AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Le Brunch c'est cool

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Le Brunch c'est cool   Mar 18 Fév - 22:40

(( Arrow  Weston Parc))

Erin savait donc désormais qu'il s'agissait d'un Métamorphe, c'était sûr, et en plus d'un ours arctique. Immédiatement à cette évocation, une belle petite image de gentil nounours tout blanc et cotonneux s'imposa à son esprit, la faisant sourire de façon niaise... Mais une seconde seulement. Parce qu'en réalité, il ne lui suffit que d'un regard vers ce géant pour se rappeler qu'il n'était certainement pas trognon et tout doux une fois sous sa forme animal. Elle déglutit, acquiesça pour se redonner une contenance, et le suivit sans sourciller.

Après cette révélation qui, en fait, ne la rassurait pas, elle n'avait sans doute pas envie d'en entendre davantage, mais son nouvel ami semblait vouloir lui en dire plus. Pour sa gouverne, elle pouvait désormais craindre un certain Jim qui était semble-t-il un chasseur d'homme. Enfin de Métamorphe, mais Erin ne faisait pas tant de différence que cela lorsqu'il s'agissait d'un tueur. Elle frissonna et, instinctivement, prit soin à ne jamais trop laisser de distance entre Nathaniel et elle, et elle se mit à observer plus intensément les gens qu'ils croisaient...

"Euh oui oui." Marmona Erin, pressant le pas. Elle avait perdu un peu de cette superbe assurance dont elle savait faire preuve, arrivée à son paroxysme lorsqu'elle était sur son territoire : son appartement. Elle le suivit sans broncher, mais bientôt, s'étonna de ne pas reconnaître un quartier familier... On pouvait prendre un brunch dans un endroit branché en dehors de l'Offensive ? C'était peu probable mais suffisamment curieux pour qu'elle soit intriguée, et cette pensée fit légèrement disparaître son anxiété par rapport à ce ... Jim le Chasseur.

Elle s'arrêta devant l'entrée. Lui avait l'air de savoir exactement où il allait, comme s'il était un habitué. La Fille à Papa regarda la rue, puis l'enseigne. Elle resta une seconde bloquée dans une attitude absente, mais un signe de main la ramena à la réalité. Ce n'était pas du tout un lieu Hype, mais elle savait que Dior le fréquentait, avant. Jamais pourtant elle ne l'y avait emmené, parce qu'elle savait qu'Erin n'aimait pas la bière, avait-elle invoqué. La jeune femme eut encore un regard pour l'enseigne, avant de lever les sourcils et d'afficher un visage enthousiaste, et sans doute perturbant.

"Eh bien... Allons-y !" Fit-elle dans un français parfait, pour se donner du courage, avant de pénétrer dans l'établissement. Même si les petites habitudes maniaques du Métamorphe ne sautèrent pas aux yeux d'Erin, elle ne put s'empêcher de remarquer qu'il semblait vraiment très à l'aise ici, comme s'il connaissait cet endroit par choeur. C'était un pillier de comptoir ? Eh merde... elle c'était laissée entraîner par un soudard... Un autre geste l'invita à s'installer au bar, elle leva un sourcil mais exécuta.

Un regard appuyé sur l'ensemble de la pièce la rendit un peu maussade pourtant... Oh oui c'était calme. Très calme. Personne. Pas un Chat dans le troquet Irlandais. Soit c'était parce que c'était miteux et que même les poivrots allaient ailleurs, soit c'était un piège pour la violer. Auquel cas, c'était sûr, elle attraperait des maladies. Erin eut une petite grimace qu'elle contint avec brio, grâce à un entraînement de tous les instants que demande sa condition, et reporta son attention sur l'Ours Polaire.

"Le goût du risque" Fit-elle avec espièglerie, et une pointe de mépris, peut-être. Elle voyait une réplique de film... Alors ma ptite dame, qu'est ce qu'une beauté fatale dans votre genre fait dans un endroit aussi... prolétaire ? La Fille à Papa s'accouda en haussant les épaules. "Je n'aurais pas dû vous suivre ?" Demanda Erin avec un grand sourire.

A mieux y regarder, cet endroit avait en effet l'air chaleureux. C'était sans doute d'autant plus vrai en soirée, et d'ailleurs Dior revenait toujours de ses petites sorties très enthousiaste... Et très éméchée aussi mais disait-elle "la chaleur Irlandaise". Elle voulait bien la croire. Erin détestait quand Dior sortait sans elle... Mais Dior, maintenant, n'était plus là. Elle baissa les yeux, presque grognon pendant une seconde.
Avant de se redresser et de croiser le regard de Nathaniel.

"Si vous aviez voulu me dévorer, il aurait été plus adapté de le faire dans le parc." Et c'était vrai. Le bon sens lui soufflait ses paroles... La croquer ici serait une grave erreur stratégique. N'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Ven 28 Fév - 18:53

Il profita du contact du regard pour se perdre un instant, pensif. Est-ce qu'il pourrait la dévorer ici? Oh... sûrement que le patron serait fâché d'avoir du sang sur les meubles, mais dans le fond, une proie est une proie. Il la regarda avec un petit sourire de carnassier voulant provoquer chez elle une inquiétude, elle était trop rigide à son goût.

-Pas vraiment. Je suis employé comme videur ici, si jamais l'idée de vous croquer me passe dans la tête, il me suffirait d’ouvrir la gueule et faire un festin.

Le patron n'arrivant pas, il se leva et fît le tour du comptoir. Il ne devrait pas trop lui en vouloir s’il faisait un café pour une demoiselle... il regarda la pendule qui était accrochée au mur, regardant l'heure. Même si elle ne voulait pas de café, lui oui. Il prépara le grain de café, vérifiant si le silex était propre avant de commencer à faire couler le noir nectar. Il la regarda de nouveau, songeant que peut-être il l'avait effrayé

-Mais je ne pense pas que je vais faire de vous mon prochain repas, vous m'intriguez. Ce ne sont pas toutes les femmes de la haute qui accepteraient de suivre un homme pécheur, même si elles disent qu'elles ont le goût du risque. Et puis...vous savez, j'ai beau avoir comme totem un ours blanc, je ne suis pas que chasseur. Au fait, vous ne m'avez pas dit, mais que voulez-vous boire? J'offre.

C'était chose vraie, enfin d'un côté. Elle lui permettrait peut être d'avoir accès à de plus hautes sphères, et donc à des documents que pas tout le monde ne peuvent avoir accès. Peut-être pourrait-il ainsi découvrir s’il avait encore de la famille ici, après tout c'était son but premier en arrivant à la N.O. Une fois que le café fût coulé, il se versa une tasse et y rajouta quelques gouttes de lait, juste pour qu'il puisse le boire presque instantanément. Il resta de son côté du bar, se demandant à quel point elle pouvait être fille à papa. Il soupira doucement ne sachant que faire ni dire. Il n'avait jamais était très à l'aise avec les femmes, et la personne avec qui il parlait en était une...et une riches en plus. Il cala son café, s'en servant un deuxième. Peut être était-ce dû à sa corpulence, mais le café n'avait jamais eu de réel effet sur lui, comme ces boissons énergisantes. La seule raison pour laquelle il en buvait était qu'il appréciait le goût amer du café, la chaleur qui dissipait le froid qui emplissait son corps quand il chassait. Il la regarda, songeur.

-Alors, dites moi. À part courir dans le parc, que faites-vous dans la vie? Vous vous savez que je travaille ici.

Un sujet de discussion comme un autre, lui permettant de penser un peu plus à ce qu'ils pourraient bien faire. L'inviter chez lui? Même s’il était allé chez elle, il s'imaginait mal l'inviter, ne serait-ce que par le bordel ambiant qui régnait chez lui. Il y avait encore quelques boîtes à ouvrir, des vêtements propres, d'autres sales qui traînaient sur le canapé et même sur le comptoir de sa cuisine, sans compter les traces de sang, reliquats de ses anciens combats et peut-être même quelques trophées. Non, il ne pouvait se permettre de lui faire peur, surtout s’il voulait l'avoir comme amie. Quoique... il la regarda, de haut en bas. Ça pourrait être drôle de la voir blanchir, paralysé quand elle découvrirait le Bronx qu'il appelait maison, et puis elle pourrait mieux le cerner comme ça. Il saisit sa tasse de café gris, s'asseyant sur le siège à ses côtés.

-On va chez moi une fois que vous aurez fini votre verre? J'aimerais me changer, prendre une douche et peut-être manger un morceau. Ce n'est pas très loin d'ici.

Il prit quelques gorgés de son kawa, savourant la chaleur et le plaisir que cela lui procuré. C'était bien mince, mais cela suffirait l'aider à affronter le futur froid qui s'annonçait à l'extérieur. Puis il songea que peut être que la femme allait paniquer, car se faire inviter ainsi par un méta inconnu... il acheva son café d'un trait, puis, essayant de se faire amical par un ton de voix calme et un petit sourire, songeant en même temps qu'il avait oublié son poisson. Peut être qu'on autre ferait meilleure pitance qu'à son habitude.

-Promis je ne vous violerais et ne vous ferais pas de mal. C'est juste qu'ici, ils n'ont pas... ce dont j'ai besoin pour calmer mes appétits.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Ven 28 Fév - 19:33

Erin eut un mouvement de recul, et son regard indiquait clairement qu'elle l'interrogeait. Sérieux ou pas sérieux ? Genre, le patron des lieux auraient autorisé qu'un employé tue un être humain dans son établissement ? Mange quelqu'un ? En Vrai ? A analyser le regard et le sourire de prédateur qu'il affichait royalement, la Fille à Papa pouvait vraiment douter... Elle estimait, à juste titre, qu'elle serait battue à plate couture à la course si elle devait s'enfuir de son siège haut jusqu'à la porte. Sans parler qu'en suite dans les ruelles, elle ne connaissait pas vraiment le quartier. Donc... s'il était sérieux, c'était vraiment flippant pour elle.

Ce regard qu'il avait et ses petites menaces lui rappelaient des épisodes douloureux de l'année précédente. Elle avala sa salive difficilement, mais L'Ours s'éloigna, passa de l'autre côté du comptoir et sembla s'affairer sur une machine. A l'odeur, c'était du café. Dieu Merci, il n'allait pas siroter une bière au parfum infâme dès le matin. Elle fut soulagée qu'il prenne un peu de distance. A moins qu'il ne cherche qu'un accompagnement à de la viande fraiche...

Une seconde durant laquelle elle ne respira pas, mais fut libérée ensuite. Il n'avait pas l'intention de la croquer, Mazel Tov ! Mais elle garda un visage pincé encore quelques instants, quand il expliquait qu'elle était... intrigante. Intrigante ?! Alors là. On ne la lui avait jamais faite, celle-là. Séduisante, Drôle, Cultivée, Formidable, Belle... mais ... intrigante. C'était comme une curiosité, elle, l'humaine. Pour un Outre. C'était d'abord insultant, et elle eut une mimique hautaine en réaction directe.
Mais après coup... C'était assez drôle, quand même, étrange plutôt. Le monde à l'envers ! Elle se détendit un peu.

"Un Expresso ce sera très bien." Fit-elle avec un sourire, il semblait chercher à faire oublier ses vieux sous entendus de tuerie, elle n'allait pas s'en plaindre. Et boire quelque chose de chaud serait idéal, et si c'est chaud, ça tue les éventuels microbes de cette machine à café, non ? Erin préféra s'en convaincre. Elle évita soigneusement de s'indigner face au qualificatif employé "femme de la haute". Self Control.

"Je suis à l'Université." Elle eut un sourire, sans doute faisait-elle très mâture, elle devait donc préciser qu'elle n'était pas professeur. "J'étudie l'économie." Nouveau sourire, très satisfait d'elle-même, alors qu'elle prend la peine d'observer autour d'elle, précisément le comptoir, les affiches vertes avec des drapeaux, des trèfles et des roux. C'était... typique. Erin évita de parler plus avant de sa famille, la dernière fois, son statut lui avait valu des ennuis, et même si elle ne doutait d'aucune façon que sa maman chérie lâcherait autant de billets que nécessaire pour la faire se sortir du pétrin une nouvelle fois, elle allait essayer de ne pas s'attirer encore de sérieux problèmes.

Et les problème s'annonçaient vraiment... déjà, lui avoir parlé dans un coin reculé du parc, puis l'avoir invité chez elle -il savait où elle habitait maintenant, bravo-, puis le suivre dans un bouge, c'était suffisamment risqué. Il n'avait pas tord là dessus. Elle ne savait rien de lui ! Ah, si, il était videur, la belle affaire, et il s'appelait Nathaniel. C'était peut-être un faux nom, un criminel ! Elle déglutit... Il voulait qu'elle vienne chez lui. Erin resta silencieuse longtemps, ne sachant où se mettre, peut-être qu'elle souhaita même être transformée en petite souris pour s'éclipser. Jocker ? Impossible.

"C'est pour pouvoir le vio..." Elle se tut, coupée par le sourire qui se voulait rassurant du Métamorphe. Ah non, il ne voulait pas la violer. Ouf. Enfin, naïvement elle le croyait. Bien sûr, les serial killer disent que tout ira bien à leur victime. "Euh..." Elle ne se rappelait pas que Dior ne mangeait que ses petites graines de Chinchilla sous sa forme humaine. Ca l'intrigua. "Et vous mangez de quoi ?" De la chair humaine meuhahahahahha ! Elle plissa les yeux. Oh ça va le sketch du grand méchant ours, la Fille à Papa releva finalement les sourcils. Après Dior, c'était le premier Changeling qu'elle rencontrait vraiment, ça l'intriguait aussi, en fait.

"Je croyais que les euh... gens comme vous... pouvaient manger de tout, sous leur forme humaine ?" Est-ce que ça faisait mal, de se transformer ? Est-ce que ça voyait comme nous, un Ours Polaire ? Est-ce qu'il pouvait avoir des bébés ours avec un Métamorphe Chihuahua ? Dior avait toujours détesté parler de ça, elle coupait court à toute discussion là dessus parce que "tu pourrais pas comprendre de toute façon" avec son air grognon...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Sam 1 Mar - 6:36

— Qu'est-ce que je mange? Et bien... normalement de tout. Mais j'ai une préférence pour la viande, et au plus c'est bleu et au plus j'aime, il n'y a rien de tel qu'un bon steak tartare. Ce doit être mon totem qui déteint sur moi.

Il se leva pour aller prendre place face à la grosse machine à café, faisant un expresso serré sans trop. Ce n'était pas tout le monde qui appréciait un double expresso noir serré comme il pouvait l'aimer. Il songea au steak qu'il avait décrit, sentant les glandes situées juste aux extrémités de sa mâchoire s'agiter, lui faisant presque mal. Il repensa brièvement à son pauvre poisson perdu, le chassant d'un rapide hochement de la tête de gauche à droite. Ce n'était pas le moment de penser à de la nourriture, il y avait une femme. Une fois que son kawa fût tiré, il le lui offrit avec deux petits sucres bruns et un morceau de chocolat noir pour agrémenter le tout, puis il la fixa. Elle n'avait pas répondu, ce qui pour lui signifiait qu'elle ne voulait pas. D'un côté il s'y attendait, après une belle fleure comme elle n'allait sûrement pas accepter ce genre de proposition du premier coup. Il sourit légèrement, plus pour lui-même que pour elle.

-Je prends votre silence pour un non à ma proposition, j’espère que c'était bien votre intention.

Il la regarda, puis décida que si elle voulait être autant hautaine avec lui... il n'y aurait pas de mal à faire comme elle, et si jamais elle avait eu quelque chose à dire... et bien elle n'aurait eu qu'à parler. Ainsi elle était sur le campus ? Bien... il nota la chose dans un coin de son esprit, si jamais il voulait l'ennuyait, au moins il saurait la trouver, au moins pendant les heures de cours. Il s'étira doucement, étouffant la naissance d'un bâillement. Il n'était pas spécifiquement fatigué ni fourbu, c'était juste pour lui même le signe qu'il allait s'activer un peu. Fatigué d'être trop gentil avec elle, il rajusta son chapeau pour qu'il penche légèrement sur le côté gauche. Son ton de voix n'était pas spécialement dur, mais on pouvait tout de même sentir quelques tensions dans sa voie.

-Écoutez, je ne dis pas que je suis affamé. Mais si vous ne voulez pas que je vous zieute à toutes les dix minutes comme un repas, je conseille de m'offrir un repas ou alors d'aller chez moi. D'accord ce n'est pas un palace, tout n'est pas à sa place, mais au moins c'est un endroit douillet. Oh... et si j'avais voulu faire de vous quoi que ce soit, je pense que j'aurais pût m'occuper de vous bien avant...

Ses derniers mots étaient tissés d'une sombre réalité lubrique, car c'était vrai. Ils étaient passés par de petites ruelles peu fréquenter pour aller au trick ou même pour aller chez elle, et il lui aurait été facile de faire d'elle son dîner... ou de lui faire des choses qui feraient rougir des entités démoniaques. Il relâcha la pression, ses épaules retombant un peu, ses poings relâchant la pression qui maintenant ses doigts. « Peut-être que j'y suis allé un peu fort... » Il ne voulait pas faire d'elle une biche effrayée, il voulait juste la mettre en confiance, mais il sentait qu'il n'allait pas longtemps supporter de fréquenter quelqu'un qui le regardait de haut. D'autant plus quand cette personne était une femme plus petite d'autant plus quand il s’agissait de quelqu'un qu'il pourrait battre. Et puis elle lui avait montré son lieu de résidence, alors pourquoi ne pas lui retourner sa politesse? Il rajusta son ton de voix, essayant de se faire plus doux, mais c'était comme essayer de changer un torchon râpeux en un tissu fait de soie brodée d'or en un instant.

-Je ne vous veux pas de mal, juste prendre une douche après l'effort et manger un morceau. Vous savez, vous n'êtes pas oblige de me suivre, rien ne vous y oblige, et puis si vous le désirez je peux vous raccompagner dans un lieu plus... civilisé. Même que ça me ferait plaisir de vous rendre service!

Il soupira doucement, puis alla vers la porte de sortie. Il lui laissa le choix dans le temps que séparait la distance entre son siège et la porte. Soit elle lui donnait une réponse positive et ils allaient chez lui, soit elle lui disait qu'elle voulait rentrer et alors il la ramènerait sur la place publique. Il ne voulait pas faire de lui le gros nounours blanc, un peu comme ces grosses peluches qu'on voyait dans les magasins de jouet. Non, il était un homme qui avait une volonté, et même si cette femme avait le pouvoir de le renseigner, même si elle était belle... il ne pourrait se le pardonner. Il n'était pas parti d'aussi loin pour si peu! Il franchit calmement, mais rapidement les quelques pas qui le séparaient de la porte, posant sa main sur la poignée. Il se retourna vers elle, la regardant sans sourire.

-À vous de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Sam 1 Mar - 23:21

Erin resta une seconde silencieuse, ne sachant si elle avait le droit de respirer. Elle avait clairement vu le changement de ton, avait frémit, et déglutit. Il s'énervait... ce n'était certainement pas une grosse colère, mais la situation l'agaçait, c'était palpable. Oui mais il était gentil lui ! Il faisait tout pour qu'elle ait la trouille, et après s'étonnait qu'elle ne le suive pas dans sa tanière. Elle mordit l'intérieur de sa bouche en le voyait aller jusqu'à la porte...

"Attendez." Fit-elle, avant de boire à la va-vite son café, qui lui causa une petite toux aigüe. C'était beaucoup trop chaud et trop fort pour elle, mais elle se contenta de cacher sa grimace d'une main dans un geste élégant. Aussitôt fait, elle se leva d'un petit bond maladroit, et marcha rapidement vers lui en faisant claquer ses talons.

Elle se posta à sa hauteur, se cassa le cou pour réussir à le regarder dans les yeux, sous ce chapeau qui lui donnait un air de mafieux cubain, et croisa les bras comme un signe d'autorité... pour se donner du volume peut-être, ou quelque chose du genre.

"Ecoutez." Sa voix n'était pourtant pas aussi assurée qu'elle voulait le laisser paraître. "Je veux bien arrêter de me méfier de vous et de trembler à chaque fois que vous me regarder comme si j'étais un carpaccio, mais pour ça il va falloir que vous aussi vous y mettiez du vôtre." Non mais... elle avait peur en réalité. Il voulait qu'elle arrête de pisser dans sa dentelle dès qu'il tournait les yeux vers elle ? Okay, mais s'il continuait à insinuer des trucs pareils et à l'intimider volontairement pour montrer qu'il était fort, et dangereux, et viril, et tout ce qu'on voulait bien d'effrayant, jamais il n'aurait d'elle autre chose qu'une frousse angoissée.

"Vous n'arrêtez pas de me coller la frousse." Gémit-elle, plaintive, finalement, ne pouvait se retenir d'avantage. "Jurez que vous n'allez pas me manger." D'une voix enfantine, elle leva sur lui de grands yeux implorants.... Après tout, elle avait envie de le suivre, de passer un bon moment, de faire de nouvelles rencontres, de s'amuser, d'en apprendre plus sur les Métamorphes... Mais elle n'avait jamais cotoyé que Dior, un Chinchilla. Un Rongeur ! Une petite boule de poils tellement mignonne. Elle n'était pas imposante, elle se contentait de couiner ou de mordre éventuellement mais jamais quelque chose de très méchant...

"Je veux bien aller chez vous. Si ce n'est pas une caverne." Sourit-elle finalement en plissant les yeux de manière espiègle. S'il jurait, elle le suivrait. S'il le jurait pas... elle pleurerait de frayeur de lui avoir parlé ainsi et de se faire croquer toute crue.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Mer 5 Mar - 17:06

La frayeur. Il pouvait la deviner, si ce n'était de la lire dans son regard, dans son attitude envers lui. Il pensa, rapidement, se demandant ce qu'il pouvait dire ou faire sans l'offenser outre mesure.. Après tout, il ne voulait pas lui faire le moindre mal, bien au contraire! Délicatement, de sa main gauche il saisit la main droite de la demoiselle, l'approchant doucement vers ses lèvres, se demandant si elle n'allait pas faire une crise cardiaque. Non, il ne voulait pas croquer sa main, bien au contraire. Il la fixa, avec un petit sourire, sa voix se faisant presque aussi douce que du velours alors qu'il pouvait presque sentir le grain de sa peau sous la chaleur de ses lèvres.

-Lady... milady ou je ne sais quel titre vous donner, mais sincèrement, ça me passe des lieux au-dessus de la tête. Jamais je ne vous croquerez, vous dévorerez ou ferez de vous mon repas, vous avez ma parole. Cela vous convient?

Sur ses derniers mots, il alla doucement poser l'ourlet de sa bouche sur le dos de la main d'Erin, un peu comme pour sceller sa promesse via ce baisemain. Si elle voulait une promesse en échange de sa confiance, alors elle aurait ce qu'elle voulait. Il fallait savoir de lui qu'il n'était pas un parjure, il ne voulait pas faire partir de cette race de gens qui brisaient leur parole comme on pouvait déchirait un simple morceau de papier, il avait son honneur. Une fois qu'il eut juré, si ce n'était craché comme voulait certaines coutumes, il alla vers la porte d'un pas de plus en plus rapide, comme s’il était pressé de sortir de la taverne, après tout au plus le temps filé, au plus il ne se sentait pas à l'aise dans ses vêtements comme s’ils lui pesaient de plus en plus. Juste au moment où sa main se posa sur la poignée, il se retourna en direction de la demoiselle bourgeoise, une tentative de mimique invitante dessinée sur son visage. Il fit un signe de la main pour lui demander de le suivre. La route n'allait pas être longue, il avait pris un logement proche de l’extérieur de la ville et de son lieu de travail, il voulait pouvoir gagner son pain et chasser sa nourriture sans avoir des milles à parcourir. Une fois à l'extérieur, il se regarda à gauche et à droite dans la ruelle, pour s'assurer qu'il n'y avait aucun danger à courir, puis il se mit en marche comme si de rien n'était.

Il emprunta quelques rues, puis quelques ruelles. Il ne voulait passer par de grandes rues, au risque de se faire voir par Jim. Il savait qu'un jour, il allait devoir régler ce petit... litige. Il ne pouvait continuer à se cacher, et à se faire petit, surtout vu sa stature. Il s’arrêta un instant, levant la tête en direction du ciel, cherchant du regard le soleil. Avec un petit sourire, il apprécia la douce caresse de l'astre sur sa peau, sentant la chaleur l'envahir peu à peu. « Toujours en vie... et pour longtemps encore j’espère. » Au bout de quelques secondes passées, il se remit en route, allant en direction de la façade arrière d'un bâtiment. L'état général ne laissait rien paraître, il n'y avait pas de fissure dans les murs, et tout était là où il devait être. Il ne gagnait pas un salaire d'homme d'affaires, et il n'était pas riche, cependant il désirait un certain confort, celui des gens normaux. C’était peut être pour ça que cette femme l'intriguait autant, il s'agissait de la première femme à qui il pouvait parler sans avoir à lui demander de sortir du bar ou de la rembarrer à la porte, et aux premières vues, même si elle ressemblait à ces femmes de la haute société, elle était humaine, une humaine sans pouvoir ni rien, juste une humaine normale.

Il chercha pendant quelques secondes son trousseau de clés, se demandant presque s’ils ne les avaient perdus. Une fois qu'il les eut trouvées, il faillit les brandir, victorieux, mais il se rappela rapidement qu'il n'était pas seul. Il avait beau avoir l’âge adulte, il avait ses moments ou il aimait n'être qu'un grand enfant, probablement pour oublier tout ce qui faisait qu'être un adulte ne lui plaisait pas. Il entra dans le bloc appartement, attendant parfois la demoiselle quand c'était nécessaire, puis finalement ils y arrivèrent. Il entra chez lui, laissant le chaos organisé qu'il appelait appartement surgir à la face de son amie. En entrant, on pouvait voir un comptoir basique qui délimiter l'espace cuisine, et quelques dizaines de centimètres plus loin, une petite table avec deux chaises ensevelit sous plusieurs cartons, laissant penser qu'il venait d’emménager, cependant si on se tourner vers la droite, on pouvait voir un vieux sofa trois place étrangement propre, comme s’il tenait à ce que son improbable visite ne se sente pas dédaigneuse. Le canapé fixé le mur qui ne semblait attendre qu'une télévision, cependant s’il n'avait le luxe de se payer de nouvelles chemises comme celles qui traînaient sur les accoudoirs . Il était la depuis plusieurs mois, et les chemises froissées qui traînaillaient ici et la n'étaient que les signes précurseurs. Il se dépêcha de rentrer, enlevant rapidement d'un mouvement habituel ses chaussures, puis il se précipita, essayant de rendre présentable son appartement pendant les quelques secondes qui séparaient Erin de la porte d'entrée. Il se hâta de ramasser chemises, cartons de pizzas et autres preuves, mais il n'eut que le temps de jeter les détritus à la poubelle et de mettre quelques habits dans sa chambre située vis-à-vis du mur sans T.V. avant qu'elle n'entre. Il ne buvait que des verres au bar, ce qui lui offrait la chance de ne pas avoir de cadavre de bouteilles sur son sol, et comme il ne faisait que vivre d'air et de chair frais, il n'y avait rien de compromettant sur le comptoir de la cuisine ou sur la table de la salle à manger. Il attendit qu'elle soit dans le cadre de la porte pour lui faire face, sourire aux lèvres, une vieille chemise élimée dans la main.

-Bienvenue chez moi. Désolé pour le chaos, je ne m'attendais pas à avoir de la visite. Soyez ici chez vous.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Mer 5 Mar - 20:00

Erin n'avait pas besoin de plus pour le croire. Il avait juré, et en bonne naïve des Hautes Sphères, elle songeait que tout homme respectait naturellement sa parole sous peine de n'être absolument pas un gentlemen. Donc, elle savait Nathaniel sincère, ce qui lui suffisait. Il scella sa promesse par un baise main, pas du tout dans les règles de l'art, mais très attendrissant, et drôle aussi il fallait l'avouer, de voir de grand gaillard se pencher jusqu'à sa petite menotte. A partir de cet instant, l'attitude de la Fille de Riche changea, elle ne frémit plus lorsqu'il lui prit la main pour lui montrer la direction de sa grotte d'ours. Euh pardon, de son appartement.

Encore de petites ruelles, elle avait du mal à s'habituer, tellement coutumière des grands axes. Mais il y avait cet homme qui semblait lui en vouloir, ce Jim. Et s'il avait des raisons de se méfier de lui, elle en avait aussi, pauvre petite chose sans défense.

Devant l'immeuble, Erin estima sans mal n'avoir jamais mis les pieds dans ce quartier. Ce n'était pas du tout, du tout son style d'appartement. Mais elle se contenta de penser intérieurement que jamais elle n'habiterait dans un endroit pareil. C'était comme ça, elle n'y pouvait rien, les filles comme elle ne résident pas en périphérie... C'était fait pour... eh bien pour les autres gens.
Cependant, elle était curieuse de découvrir où vivait le Métamorphe et prit soin de ne faire aucune remarque déplacée lorsqu'elle l'observa chercher ses clés, quand il afficha une tête bizarre les ayant trouvé, et ensuite, en montant jusqu'à sa porte. Elle le vit se précipiter dans son appartement et entendit qu'il s'activait, des bruits louches, des pas rapides, et avant qu'elle n'ait eu le temps de s'avancer, il se présentait devant elle, l'air... plutôt satisfait de son petit rangement rapide.

Elle ne put s'empêcher de rire, à voir sa tête. C'était autre chose que l'espèce de grognon qu'elle avait rencontré près de l'étang, désormais qu'il avait promis, il semblait très enthousiaste d'avoir ramené une fille chez lui... C'était drôle, alors pour se priver, Erin fixa une seconde la chemise qu'il tenait à la main, et remercia le ciel qu'il ne s'agisse pas d'un vieux caleçon sale. A son invitation, la Fille à Papa s'avança enfin, put découvrir son univers, s'attarda quelques instants avant de se rendre compte qu'elle était restée silencieuse.

"Merci." Elle montra de belles dents blanches dans un sourire sincère, se sentant encore piquée de curiosité en faisant quelques pas vers un canapé qu'elle trouva très propre, ce qui l'étonna, en réalité. "J'ai vu pire..." Souffla-t-elle comme pour elle-même, oubliant les facultés auditives des Changelings. Oh oui, bien pire... et bien plus sinistre, mais elle retint un frisson angoissé à cette pensée, la chassant en désignant le sofa.

"Je peux ?" Elle s'installa sans attendre de répondre, c'était plus par bonnes manières que par réel besoin d'autorisation qu'elle avait ouvert la bouche. "Ah, hum. Et si on se tutoyait ? A moins que tu n'aies plusieurs centaines d'années auquel cas je te dois le respect de l'âge enfin... Tu sais. Enfin je sais que c'est possible, que les gens comme toi vivent très longtemps par rapport. Par rapport à nous." Elle semblait déplorer sa si courte longévité... Mais la possibilité qu'il puisse avoir plusieurs siècles l'intriguait déjà. Erin le fixa intensément, attendant avec impatience qu'il lui révèle quelque chose de mystique, d'étrange, de surnaturel... Quel âge avait-il, en dehors du fait qu'il semble physiquement n'avoir que quelques années de plus qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Jeu 6 Mar - 18:14

Il ne savait pas vraiment comment les gens agissaient habituellement, la seule personne qui était rentrée chez lui était une vampire, et la rencontre avait été.... vivifiante. Mais il fût agréablement surpris qu'elle se dirige directement vers le sofa, ça lui permettait d'éviter à expliquer le pourquoi du comment du bordel qu'il avait mis dans sa chambre pour essayer de masquer le désordre permanent qui régnait habituellement dans son appartement, il était un homme solitaire et il en profitait. Peut être qu'un jour il apprendra à se dominer et à tout ranger, mais en attendant... il préférait se laisser aller, laissant ses chemises et tee-shirts sur le sofa pour en faire un coussin quand il rentrait du travail tard le soir, dormant bien plus souvent sur son canapé que dans son lit.

Il se dirigea vers la salle de bain, porte qui donnait juste sur le mur qui faisait face au sofa. Il commença à enlever sa chemise, n’entrebâillant que très légèrement la porte de sa chambre pour pouvoir discrètement y jeter sa chemise. Elle semblait vouloir savoir son âge, ce qui le poussa à se demander s’il pouvait en faire autant. Il se préféra se taire sur ce point, se rappelant d'un diction qui disait qu'il ne fallait jamais demander son âge à une demoiselle. Les jambes dans son pantalon et le torse dans un débardeur noir, il se retourna vers elle, ouvrant en même temps la porte pour disparaître dans le cadre de la porte.

-Je ne suis pas si... centenaire que ça. Je vais sur ma trente-sixième année, donc à moins que tu ne sois une jouvencelle... le tutoiement peut être de mise.oh... je vais prendre une douche, donc fais ici comme chez toi. Il y a des verres dans l'étager au-dessus du lavabo, l'eau est potable. Sinon j'ai de l'eau en bouteille dans le frigo et quelques boissons.

Il fit couler l'eau, profitant du temps d'attente pour que l'eau chauffe pour se mettre à nu. Il se regarda dans le miroir, notant quelques taches à faire disparaître, puis une fois qu'il eu jugé l'eau assez chaude à son goût, il s'y plongea, se retenant de chanter comme à son habitude. Une fois sa douche finie, il remit son pantalon, grommelant contre lui même. Il avait oublié de se prendre un tee-shirt, et les seuls qu'il avait été dans sa chambre. Il sortit de la salle de bain, torse nu tenant sa serviette dans sa main pour sécher sa tignasse. Il se dépêcha d'aller dans sa chambre pour se changer une fois qu'il eut trouver son butin : un grand kimono noir, seul plaisir qu'il eut le loisir de s'offrir sur son chemin jusqu'en nouvelle Orléans. Il se dépêcha de sortir de son isoloir, ne voulant faire attendre son invitée plus que de nécessaire.

Le premier de ses désirs ayant été comblé, il alla vers son frigo, cherchant son repas. Il en sortit un gros morceau de viande, ne se rappelant plus s’il s'agissait d'un morceau acheté ou bien chassé. En le regardant de plus près, il se dit que ça devait être un morceau de crocodile, le morceau étant bien trop imposant pour ce que ses moyens lui auraient permis. Il regarda son invitée, se disant qu'il aurait été bien séant de faire la conversation. Il allait porter son morceau de viande crue à la bouche, mais se dit qu'elle risquait d'avoir un haut-le-cœur en le voyant faire. Soupirant plus pour lui-même qu'autre chose, il se mît à farfouiller dans ses armoires à la recherche d'une poêle. Il en trouva une entre deux plats qu'il n'utiliserait probablement jamais. Il la lava rapidement, puis une fois que sa besogne fût faite, il commença à faire cuire sa viande pour en faire un Tartare.

Vous... enfin, tu m'as dit que tu étudiais en économie non? Que veux-tu faire plus tard?

Il était un simple portier, travail qui lui rapportait juste assez pour vivre. Peut être qu'un jour il changerait de travail, mais toujours il allait rester dans cette sphère. Bien que cela lui convenait parfaitement, ça le rassurait de savoir que la relève était là, qu'il y avait des personnes qui avaient le désir d'aller loin, et puis... c'était un moyen d'en apprendre un peu plus sur elle. Il regarda sa viande cuire, puis une fois qu'il décida qu'elle devait être assez cuite pour qu'il puisse la manger sans que son invitée ne risque de s'évanouir sous la vue du sang, il prit assiette et couvert pour faire festin. Il ne l'avait cuite qu'en surface, ce qui lui permit de savourer le goût du sang. Il n'était pas un vampire, mais la saveur métallique qui coulait le long de sa gorge lui rappelait comment il avait attrapé son crocodile dans le marais, comment ce sac à main sur patte avait faillit lui croquer un morceau de sa patte, et surtout comment il lui avait finalement cassé la nuque et dépecer sur la rive au sec. Il ferma un instant les yeux pour savourer ces saveurs, le goût dur de la viande les quelques nerfs qui se tendaient sous la pression de ses dents.

Une fois que son repas fût fini, repu, il rangea son assiette et sa poêle dans le lavabo, commençant à faire sa vaisselle. Quand il eut fini, il alla vers elle, un petit sourire aux lèvres.

Bon... Que veux-tu faire, ou de quoi veux-tu parler? Demande, je te dirais.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Jeu 6 Mar - 23:04

Erin ne put s'empêcher de regarder par l'entrebâillement de la porte de cette salle de bain qu'elle n'avait pas visité. Parce qu'après tout, ce grand type-là était dans le genre baraqué, et qu'il avait délibérément pensait-elle laissé cette porte à moitié ouverte, à moitié fermée, spécialement pour pouvoir se la jouer cool, et la laisser observer. C'était l'explication qu'elle se donnait, et elle ne put retenir non plus des petits sourires en voyant le manège du Métamorphe, chemise, t-shirt, torse nu, peignoir ou kimono et... Elle releva les yeux, sortant de sa rêverie.

Elle devait bien avouer que c'était un peu décevant, qu'il soit si "jeune", par rapport à ce qu'elle imaginait d'un Changeling, mais ce n'était pas non plus pour lui déplaire. Erin aurait été intimidée par une personne de plusieurs centaines d'années, que dire dans ce cas ? Tout humain devait sembler parfaitement insignifiant quand on en a croisé des milliers dans sa vie et vu vivre et mourir autant... Un frisson la fit grimacer.

"Ah. Dans ce cas nous ne sommes pas si éloignés que cela." Elle plissa les yeux. Pendant qu'il prenait sa douche, elle avait suivi ses instructions, était allée jusqu'au réfrigérateur prendre une bouteille d'eau minérale. Elle ne buvait pas cette marque d'eau de source naturelle, mais c'était déjà beaucoup mieux que de l'eau du robinet ou un soda cancérigène. Dans l'évier se trouvaient des verres sales, mais elle n'osa pas faire sa mijaurée... Alors elle but simplement à la bouteille, en pinçant le nez. C'était sans doute la troisième fois dans toute son existence qu'elle buvait à la bouteille ! C'était plein de microbes, et les deux fois précédentes, c'était Dior qui l'avait incitée, lors d'un pique-nique au Parc en été... Les Métamorphes avaient décidément une très mauvaise influence sur elle.

Quand Nathaniel fut de retour, elle resta près du bar qui séparait la pièce du coin cuisine, s'y accouda, mais recula d'un pas involontairement lorsqu'elle aperçu le gros morceau de viande. C'était loin d'être le type de steak qu'on trouve en magasin, et Erin n'était pas très friande de viande de toute façon. Cela la dégoûta un peu, et repensa au pauvre poisson... Mais chasse vite l'image, l'Ours avait l'air de vouloir faire cuire sa nourriture ce qui était un très bon point ! Elle ne fit aucun commentaire, se contenta de ne pas trop regarder, et lorsqu'il mangeait fit abstraction de la visible satisfaction qui emplissait son visage.

"Oui... l'économie oui..." Ouch, question délicate, elle eut une petite moue, baissa les yeux vers ses mains comme si elles avaient la réponse. Que faire de sa vie plus tard hein ? Hum... "En fait, je ne sais pas trop ce que je vais faire après. Je suis déjà diplômée, j'ai un poste qui m'attend dans au moins trois sociétés très cotées..." Les mirettes de la rouquine se relevèrent piteusement, elle ignorait encore ce qui l'avait pousser à ne pas mentir et fanfaronner. Sans doute la simplicité de Nathaniel, qui ne faisait pas de chichi. Pourquoi lui mentir ? Ca servirait à quoi ? Il n'était pas un actionnaire à impressionner, ou un homme d'affaire à séduire pour qu'il lui offre une bonne place après tout.

"Je n'ai pas vraiment envie de travailler." Avoua-t-elle alors qu'il ne restait déjà plus grand chose du morceau de viande, qu'elle n'avait pas identifié. "Je ne sais pas ce que j'ai envie de faire comme métier, c'est tellement lourd de sens, ce choix-là... Je devrais faire ça toute ma vie, les gens vont s'attendre à ce que je réussisse, à ce que je sois merveilleuse dans mon job. Mes parents vont placer tous leurs espoirs en moi..." Elle se mordilla la lèvre, anxieuse.

Un sujet de conversation ? C'était tout trouvé. Que ferait-il, lui ? Il était loin d'avoir autant de pression qu'elle, il n'avait pas sa situation, ni ses finances. Il n'avait pas les mêmes problèmes, sans doute était-ce dur de payer son loyer... alors qu'elle, ses seuls soucis étaient de savoir quel serre-tête accordé à ses mocassins vernis... Elle se sentit inappropriée, et but une nouvelle gorgée à la bouteille.

"Toi, tu es videur dans un bar. C'est pas par choix, hein ?" Conclut-elle, en haussant les épaules, presque désolée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Mar 11 Mar - 17:36

Il alla vers la table qui faisait jonction à la cuisine, déplaça quelques boîtes qui trônaient sur la table et les chaises pour les mettre ailleurs, dans un coin de son appartement qui ne dérangerait pas. Il lui indiqua une chaise, l'invitant à s’asseoir, puis il revint sur ses pas pour aller vers se chercher une petite canette de cola dans son frigo.

-On a toujours le choix. Bon d'accord, ce n'est pas toujours évident de faire ce choix, mais on l'a toujours, la preuve j'aurais pu être un danseur pour ces mesdemoiselles, j'aurais put être garde du corps pour des personnes plus ou moins fréquentables. Mais non, j'ai préférer faire le choix d'être videur dans un petit bar.

Il prit place à la table, dos au mur comme à son habitude, repensant à ce qu'elle lui avait dit. Dans un sens, il était heureux de ne pas être dans son monde à elle, avec sa situation. Il avait l'impression qu'elle devait étouffer sous la pression, devoir plaire à tant de monde... comment pouvait-elle être heureuse? Elle devait faire de longue et dure études, pour avoir en fin de chemin le droit à un seul travail. Lui au moins, s’il était fatigué de ce qu'il faisait, il n'avait qu'à changer. Au final, la seule chose qui les différenciaient été de savoir qui avait le travail le plus glorieux, le plus édifiant, celui qui ramenait plus de sous.

Il ouvrit sa canette, prenant quelques gorgées au passage. Il la fixa, se demandant si elle était vraiment heureuse dans cet univers, mais pouvait-on être heureux dans ce genre de monde? Il haussa les épaules pour lui même, se disant qu'il était bien heureux dans ce qu'il vivait. Il chassait pour manger, pouvait boire ce qu'il voulait, et il pouvait vivre la vie qu'il désirait. Il la regarda avec un petit sourire, autant son chapeau pour le placer sur le dossier d'une chaise vacante.

-Je suis surpris. Je m'attendais à ce que tu me poses plus de questions quant au fait que je sois un homme qui se change en ours. D’ailleurs, je pense à ça... D’où viens-tu? Que fais-tu ici? Hum....

Il porta sa main à sa tête, essayant de se replacer la tignasse qu'il appelait cheveux, ne sachant que faire pour égayer la journée. D'habitude, il serait allé chasser ou pécher pour remplir son frigidaire et son congélateur, mais en sa compagnie... il serait difficile de faire couler le sang sans qu'elle ne s'évanouisse. Il haussa un sourcil, comme pour dire eurêka! Une sorte d'idée de génie venait de traverser son esprit.

-Tiens, j'ai une idée, jouons à un jeu. Pour chaque question que l'un de nous deux pose, son opposant a le droit de répliquer par une question du même degré, ainsi si par exemple hum... tient. Si je te demande combien d'amants tu as eus jusqu'au jour d'aujourd'hui, tu aurais le droit de me demander combien d'humains j'ai mangé, et bien sûr la vérité est de mise...

Il sourit doucement, comme pour signifier qu'il n'y avait aucun piège. Juste un jeu pour passer le temps, pour oublier les priorités de la vie et le poids de toutes les responsabilités. Il n'avait pas de réel secret qu'il voulait garder pour lui même, il voulait surtout créer un lien de confiance, il voulait qu'elle devienne son amie, et il avait entendu dire que ce genre de jeux- vérité ou conséquences, et compagnie- était de bons jeux pour tisser des liens. Alors pourquoi pas... Il prit quelques grandes gorgées dans sa canette, soupirant presque quand il s’aperçut qu'elle se trouva être vide. Il se leva, attendant sa réponse et sa question surtout, allant se chercher un verre pour le remplir d'eau. Ils allaient parler, et ils allaient avoir soif.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Mar 11 Mar - 19:02

Erin l'écouta attentivement, mais son premier discours sonnait un peu faux... Avoir le choix, oui bien sûr, dans le fond, il avait sans doute raison. Mais choisir entre une vie dorée ou une vie dans le ruisseau... en réalité c'était un faux choix. Bref, elle n'eut vraiment aucune envie de polémiquer : tous deux n'avaient pas eu les mêmes chances dans la vie, c'était évident, il argumenta assez bien d'ailleurs. Elle imaginait mal comment on pouvait hésiter entre être videur, chippendale ou bodyguard dans la mafia (c'est ce qu'elle avait analysé), parce qu'elle n'avait jamais été confrontée à ça.
Une seconde, elle se retint de sourire en l'imaginant en string et chapeau, mais n'alla pas jusqu'à plaisanter là dessus. Ils ne se connaissaient pas assez bien pour qu'elle ose cette remarque, d'autant plus que cela aurait pu être interpréter comme du rentre-dedans pas vraiment subtil.

Elle l'observa retirer son chapeau, eut un sourire amusé à voir ses cheveux, et eut une petite moue désolée lorsqu'il s'étonna de n'avoir pas eu droit à un interrogatoire plus poussé. En réalité, il y avait tellement de choses qu'elle aimerait savoir... C'était assez mal poli d'assommer de question un étranger, et fixer un Métamorphe comme une bête curieuse était un peu déplacé... Même si elle était vraiment, vraiment curieuse. Elle se sentait plus proche des Métamorphes parce qu'il y avait eu Dior, et Erin cherchait peut-être involontairement à recréer une relation amicale avec l'un d'entre eux pour "remplacer" son Chinchilla... Mais... une chose était sure... On ne remplace pas un rongeur par un gros Ours Polaire. Ah ça non...

La Rouquine cherchait un moyen de lui répondre sans avoir l'air d'exploser en milliers de questions plus ou moins indiscrètes, et ce fut avec un réel soulagement qu'elle accueillit son petit jeu. Elle s'installa plus confortablement se tint droite, comme si un buzzer allait apparaître devant elle, et le fixa. Son exemple la fit faire une méchante grimace.

"Ah mais c'est dégueux..." Lâcha-t-elle, avec un rire nerveux. Il venait de comparer le nombre d'hommes qu'elle avait mis dans son lit avec le nombre d'homme qu'il avait mit dans son estomac ! Il ne devait pas se rendre compte qu'il était effrayant, naturellement, sans le faire exprès. Mais depuis sa promesse, Erin avait confiance. On ne revient pas sur une promesse, elle ne craignait pas qu'il insinue des horreurs en parlant d'elle de manière détournée, c'était désormais sûr. Erin pensait sincèrement qu'il ne la mangerait pas. Et elle agissait comme tel, donc.

"On ne peut pas comparer le nombre d'amants que j'ai eu" Elle eut une petit rire... marrant qu'un grand type barraqué comme lui emploie le mot "amant" plutôt qu'un mot plus vulgaire, "... avec le nombre de gens que tu as mangé enfin. Les miens sont toujours vivants je te signale." C'était affreux, mais elle avait envie de rire devant cette maladresse saugrenue. Dans n'importe quelle autre circonstance, elle aurait trouvé ça immonde. De penser que ce mec parlait de personnes. De personnes qu'il a tué ! De sang froid ! Volontairement ! Pour les manger ! Elle s'étonnait de le prendre si bien...

"Bon. D'accord." Elle leva les yeux au ciel comme pour réfléchir intensément. Heureusement qu'il ne demandait pas les prénoms... Erin comptait presque sur ses doigts. Puis elle sembla piquer un fard, rosir un peu, et but une gorgée d'eau à la bouteille, avant de faire glisser un regard gêné sur Nathaniel. "Euh... quand tu dis "amant" ça veut dire..." Elle eut un mouvement de mains, comme pour les emboiter, maladroitement. "Coucher avec, ou si y a d'autres choses MAIS qu'on n'a pas eu de rapport sexuel à proprement parler... avec." C'était affreusement gênant... Pourquoi se mettait-elle toujours dans des situations pas possibles ? On avait le droit d'avoir juste quelques minutes disponibles pour un petit frottement dans un ascenseur sans avoir le temps d'aller plus loin, mais ça comptait ou pas ?

Elle prit aussitôt une grande respiration pour s'armer de dignité. Pourquoi avoir honte après tout ? C'était légal. "Bon j'ai eu 7 amants, avec qui j'ai couché. Et 9 si on compte... plus largement." Elle conclut par un sourire fort, assumé. Aller, haut les coeurs ! On ne pouvait pas tomber plus bas !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Mar 11 Mar - 20:35

La gorgée qu'il buvait alors qu'elle lui répondit faillit remonter jusqu'à son nez, mais il pût se retenir en pincent violemment son nez, cependant le travail du liquide avait fait son œuvre. Sa gorge le brûlait, comme s’il avait dormi dans une pièce trop sèche. Il la regarda avec un grand sourire, se gardant bien de rire. Peut-être le prendrait-elle mal, après tout elle ne voulait sûrement pas qu'on se moque d'elle... il prit quelques autres gorgées de son verre, comme pour essayer de se soigner, puis la regarda, une petite lueur d'amusement brillant dans le fond de ses yeux.

-Heureusement que j'ai cité cette situation à titre d'exemple, mais je suppose que vu que tu as parlé, je dois faire de même.

Il pensa, essaya de compter. Celui-là et celle-ci, oui... non, cette personne était encore en vie. Il passa quelques secondes à essayer de compter le nombre de personnes qu'il avait boulottées pour son repas, à vrai dire il n'y en avait pas beaucoup si l'on comptait ce qu'un humain pouvait tuer pour vivre, pour Nathaniel, ils n'étaient pas mieux que lui, la seule chose qui différenciait la viande que l'Homme mangeait de celle qu'il mangeait était la conscience, et ce n'est pas ce qui troublait le plus son sommeil. Il la regarda, franchement. Il avait dit que la vérité était de mise, et il comptait se fier à cette règle.

-J'ai dû croquer un peu plus d'une douzaine de personnes jusqu'au jour d'aujourd'hui, et peut être plus dans le reste de ma vie. Le temps me le dira.

Il regarda consciencieusement son verre, vide. Il tira la mine d'un homme boudant son verre vide, puis il se leva de nouveau. Fatigué de faire des aller-retour, et ne voulant pas en faire tout le reste de la journée, il prit une bouteille d'un litre et demi dans son frigidaire et commença à boire quelques gorgées, par-ci par-la. Au moins il allait en avoir pour quelques heures avec ce format. Il se mit à réfléchir, quelle question pourrait-il bien poser à cette demoiselle. Il avait noté que son visage était devenu pourpre alors qu'elle avait parlé de ses relations physiques. Où était le mal? Peut-être que dans son cercle de vie, il était mal vu de se laisser aller aux plaisirs... il fronça un instant les sourcils, se demandant bien ce qu'il allait pouvoir lui poser comme question, puis elle vint à lui. Il la regarda, malicieux.

-Dis-moi... pourquoi autant rougir quand l'on parle de tes relations? Pourquoi est-ce que cela a l'aire de tant te déranger?

Il songea rapidement que si elle se sentait trop embarrassée, peut être allait-elle vouloir cesser le jeu, aussi il se racla la gorge, l’interrompant avant qu'elle n'ait eu une chance se répondre. Il l’appréciait et ne voulait pas la gêner plus que ce que deux amis pourraient le faire, et puis deux amis devraient avoir quelques secrets l'un pour l'autre, sinon ils ne pourraient s'amuser à découvrir ce que l'autre cache. Pour lui, c'était ça l'amitié. Apprendre à faire confiance à l'autre, apprendre à le connaître et à savoir qui cette personne est. Un vieux dicton disait qu'il fallait manger plusieurs kilos de sel en compagnie de quelqu'un pour apprendre qui il est, et présentement il n'y avait aucun morceau de sel sur la table.

Avant que tu ne parles... si jamais tu ne veux pas répondre, je ne t'oblige à rien. Rajoutons une règle, si l'un de nous ne veux pas ou... ne peux pas répondre, il n'est pas obligé. Mais en contrepartie, l'autre a le droit de poser une autre question, qu'en penses-tu? Après tout, nous apprenons à nous connaître l'un l'autre, et il serait dommage de corrompre cette amitié naissante.

Il lui sourit amicalement, se domptant en se promettant à lui même d'être moins agressif dans ses questions et ses gestes, après tout elle n'était pas une proie dont il allait se repaître, il voulait qu'elle devienne son amie, et ce n'était pas en l'attaquant comme ça qu'elle allait l'apprécier.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Mar 11 Mar - 21:25

Elle sentit ses joues se teinter de nouveau lorsqu'elle comprit, aiguillée par Nathaniel, qu'elle s'était ridiculiser avec ses explications pour rien... Parce que c'était un exemple. Un exemple ! Mais le Métamorphe avait l'air de prendre ça à la rigolade, sans pourtant trop se moquer, et la Rouquine appréciait son geste, même si elle avait bien vu qu'il avait manqué s'étouffer...

Bah, c'est vrai après tout... Ce n'était pas si gênant, elle ne lui avait pas donné trop de détails, et il n'avait pas l'air de vouloir se moquer d'elle, se servir de ses faiblesses. En somme, il ne la jugea pas. Ce fut un sentiment très agréable, pour une fois, de ne pas avoir l'impression qu'on émettait un jugement sur ce qu'elle disait ou faisait. Sur son attitude ou sa tenue. Elle avait en effet avoir eu l'air une petite coincée endimanchée qui rougit dès qu'elle entend un mot un peu trop vulgaire. Alors qu'il ne fallait pas sous-estimer les enfants de la Haute ! C'était les pires, les excès étaient deux fois pires que ceux des gens de la classe moyenne, parce qu'ils en avaient les moyens.

Quand vint la seconde question, Erin, cependant, eut une grimage, parce qu'elle avait l'impression qu'il l'embêtait volontairement ! Ce n'était pas très élégant de souligner les petits travers d'une jeune fille... Elle allait répondre de la sorte, sur le ton de la plaisanterie, lorsqu'il la stoppa net.

En ajoutant une nouvelle règle, la Fille à Papa lui décocha un sourire radieux. Il avait changé du tout au tout, semblait-il, depuis qu'il lui avait promis de ne pas la dévorer, et elle devait avouer qu'elle appréciait vraiment cette nouvelle facette de son personnage. Un peu bourru et brusque, c'était certain, et ça la faisait encore un peu sursauter, mais attentif et il faisait l'effort d'être compréhensif envers elle, du moins était-ce que qu'elle pensait.

"D'accord pour cette règle. Mais je vais répondre." Après tout... elle n'avait pas vraiment de tabou sur sa sexualité, c'était un mythe, le bon chic bon genre, qui s'indigne lorsqu'on prononce le mot sexe. Erin avait vécu avec Lilian, qui était une femme qui prônait certes la bonne éducation, mais aussi la spontanéité, et ensuite, elle avait vécu avec Dior, qui était une fille des bas fonds, et qui ne mâchait pas ses mots... Et puis, la Jeunesse Dorée s'y connaissait en comportement décadent...

"C'est juste qu'on ne se connait pas encore très bien... Alors c'est quand même un peu idiot de te demander... si dans "coucher avec" tu entendais forcément un rapport sexuel ou si toutes les autres choses qu'on peut faire avant comptaient dans le nombre. Enfin, tu vois..." Elle ne s'était presque pas perdue dans les explications, et c'était assez clair. "Ca ne me dérange pas de parler de mes relations." Confia-t-elle, avec un petit sourire malicieux.

"A mon tour ?" Oui, c'était à elle de poser cette question.

"Pourquoi tu as pensé immédiatement à cet exemple, pour m'expliquer ce jeu ?" Dans le genre révélateur... il fallait le trouver celui-là. Les deux choses auxquelles il avait pensé était : les gens avec qui elle couchait, et les gens qu'il avait bouffé... intéressant. Un psy y verrait sans doute beaucoup de révélations.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Mer 12 Mar - 16:31

Il leva les yeux en direction du plafond pendant un court instant, se grattant au passage la barbe d'un jour qui commençait à reprendre sa place. La question était bonne, pourquoi cet exemple. Il ne le savait pas, il n'y avait pas de réel exemple, peut-être était-ce simplement pour lui montrer le degré des questions qu'il pourrait poser. Peut-être qu'il lui avait donné cet exemple parce qu'il était curieux et qu'il voulait tenter sa chance de savoir. Il haussa les épaules, la regardant.

-Sincèrement, je ne sais pas, j'aurais tout aussi bien te demander si tu avais du sang sur les mains... quoi que, sans vouloir t'offenser, je doute que tu puisses avoir tuer quelqu'un ou quelque chose de vivant. Non, sûrement que c'était pour moi une question qui se trouvait au milieu de toutes celles que je pourrais te poser.

C'est vrai qu'il était dur d'imaginer cette petite poupée de porcelaine avec une arme en train de tuer quelqu'un de sang-froid, il était presque impossible de la voir avec un couteau pour tuer un lapin. Sûrement qu'elle devait être le genre de femme qui faisait rarement à manger, si ce n'était jamais. Il avait répondu, donc c'était à lui de poser sa question, mais il ne fallait pas être trop impudent. Cela gâchait un peu le jeu à son goût, mais il la comprenait un peu, il n'était pas agréable de se faire poser des questions gênantes quoi que si elle l'avait voulu, elle aurait pu tout autant en poser, si cela était possible.

-Que pourrais-je te poser comme question qui ne te choquerait pas trop... hum...

Il prit quelques secondes pour penser, il ne voulait pas frapper dans ses points sensibles. Ç’aurait été mal poli.

-Ah je sais! Comment se nomme ton amant... amoureux, petit copain... Enfin, celui ou celle avec qui tu partages ta vie en ce moment? Comme ça je saurais qui ne pas croquer.


Il sourit tendrement, il voulait savoir au cas où. Après tout cela faisait longtemps qu'il n'avait pu manger d'être humain, et ce goût si particulier commençait à sérieusement lui manquer. Peut être que s’il ne passait pas l'homme... ou la femme d'Erin – cela lui importait peu – peut être que cela ferait d'elle une plus grande amie encore, et puis il était toujours bon de savoir si telle ou telle personne aimait quelqu'un, ce sentiment si fort qui rendait les humains si faibles parfois. Il essaya d'écouter autour de lui, et mis à part le bruit des quelques voitures qui passaient par là, le silence commençait à le peser. Il se leva et se dirigea vers la petite chaîne hi-fi, semblant de luxe qui trônait sur le comptoir, dans le coin gauche de son appartement. Il passa quelques instants à farfouiller dans le lecteur de musique puis mit sur play une chanson qu'il appréciait. Il ajusta le son pour que la musique ne soi qu'un bruit de fond :

Spoiler:
 

Finalement il alla reprendre sa place, face à Erin, attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Mer 12 Mar - 20:09

Erin se contenta des explications qu'il lui fournissait, mais elle ne s'empêchait pas de penser que ce devait être une histoire d'hormones animales. C'était un homme, d'accord, alors il pensait à manger (donc pour lui tuer des gens ?) et à sauter des filles. C'était réducteur ? Bah elle pensait que c'était peut-être l'instinct de reproduction, ou quelque chose comme ça, chez un Métamorphe, mais elle avait peur que le faire remarquer passe pour raciste.

Un peu de musique ne fut pas de refus, elle accueillit son initiative avec un hochement de tête entendu. Erin n'était pas difficile en ce qui concernait la musique. Elle avait supporté tout et n'importe quoi avec Dior, elle était sortie en boîte, avait assisté à des Opéras et des concerts de musique conceptuelle, alors la chanson qu'il avait choisi était, à côté, très agréable !

Il ne voulait pas la choquer, elle s'en voulut d'avoir été si ridicule en rougissant, pour quoi elle passait ? Une petite mijaurée qui détournait les yeux quand ça devenait un peu cru ? Il faudrait qu'elle rectifie le tir, elle n'était pas comme ça, même si son père l'avait élevée ainsi, l'exemple de sa mère, très franche et libérée, avait permit un bon équilibre. Mais c'était vrai, également, qu'Erin restait quelqu'un de bien élevé, et qu'elle avait quand même des rêves de petites filles... C'était parfois peu compatible avec certaines soirées délurées de la haute, mais passons !

Il voulait savoir comment s'appeler son petit-ami du moment, pour... "Pour ne pas le croquer ?" Elle fronça les sourcils. Décidément, il ne pensait qu'à ça ! Elle pensait certains hommes obsédés par le sexe, mais lui était la chair humaine à priori. "Mais t'es pas possible... " Lâcha-t-elle, un léger ton de reproche dans la voix. Oui, c'était un peu choquant parce qu'il s'agissait d'être humain, mais si elle remplaçait cette image par une pomme ou un brocoli peut-être que ça passerait mieux ?

"J'ai pas de copain à l'heure actuelle." Pas encore. Parce que demain, c'était jeudi. Et qu'elle avait invité l'Héritier Luz-Descalzo à sortir en soirée étudiante, et elle avait l'intention d'en faire son Casse-Croûte, pour reprendre le thème cher à Nathaniel. Elle eut un petit sourire à cette idée. "Mais si tu pouvais éviter de dévorer Esteban Luz-Descalzo, ça me permettrait de conclure. Peut-être." Rectifia-t-elle, mais elle ne doutait pas de son pouvoir de séduction. Et puis c'était un jeu aussi, la drague, alors elle jouerait !

"Ah, et mes amis de Fac aussi..." Elle plissa les yeux. "En échange, je te promets de ne pas manger tes amis non plus." Ah ah la bonne blague... Ce qui lui fit repenser à quelques remarques précédentes. "Et pour info, non, je n'ai jamais tué quelqu'un. Dieu Merci, je ne sais pas comment je supporterai de vivre avec le cadavre de quelqu'un sur la conscience. Comment tu fais ? Ce sont des vrais gens, je veux dire, des gens qui ont une vie, une famille. Qui souffrent quand tu les manges ?" Non pas qu'elle veuille lui faire la morale... Mais il fallait quand même avouer que c'était immoral de tuer des gens ! Illégal, même d'ailleurs...

"Et comment tu fais avec la Police ?" Mon Dieu... est-ce qu'être au courant de meurtres la rendait complice de meurtre ? "parce que ... c'est interdit, de ... tuer des gens." Merci Watson pour cette brillante constatation.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Jeu 13 Mar - 15:13

Conclure. Il nota dans un coin de son cerveau le mot qu'elle utilisait, ainsi son nombre d'amants n'allait aller qu'en augmentant? Elle ne lui semblait pourtant pas être une fille du genre délurer, mais il appréciait le fait qu'elle puisse savourer les plaisirs de la chair, au moins cela voulait dire qu'elle était moins blasée que ce qu'il ne le pensait. Non pas que n'avoir qu'un seul homme était pour lui signe d'être une femme prostrée dans son propre désir de sécurité et ce genre de baliverne, c'est juste qu'au moins elle savait s'amuser sans forcer l’excès. L'excès, c'est mal à ce qui paraît... Il nota aussi le nom de la personne, puis... toutes les personnes de la Fac? D'un côté, ça tombait bien, il y avait trop de monde au goût acre là-bas, et puis ils étaient tous trop connus.

-Mes amis? Ma...Ah d'accord c'était de l'humour.Mais dis moi, toi... as tu du remords quand tu croques la chair du saumon ou bien du cerf? As-tu du ressentiment quand tu remplis ton ventre de la douce chair du bœuf ou d'un autre animal? J'en doute... Tu sais, eux aussi ont une vie à vivre, eux aussi ont une sorte de famille.

Son ton de voix n'était pas particulièrement méchant ni sec, mais il n'était pas velours pour autant. Souffrance... Il la regarda avec un petit sourire, se demandant si c'était une bonne idée de lui en parler. Oh et puis après tout, si elle ne voulait pas en entendre parler, elle ne poserait pas ce genre de questions, et puis si jamais quelques remords iraient à la troubler, il veillerait à la tenir nette.

-Je suis... comment dire... propre? À moins que la personne ne me résiste trop, j'essaye de briser la nuque ou de percer le cœur. Tu sais, être un ours qui fait parfois quelques tonnes ça a du bon.

Les forces de l'ordre... il sourit pour lui même, car en principe il n'y avait jamais eu à faire. Quoi qu'une fois... il faillit bien s'y roussir le poile, mais dans cette saison, il ne pouvait rien y faire. Dans cette saison, il y avait trop de choses en lui pour le tenir à l'air sain, ou tout du moins pas assez longtemps pour que sa conscience prenne le dessus sur son totem. Ça l'effrayait bien un peu, mais d'un côté, se laisser aller... il n'y avait rien d'aussi bon à son goût. D'habitude il chassait l'Homme la nuit, mais cette fois son instinct avait pris le dessus et avait attaqué une pauvre femme en plein jour. Au moins, son ours avait eu la bonne idée d’emmener cette femme dans une petite ruelle pour s'en occuper. Tous ces visages effrayer de voir un homme grand comme lui, en plein jour, en train d'attaquer cette pauvre femme... Son sourire s'assombrit un peu, se rappelant que la saison allait bientôt arriver. Ah... c'était pour ça qu'il ne voulait pas d'amies femmes, et il avait fait cette erreur. Il regarda tendrement la demoiselle en face de lui, il fallait bien lui dire après tout.

-La police ne m'a jamais vraiment causé de problème, en principe je m'attaque à des personnes sans noms, qui n'ont aucune trace dans les fichiers officiels. Des catins, voleurs et violeurs... enfin ce genre de personne dont personne ne se soucis, qui n'ont aucune famille comme tu peux avoir. Mais il faut que je te dise, avant qu'on aille plus loin dans cette relation.

Une gorgée d'eau avalée en plus. Il semblait plus calme que ce qu'il ne pouvait paraître. En réalité son cœur avait augmenté le tempo, son cerveau était en ébullition. Comment lui dire sans qu'elle ne fuie? Il l’appréciait sommes toutes, il ne voulait pas la perdre si tôt. Mais dans un autre sens, il était sensé de lui dire, de la prévenir. Et puis, elle n'aurait qu'à ne pas le voir à cette date. Il la regarda avec une petite lueur d'inquiétude. Il tenait à elle... il avait encore du mal à y croire, après tout... il venait tout juste de la rencontrer! Et en plus c'était quand il était en train de pécher... rien de bien glorifiant.

-Autant être franc, tout de suite. La seule fois où j'ai failli avoir des problèmes avec la police... Non... Je ne peux pas le dire comme ça...

Petit instant de réflexion. Il ne voulait pas la rebuter, et ce qu'il avait fait à cette femme n'était pas descriptible, ou tout du moins pas humainement, et puis ça ne servait à rien de lui en dire trop, elle prendrait ses jambes à son cou. Il lui fallait un moyen pour avoir une chance de profiter un peu plus longtemps de son amitié.

-Hum... mouais peut-être comme ça. Bon, je ne sais pas pour les autres personnes qui sont comme moi, mais tu sais les changelins... enfin, tu dois savoir. Tu sais qu'au printemps, tous, ou presque tous les animaux deviennent fous pendant la période des amours.Tu dois savoir que les Métamorphes ont aussi ce... trait de caractère. Donc bon... Je peux comprendre si ça te fait peur, mais personnellement, je ne peux pas du tout me contrôler et surtout en présence d'une belle femme comme toi. D'accord, la saison ne commence pas aujourd'hui, mais c'est pour bientôt.

Il laissa sa respiration revenir à la normale. Il avait déballé son sac, et il sentait ses muscles se débander, ses mains s'ouvrirent peu à peu. Il s'attendait à ce qu'elle fuit, et il ne la retiendrait pas. Après tout, traîner avec un être comme lui, surtout avec la saison qui approchait... il se mit à regarder la porte un bref instant, revenant à elle l'instant d’après. Il attendait de voir son visage blêmir, comme quand il avait enlevé cette pauvre femme loin de la rue principale. Après tout, peut-être que Jim faisait bien de le chasser.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Jeu 13 Mar - 19:35

En écoutant Nathaniel commencer son discours, elle savait qu'elle n'allait pas aimer ça. Oh non... à mesure qu'il semblait hésiter, revenir sur ses phrases pour éviter de dire des choses sans doute trop crues, trop sanglantes, trop horrible, Erin pensait que cette conversation était de plus en plus glauque. Elle n'avait jamais eu ce type de discussion avec Dior, mais en même temps, c'était un Chinchilla. C'était doux et mignon, gentil, bon d'accord, elle était hargneuse, grognon, mais fêtarde et débrouillarde, elle avait de la tchatche, elle savait l'entraîner dans des situations étonnantes. Mais elle n'avait jamais mangé de gens.

Oh, bien sûr, Erin savait bien ce qui se disait, sur les Métamorphes carnivores, mais elle pensait naïvement que les lois à ce sujet étaient connues et respectées. Elle fut obligée d'intervenir, mais attendit qu'il ait fini son discours. C'était mal poli de l'interrompre, et surtout, elle avait parfaitement décelé son changement de comportement lorsqu'il avait parlé de cette période spécialement tendue de la "saison des amours".

Elle avait vu un reportage dessus à la télé, mais comme Dior avait décrété que cette période était, pour elle, une période où elle quittait totalement l'appartement pour vivre sa vie de petite boule de poil en rut, Erin n'avait pas eu l'occasion de constater les dégâts. Et évidemment sur un Ours ou une Panthère, ce devait être nettement plus dangereux qu'avec un rongeur.

Lorsque la Rouquine fut certaine qu'il avait reprit son calme, elle se redressa pour se donner plus de courage. Ce qu'elle avait entendu lui avait fait monté une pulsion de terreur, mais elle avait su la maîtriser un peu, parce qu'elle avait senti que Nathaniel la prévenait pour lui éviter des problèmes. Cependant, ce qu'il avait dit avant la perturbait. Parler aussi librement d'assassinat était assez scandaleux dans la tête de la jeune femme.

"Non je ne savoure jamais la chair d'un cerf, je ne mange pas de viande, et si je peux éviter de manger du poisson, je le fais." Elle avait parlé avec un petit air hautain sans s'en rendre compte, involontairement. Mais surtout, elle avait une interrogation... éthique. L'Eglise n'avait pas reconnu les Outres comme ayant une Âme, ce qui voulait dire qu'ils étaient comme les animaux aux yeux de la religion : ils n'allaient pas au paradis. Et ça, c'était une grosse différence.

"Un être humain n'est pas comme un animal, enfin. Les êtres humains ont une âme, une conscience..." Pour elle, cela suffisait comme argument à bien faire la distinction entre une chasse au sanglier et une chasse à l'homme. Cependant... même sans âme, elle se rendit compte qu'on pouvait analyser ses paroles comme étant très douteuses, aussi prit-elle le soin de commenter.

"Et je déplore déjà que l'on puisse tuer des animaux pour se nourrir." C'était encore assez confus dans son cerveau, cependant, au sujet des Outres. Si tuer des animaux, qui n'avaient pas d'âme, était "autorisé", est-ce que tuer des Outres, qui n'ont pas d'âme non plus à priori a dit l'Eglise, était autorisé également.

Ca lui donnait déjà mal au crâne, mais en réalité, la gêne et les images qu'elle avait eue en tête en imaginant Nathaniel, enfin un Ours énorme, attaquer, déchiqueter, dévorer des enfants et des vieilles dames, même si ce n'était que des clochards ou des rebuts de la société, voilà ce qui lui avait donné la migraine. Ca l'avait effrayé, elle ne pouvait le nier, mais ça lui posait également un problème éthique.

"Il a des lois qui régulent la possession d'armes à feu pour éviter qu'on se tire dessus à chaque coin de rue, alors pourquoi les Métamorphes pourraient commettre des meurtres ? C'est mal..." Insista Erin. Elle avait presque les larmes aux yeux en vérité. Elle ne comprenait pas, ça la dépassait. Elle avait toujours été très ouverte vis à vis des Outres, elle pensait de plus en plus qu'ils devaient être soumis aux mêmes lois que les Humains, et donc avoir les mêmes droits. Mais de là à pouvoir accepter d'entendre tout ça...

"Nous avons évolué depuis le temps où on s'entretuait..." Elle but une gorgée d'eau fraiche à la bouteille, tremblante. Ce n'était pas contre Nathaniel qu'elle se plaignait... c'était plus vaste que ça. "Tu imagines... On doit vivre dans la peur de se faire croquer par toi ou par un lion, un loup ou... j'en sais rien moi !" Erin eut soudainement besoin de se lever, ce qu'elle fit, d'un bond, pour faire quelques pas. Elle tourna en rond sans s'en apercevoir, se frottant le front.

"Tu ne peux pas du tout, du tout, te contrôler quand c'est ... la saison des amours ?" C'était tellement animal ce terme ! Les Outres n'était pas des animaux ! Ne trouvaient-ils pas cela très dégradant pour eux, d'être considérés comme des bêtes ? Des bestioles de foire, des monstres de contes ? C'était l'une des premières fois où elle était véritablement confrontée à cette vision du monde. Dior n'avait jamais trop discuté de ça, elle se contentait de rester laconique, de s'éclipser quand Erin était trop insistante, et d'encaisser les crises de jalousie lorsqu'ensuite le Chinchilla rentrait tard le soir. Sa famille était Norme à 100%, Lilian avait l'air d'en être très fière d'ailleurs, mais Erin était sans doute la plus ouverte sur le sujet.

Du moment qu'elle pouvait vivre et s'amuser, que d'autres le pouvaient aussi avec elle, la Rouquine pouvait tout accepter. Norme, Outre, qu'ils ne soient pas identiques n'était pas un problème pour elle. Mais qu'ils soient dangereux... C'était tellement flippant. Bien sûr, désormais, elle n'avait pas peur de Nathaniel, il avait promis. Mais les autres ? Tous les autres ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Dim 23 Mar - 15:52

Les règles avaient changé, maintenant chacun posait ses questions à l'autre peut importe l'ordre, sans avoir s’inquiéter de l'importance de la réponse, et il n'en avait cure. Au fur et à mesure que le temps s'écoulait, la demoiselle semblait s’énerver, se perdre dans ses constatations. À parement, pour elle il était impensable que les outres puissent manger des humains, et cela causait un léger trauma à l'homme, avec tout ce qu'il avait pu vivre dans le Grand Nord... il posa ses lourdes mains sur la table pour se redresser, faisant face à la roussette, sérieux.

-Erin!

Il lâcha ce seul nom comme un ordre pour qu'elle revienne sur terre, pour lui elle semblait partir de constatation en constatation sans lui laisser le temps de s'expliquer, et il fallait qu'elle comprenne, sinon leur amitié n'allait pas faire long feu, et c'était dommage, car il commençait tout juste à l'apprécier... Elle avait du caractère et du charme, et ça, il aimait beaucoup. D'un côté, si les réponses ne lui plaisaient pas, il ne fallait pas qu'elle pose ce genre de question.

-Écoute moi bien .Âme... conscience... avec ce genre de mot, on pourrait lancer un débat philosophique et j'ai bien l'impression que ce n'est pas le moment.

Son ton de voix était doux, calme et posé. Fit le tour de la table pour aller face à elle, il avait l'impression qu'elle était en détresse et il ne supportait pas de voir les personnes qu'il aimait plus ou moins dans ce genre d'état. Il s'en voulait, certes elle n'aurait pas du demander, mais il aurait put outre passer ce genre de détail, éviter de parler de tout ça, après tout il ne la connaissait pas beaucoup, et voir une femme fragile dans cet état... Oui, il disait bien souvent la vérité, oui une relation se bâtissait en parlant de son passé, mais tout d'un coup c'était peut-être beaucoup. Il se rapprocha encore d'elle, ne lui laissant pas le temps de parler ou de bouger. Puis avec toute la délicatesse dont il disposait, il l'enlaça de ses bras pour faire un gros câlin. Il poussa un doux soupir, comme s’il voulait lui insuffler de sa confiance, comme s’il voulait lui donner un peu du calme qui l'habitait. Il voulait la réconforter, après tout c'était de sa faute à lui, il aurait dû se taire. Il attendit quelques longues secondes, espérant qu'elle n'allait pas fuir, quoiqu'avec ce qu'il venait de dire et de faire... Sa voix se fit murmure, profitant de la proximité pour essayer de devenir comme le gros nounours en peluche que les jeunettes aimaient tant.

-Effectivement, il y a des lois pour que nous, les hommes et les femmes qui changent de peaux ne fassent pas ce genre de chose. Mais tu sais... je viens du Grand Nord, la ou le pays est tout le temps blanc, ou la nourriture et aussi florissante que les fleurs. J'ai dû apprendre à vivre, à avoir faim. Je sais que cela ne me pardonne pas, de toute façon... je ne regrette rien. Je veux juste que tu comprennes ce qui m'a poussé à faire tout ça.

Il relâcha son étreinte, il ne voulait pas non plus l'étouffer...il se rappela de sa phrase celle ou elle parlait d'avoir peur de se faire croquer par d'autre méta aussi violent que lui. Il y pensa brièvement, se mettant d'accord avec lui même. Parmi tous ceux qu'il avait rencontrés, il n'y en avait pas beaucoup – ne voir même aucun- qui avait mangé de la chair fraîche d'Homme. Il se recula de quelques pas parce qu'il savait que les êtres humains avaient une bulle où ils aimaient vivre, que cette bulle prenait de l'ampleur ou devenait plus petit en fonction de la personne qu'ils avaient en face. Il prit place sur la table, posant son postérieur sur la face de bois. La table poussa un petit râle de protestation, mais il fit comme si de rien n'était, au pire des cas il irait en chercher une autre. Il leva les yeux au plafond, poussant un petit soupir. Que faire... que dire? Il se rendit compte qu'elle semblait avoir plus peur des autres que de lui, mettant dans le même panier les lions et les crocos, et les autres, c'était peut-être un bon point.

La saison des amours... la dernière fois ce ne fut rien de bien glorieux, faute d'avoir pu trouver une femme à aimer, ou même simplement à combler, son ours avait fait le choix par lui même. Il regarda Erin, inquiet. Est-ce que son totem s'attaquerait à elle? Peut-être, il ne savait pas. Ce genre de situation n'étant jamais arrivé, il préférait se répondre oui. Il garda en tête qu'il était bon de voiler les détails qui faisaient frémir les femmes et les enfants quand il lui parlait, aussi il allait commencer à ne pas tout dire, c'était mieux ainsi.

-Pour ta question sur la saison des amours... Non. Je ne me contrôle plus du tout, ou alors très peu. Je suis lié à mon totem, et même en tant qu'homme mon instinct prend souvent le pas sur ma logique, alors je te laisse deviner quand ce genre de situation arrive. Comme quand j'ai faim, mon ours fait tout pour que l'on vive.

Il avait répondu à toutes ces questions, mais il y en avait une qui le taraudait. Il fallait qu'il sache, et elle aussi. Il se leva, la table semblant satisfaite du choix de son invité-surprise. Le gros nounours blanc se dirigea vers la porte, posant sa main sur le verrou pour l'ouvrir, puis il posa sa main sur la poignée, puis il regarda Erin, sérieux.

-Tu es ici chez toi, mais si tu désires partir pour une raison ou une autre, la porte est toujours ouverte. Tu es mon invité, non pas mon otage. Et même si tu désires que je te ramène quelques parts parce que tu as peur des autres, je suis disposé. Mais sache que tu as autant de chance de te faire attaquer par un méta affamé que de te faire attaquer par un être humain en manque d'argent.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Dim 23 Mar - 17:58

Lorsqu'elle avait entendu son prénom, Erin avait sursauté. Ca avait eu le mérite de lui remettre les idées en place, et elle se montra beaucoup plus attentive. Il ne semblait pas vouloir entrer dans un débat polémique, elle voulait bien être de son avis, mais ne pourrait jamais accepter qu'on puisse tuer des personnes, à moins peut-être pour se défendre... ?

La Roquine fut surprise lorsque Nathaniel se releva et vint vers elle, mais elle n'eut pas une seconde peur. Il avait juré qu'il ne tenterait pas de la manger, désormais elle ne le voyait plus comme un dangereux métamorphe, et ce, malgré qu'il lui ait révélé qu'il avait déjà assassiner des gens pour les manger. Ce qui était parfaitement paradoxale, mais c'était Erin... L'étreinte qu'il lui imposa l'étonna d'abord, car les contacts physiques avec des inconnus n'étaient pas vraiment socialement répandus, mais elle se détendit petit à petit.

Un câlin. C'était étrange et surprenant, mais... salvateur. Elle n'aurait jamais cru que cette solution soit bénéfique, or, désormais, Erin se sentait plus en sécurité. Elle passa ses bras de chaque côté de lui en respirant lentement. Pourtant, la masse que représentait cet homme par rapport à elle était impressionnante, et il sembla de lui-même se rendre compte qu'il avait beaucoup plus de force qu'une jeune fille. Du moins, elle avait bien compris qu'il cherchait à être tendre et rassurant. C'était touchant, elle lui adressa un petit sourire reconnaissant.

Il évoqua sa vie d'avant, et Erin réalisa qu'en effet, il devait venir du nord, d'un pays froids, le Pôle Nord même. Elle n'y avait pas encore songé, mais c'était logique pour un Ours Polaire... L'entendre parler de manière calme continuait de la remettre dans un état d'esprit plus serein. Avec lui, elle se sentait de plus en plus en sécurité. Il ne lui ferait pas de mal, elle en était désormais persuadée à moins que... qu'il ne puisse plus rien contrôler lors de cette fameuse Saison des Amours.

"Mais aujourd'hui, à la Nouvelle Orléans, tu n'es plus obligé de tuer pour manger... Il y a des steaks tartares..." Fit-elle d'une petite voix, tentant un sourire malicieux mais encore un peu timide. Erin estimait que Nathaniel n'avait pas à chasser des êtres humains, qu'au pire s'il voulait vraiment ressentir le frisson de la traque et de la mise à mort, il y avait des bestioles dans le Bayou... Mais elle n'osa pas lui en parler. Tuer des animaux aussi lui faisait de la peine... Moins que des êtres humains. Enfin non. Si... elle ne savait pas trop. Tuer un bébé chat, c'était mal. Tuer un crocodile, est-ce que c'était pareil ? Elle ne trouvait pas trop. Mais garda le silence là dessus.

En le voyant aller jusqu'à la porte, elle eut une seconde d'incertitude où elle se demanda même s'il n'allait pas la mettre dehors. Elle ignorait pourquoi il aurait été jusqu'à la virer de chez lui, mais après tout... Il était chez lui. Elle avait peut-être dit quelque chose qui l'avait ennuyé ?

Ses paroles la rassurèrent, mais plus encore, elle afficha un visage étonné.

"Partir ?" Répéta-t-elle. Elle ne tarda pas à afficher un petit sourire sincère. "Je n'ai pas envie de partir. Il y a beaucoup de choses dehors qui me font peur, parce que je me dis que je suis vraiment ... faible... par rapport à un Vampire, un Serpent ou même par rapport à un clochard agressif. Mais je ne vais pas te demander d'être mon garde du corps, quoi que ma mère apprécierait." Elle se coupa une seconde par un petit rire cristallin, en y songeant. Lilian la surveillait depuis les derniers événements, elle le savait, mais elle ne pouvait être partout.

Il avait parlé d'otage, et ce mot avait voilé son regard, un instant. Sa voix se vrilla.

"Je sais ce que c'est qu'être otage, et ici, je ne me sens pas du tout dans cette situation, rassure-toi." D'un coup, elle chassa des idées sombres, et reprit un visage plus souriant. Elle fit quelques pas pour le rejoindre sur le palier, et referma la porte, pour asseoir sa parole. Non, elle ne partirait pas en courant, elle n'avait plus peur de lui. Du moins, peut-être aurait-elle peur de son ours... Elle était curieuse de le voir sous cette forme, mais n'osait pas demander, ou plutôt, craignait vraiment de le voir se transformer, et qu'il ne puisse pas se contrôler. Inutile de trop tenter le diable. Une autre fois peut-être...

"Et la saison des amours, elle commence quand ?" Elle avait reprit un ton plus sérieux. Ca l'angoissait. Parce que Nathaniel allait sans doute s'y plier comme le dictait son instinct. Et que désormais, elle le considérait comme un ami. Elle ne voulait pas que son ami ait des ennuis. Ou tue des gens... "Et si tu t'enfermes chez toi durant toute la durée de cette période ? Tu regardes des films et tu bois de la tisane pour te calmer... Ca ne marche pas ?" Elle avait une petite grimace... preuve qu'elle-même était sure que non, ça ne marchait pas comme ça.

Elle eut soudain un flash.

"Mais... La Saison des Amours, tu..." Elle prit un instant pour mieux s'exprimer. " Ca veut dire que tu as des enfants ?! " Ca lui paraissait impensable et étrange mais... après tout... chasser pour manger... la saison des amours pour se reproduire. Non ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Jeu 27 Mar - 14:55

Manger... non, cela faisait quelques longs mois qu'il n'avait plus eu à manger d'Homme, les forêts qu'il avait croisées, les marécages et autres sources de vie lui avaient bien souvent offert d'abondantes sources de nourriture. Mais la route avait été longue pour arriver à ce genre de corne d'abondance, et les humains étaient bien souvent sur son passage. Au son d'un steak tartare, il sourit aimablement.

-Oh oui, c'est bon... mais c'est cher aussi tu sais. Et puis, je préfère la viande de crocodile, il y en a plus et c'est moins coûteux en terme d'argent.

Il avait pri son signe -quand elle avait refermé la porte- avec un grand soulagement. Elle ne voulait pas partir, donc elle ne devait pas avoir très peur de lui, sinon elle aurait fui, c’était obligé, en tous cas en ayant appris tout ce qu'il lui avait dit. Quand elle parla d'être son garde du corps, un petit sourire naquit sur son visage. Pourquoi pas, après tout peut être qu'un jour, si elle avait besoin d'un chaperon... il ne dirait sûrement pas non. Elle lui était agréable, et si jamais elle avait besoin d'aller dans des lieux peu recommandables, il serait là pour l'aider, pour lui offrir la protection de son totem. Après tout c’était ça l'amitié pour lui. Aider l'autre, aussi temps et longtemps qu'il ne s'agissait que d'amitié.

Elle se mit à parler de la saison des amours, de le calmer, et ce genre de chose. Il essaya de penser à ce qu'elle lui disait, de s'enfermer et de boire une tisane. Juste à cette idée, il se retint de rire. Comme si une porte pouvait le retenir, surtout son ours! Il faudrait de lourds barreaux forgés dans l'acier puissant pour le retenir. Quand elle fit mention de sa descendance, il déglutit grandement. Il n'y avait jamais vraiment pensé, après tout, dans cette situation, il se changeait en ours et se retrouvé comme spectateur, un homme cloître dans un corps qu'il ne diriger qu'avec grandes difficultés. Il la regarda, avec sérieux. Sa voix vibré presque, si jamais il avait un enfant quelque part dans le monde, il avait pour responsabilité de le retrouver et de l’éduquer.

-nor... normalement, les femmes d'ici n'ont-elles pas des moyens pour éviter d'avoir des enfants?

Il savait bien que des femmes avaient des partenaires chaque soir, et qu'elles ne revenaient jamais avec le ventre rond. Il en avait vu rentrer dans son bar avec un homme différent presque chaque soir, et elles semblaient tout le temps bien s'amuser des baisers et des caresses qu'elles recevaient. Ces femmes devaient avoir un médicament, ou alors il y avait de la magie là-dessous. Il regarda sa nouvelle amie avec confiance, elle devait savoir elle. C’était une femme, et elle lui avait dit qu'elle n'avait pas eu qu'un homme à aimer, donc avait dû savourer les plaisirs de la chair, et elle ne semblait pas être une mère. Son appartement n'avait pas eu cette odeur de poudre et de nourrisson. Elle devait savoir.

-Toi... qu'aurais tu fais hein? Si jamais je t'aurais... enfin, pas besoin de faire un dessin. Et que tu te rendrais compte que tu as un petit qui commence tout juste à pousser? Que ferais-tu?

Il retourna s'asseoir, il ne savait pas comment le prendre, en fait tout dépendait de ce qu'elle répondrait. Si jamais elle l'avait gardé... alors il avait pour devoir de le retrouver et de l'éduquer, et ce, avec ou sans la femme avec qui il aurait donné la vie. Mais si jamais elle connaissait un moyen pour ne pas donner la vie, alors il était sauf et dans ce cas, sa vie continuerait comme si de rien n'était. Il se demandait si jamais il avait un enfant, est-ce qu'il serait comme lui? Un change-forme? Après tout, mis à part des humaines, il ne s'était accouplé avec aucune autre espèce. En plus, son père et sa mère étant des métas, il lui semblait normal d'en être devenu un, mais son enfant... il n'avait aucune expérience de la chose.

Il alla reprendre place à la table en attendant sa réponse, ouvrant sa bouteille d'eau pour en avaler de longues gorgées, un peu comme pour faire passer le goût amer qui venait de s'installer dans son cœur. Si il avait un enfant, il allait devoir s'en occuper, et il ne pourrait probablement plus retrouver sa famille qui vivait sur ce continent. Quoi que peut être qu'il pourrait être tous les deux sur les routes? Au moins il lui apprendrait le chemin de la vie... Non... il fallait que son enfant aille à l'école, cela faisait partie de l'éducation qu'il devait recevoir. Il poussa un long soupir, se demandant si ce calvaire allait prendre place.

Quand elle se mit à lui répondre, il regarda par la fenêtre, observant le soleil dans sa course journalière un peu comme s’il ne voulait pas entendre, comme s’il ne voulait pas avoir à faire à la vraie réalité. L'astre diurne allait bientôt passer le zénith, et l'homme-ours commençait à se demander si Erin allait passer toute la journée chez lui. Non pas que cela puisse l’ennuyer, bien au contraire. Juste qu'une femme de son envergure devait avoir autre chose à faire que de passer ses journées chez un pauvre homme comme lui. Il soupira doucement, se taisant sur ce point, il l'aimait bien, et aussi longtemps qu'elle voudrait il profiterait de sa présence. Il regarda le salon, et se disait que dans le pire des cas, il pourrait toujours la porter chez elle, ou alors, il prendrait les bras de Morphée sur le sofa.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Ven 28 Mar - 21:10

Erin resta un moment à réfléchir aux premiers mots qu'il avait prononcé, s'étonnant qu'on puisse trouver cher de la viande, après tout ce n'était pas comme du caviar ou du homard... Mais elle devait avouer n'avoir jamais manqué de rien, et ses comptes en banque étaient bien fournis par Papa, un peu par Maman aussi, alors elle ne se privait jamais. De toute façon, ce n'était pas son budget viande qui aurait fait chuter ses économies...
En réalité, ce genre de considération lui passait au dessus, mais ce n'était pas de sa faute après tout. Lui devait travailler pour espérer payer son loyer, elle n'avait qu'à piocher une carte de crédit au hasard, continuer ses études jusqu'à ce qu'elle ait trouvé sa voie, et ensuite, elle aurait une place dorée... Et au pire, si elle décidait de ne pas travailler, son riche mari subviendrait à ses besoins...

Pourtant, elle ne s'attarda pas à ses pensées qui creusaient le fossé déjà bien existant entre leurs deux situations. Car Nathaniel avait l'air préoccupé, anxieux... Elle l'observa marcher, étonnée. Lorsqu'il l'interrogea, elle hésita entre rire et être choquée. Comment ça, il n'en savait rien, de la contraception ?! Mais dans quel monde vivait-il avant d'arriver à la Nouvelle Orléans ?

Hum... le Pôle Nord non ? Dans le Pôle Nord il n'ont même pas de pilule ?! Mais .... ? Impossible, Erin ne pouvait pas concevoir qu'on soit si arriéré et si peu civilisé. Oh, ce n'était pas méchant dans sa tête, c'était simplement qu'elle était incapable de voir autre chose que son propre monde. Elle avait toujours vécu dans un cadre préservé, alors oui, elle savait que dans certains pays on meurt de faim, mais c'était si loin, l'Afrique...

Incrédule, elle cligna plusieurs fois et yeux, et finalement, fronça les sourcils comme pour le disputer.

"Non, mais ne me dit pas que tu ne sais même pas ce que sont devenues les femmes avec qui tu as couché ?" Mais c'était un goujat ! Elle sembla se souvenir que c'était "l'ours" qui avait certainement eut des rapports avec des femmes, et pas "Nathaniel", mais c'était un concept de double personnalité qu'elle avait encore du mal à gérer.

"On appelle ça la Contraception, de quel Nord tu débarques ? Chez toi, les femmes ne prennent pas la pilule ?" Elle estima qu'il était plus judicieux de ne pas demander à son Ours s'il avait utilisé un préservatif... comme s'il y avait des protections spéciales outres ? Ah, bon ? Ca existait ? Erin était partagée entre la gravité de cette situation -il était peut-être père et ne le savait même pas ! Pire encore, il avait peut-être des maladies, des trucs affreux... !- et le côté comique de cette ignorance.

"Mais ce n'est pas 100% infaillible tu sais..." Elle ne voulait pas l'angoisser, mais peut-être que les femmes, lors de la Saison des Amours, étaient plus prévoyantes, quand elles avaient décidés d'y succomber ? Aucune idée. Quand Nathaniel la prit à parti, elle s'offusqua un peu (on ne parle pas de contraception comme ça à une jeune fille !)... Mais se détendit immédiatement. Après tout, elle lui avait déjà parlé de ses amants, alors...

"Moi j'ai un implant." Elle tendit son bras pour indiquer de l'index un minuscule petit relief sous sa peau, presque imperceptible. "Mais ça peut toujours rater. Et puis ça n'empêche pas les MST." Elle eut une moue, songeant qu'elle se montrait très sage et prudente dans son discours, alors que la vérité était parfois bien moins vertueuse.

"Mais tu n'y connais rien fait ?" Éclata-t-elle dans un petit rire clair. C'était terriblement drôle et très mignon, sa façon de réagir. Est-ce qu'elle se rendrait compte qu'on "petit être" poussait dans son ventre si c'était le cas ? Ce gars était plus vieux qu'elle et il semblait ne rien connaître de la reproduction humaine. Il n'était pas allé à l'école ?!

"Je ne peux pas te faire tout mon cours de lycée, mais oui, au bout de quelques temps, une femme sait quand elle est enceinte." Il avait l'air de craindre d'avoir engrosser une de ses partenaires et de ne pas le savoir. C'était touchant... A moins que ce ne soit une trouille de la paternité ? "Mais si ça m'était arrivé, avec toi, enfin je veux dire, avec n'importe quel homme, soit j'aurais fait en sorte de ne plus être enceinte, soit j'aurais chercher à contacter le futur papa, tu sais." Avoua-t-elle.

Erin était très loin de se vouloir mère. Un jour, oui, bien sûr, parce qu'on mettait dans la tête des petites filles qu'il fallait avoir des bambins et puis "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants", mais ... surtout pas tout de suite. A moins qu'elle ne change d'avis en trouvant le Prince Charmant dans l'annuaire demain, elle se débarrasserait certainement d'un quelconque accident de parcours. Hum.. cette pensée était effrayante. Est-ce que tuer un Fœtus c'était Mal ? En réalité, Jésus avait dit que c'était interdit. Ah oui mais dans les faits, Jésus n'avait jamais eu de vergeture ni mal aux seins, alors il ne pouvait pas comprendre !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Ven 4 Avr - 16:13

Au plus elle parlait et au plus il avait l'impression de se faire insulter, il sentait une sourde rage monter en lui, un peu comme une vague immense qui submergeait son être. Il essaya de garder son sang-froid, de ne pas laisser son instinct prendre le dessus, sauf que chaque de ses répliques sonnaient comme un coup porté à son orgueil et il savait que c'était dangereux. Une fois qu'elle eu finit de parler, il ne put se contenir et il se leva, posant ses mains sur la table, un peu comme s'il voulait porter son ombre sur elle, comme s’il voulait faire sentir la menace qu'il était.

-Écoute moi bien jeune insolente! je viens d'un pays ou la neige recouvre la terre, je viens de la ou il y a autant de fleurs qu'il y a de vie. Effectivement, je ne connais rien à l'amour, et quand je passe par cette période, je ne me contrôle plus à un point que tout es flou, à un point que je ne sais même plus qui j'ai fréquenté.

Sa voix était sèche comme le désert, cinglant l'air comme le ferait le fouet. L'homme sentait que l'ours voulait sortir pour faire taire cette femme, il sentait qu'il voulait punir l'injure qu'il venait de subir. Nath essaya de se contrôler encore, il avait promis qu'il ne lui ferait rien. Il saisit sa bouteille d'eau et la vida cul sec, comme s’il essayait d’éteindre la rageuse flamme qui avait saisi son être. Il l'observa, se demandant ce qu'il allait faire. Il fallait fixer des règles, il n'était pas bon qu'elle risque de le pousser à bout, d'autant qu'au plus la saison approchait, et au plus il avait de la difficulté à repousser son totem. Son corps vibrait encore, il sentait les fibres de son enveloppe essayer de changer. Il regarda brièvement dehors, voulant se changer les idées, heureusement qu'il l'aimait bien....

Toujours debout, il la regarda, essayant de se fixer sur son image de jeune femme innocente pour se radoucir, comme si le fait de la voir sur ce plan, à travers les yeux de l'homme pourraient le calmer. La hargne qui l'avait saisit quelques instants auparavant commençait à se distiller dans ses veines, chaque battement de cœur- chaque respiration- faisait en sorte que le poison se mélanger au liquide métallique, et comme la source se tarissait, le débit se calmait aussi. Il poussa un lourd grognement, observant la rosette. Est-ce qu'il était désolé? Non, elle l'avait provoqué, ce devrait être à elle de s'excuser, cependant elle ne connaissait pas tout de lui, et elle ne savait probablement pas qu'il était porté à écouter son instinct. Il l'avait toujours écouté, il lui avait toujours sauvé la vie, et cette fois-ci il devait faire en sorte de le taire.

-Je... La saison approche, je pense que cela va être dans quelques jours. Et dans ces temps la, je tiens difficilement mon ours, alors évite de me piquer, s'il te plaît.

Il la regarda, avec cette lueur qui en disait long sur ce qu'elle avait évité de peu. Il repensa à tous ce qu'elle lui avait dit, car même s’il se sentait encore insulté, elle n'avait pas tout à fait eu tort. D'un côté il n'avait jamais pris la peine de savoir ce qu'il était advenu de ses anciennes conquêtes, et d'un autre il n'avait jamais fait attention à ce qu'il faisait, jamais il ne s'était renseigné sur ce qui se passait dans ces moments la. Peut être était-il envisageable que le corps humain n'accepter pas la vie d'un méta... Puis il songea aux MST, ces sales bestioles qu'on pouvait attraper. Est-ce qu'il pouvait être porteur? Il y songea un moment, puis se souvint qu'en arrivant en ville, après s'être fait tirer dessus par le chasseur, il était allé voir un doc pour un check-up complet et il n'avait rien trouvé. Il poussa un soupir pour lui même, au moins il n'avait rien à se reprocher en ce sens là.

Il commençait à se calmer, il le sentait, sauf que son sursaut d'humeur l'avait inquiété, comment agirait-il la veille de la saison? Il devait encore rester une semaine ou deux avant la saison des amours, et se voir agir comme ça... Elle l'avait juste un peu piqué, et il avait failli se changer en ours pour lui croquer le cou. Il la regarda, songeant qu'il serait triste de la voir décorer son salon de son sang. Soupirant doucement, il se leva pour aller remplir sa bouteille d'eau, peut être que marcher lui ferait un peu de bien. Une fois arrivé au lavabo, il se retourna pour la regarder, profitant du temps de remplissage de la bouteille pour lui parler.

-Erin. Je pense qu'il serait plus sage qu'on ne se voit plus pendant, avant, et peut être même un peu après la saison des amours, je t'aime bien et je ne voudrais pas qu'il t'arrive malheur, surtout par ma faut. Donc à moins que tu ne connaisses un meilleur moyen...
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Mar 8 Avr - 22:49

Interdite, s'étant arrêtée de respirer lorsqu'elle avait entendu la voix de Nathaniel gronder, Erin avait d'abord été totalement surprise ; elle s'était même demandée s'il n'avait pas changé d'avis à propos de sa promesse de ne lui faire aucun mal, car son attitude, son regard et surtout, sa voix, tout semblait furieux. Oh, certes, ce devait être bien pire lorsqu'il était réellement en colère, mais cela, la Rouquine l'ignorait. Et pour l'heure, c'était largement suffisant pour la faire flipper.

Mais elle réussit à garder une semi-contenance, bien que ses yeux expriment très clairement la crainte qu'elle avait. Comment ça, elle l'avait mis de mauvais poil ? C'était le monde à l'envers ! Elle lui avait rendu service en lui apprenant deux trois notions indispensables de tout être civilisé, et il se permettait de lui râler dessus, d'avoir un ton terriblement blessant, et de l'appeler "jeune insolente", comme s'il était son père ! C'était un pur scandale ! Erin se renfrogna, son menton trembla légèrement parce qu'elle avait tout de même peur de cette réaction qu'elle n'avait pas mesurée avant, et s'efforça de relever la tête, dignement.

Se drapant dans une fierté très snob, elle déglutit et voulut répliquer... Quelque chose de méchant à son tour, en réponse à ce qu'elle venait de se prendre dans la figure. Mais ce n'était pas son problème, à elle, s'il venait du Pôle Nord, et s'il avait vécu à l'état sauvage toute sa vie avant de venir ici ! Ici, c'était les Etats Unis d'Amérique ! La Nouvelle Orléans ! Pas la banquise ! On était civilisé ici ! On ne tuait pas des êtres humains pour se nourrir et on ne baisait pas dans les rues n'importe comment juste parce qu'on avait un petit gêne animal ! C'était tellement dégradant pour les Métamorphes d'être aussi soumis par son instinct, au point d'être dangereux, irrévérencieux et ... même pas romantique !

Seulement, quand elle ouvrit la bouche pour répondre, elle croisa le regard fixé sur elle, froid, hargneux... Il était effrayant. Elle se sentit refroidie, puis vexée. Vexée d'avoir à subir ainsi une réaction pleine de haine alors qu'elle n'avait fait que lui répondre, pour elle, il lui devait des excuses... Parce qu'on peut se permettre d'être malpoli envers une jeune Humaine, mais en retour, elle doit prendre des pincettes en s'adressant à un Métamorphe ? Belle égalité... Ce n'était pas du tout sa conception de l'amitié. Ou des relations sociales, d'ailleurs. Erin se sentait blessée, et le "jeune insolente" lui restait en travers de la gorge. L'avait-elle insulté, elle ? Oh, elle l'avait pensé, oui, qu'il était un goujat, de ne pas avoir au moins pris le numéro de téléphone d'une de ses partenaires... Sans réfléchir qu'il s'agissait d'un ours, dans le grand nord, qu'il n'y avait pas tout ce qu'elle connaissait ici. Mais comment pouvait-elle deviner ?!

Elle se sentit incapable de parler, le visage assez pincé, mais cherchant à ne pas le montrer. Elle y arrivait plutôt bien, cacher ses émotions était le B.A.-ba d'une femme du Monde. Elle toussota dans sa main, cherchant à meubler le silence... Lorsqu'il bougea enfin, cessant de la fixer dangereusement pour aller remplir sa bouteille d'eau, la Rouquine put enfin respirer un peu. Mais elle se sentait toujours autant meurtrie, et son orgueil en avait pris un coup. Lorsqu'il revint, son regard sembla apaisé, un peu, et sa voix était plus douce... Ce changement de caractère permit à Erin de ne plus rester sur la défensive, et elle se sentit idiote d'avoir été aussi vexée. Cependant...

"Oh... Pas de problème." Dit-elle sèchement, finalement, son timbre trahissant ses sentiments, malgré ses efforts. Elle s'en voulut mais sa fierté ne lui permettait pas de s'excuser. Elle se racla la gorge à nouveau, laissa son regard vagabonder sans but dans l'appartement, les joues creusées.

"Ecoute..." Elle regrettait peut-être, mais Erin n'était pas connue pour retenir sa langue. "Je ne t'ai rien demandé, d'accord ? Je suis venue chez toi parce que tu avais l'air sympa sous tes airs de méchant, mais si c'est pour me faire insulter, je rentre chez moi. Saison des Amours ou pas, j'ose espérer que, non, il ne m'arrivera rien ! Quand j'ai envie d'une Religieuse au Chocolat et que je suis au régime, je me retiens !" Oui... c'était pour elle aussi simple que cela. Et puis... elle ne réfléchissait pas à la nécessité de calmer le jeu, plutôt que de souffler sur les braises, inconsciente du danger.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Jeu 10 Avr - 19:11

Se faire parler ainsi, par une femme sur qui il savait avoir l'avantage physique... Pour lui l'insulte résonnait encore, et il avait du mal à passer dessus. Qui était-elle pour le juger ainsi? Il avait beau ne pas connaître autant de chose qu'elle sur ce plan la, il n'en restait pas moins déçu qu'elle le prenne de haut, comme si le fait de ne pas savoir était mal, et en plus elle lui reprochait d'être insultant! Il soupira doucement, ne sachant plus comment agir. Oui, il l'aimait bien, mais si une amitié devait se bâtir sur ce genre de relation... il n'en voulait pas. Il voulait simplement une relation bâtit sur l’apprentissage de l'autre, ou il découvrirait ce qu'il ne savait pas, il voulait pouvoir apprendre à cette femme ce qu'il savait. Il sourit maigrement pour lui même, cette dispute lui rappelait trop bien celles que ses parents avaient, sauf que la il s'agissait d'une amie qui parlait sans savoir.

Puis à un moment donné, elle se mit à dire qu'il lui était facile de se retenir quand mademoiselle faisait régime. Quand le dernier mot sonna à son oreille, il ne put se retenir plus longtemps. La commissure de ses lèvres s'étira, essayant tout de même de se contenir le plus possible, puis finalement il éclata d'un rire joyeux, franc. Elle... elle pensait vraiment que c'était aussi facile que ça? Qu'il suffisait de détourner le regard quand la bête qui sommeillait en lui se réveillait? Il la regarda, avec un large sourire, un peu comme si cette boutade avait éteint les braises de sa hargne.

-Tu penses vraiment que c'est aussi facile? Tu penses que quand mon instinct me pousse, hurle comme une légion d'un millier d'homme... tu pense que je peux juste détourner la tête et me permettre le luxe de ne pas écouté?


Il soupira doucement, comment es-ce que quelqu'un pouvait penser ça? Son instinct était ce qui lui dictait sa ligne d'action, il était trop proche de son ours pour se permettre de ne pas lui céder sa place quand la saison arrivait, alors juste penser qu'essayer de lui dire '' non.... il ne faut pas'' c’était juste impensable. Il leva les yeux au plafond pendant une seconde, seconde qui lui semblait suspendu dans les airs assez longtemps pour penser. Comment essayer de lui expliquer tous ça, sans l'insulter et avec tout le barda de précaution qu'il fallait pour éviter que mademoiselle ne soit trop choquée? Quand les mots se furent tous posés, qu'il savait comme lui parler, il la regarda avec un petit sourire, se souvenant encore de ce qu'elle avait dit.

-Écoute... mon totem est bien trop puissant pour que je sois capable de lui résister, et encore plus quand la saison arrive. En temps normal, je suis capable de lui dire non. Sauf que quand la saison des amours arrive, je ne suis plus capable de le retenir. C'est comme pour un homme accroc à des drogues durs, quoi que lui a la chance de pouvoir s'en départir...

Es-ce que c'était suffisant pour qu'elle puisse comprendre? Sûrement pas... il faudrait qu'elle soit dans sa peau pour ressentir ce qu'il ressentait, ces pulsions et ce désir... Il soupira de nouveau pour lui même, se demandant comment lui faire comprendre. Il allait lui proposer de sortir, d'aller lui montrer son ours pendant une partie de chasse, mais il se souvint au dernier moment qu'elle semblait avoir une certaine aversion pour le sang, alors si elle le voyait boulotter un crocodile... Sûrement qu'elle rendrait le plat qu'elle avait mangé la veille. Il pensa, se demandant si... oui... et si il ne faisait que lui montrer son ours? Il le contrôlait encore assez pour qu'il ne se jette pas sur elle pour goûter à sa viande, et comme ça peut être qu'elle comprendrait ce que c'est qu'être en présence de son totem. Et puis, même si elle ne serait pas dans sa peau, au moins elle pourrait le voir agir, au moins elle saurait ce qu'il était au fond de lui même. Il l'observa avec ce petit sourire en coin, celui qu'on les gens qui pense avant d'agir.

-Erin... que dirais-tu d'aller dans la forêt? Ce n'est très loin, je voudrais te montrer mon totem, que tu sache comme agir si jamais... si jamais quelque chose doit dégénérer.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Le Brunch c'est cool   Lun 14 Avr - 11:17

Erin pensait qu’après sa dernière tirade, les dés étaient jetés, et qu’il adviendrait sans doute quelques paroles voire quelques actes violents. Elle n’avait pas réfléchi avant de parler, car cela lui tenait à cœur de tout balancer à Nathaniel, sur sa façon de penser. Mais après coup, elle avait réalisé qu’il pourrait très bien le prendre extrêmement mal, et qu’elle pourrait le regretter amèrement.

Cependant, ce ne fut pas le petit sourire qui la rassura sur l’issue de cette discussion, car elle pensa d’abord qu’il allait afficher un rictus diabolique pour ensuite se transformer en énorme bête et la dévorer sur place. Au lieu de cela, son rire étonnamment joyeux résonna à ses oreilles et elle ne sut comment le prendre. Il riait jaune ? Il se moquait ? Ou elle avait dit quelque chose de drôle ? Interdite une seconde, Erin put se rassurer en observant les yeux du Métamorphe, qui semblaient bien moins haineux qu’une seconde auparavant.

Elle comprit le fossé qui les séparait encore. Peut-être son esprit à elle n’était-il pas fait pour percevoir la puissance que pouvait représenter ce « totem » ? Elle peinait à concevoir qu’on puisse avoir deux personnes à l’intérieur d’un seul corps, alors pensez, une personne + un animal… ! C’était encore un peu trop pour elle. Mais le ton plus calme et moins furieux lui permit de ne pas envenimer la situation, Erin écouta attentivement, convaincue qu’il aurait pu de nouveau s’énerver et qu’il avait fait le choix de la pédagogie. N’était-ce pas une belle preuve d’amitié et de maîtrise de soi ?

« Je vois… » Murmura-t-elle, presque pour elle-même. En réalité c’était encore flou, mais elle pensait Nathaniel sincère quand il lui avouait qu’il était incapable de résister à son Ours pendant la Saison des Amours. C’était un concept qui la dépassait, mais elle commençait à l’appréhender. Ce serait encore un peu dur à accepter. Peut-on tout expliquer par l’instinct de l’animal ? Auquel cas, tous les Métamorphes pouvaient cacher les pires crimes derrière leur Totem, en toute impunité ?

Erin se sentit plus détendue, la vexation froide qu’elle avait ressentie était en train de s’apaiser, et elle avait presque réussi à avaler le « jeune insolente ». La franchise calme du Changeling l’aidait à elle aussi retrouver le chemin de la discussion plutôt que de l’opposition –où elle aurait bien sûr perdu, à ce petit jeu.-

Il semblait pensif, mais elle ne le coupa pas, sentant qu’il avait besoin de poser plus calmement ses pensées pour trouver les mots précis et lui expliquer assez clairement pour qu’elle comprenne. Puis, enfin, il lui proposa une balade en forêt. Elle leva les sourcils, étonnée, se demandant même où était le piège. Pourquoi en forêt ? C’était une feinte pour se débarrasser d’elle ? Non, la Rouquine savait qu’elle l’avait mis en colère, mais elle était convaincue qu’on ne revient pas sur une promesse. Et il avait juré de ne lui faire aucun mal.

« Tu veux te transformer devant moi ? » Répéta-t-elle, comme s’il s’agissait d’un acte terriblement intime, mais elle se rappela rapidement que Nathaniel n’était pas un Chinchilla mais un Ours. Elle avala sa salive, respira posément. Son premier réflexe avait été de dire un grand « oui » sans hésiter, parce qu’elle mourrait d’envie de voir comment ça se passait, mais après le coup de sang qu’il avait eu peu de temps avant, elle était indécise.

« Hé bien… Oui mais… » Elle releva les yeux pour planter son regard noisette dans le sien. Elle avait besoin qu’il réitère sa promesse… « … Si je vais quelque chose qui énerve ton euh ‘totem’, est-ce que tu seras capable de le retenir de m’attaquer ? » Erin était très sérieuse, son visage n’exprimait pas la crainte, mais une certaine solennité. Elle devait être sûre que l’approche de cette ‘saison des amours’ n’allait pas la mettre en danger.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
 

Le Brunch c'est cool

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║La rue principale║ :: Trick O’Clink-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit