, son souffle sur sa bouche.

_________________
Les Femmes font seulement semblant d'être Compliquées.
Et les Femmes simulent à merveille.

Oops I did it again...
L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Person13 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Couple10 L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Rp110
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Contenu sponsorisé


L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Vide
MessageSujet: Re: L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes    L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes  - Page 4 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Azzaro et l'Omega des Soirées Etudiantes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE I : Le quartier des affaires ¤ :: ║Le Centre-ville║ :: L'Université de l'Ambassade :: Le Campus-