AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Ave Maria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mary Bowes
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Bibliothécaire / Leader du TPH
Age apparent: La grosse trentaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Ave Maria   Lun 11 Nov - 21:15

Le Père Antoine l'avait entendue en confession la veille, car elle venait de recevoir une invitation afin de participer, dans deux jours, à la soirée d'Halloween, l'inauguration du Sophie Anne Palace, et la perspective de s'y rendre l'ennuyait. Son emploi, sa couverture, était assez banale pour qu'elle n'ait pas à se montrer dans ce genre de soirées, où tout était vice, tout était tentation. L'alcool, la proximité avec les Outres, la musique à outrance, le lieu même, un Palace... cela faisait trop luxeux, elle n'appréciait pas toutes ces dorures, car le Seigneur était né sans le sous et avait vécu ainsi, comme ils devaient tous le faire, à son exemple.

Cette fois, dans le confessionnal, Mary s'épenchait sur les affres de la musique, qui incitait les gens à danser, se dandiner de façon impudique, à se rapprocher... Elle peinait à garder son calme, et le Père Antoine trouva les mots pour qu'elle se reprenne. Pour demander le Pardon de s'être emportée à tord, Mary remercia le Père Antoire et le quitta, reprenant sa marche silencieuse dans les allées de la Cathédrale où, à cette heure matinale, il y avait peu de fidèles.

Elle s'agenouilla sur le prie-dieu, joignit les mains, et s'abandonna dans une prière. Une prière convaincue, sur son visage serein, rien n'était plus contracté. Lorsqu'elle communiait, Mary retrouvait la certitude et savait que son action, bientôt, porterait ses fruits. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, perturbée par des pas sur le marbre, Mary avait pourtant le coeur léger.

Croyant reconnaître le pas du Père Antoine, la Leader du TPH se redressa et se releva pour aller à sa rencontre. Elle fut cependant étonnée... ce n'était pas du tout le Religieux qui se baladait dans les allées, et désormais, Mary se trouvait face à cette personne. Confuse, et ayant conscience qu'elle semblait réellement venir vers la nouvelle arrivante, comme pour lui parler, la Bibliothécaire dû se résoudre à communiquer... rester muette aurait été impoli et, qui plus est, vraiment très étrange.

" Pardonnez-moi, je vous ai dérangée dans votre prière ?" C'était la seule chose qui lui était venue à l'esprit. Et c'était évident que, non, cette femme n'était pas en pleine prière... Mais il était trop tard pour se rattraper désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Ave Maria   Mer 13 Nov - 9:30

Ha ! La cathédrale Saint Louis. Magnifique joyau de l’architecture, comme la plupart de ses homologues en Europe. J’ai beaucoup de chance de vivre dans ce quartier. Ma mère m’a tellement parlait des différents bâtiments religieux de Rome que j’ai l’impression de les connaitre par cœur, mais Saint Louis est différente. De loin, elle ressemble à un château princesse, c’est ce que je me disais quand j’étais enfant. Mais une fois à l’intérieur, on reconnait tout de suite l’appartenance de ce lieu.

Je ne suis pas ce qu’on pourrait appeler une fervente grenouille de bénitier, ni même une bonne chrétienne. Oui j’ai suivie le catéchisme comme ma mère le voulait, je suis baptisé et j’ai même fait mes deux communions, bien que  les croyances Navajos de mon père m’aient toujours plus attirés. Elles sont en lien avec mon état d’Homme-Brave et me correspondent mieux. Mais si aujourd’hui, je franchie le seuil de Saint-Louis-roi-de-France, habillé comme une européenne ce n’est pas pour faire du tourisme. Je dis comme une Européenne, mais je n’arrive pas a me débarrasser de la manie que j’ai de mettre des perles bleu sur moi, je porte une parure composée d’un bracelet et d’un collier du même bleu fascinant de mes yeux.

Aujourd’hui est un jour particulier, c’est l’anniversaire du jour où mon père est partie avec ma mère à Rome, pour qu’elle puisse mourir dans son pays natal. Et comme chaque années, je vais allumer deux cierges, un pour la paix de son âme et un pour que mon père me revienne un jour. Même s’il y a de fortes chances qu’il se soit laissé mourir avec maman. Il avait déjà beaucoup vécue quand ils se sont rencontrés et je sais qu’il pensait avoir eu une bonne vie.

A cette heure matinale et avec l’hiver qui approche, le lieu de culte est quasiment désert, ce qui n’est pas pour me déplaire.  Beaucoup de gens  savent que je suis un Homme-Brave, je suis connue comme étant la patronne du Trick O’Clink et mon physique trahit mes origines amérindiennes, autant dire que je suis rarement la bienvenue dans ce genre d’endroits. J’ai froid au visage. La faute à l’eau dans le bénitier à l’entrée avec laquelle j’ai tracé une croix sur mon front. Je marche à pas légers pour ne pas déranger les fidèles.

Soudain, alors que j’avais avancé dans la Nef centrale pour m’approcher du chœur et que j’allais prendre place sur un banc pour me recueillir, une femme se lève et vient droit sur moi. Un sentiment monte en moi, une sensation bestiale de mal aise et de méfiance. Si elle sait qui je suis ou ce que je suis, j’espère au moins qu’elle ne fera pas un esclandre ici pour me faire sortir et qu’elle me laissera allumer les cierges pour mes parents.

- Ne vous excusez pas, vous ne m’avez pas dérangé. Est-ce qu’elle ne veut pas plutôt dire que c’est moi qui l’ai déranger dans ses prières ?

- Je vais me mettre plus loin afin de vous laissez en paix. C’est vrai que je ne l’avais pas vue car elle était sur le prie-Dieu et non sur le banc.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Mary Bowes
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Bibliothécaire / Leader du TPH
Age apparent: La grosse trentaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Ave Maria   Ven 20 Déc - 21:15

Mary resta un instant silencieuse, laissant le temps à son interlocutrice de lui répondre... Temps suffisant pour l'identifier. Oui. Ce physique était connu, mais ce n'était en rien les origines primitives de cette femme. Non. C'était bien au delà de ses parents ou de ses ancètres. Son âme n'était pas celle d'un Humain. Elle ne fréquentait pas les bars, dut se retenir de se signer à cette pensée, Dieu l'en garde, mais elle savait qui étaient les Outres médiatisés, ou du moins influents dans la ville. Et être la patronne d'un pub était suffisant pour être fiché dans les registres du TPH.

Comment se tromper de faciès, lorsque l'on porte de tels yeux ? Inhumains. C'était évident. Le visage de Mary se ferma, son seul oeil visible devint dur. Une créature du Diable dans la Maison de Dieu. C'était une offense, une injure impardonnable. Quel dommage que ce sol sacré ne brûle pas les pas de tels monstres. La Bibliothécaire resta droite une seconde, dans sa robe noire d'un tissus épais, loin des frivolités modernes.

"Me laisser en paix..." Répéta alors Mary, dans un murmure, car rien ne devait briser le silence religieux de ce temple. La laisser en paix ? Oh... si seulement. Si seulement tous ceux de sa race pouvaient la laisser en paix...

Une seconde plus tard, le visage de Mary se détendait, elle eut même un sourire. Sous ce Toit, elle ne devait pas se montrer incorrecte. Ici comme dehors, d'ailleurs. Elle devait être sobriété et raison. Savoir se contenir et se montrer aimable. La Numéro Un du THP eut un geste pour laisser le passage à la jeune femme, l'invitant à s'installer.

"Il est étrange de voir des Fidèles à une heure si matinale." D'autant plus lorsque l'on tient un pub ouvert jusque tard dans la nuit. Elle ne devait pas avoir beaucoup dormi... Et que venait faire une créature de Satan dans cet asile béni ? Mary se permit de s'installer à ses côtés, gardant un timbre de voix très bas, pour ne déranger personne. "Me permettez-vous de vous accompagner dans votre prière ?" Demanda-t-elle, joignant les mains.

L'avoir qualifié de "fidèle" restait une insulte sur sa langue, qu'il lui faudrait laver. Au loin, elle vit marcher le Père Antoine, et un signe de tête de sa part la rassura. Il avait sans doute quelques informations à lui fournir sur cette... monstruosité.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Ave Maria   Mer 8 Jan - 22:24

L’espace d’un instant, le visage borgne de la femme se ferme, et revoilà le sentiment de mal-être me reprendre, puis elle se détente et me sourie. D’un geste elle m’invite à continuer ma route. Je m’avance jusqu’à l’hôtel et me signe avant de prendre place sur un banc de façon à être en face de la représentation du Christ sur sa croix.

« J’aime la vision de la Cathédrale le matin, quand les premiers rayons du soleil font briller ses mur comme bénis par le regard du Seigneur. » J’en fais surement trop quand je parle du regard du seigneur, pour ne pas dire que je préfère être seule quand je viens prier pour l’âme de ma mère et éviter que des cul bénis facent un scandale, troublant la tranquillité de ce lieu ; mais je suis plus que sincère quand je dis aimer l’image de l’édifice aux premières lumières.

Elle semble vouloir se mettre a côté de moi, je n’aime pas ça. L’église est grande, pourquoi diable vouloir se coller et prendre le risque d’âtre déranger dans ses prières ? Mais maman n’aurait pas voulut que je sois suspicieuse dans ce lieu de recueillement. « Je vous en pris, accompagnez moi. » Je prends mon sourire le plus polis avant de fixer mon regard sur l’idole et de me mettre à réciter :

« Pater noster,
qui es in caelis
sanctificetur nomen tuum,
Adveniat regnum tuum,
Fiat voluntas tua,
sicut in coelo et in terra.

Da nobis hodie;
Panem nostrum quotidianum:
dimitte nobis debita nostra,
sicut et nos dimittimus,
qui pugnet pro nobis,
et ne nos inducas in tentationem;
sed libera nos a malo.

Quia tuum est
virtus et gloria ab imperatore,
per omnia saecula saeculorum.

Amen »


Voila ce que c’est d’avoir une mère italienne pieuse, elle a tenue a ce que je sache ses prières en latin, la seule langue qu’elle pouvais accepter dans une église et c’est pour lui rendre hommage que je chuchote a demis mot ces paroles en cette matinée glacial. Ma prononciation ne souffre d’aucunes fautes, grâce à mes études de langues. Je ne suis pas trilingues pour rien, il faut bien que sa me serve à quelque chose d’avoir un italien parfait, autre que d’engueuler mon mari quand il lance ses poils sur le canapé. Je pensais vraiment ne croiser que le père Antoine à cette heure-ci. Celui-ci devait d’ailleurs s’attendre à ma venue, je suis une fidèle de ce rendez-vous annuel, qui est devenue comme un rituel pour moi. Il m’arrive de venir plusieurs fois dans l’année, quand je vais allumer un cierge pour mon mari où qu’il me traine de force à la messe.

Alors que je fini ma prière je me recueille. Dieu si tu existes, je suis certaine que ma mère est à tes côtés, elle qui n’a fait que le bien sur terre. Médecin là où personne ne voulait soigner les gens, elle doit être un ange à l’heure qu’il est.

Je me signe à nouveau et me lève en tentant de ne pas déranger ma voisine. Je vais allumer deux cierges et me recueille encore. Cette fois, je prie pour le retour de mon père sans trop y croire, plus par habitude qu’autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Mary Bowes
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Bibliothécaire / Leader du TPH
Age apparent: La grosse trentaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Ave Maria   Jeu 9 Jan - 21:20

Mary écouta attentivement le Pater Noster de cette Créature, parfaitement récitée, sans accro, sans faute. On apprend aux chiens à faire des tours savant, les Outres pouvaient parfaitement savoir imiter les Humains dans ce qu'ils ont de meilleurs, la Foi. Les yeux fermés, le Leader du TPH adressa sa prière en silence, prenant sur elle, sachant combien il était important qu'elle ait une grande force d'âme dans sa Mission Divine, pour se montrer patiente, assidue, quoi qu'il lui en coûte...

Lorsque la jeune femme se redressa et alla déposer deux cierges, Mary remercia à nouveau le Seigneur sans un mot, et observa du coin de son œil valide l'Outre. Deux cierges. la Bibliothécaire se leva à son tour, adressa un nouveau signe de tête au Père Antoine, et rejoignit sa comparse de prière. Lorsqu'elle eut terminer de se recueillir, Mary se permit de nouveau de lui adresser la parole d'une voix basse.

" Vous avez perdu deux êtres chers, n'est-ce pas ? "

Interrogea-t-elle, le visage compatissant. La Douleur avait été donnée aux Outres pour qu'ils se confondent avec les Hommes, pour mieux les tromper et les asservir. Elle était cependant consciente de la souffrance, était loin d'être insensible à cela. Dans un geste machinal, elle caressait les perles de son chapelet, autour de son cou, chaque perle et chaque mouvement... pour l'aider à se montrer patiente, à faire preuve d'empathie. Et elle y parvenait à merveille.

" Je compatis à votre douleur. "

Le timbre de Mary était bas, solennel mais compréhensif. Elle se laissa une minute aller à contempler la flamme d'un des cierges qui brûlait lentement, la cire qui s'écoulait sempiternellement, et l'odeur qu'elle dégageait lui était si familière et agréable, qu'elle l'apaisait.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Ave Maria   Jeu 9 Jan - 21:48

Je sursaute. Tellement absorbée par ma méditation je ne l’ai pas senti s’approcher de moi. Il faut dire que je ne m’attendais pas non plus à la voir à nouveau à côté de moi. Ma parole, on dirait une sensu du Bayou, quand on croit s’en être débarrassé on se rend compte le soir en se déshabillant qu’il y en a encore une dans le dos qu’on n’avait pas vue. Question personnelle, mais je ne vais pas m’en offusquer, j’ai déjà entendu bien pire dans ce lieu.

« Oui, ma mère était sur le déclin lorsqu’elle a demandé à mon père de la conduire à Rome pour qu’elle puisse voir sa ville natale avant de retourner auprès du créateur. Sa mort a tué mon père. » Je ne peux que supposer de ce dernier point, mais il est plus que vraisemblable. Qu’elle étrange façon de montrer qu’elle veut continuer à converser. Un peut trop insistant à mon gout au vue de mon état d’esprit.  Surtout que je n’ai dormis que quelques heures afin de venir si tôt.

« Je vous remercie. » Comme c’est aimable a elle de me présenter des condoléances. Très peut d’humains qui viennent dans cette église l’on fait avant elle. Ils étaient bien trop heureux de me tourmenter et tentèrent de me pousser à bout, jusqu’à la transformation, pour me faire interdire l’entrée de ce lieu saint. En plus de cela, elle a l’air sincère au ton de sa voix. Puisqu’elle semble vraiment vouloir discuter, autant lui faire ce plaisir, ne serait-ce que pour la remercier de son empathie.

« Et vous. Pour quoi votre présence en cette heure si matinale et éloigner des premiers offices ? »
Je parle bas, comme elle m’y entraine depuis tout à l’heure. En même temps, je n’ai jamais parlé ne serait-ce qu’a voix haute, ici. Je n’aime pas le son de ma voix résonnante sur les immenses murs.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Mary Bowes
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Bibliothécaire / Leader du TPH
Age apparent: La grosse trentaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Ave Maria   Mar 25 Fév - 18:06

Mary écouta attentivement. Chaque parole, chaque mot était une information supplémentaire. Quelle ironie... comme si Dieu avait pu rappeler deux êtres ayant engendré ce monstre. Mais d'aucune façon la Bibliothécaire ne se prononça, elle se contenta d'acquiescer dans un silence solennel. L'oeil valide de la femme était presque clos, fixant désormais le sol, témoignant de sa compassion... Il était tellement malin de la part du Démon de faire croire à ces êtres diaboliques qu'ils étaient issus d'un père et d'une mère, d'homme et de femme, de sang et de chair. De les avoir façonné du même miracle que la vie donnée par Dieu. De leur insuffler la douleur, la peine, la joie.

Au fond d'elle, Mary ne pouvait en aucune façon se sentir concernée et triste de la mort de ces deux personnes immondes, de partager la peine de cette engeance ignoble.

Mais au dehors, la parfaite maîtrise, une vie entière de masque... Le Leader du TPH releva la tête après un moment approprié, et alla jusqu'à poser une main pleine de chaleur sur le bras de l'affreuse créature.

"Ne me remerciez pas. C'est ce que tous nous devrions faire lorsque l'on est face à la souffrance d'autrui." Elle observa une seconde le visage de cette femme. "Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimé." Appuya-t-elle ses paroles, alors que résonnaient alors les cloches de l'église ; il était sept heures. Déjà une heure qu'elle était dans la Cathédrale... Elle ne devait plus traîner. Mais Mary tenait à répondre à la jeune femme aux yeux si caractéristiques.

"Je suis venue assister aux Laudes. Chaque jour." Elle eut un sourire. Un sourire à la fois étrange pour cette austère femme en noir, au bandeau en cache-oeil, et terriblement naturel. Sa journée commençait par les Laudes. Elle finissait par les Compliers. Toujours. Et lorsque les Laudes étaient passées, elle allait se confesser au Père Antoine. Mary relâcha le bras de la Pécheresse.

"Pardonnez-moi, je dois vous quitter. Mon travail n'attend pas." Elle la salua légèrement, ramena sur son cou son imperméable sombre et fit demi-tour. "Oh." Elle se retourna, croisa le regard du Père Antoine qui n'appréciait pas qu'elle ait ainsi légèrement élevé le ton. "Venez me rendre visite à la Bibliothèque si vous le souhaitez." Invita Mary d'un chuchotement.

Cette fois, elle quitta la Cathédrale. Une fois dans la rue, elle continua à pied, malgré le froid, et sortit de son sac à main un téléphone portable. Pourtant, malgré deux appels, personne ne décrocha... Mais où était encore passé Jim ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Ave Maria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║Le vieux carré Français║ :: La Cathédrale Saint Louis-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit