AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Gun clink in Trick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Patrick Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Adjoint au Maire/Patron du pub
Age apparent: 28
Dangerosité:
16/30  (16/30)

MessageSujet: Gun clink in Trick    Mer 30 Oct - 20:09

Encore une soirée embrumée au pub. Le bar était plein.
De jeunes adolescents tout juste majeurs venus s’encanailler, une cougar, des travailleurs de fin de nuit, des policiers en fin de service, et un bel éventail de la population de la Nouvelle-Orléans

Whisky, bières, et liqueurs ont tous été servis.
j'avais passé quelques heures sur le pont. Un t-shirt prune stylisé au col en v et un jean, les tatouages apparents les yeux verts qui filent de clients en clients. Le mot pour rire, la discussion engagée, le chant dans le coeur et la concentration dans ses tâches. Laver un verre, saluer une connaissance, servir une pinte, descendre un shot de whisky avec un habitué, remonter une caisse de la réserve,rien n’est laissé au hasard.

La journée avait été mauvaise pour moi. Une de ces journées où on regrette de s’être levé. Le Maire avait été insupportable, le café infect, et les réunions avec le conseil pour l’attribution des chantiers, un vrai fiasco.

Et ce soir, je grognais, rôdant dans son bar à la recherche de quelque chose pour me défouler. Je sers les clients mais je me retrouve à frôler inconsciemment le fusil à pompe et les armes contondantes (les deux sticks et la batte Cold Steel) dissimulés sous le comptoir, en regardant ce groupe qui rit à gorges déployées.

J'avais tout essayé, de jouer de la fléchette et du bodhran pour me calmer mais en vain. J'avais même entonné quelques airs avec des irlandais présents là ce soir. Chantant d’une voix lourdes les affres de l’Irlande j'y ai entrevu le pays de mes racines évoqué à travers les paroles de ces Chants centenaires…


Et ce troupeau de chiens avait osé rire et se moquer.

Or ce soir, il en fallait peu pour m'échauffer!
Mais je suis est Adjoint au Maire, et même en tant que patron du pub je ne peux me permettre d’écart du type de ceux auxquels je pense, incluant sang et os brisés. Rien que la pensées me fait frissoner de plaisir.
Je ne peux les mettre dehors ni ne les brutaliser sans raison.
Cela dit une faute ça se provoque…

Cette meute de chacals galeux est composé de cinq hommes. Leurs tenues sont aisées et ils doivent donc on ne peut mieux gagner leur vie. Rien de trop class, sweat-shirts, blousons,...mais c’est la qualité et les marques qui ont attiré mon oeil. Ces habits, et les bijoux. Ces hommes sont trop riches pour leur âge. Et trop jeunes pour être des cadres avec un tel salaire.
Alors ce soir je les sers, et j'en rajoute, offrant tournées sur tournées, l’alcool fera son effet et ils finiront par faire une erreur de trop. Une de plus que celle de tenter de tripoter l’une des barmaid qui ont toutes assez de répondant pour les envoyer bouler.
  Ces pauvres types doivent être des dealers ou un truc du genre, petits voleurs de la basse pègre locale. Des chiots perdus d’une mafia quelconque ? Qui sait.

Merde.
Il est des choses qui ne trompent pas. Et le renflement sous la veste en fait partie. J'ai les babines qui se retroussent mais je me retiens. Que Alice ou les autres barmaids fassent un tel effet à un homme, je n’en doute pas un seul instant. D'ailleurs je me propose même de rappeler à l’un de ces abrutis le si sacro-saint “Tu ne convoiteras point la femme d’autrui” que rabâche le Père machin-chose à coup de serments tous les dimanches…

Mais là ce n’est pas ça dont il s’agit. Mais bien d’une arme. Je connais ce genre de moments, et le doute n'est pas permis.
Les instincts du chasseur se font tout à coup plus aiguisés, l’adrénaline ralentit le temps, et tel un fauve je calcule chacun de mes gestes. Un coup d’œil à Alice, au bar, aux clients. Repérant les détails anodins, je cherche du regard un membre des forces de l’ordre locales, ou un autre membre de la pègre. Je fais mine qu’un des hommes a renversé son verre "zut alors"et j'en profite pour identifier le risque. Magnum 357.
Je sourit, carnassier..

La fin de soirée promet d’être amusante...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3507-patrick-mewryan
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Ven 1 Nov - 12:12

Qu’est-ce qu’il peut être de mauvaise humeur mon loup. Quand il est sortie de son emploie d’adjoint au maire, et qu’il a passé la porte du pub, même pas un bisou. Je n’ai eu droit qu’à un grognement. La soirée promet d’être longue, et j’ai intérêt à garder un œil sur lui.  Je connais ce style de soirée, les soirées où il ne rêve que d’une chose : une embrouille, comme au pays. Le moindre faut pas d’un client pour le foutre dehors et l’envoyer non pas dans la rue mais à l’hôpital. Heureusement, même si cela le démange, il ne le fera pas, à cause de son statut en ville. Alors il fulmine jusqu’à ce que sa pète.

Malgré son humeur massacrante, il s’occupe bien des clients. Encore heureux, sinon je l’aurais envoyé gentiment ou pas, dans son bureau. Pour échapper à sa mauvaise humeur, j’ai déserté le bar et je joue les serveuses. Discute avec les habitués, boit un verre quand un nouveau client me l’offre et montre ostensiblement ma bague lorsque quelqu’un est un peut trop entreprenant et si ce n’est pas suffisant, je n’ai qu’à pointé du doigt l’homme au regard assassin derrière le comptoir pour calmer les ardeurs.

L’établissement est plein, quasiment toutes les nouvelles bouteilles ont été débouchées ce soir. Des nouveaux clients se mêlent aux habitués. Un groupe de jeunes que j’ai jamais vu, jouent aux grands en s’enfilant les liqueurs les plus chères du pub que Patrick l’air machinalement. Encore trop jeunes pour se rendre compte que se torcher jusqu’à oublié qui ont est sa fait pas de toi un homme.  Ils se moquent dans chants traditionnels, et se foutent de la gueule des musiciens.

*Eux ils vont pas finir la soirée ici.*


Surtout que Patrick à l’air de les avoir à l’œil. Je connais se regard, il a trouvé ses proies…" He l’indienne elle arrive ma bière ?" Je me tourne pour envoyer voir ailleurs s’il n’y a pas un grizzly celui qui a crié. Mais je me ravise. " Dave !"

Pour le coup j’oublie Patrick et sa mauvaise humeur, les gosses et les manières. Mon meilleur ami est là. Vingt ans qu’il m’apporte des tartes touts les dimanches pour me remercier de l’avoir sortie du Bayou quand il avait dix ans. Je le prends dans mes bras comme je l’ai toujours fais. Bon c’est vrai que maintenant il a trente ans et qu’il est bien plus grand et costaud que moi. Mais je suis un peut sa marraine, alors on s’en fiche si sa fait pas correct.  Je l’entraine vers le comptoir, pour le servir. Personne d’autre que moi ne sert Dave, les deux serveuses le savent. Il n’y a qu’avec lui que je peux faire une vraie pause tout en travaillant.

Je croise le regard de Patrick avant de passer derrière le bar. Et ses yeux me figent. Il n’a fait que repérer où je suis, avant de passer en revue toute la salle. Mais se regard me fait se fait se dresser les poils sur la nuque, car j’ai sentie le prédateur qui fini d’analyser la cadre avant de passer à l’attaque. Je ne sais pas se qui l’a mis dans cet état. J’inspire profondément pour me calmer, car je sens que mon corps veut se transformer.

*Je vais finir par prendre dix ans.*

Je sers Dave et l’entraine au fin fond du bar, loin de Patrick. Moi qui voulais discuter avec lui, je me rends compte que se ne sera peut être pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Patrick Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Adjoint au Maire/Patron du pub
Age apparent: 28
Dangerosité:
16/30  (16/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Dim 3 Nov - 1:53

Je suis d’humeur badine ce soir. Prêt à courir, jouer, sauter,...
Courir après ma proie, jouer avec elle pour la faire paniquer, sauter sur son dos, et la déchirer  de mes crocs.

Zut. Je me suis laissé aller à mon humeur et mon instinct a du transpirer dans mon regard.
Heureusement c’est l’un de ces instants ou un client éméché insiste trop avec Alice et d’un signe de main elle me montre. C’est son mouvement qui a attiré mon attention, juste à temps pour me ressaisir légèrement. J’en profite et fixe le type dans les yeux les bras posés sur le comptoir. C’est la peur dans ses yeux qui m’a fait réaliser à quel point je suis sur les dents ce soir. Sa thyroïde s’est mise à faire du yoyo et il baisse les yeux. Dommage…

Merveilleux et voilà le Dave national. Autant il me court sur le haricot parfois, autant là je le bénis. Il tombe à point nommé. Alice se tourne vers lui et m'oublies pour quelques temps, ce qui me permet d'en profiter.

M'aurait-elle repéré ? Je ne suis pas sur. C'est le risque à vivre avec quelqu'un, il finit par se calquer sur vous et connaître vos moindres gestes. Comme pour tout çapeut être un atout délicieux mais le pire des handicaps dans d'autres cas.
J'arrête de réflécir et je me concentre sur l'instant présent. Surtout que le  digne caïd du club des cinq a eu la bonne idée de prendre une cliente qui passait par là sur ses genous pour lui conter fleurette. Un homme du groupe dont elle venait s'approche pour se la jouer chevalier et je le rassoit d'un regard. Quand le petit chaperon rouge a des soucis c'est un boulot pour le grand méchant loup...

Je m'approche de leur table et fais un signe à la fille
"Tu peux y aller, ces messieurs vont te lâcher."
De surprise plus que par obéissance l'homme la lâche et elle part rejoindre ses amis.
"Messieurs, vos consommations non réglées vous sont offertes, et je vous enjoint de quitter le pub dès maintenant."
Ma voix et calme et sourde mais ne laisse aucune illusion. Et en voilà un qui se dresse le crane rasé et les yeux qui fulmine. Je vois même un bout de maillot qui dépasse sous son sweat. Quelle chance, j'ai eu,un hooligan de manchester, celui là au moins on sait pour quoi il est utile, et laissez moi vous ôter d'un doute c'est pas pour son intelligence.
Je soutiens son regard jusqu'à ce que son voisin de droite,plus sage et ayant observé la salle le prend par le bras et lui conseille de laisser tomber. Quelques insultes fusent et je me retiens de grogner, je cille même pas et les laisse débarrasser le plancher. Ils maugréent et se plaigne mais je les lâche pas et les suis jusqu'à la sortie.
Une fois dehors la cote passe en leur faveur à un contre  cinq. Du coup ils se sentent pousser des ailes et se sentent l'audace de mettre en action leur...testostérone, alors que moi, debout, j'attends impassible e les mains dans les poches qu'ils partent.

-"Regard'le il a une tête à supporter l'arsenal !"  Les holligans...
-"Ce type est une pédale !"
-"Laissez les gars..." Ah un type qui réfléchit, c'est même mieux que ce soit celui avec l'arme
-"Hein monsieur l'irlandais de Brooklyn ?! On aime faire le mignon ?" Lui il aurait pas du, je m'avance de quelques pas et je soutien son regard.
-"Et ça se permet de nous mettre dehors ?!"
-" Allez laisse jony on y  va"
-"Et si on lui refaisait le portrait pour voir ?! " Inconsciemment un des types viens se pla cxer sur mes 5h et un autre sur mes 8h
-"Tu aurais envie qu'on t'refasse ta jolie tête de mannequin à la tronçonneuse ?!"
-"Je crois qu'une bonne correction lui ferait pas de mal !"
-"Je crois que c'est ce que j'vais faire " dit ce dernier en me poussant de ses deux mains.
Je recule d'un pas pour absorber la poussée et, de ma main gauche, je le repousse d'un coup sec à l'aisselle.

-"Vous allez louper votre bus messieurs."
Et bien vous savez quoi ? Je sais deux choses qui me font sourire.
La première, je suis droitier, et la deuxième, ça va mal finir.


Dernière édition par Patrick Mewryan le Dim 22 Juin - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3507-patrick-mewryan
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Dim 3 Nov - 21:08

« Quoi de neuf Dave ? Tu as une nouvelle copine ? J’espère que celle-là n’est pas allergique aux poils. » Je le charie car la dernière, il l’a largué quand il a apprit qu’elle faisait partie du mouvement anti-Outres.

« Moques toi, je ne pouvais pas deviner moi qu’elle allait se jeter sur toi avec le couteau à sushi. » Ha oui, je me souviens de cette soirée. Dave voulez me présenter sa copine, quand je suis arrivée et que j’ai vue le plateau de poissons crues, je n’ai pas put m’empêcher de blaguer en disant que s’ils voulaient du poisson ils suffisaient qu’ils me le demandent, c’était la saison de reproduction des saumons. Quand elle a comprit que je suis pas tout à fait humaine elle s’est jetée sur moi le gros couteau à la main en hurlant « démon ! ». La suite et facile, le grizzli est sortie et une table a été brisée, et elle est partie en hurlant. Une plaie et des points de sutures plus tard, on ne l’a plus revue.

Trois mois plus tard, Dave et moi échangeons des banalités, comme deux personnes normales qui se connaissent depuis vingt ans. Je sais que même s’il dit le contraire, Patrick aussi l’aime bien, mais il reste un loup et l’alpha est très possessif lorsqu’il s’agit de sa femelle. Nous autres les grizzlis, nous sommes moins territoriaux au sujet du conjoint. Mais manque de bol pour mon maris, j’ai pris ce trait de caractère de ma mère et papa m’a toujours dit qu’il n’y a pas pire jalousie que celle d’une italienne. Heureusement, je ne suis pas hystérique non plus, sinon il y aurait des mort chaque soir où Patrick travail au pub.

Alors que je discute tranquillement avec Dave, l’une des serveuses vient me signaler que Patrick est entrain de mettre les cinq jeunes con dehors.  Je lève la tête et vois mon cher et tendre faussement impassible accompagner vers la sortie les fauteurs de troubles. Je me demande si je dois oui ou non les accompagner. Mais lorsque je crois vers un objet métallique brillant dépasser de la veste de celui en tête du groupe lorsqu’il bouscule un petit roux, je plante Dave et me dirige vers le bar d’un pas pressé. Je passe de l’autre côté et pose sur mes épaules le lourd manteau long qui me permet de cacher le fusil à pompe le long de mes jambes.

Doucement, je traverse la salle pour ne pas éveiller les soupesons des clients.  La chose est délicate, il ne faut pas que Patrick soit mêlé à une bagarre et qu’en plus l’un des cinq porte plient pour coup et blessure, car je le connais, c’est pas cinq gamin avec des révolvers qui vont inquiéter mon loup. Et vue son humeur il pourrait bien perdre le contrôle et se transformer devant eux. Là ce serait le pire, il peut dire adieu à sa carrière politique. Mais en même temps, si une petite bagarre peut le calmer,la soirée n’en sera que meilleure. Mais qu’est-ce que je raconte ? C’est le patron, pas un videur.

Sur le seuil de la porte, je tombe sur la scène exacte à laquelle je m’attendais. Mon maris au prise avec trois des cinq, un quatrième au sol se masse vigoureusement la mâchoire et le cinquième se prépare à sortir son flingue pour braquer Patrick, au risque de toucher l’un de ses copains. Je lève le bras, révélant le fusil à pompe. J’adore l’effet que sa fait, à chaque fois, je me crois dans un western. Et je braque le dernier. « On se calme ! Et toi, je ferais pas ça si j’étais toi. » Patrick donne un dernier coup, plus pour se défouler que pour se défendre ou faire mal. Celui à l’arme hésite. « Tant que tu ne sort pas se que tu as sous ta veste je ne peux pas tirer. Alors vas y, fait moi plaisir, sors ton flingue visage pâle. »

Oui c’est un peut exagérer, mais comme j’assume entièrement mes origines, j’en joue pas mal. Bon là j’avoue, je me la pète à mort, c’est l’effet fusil à pompe et manteau long sur les épaules. Bref, si lui ou un de ses potes joue au malin je tire au sol entre les jambes, juste pour prévenir. Je regarde mon mari et évalue l’étendue des dégâts pour savoir si je devrais le soigner après.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Patrick Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Adjoint au Maire/Patron du pub
Age apparent: 28
Dangerosité:
16/30  (16/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Jeu 21 Nov - 10:24

Je les regarde et je me rends compte que mes dents sont serrées, ma mâchoire crispée,  et mes lèvres légèrement retroussées. Il veut jouer au dominant mais ici je suis l'alpha.

La honte de s'être fait frapper, l'alcool et la colère. Je lis tout ça dans ses yeux et je jubile.
- Toi t'es mort ! vocifère-t-il en s'avançant sur moi. Et là c'est le drame.
Il envoie son poing droit,  je me baisse et l'esquive, et lui décoche, en me relevant,  un coup de tête puis un petit uppercut sous son bras droit.

Dès lors je n'ai plus droit à l'erreur.  Chaque mouvement doit me placer de façon à avoir en permanence un obstacle entre moi et l'homme au pistolet.
Enfin ! Ils se sont décidés.  Une bonne bagarre comme je les aime. 5 caïds des bacs à sable dans des corps d'adultes.

Je sors ma main droite de la poche, je me sers de l'élan et d'un pas chassé pour envoyer mon coude dans la tête du type sur mes 4h. Je ne vise ni le nez ni la gorge, malgré mon envie,  c'est plus marrant si il a une chance de revenir à la charge, que ça dure un peu...
Alors qu'il subit le choc je jette un oeil et vois les autres qui s'avancent alors que le plus sage porte la main à sa ceinture.
Je fais une clé de bras au malheureux et le place dans la trajectoire fâcheuse. Je pivote et je viens cueillir le courageux de mes 6h de mon pied gauche bien vertical dans son plexus solaire. Il valse et je suis tenté de me jeter dessus mais tous ne sont pas à terre.
Je passe sous le bras que je conservais prisonnier, le tordant par le même mouvement pour envoyer son propriétaire au tapis.

Je me retrouve face à deux adversaires sur lesquels j'avance pour couper la ligne de mire de celui qui se tient encore en retrait. Les coups pleuvent et je réussi péniblement à lever mes bras en garde pour me protéger.
En fait ce n'est pas pour me déplaire,  sentir la douleur et le goût ferreux dans ma bouche fait se sentir on ne peut plus vivant. Une bonne bagarre.

J'encaisse. Mais les deux me saisissent les bras pour m'exposer aux autres. Pas le temps de réfléchir je donne un coup de genou dans le ventre de celui de droite et je me dégage.
Je garde le bras gauche levé pour encaisser ce qu'il peut et j'amorce un coup de pied pour celui qui arrive en traître derrière moi. Mais je suis empêché par une absence pure et simple d'ennemis.  Les trois hommes se sont arrêtés, quelle idée, ils ont besoin d'encouragements.
-"Allez les filles, vous arrêtez pas là, le cours continue, que j'explique à vos mamans que vous êtes pas capable d'être de vrais hommes !" Ça devrait être pas trop mal là.  Mais non,  ils ne bougent pas.  Et avant d'en frapper un pour ponctuer la motivation,  je me rends compte que depuis tout à l'heure ils regardent derrière moi. Mais trop tard pour me taire. Alice se met à parler.

La bourde. Je lance un regard en arrière. Mère de Dieu elle vient arrêter une bagarre en mode shérif.
Elle est magnifique. Avec le manteau qui lui fait office de cape et le fusil à pompe semi-légal, on aurait dit Jeanne d'arc ou Marie Laveau avec ses ciseaux face aux propriétaires blancs. Mais elle vient tout bonnement de me voler ma proie ! Mon regard est plein de la colère de la bataille et de la frustration.
Aïe si elle s'est rendu compte que je suis sorti pour m'amuser,  je suis mal barré. Je défoule mon surplus émotionnel par un coup de pied dans l'appareil génital du premier combattant ce qui a le don d'exciter le groupe.  Et je m'avance vers elle, quelques écorchures et un ou deux bleus en devenir. Arrivé à son niveau je me retourne vers eux avec un regard carnassier.
-"Je ne vous ai rien cassé.  Alors vous ramassez vos amis et vous vous en allez sans revenir. En échange je n'appelle pas les amis policiers à l'intérieur. Ici c'est chez moi alors souvenez vous en,  ou la prochaine fois je vous laisse à ma femme."

Puis je la regarde avec mon manteau sur les épaules.
-"Il est vraiment trop grand pour toi"


Dernière édition par Patrick Mewryan le Dim 22 Juin - 16:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3507-patrick-mewryan
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Mer 27 Nov - 20:45

Mon loup est en colère contre moi. Je le voie dans son regard, je viens de lui prendre ses proies. Si je n’avais pas le fusil et si je n’étais pas sa femme, il me sauterait dessus crocs en avant vers la gorge. Oui c’est ça, cache ta frustration, mais c’est trop tard, je t’ai vue. Tu crois vraiment que je ne sais pas que tu as aidé ses mecs à se saouler pour provoquer une bagarre. Tout ça parce que tu as passé une mauvaise journée. Je t’ai laissé faire, tu t’es bien défouler, maintenant ça suffit.  Mais on en parlera plus tard. Mon regard et lourd de compréhension lorsqu’il fini une dernière fois de passer ses nerfs. Il s’avance pour se mettre à mes côtés, quelques écorchures et un ou deux bleus qui ne resterons pas longtemps.

Patrick lance une dernière phrase et je sourie. Il est fier de sa femme, autant que je suis fière de mon mari.
« - Juste assez grand pour cacher le fusil. »

Je lui sourie a lui, un sourire que je n’offre à personne d’autre. Puis mon visage se fait plus sérieux.
« - Pas la peine d’en parler maintenant. »

Je dissimule de nouveau l’arme sous le manteau et je jette un dernier regard à la bande de gas qui filent en jurant.
« - Aller ! On ferme dans deux heures. Après tu m’expliqueras qu’est-ce qui, dans ta super journée, t’as mis dans un tel état. »

Je me hisse sur la pointe des pieds et je l’embrasse rapidement. Puis je fille à l’intérieur en ignorant les réflexions qu’il pourrait me faire pour détourner mon attention, du style « On ne vole pas ma proie ! » bla bla bla….  Ah, je l’aime mon loup.

A l’intérieur, rien ne laisse transparaitre se qu’il vient de se passer. Seules les serveuses me regardent nerveuses. Je les rassure d’un sourire et passe de nouveau derrière le bar en évitant de me faire interpeler. Je range le fusil et m’enlève le manteau. Lorsque je me redresse, Dave est de l’autre côté du comptoir.
« - Tu t’es sauvée. »
« - Une envie de cigarette. »

Il me regarde accusateur.
« -Tu n’as jamais fumée. »

C’est pas faut ce qu’il dit, vite détourner la conversation, détourner la conversation :
« - je t’offre un Mojito ! »

Il est gentil Dave, il fait comme si il passait à autre chose lui aussi. Je sourie et lui sert un verre. Patrick rumine, je le connais. Je décide de faire quelque chose. Je monte sur le bar, chose rare.
« - Patrick ! Une chanson du pays ! »

Les clients reprennent avec moi le crie. Ah ces irlandais, quelle bande de nostalgique. Le loup du pub ne peut pas résister à l’appel de la meute. Il cède, et la bière coule à flot pendant qu’il se laisse aller à ces souvenirs. Et la soirée reprend son court. Les habitués chantent avec lui et versent même une larme, je chantonne quelques paroles, lorsque je reconnais un passage.

J'appréhende la conversation qu'on va avoir. Il a donné un coup de pouce au déclenchement d'une bagarre juste pour le plaisir de se calmer les nerfs. Et moi j'ai stopper son jeu. S'il y a bien une chose que j'ai apprise en fréquentant les deux loups de ma vie, c'est qu'on ne frustre pas un loup. C'est toujours lourd de conséquence. Et j'en subirais les conséquences, mais il faudra bien qu'il admet, qu'il n'est plus le loup d'avant. Maintenant il a choisit une carrière politique et en politique on ne peut pas être un bagarreur.

Ah, je l'aime mon loup.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Patrick Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Adjoint au Maire/Patron du pub
Age apparent: 28
Dangerosité:
16/30  (16/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Mer 11 Déc - 22:31

Je lis son ressentiment dans ses yeux et le fait qu'elle n'a aucune illusion sur ma conduite.
Quelle idée aussi de venir me voler mes proies ! Elle aurait pu rester avec Dave et me laisser régler ça.

Hélas j'ai bien peur que le fusil soit pour moi autant que pour eux. Je la connais ma belle, mine de rien elle s'affirme. Tout ça est injuste. C'est même pour ça que j'ai appuyé mon coup de pied.

En plus elle casse mon autorité devant les portes flingues de bas étages de la pègre locale.
Heureusement que je les ai dérouillé en bonne et due forme. Au moins ils auront matière à réfléchir.

Enfin bon, c'est ma femme et je l'ai bien choisie  me dis-je en souriant.

C'est vrai qu'il lui va trop grand ce manteau, mais elle est le plus joli des épouvantails que je connaisse et pour faire fuir les charognards comme ceux là, et bien, il y a pas mieux !
Et puis c'est vrai que ce fusil il vaut mieux pas qu'elle ne le montre trop. Il n'est pas 100% autorisé. J'ai envie de répondre, rétorquer, parler. Mais que dire de plus. Parler ne sert à rien. Les regards sont tout entre nous. Nous lisons dans les yeux l'un de l'autre et en ce moment j'ai droit à son regard qui me fixe et me transporte, il transmet tant...

Mais elle y met fin pour reprendre sa contenance de femme fière.
Elle range l'arme sous le manteau alors que les "caïds" ne demandent pas leur reste. Elle a même un petit mot attentionné pour moi. Moitié attentionné moitié menaçant et sans équivoque : Je vais parler.

L'espace d'un instant je l'imagine en tenue moulante noir SS : Nous avons les moyens de vous faire parler !..Et naît un de ces petits fantasmes...

Enfin bon, je tente de me ressaisir et je répond à son baiser avant de parler. Mais j'ai beau ouvrir la bouche cette espèce de chipie harpie a filé comme l'éclair. Et ma bouche ouverte ne sert qu'à gober les mouches. La traîtresse, elle me le paiera.

Je rentre à sa suite et j'essaie de donner le change. Les contusions me meurtrissent mais ce que je peux me sentir en vie ! Je souris au serveuses, l'hématome rassurant, la contusion décontractée. Quelques habitués ont des regards lourd mais aucun mot ne sort. Ils ont appris depuis longtemps à ne pas ouvrir la bouche dans ce cas.

Et la voilà qui range les affaires alors que Dave s'approche pour lui signaler son abandon.
Je ne sais qui a le plus de chance des deux. Elle car elle échappe grâce à lui à une petit discussion bien sentie. Ou lui sur qui j'aurais bien passé mes nerfs si elle n'avait pas été là.
Et elle, elle le sait.


Je nettoie un verre, ressers une pinte. Mais elle ne se démonte pas. Et là voilà debout sur le bar à hurler à la chanson. Cette inconsciente va juste se faire mal. Les autres débiles reprennent sa demande en coeur en plus. Pas un pour rattraper les autres.

Et merde. Je suis obligé. Il faut bien que je chante. Rhaaaaaaaaaaa je la déteste. Et je l'aime.
Ce coup ci c'est mort, je me suis fait avoir.

Alors je commence un verre de whisky à la main. Et je chante pour arracher l'Irlande des mémoires et la leur chanter.


Mon Irlande...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3507-patrick-mewryan
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Ven 20 Déc - 12:03

Ah, la voix de mon loup au clair de lune, voilà un son dont je ne me lasserais jamais. Non pas qu'il soit le chanteur à la voix d'or. Mais c'est mon loup, et lorsqu'il chante son Irlande natale, aucun autre son ne peut l’égaler. Voilà comment on détourne son attention.

Je dessans du bar avant de tomber toute seule comme une grand et de me faire mal. Lorsque le loup du Trick O'Clink chante son pays, la consommation de la tireuse double, et ça, même si l'on est proche de la fermeture. Je fini tranquillement mon chiffre de la soirée. Dave fini lui aussi par rentrer chez lui accompagné d'une jeune femme, en me promettant une tarte ce dimanche. Petit à petit les clients quittent le pub, les serveuses commencent à débarrasser et nettoyer les tables.

On a beau avoir un lave vaisselle, il reste certains verres que j'aime laver à la main. Une fois touts les verres rangés, les filles nous disent au revoir. Comme toujours Patrick leur propose de les raccompagner chez elles. Comme aucuns clients ne les a embêter ce soir, elles refusent, elles savent se défendre de toute façon. C'est pour ça qu'on les a choisi toutes les deux.

Et me voilà entrain de frotter le comptoir avec un chiffon à attendre que Patrick prenne la parole. Après tout, c'est lui qui est en pétard pas moi. Je sens son souffle sur ma nuque, il s'est approché de moi à pas de loup pour que je ne l’entende pas, mais je fais comme si je ne m'étais pas rendu compte qu'il est là. Ça va péter...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Patrick Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Adjoint au Maire/Patron du pub
Age apparent: 28
Dangerosité:
16/30  (16/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Mar 28 Jan - 0:37

Et j'ai chanté. Chants après chants, ballades après ballades, d'amour perdus en batailles, de chants de marins en histoires divines.

Entre deux chansons Dave part finir la soirée avec une nouvelle adepte de sushi ou autre exotisme qui sait. Je souris.

Je laisse filer le temps et l'occupe pour m’éclaircir l'esprit. Remuer tout se passé en chantant procure un sacré cocktail d'émotions toutes plus virulentes les unes que les autres.
Je range mes armes et vérifie chacune d'elle. Je les charge et les huile.
Ensuite je me met à la caisse pour compter les bénéfices de la soirée et fermer le tout à clé.

Ce temps dépensé me permet de trier mes sentiments et calmer ma colère. Elle est intervenue dans ma chasse ! Elle m'a volé quelques unes de mes proies et a tenté de passer sous le radar !
Elle a touché quelques mots aux habitués et aux filles mais malgré son intérêt sincère elle louvoie et laisse la tempête qu'elle sent arriver, faire long feu, du moins l'espère-t-elle sans doute.

Et la voilà, l'air de rien à nettoyer le zinc. Dos et nuque offerts alors qu'elle sent très exactement ma présence et qu'elle a sans doute très facilement décodé mon attitude. Et ça m'énerve...!

J'approche sans bruit après avoir calmé le tremblement de colère pour l'utiliser, mon sourire se fait carnassier  et inquiétant...
Ma main gauche vient attraper sa gorge alors que mon coude bloque son bras gauche et mon corps se plaque contre le sien.

-"C'était quoi tout à l'heure cette action de gloire ? Tu as voulu prouver quoi ?"


Dernière édition par Patrick Mewryan le Dim 22 Juin - 16:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3507-patrick-mewryan
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Mer 29 Jan - 9:43

Voila les représailles. Je me retrouve coincer contre le bar avec Patrick qui fait poids de son corps et me tien à la gorge. Le grizzly réagit aussi tôt un grognement menaçant s’échappe de ma gorge, mais je l’apaise. Ce n’est pas n’importe qui. C’est Patrick. C’est mon loup. Oui d’instinct, je n’aime pas être acculé, oui je suis un prédateur qui dépasse allégrement les deux mètres et être saisie par la gorge n’est pas mon passe temps favori. Mais je sais qui je laisse agir comme ça avec moi. Et je sais pour quoi je l’ai laissé me mettre dans cette position de soumission. C’est lui le loup, l’alpha, pas moi. C’est comme ça que ça se passe chez les loups, le mâle domine. Alors, oui ce n’est pas pareil chez les grizzlys, les femelles ne se soumettent pas aux mâles. De temps en temps nous nous battons pour la place de dominant. C’est normal après tout nous sommes les esclaves de nos pulsions animales. Et c’es pour ça que je peux me permettre du lui répondre après lui avoir laissé la place dominante.

« Je ne savais pas que notre couple avait pris cette voie SM mon loup. » Ma voix est à mie chemin entre l’allumeuse et l’ironie, mon sourire lui est doux. Vue nos tailles respectives il le voie. Malgré mes efforts, je ne peux résister à l’instinct de poser ma main sur la sienne à mon coup et de serrer de toutes mes forces pour le faire lâcher prise. Mais c’est peine perdue, lui aussi est un homme-brave nos forces sont équivalentes. S’en est presque excitant. Cette relation en constante opposition que nous entretenons. Deux prédateurs avec des fonctionnements de vie sociale si différente, en couple. Toujours se battant pour dominer l’autre, que ce soit sur notre place de meneur dans le couple ou lors de nos ébats sexuels. Je me sens fondre. Ah, mon loup.

Mais je me reprends. Si je me laisse aller maintenant, nous n’auront pas la discutions que nous devons avoir. Et puis si je lui résiste je ne ferais qu’attiser son envie de domination et ça n’en sera que plus savoureux.

« C’est moi qui est fait une action de gloire ? Ou toi qui t’es comporté comme le dernier des crétins ? » Je laisse ma question en supent. Après la voix langoureuse, je suis passée une voix bien plus sérieuse tout en gardant l’ironie.

« C’est pas plutôt toi qui a voulut prouver que tu est encore ce jeune loup qui peut déclencher une bagarre est en sortir sans aucunes conséquences ? » Mon loup, voies se que tu m’oblige à faire. Je dois te sermonner alors que je brule de désir. Et voila, à chaque fois qu’on s’affronte, je n’ai qu’une seule envie, me jeter sur lui pour le déshabillé et lui faire l’amour. C’est pas juste !

J’essaye à nouveau de me dégager.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Patrick Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Adjoint au Maire/Patron du pub
Age apparent: 28
Dangerosité:
16/30  (16/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Jeu 6 Fév - 22:59

Elle grogne, son corps se tend. Mes lèvres se retroussent dévoilant mes crocs.
Je serre ma prise fermement plaquant mon bras gauche sur elle,et elle sur moi...

Première réponse. Elle se fait lascive et provocatrice. Je souris, sardonique et enflammé.
Elle me provoque et je le sais. J'adore ce jeu de prédateurs. Je ne peux résister à mon instinct et reprendre le dessus ce soir, mais le jeu reste savoureux. Son comportement m'échauffe et sentir son corps contre le mien...

-"Deux prédateurs comme nous, tu ne t'attendais pas à ce genre d'évolution ?"
-"Non n'essaie pas de me faire croire ça, pas à moi."


J'ai murmuré ses mots à son oreille en en effleurant le lobe de mes lèvres. Et profitant de cette position, mon souffle brûlant parcourt la chair offerte de ce cou.

Je la vois sourire. Le jeu de dominant dominé, physique et verbal, nous entraîne. Nous nous y retrouvons toujours comme deux partenaires dans une danse sauvage, implacable et érotique.
Farouche elle agrippe ma main pour la retirer. Mauvaise idée quand je suis le dominant.
Ma main remonte aussitôt, et vient serrer sa  gorge sous sa mâchoire. Dans cette position sa tête se retrouve basculée vers l'arrière et son cou s'expose encore plus comme s'il appelait mes crocs. Je la sens déglutir péniblement alors qu'entre mes mains son corps se tend et frémi de désir. Ma langue vient, de sa pointe, parcourir méthodiquement le longueur de son cou pour accentuer son trouble.

Je sens ses muscles se contracter et elle pare la vague de désir d'une pique proportionnellement acide et ironique.
Moi ? Le dernier des crétins ? J'hausse un sourcil interrogateur et méprisant.
Elle m'a habitué à mieux, elle ne s'est pas encore totalement ressaisie, je pardonne dans une sourire et la laisse poursuivre en relâchant imperceptiblement ma prise sur sa gorge, mais en y enfonçant légèrement mes ongles.
Chaque parcelle de mon corps est maîtrisée, mes muscles jouent sur ma peau et mon corps est tendu prêt à réagir et ce feu ardent de désir enflamme mes sens.

ELLE VA TROP LOIN.

Un grondement sourd jaillit de ma gorge.

-"Je saIS TOUJOURS QUAND JE ME SORTIRAI sans heurt d'une bagarre !!!"
Elle me prend pour Sean ?! IL ne savait pas s'arrêter. IL ne savait pas anticiper les dégâts. Je me calme

-"Ces chiots ne comprennent que la loi du plus fort. Et c'est ce que j'étais en train de leur enseigner, leur place. Mais mon ourse a pointé son museau et a décidé de me voler ma proie..."

-" Alors je sévis."

Alors qu'elle tente de se détacher ma main droite vient plaquer son ventre, mon bras gauche passe sur son sein pour venir se loger au centre, mes ongles griffent sa gorge et mes crocs viennent racler son cou....


Dernière édition par Patrick Mewryan le Dim 22 Juin - 16:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3507-patrick-mewryan
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Mer 19 Fév - 21:08

Ra, l’enfoiré, il essaye de me faire fondre pour que j’oublie dans la passion le vrai sujet important. Mais je ne me laisserais pas faire. Je réprime le frisson qui suit le parcours de son souffle sur mon cou. Ah non ! Pas la langue ! HAaaa…. Il insiste le bougre, bien que se soit pénible, j’arrive à n’émettre aucun son.

Je ne me laisserais pas faire mon loup ! Et je te le fais bien comprendre regarde se que, malgré mon désir que tu réveille, je te balance ne pleine face. Je sais que je viens de toucher une corde sensible, et j’ai fais mouche. Quand le grondement sort de sa bouche je sais que la conversation va pouvoir continuer.

Je le laisse s’offusquer de la remarque, je le laisse m’exposer ses raisons, ses prétextes. Avant de passer à l’offensive.

Mais avant que je n’ouvre la bouche, il resserre sa prise sur moi. Plaqué ainsi contre lui, il ne me laisse que très peut de liberté de mouvement. Ses ongles sur ma gorge, ses dents dans mon cou…La chaleur remonte en moi comme un brasier renouvelé.

« Tu sévis ? Vraiment ? » Là sa va pas le faire. Je ne suis pas un ours de cirque qu’il dresse pour faire de l’équilibre sur un gros ballon en tutu rose ! Il s’y attend pas, ça non, puisqu’il s’est laissé emporter par son excitation ; et c’est pour ça qu’il réagit comme un homme lorsque mon coude libre s’enfonce violement et profondément dans ses côtes. Il libère sa prise, juste se qu’il me faut pour me dégager de son étreinte troublante.

Loin de ses bras ensorceleurs je reprends doucement mes esprits et me souviens enfin la vrais raison de mon sentiment de feu initial. Non ce n’est pas de la passion mais de l’inquiétude mêlée à de la colère.

« Ursus arctos horribilis ! » Je me place face à lui hors de porté du piège de ses bras. Et puis je suis pointeuse sur mon totem. C’est vrais est-ce que je le traite de berger allemand ou de coyote ?

« Te fous pas de moi Patrick ! N’essayes pas de me faire croire que tu voulais éduquer ces petits merdeux. » J’en étais sûre qu’il allait me sortir une excuse bidon, mais là, en voila un exemple de mauvaise fois flagrante.

« TU les as fais boire, TU les as poussé de hors, TU as déclenché cette bagarre, pour TE CALMER LES NERFS. » Je calme mon emportement. Il ne faudrait que j’explose avant lui. Mon loup, la seule personne qui peut me faire perdre le contrôle du grizzli. Je m’approche de lui doucement en guettant le moindre mouvement de ses bras, prête à les saisir et les serrer plus fort que ce qu’il ne peut le faire lui-même. D’une main douce je lui caresse la joue.

«Allez, je ne vais pas te faire la leçon. Tu n’es plus un louveteau et tu as choisi la voie de la politique. Ce n’est pas bon pour ton image de te battre tu le sais. Alors racontes moi ce qui t’es arrivé pour que tu en viennes là. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Patrick Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Adjoint au Maire/Patron du pub
Age apparent: 28
Dangerosité:
16/30  (16/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Dim 22 Juin - 18:54

Le ton. C’est ça qui aurait du m’alerter.

Son petit changement de ton si révélateur. La vie est pleine de  détails et ce sont des messages. Chaqucun de ces petits messages transmet une idée et ainsi on peut lire en quelqu’un. C’est ce que je fais, et je me trompe rarement. Je sais.

Mais cette fois ci la chasse a pris le dessus. Je ne referais pas cette erreur. Son coude s’enfonce dans mes coudes et m’arrache un râle.
Je la laisse s’éloigner et se retourner.

Elle s’est adossée au bar. Ses yeux reprennent leur contenance et se fixent sur moi. Ils me foudroient et viennent m’écorcher. Ils pellent soigneusement dans une indicible douleur et viennent apposer une marque au fer rouge sur mon âme.


Elle se redresse, tendue. Je sens la colère qui l’emmène dans un état second. Et la voici qui me hurle dessus.

*Ursus Arctos Horribilis, le Grizzly* La bête s’est éveillée et je la vois grizzly et femme, brave parmi les braves et tellement digne dans sa carapace.

Elle pourrait calmer les choses mais elle enfonce le clou. Elle en a saisi à peine mais pense tout savoir. Et elle est en colère au point qu’elle ouvre cruellement les hostilités.
Et c’est mes crocs qui prennent ! Je sens mes lèvres qui se retroussent. Mon expiration se fait sourde. Je serre les dents.
J’essaie malgré tout de répondre. Je respire profondément. Je ne vais pas la laisser s’enflammer.

-« Doucement.
Ils étaient odieux et grossiers, ils n’ont rien respecté. Je les ai averti poliment. Je leur ai offert leurs consommations et les ai calmement accompagnés dehors ! »


Mais elle ne m’écoute pas. Elle m’entend mais n’accepte pas mes mots. Je lui dis les choses mais elle fait comme si de rien n’était et ne réagit pas en fonction.
Elle va trop loin et ne s’en rend pas compte ou s’en moque.
Je bous et j'envoie valser un tabouret du pied.

-« Pour QUI Me prends-TU ?!
Un chiot qui attend bien gentiment que tu le siffles ?!
Un qui accepte gentiment que  tu le rembarres ?! Que tu veuilles bien lui donner un  os ?!
Je pensais que tu le savais, mais tu l’as oublié.
Je ne suis pas comme ça !

JE –NE –SUIS –PAS - SEAN !!!
Je ne déclenche pas de bagarre juste par jeu ou pour ma calmer les nerfs !
Je ne me laisse pas aller au goût du sang !

-Oui ils ont dépassé les limites avec une fille et je les ai sortis.
Oui ils se baladaient avec une arme au pub
Et Oui ils ont frappé en premier

Est-ce que j’ai hésité à répondre ?
Pas un instant !

Est-ce que j’y ai pris plaisir ?!
Oh oui !

Et est-ce que ça m’a calmé ?!
Bien sur ! »


Je vois rouge !
Je me calme ! Je dois me calmer !
Mais mes yeux se font froids et tristes l’espace d’un instant. Je ne sais si elle l’a vu…
Elle s’approche de moi et attrape l’un de mes poignets qui fuse presque tout seul. Ma main vient taper son poignet et tourner autour de sa main pour me désengager et bloquer le sien. Les rangers ont intégré mes réflexes.

-« Pourtant tu me la fais quand même.
Je suis curieusement sur qu’ils ne le diront à personne. Un groupe de petits truands armés et sans permis qui se font mettre dehors par un patron de pub irlandais. Je n’en connais aucun qui s’en vantera.
C’est un problème semi Méta. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3507-patrick-mewryan
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Mer 25 Juin - 20:24

«Pardon ? Et TOI alors, pour qui tu me prends ? Tu sévis ? Sérieusement ? Je suis quoi ? Un ours de cirque sur un ballon en tutu rose ? » C’est moi qui le prend pour un chien bien dresser ? Mais est-ce qu’au moins il s’est entendu parler plus tôt ? Je ne peux pas le rembarrer, mais lui peut me traiter comme sa propriété. Non ! C’est juste exclu. Malgré sa colère j’arrive encore à maîtriser la mienne. Il ne faut pas que le sujet dérive.

C’était la chose à le pas dire. Le sujet à ne pas aborder ; je ne sais pas où il en est lui, mais moi je suis loin, trop loin d’avoir fait mon deuil.

«NON CA C’EST SÛR , IL EST MORT !!!
TU CROIS QUE JE NE LE SAIS PAS ? »
Et merde ! Ma voix tremble et est pleine de reproches. Ils ne lui sont pas adresser mais c’est vers moi que je les tourne. Je pleure maintenant. Des larmes de rage coulent sur mes joues en torrent. La blessure et trop récente encore et je n’arrive pas à la refermer. Je pensais qu’il le savait, et qu’il ne l’utiliserait pas. Mais je me suis trompée, il est prêt à tout utiliser pour garder son estrade de dominant.

Il m’attrape le poignet et je me dégage violement pour lui tourner le dos et m’éloigner de quelques pas. Je ne veux pas qu’il voie à quel point il m’a blessé. D’abord dans ma fierté en me reprochant de le traiter exactement comme il me traite lui, et surtout pour rouvrir la blessure qui me ronge depuis des décennies. De vivre plus vieux que les humains à des désavantages, tels que l’on ne traite pas le deuil de la même manière qu’eux. Nous avons plus de temps pour pleurer nos morts et nous le prenons. Comme à chaque fois dans cette situation, je me cache derrière le grizzly. Mes yeux d’un bleu irréels s’entourent d’un anneau ocre.

Je me pose les doigts sur les yeux pour les débarrasser de mes larmes et inspire profondément. Je ne dois pas le laisser recommencer à parler, sinon je laisserais tomber et je ne dois pas. C’est pour son bien, pour sa carrière ! Je me tourne brusquement et le regarde avec toute la froideur dont est capable un prédateur.

«Tu as gagner. » Oui dans le jeu de « celui qui prend le dessus sur l’autre » c’est toi le vainqueur aujourd’hui, plus besoin de me blesser. Ma voix est plate, sans tonalité. Je me détache de la situation pour ne pas être blessée d’avantage. Il sait très bien qu’il ne s’agit pas du fait que les morveux portent plaintes ou pas, mais il continue à s’emmurer dans sa mauvaise fois.

«Tu ne veux pas me dire qu’est-ce qui t’as mis dans cet état, d’accord. Mais ne viens pas me dire que ce n’était pas intentionnel Loup. Je t’ai vue caresser tes armes tellement elles te démangeaient. Tu avais besoin de te défouler. Je t’ai vue Loup quand tu as pris ton service, tu grognais sur tous ceux qui voulaient t’approcher. J’ai vue, Patrick, ton regard de prédateur parcourir la salle. Je ne peux pas faire d’erreur quand le grizzly me dit que tu vas m’attaquer.»Le ton de ma voix reste inchangé dans ma carapace de prédateur. Je reste aussi froide et distante que je peux. Refoule les larmes qui sont coincées dans ma gorge.

Je plaque sur lui mon regard et je ne détournerais pas les yeux. Je me tasse un peut pour garder une posture de soumission puisque c’est lui qui gagne ce soir. Mais je compte bien lui rendre la victoire la plus amère possible. La flamme est complètement éteinte.
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Patrick Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Adjoint au Maire/Patron du pub
Age apparent: 28
Dangerosité:
16/30  (16/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Jeu 12 Fév - 18:30

Un ours en tutu ?!!!
Oulà ça va péter. Patrick réalise tout juste que ces pieds se sont placés en position de combat que déjà les propos fusent. Ceux d’Alice comme les siens ne laissent personne indemne.

Un loup faible il n’y en a eu qu’un seul et c’était mon frère.
Ils s’étaient jurés vivre vite et mourir en apothéose. Deux jeunes loups lâchés sur le monde, seuls ou suivis par quelque compagnon de meute de circonstance. Rien ne devait leur résister et ils ne comptaient rien laisser leur barrer le passage. Forts et puissants ils écumaient la côte.

Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. Ces wiccans se sont permis d’intervenir. Et nous n’avons pas été aussi forts qu’on le devait, pas assez. Il l’ont attaqué, à la sortie d’un bar, sans pitié et l’ont sacrifié. Sean a été capturé. JE n’ai pas été assez fort.

Du moins le pense-t-il. Et la faiblesse a de tout temps été sa faiblesse. Qu’il ait été jeune loup fou ou adjoint au maire. Il ne peut y avoir de laisser aller. Que ce soit une période importante et commémorative pour Sean et lui n’a rien à y voir.

Sean…
Sang...  Feu...  Mort…. WICCA...

La haine !
Le corps de Patrick frémit. Le loup hurle ! Il veut sortir ! Tuer ! Déchirer ! Attaquer ! Il griffe sa prison de chair et se débat pour surgir avec la force de la haine.

Mais rien ne sort. Je sens la douleur. Mais je ne montre rien. Je dois l’écouter.

Les pupilles de Patrick se rétrécissent. Je serre les dents pour me retenir. La mâchoire me fait mal tellement je me contiens.
Le fer. Un goût ferreux envahit ma bouche. Le sang.

Ses canines mordent dans les gencives opposées et les entaillent jusqu’au sang. Un filet coule le long du menton.


Les mains se contractent il sent les griffes poindre.
... Il... ne doit pas...céder...
... ne... doit... pas... être…

-”...faible…” le mot se formule à peine entre ses dents et alice ne s’en rend pas compte. Elle étouffe les sanglots. Chaque nuance de ses pleurs hurle dans les oreilles du loup, et elle assène mots après mots

ALIIIIIICE !!!
Il hurle mais rien ne sort. La haine du loup contracte sa gorge et ses cordes vocales.

Alice

Le temps se suspend
Elle pleure.
C’est moi.
Le seul responsable c’est moi.
Mon loup attaque
Je la mord
Elle se transforme
et je vais blesser quelqu’un
elle ou moi
non non non
je ne peux pas me laisser faire ça
Non
Jamais
je n’abandonnerai pas sans combattre
NON !!!


Son corps a fait un pas. Il s’est imperceptiblement ramassé. Il a incliné la tête. Et ses yeux ont sans doute du commencer à changer.

Je ne me laisserai pas aller !

Le corps de Patrick se met à trembler
Elle me fixe et soumet mais je ne me laisserai pas faire.
Je ne laisserai pas ce regard froid me geler et le loup l’emporter !
Mais je ne sais si j’y arriverai seul

"Alice aide moi !"
Je ne parviens parler. Et si je laisse sortir quoi que ce soit je vais craquer.

...

Less yeux. Je sais lire dans les siens comme elle lit dans les miens.
Regarde mes yeux  
Alice !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3507-patrick-mewryan
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Jeu 5 Mar - 11:56

La flamme est bel et bien éteinte ce soir. Des deux côtés… Je sais bien que je viens de nous priver d’une nuit d’amour, mais si je le fais, c’est pour lui. Il faut que je sois ferme, comment pourrait-il accomplir son promet s’il fait des erreurs maintenant ? Déjà que je trouve son idée de mettre en place un ring clandestin et monter une espèce de mafia métamorphe ne m’enchante pas plus que ça. A croire qu’on ne peut pas réussir en politique sans avoir des affaires semi-légales.

L’odeur du sang ? Je ne sille pas, ni en sentant l’odeur ni en voyant le filet de sang qui sort de sa bouche et parcoure sa mâchoire. Il se contrôle pour le moment. Je dois rester ferme ! Qui me dit qu’il ne simule pas une perte de contrôle pour que je lâche l’affaire. C’est que cette histoire dont être grave.

Je détache mon regard du sang qui m’hypnotise. Sa position à changé, il est passé en esprit bestial. Le loup a compris que je me soumets, mais il garde une position menaçante. Il se met à trembler.

Il perd le contrôle ! Je le voie dans ses eux. Cette dualité, cette souffrance. Bon sang ! Pour quoi faut-il qu’il soit si faible face à son loup ? Pour quoi fait-il que cette vision me soit si insoutenable ? Pour quoi faut-il que je sois si faible face à lui ? Moi qui suis pourtant si forte, si puissante, si solide. Je m’effrite face à lui. Je serre la mâchoire au point de me faire mal. Je ferme si for les yeux que je voie des taches noires quand je les ouvre à nouveau. Le grizzly a quitté mon visage. Il ne reste que la femme si fragile et si faible face à son mari trop possessif.

Je suis triste et je n’ai pas la force de le cacher. Doucement je m’approche encore plus prêt de lui, les bas tendue vers lui. Il se fige, ne sachant pas s’il doit me sauter à la gorge ou fuir d’un bond en arrière.  J’attrape son coup et me hisse sur la pointe des pieds.

« Paix loup d’Irlande. » Je relâche on étreinte et le regarde dans les yeux, j’y cherche le moindre indice qu’il me donne pour que je me transforme si besoin est. Car se calmer n’est peut être pas la solution. Le problème à changé. Il n’est plus question de son poste ou de sa carrière politique. Il est question de cette chose qui dévore notre couple. Cette chose dont ni lui, ni moi ne voulons aborder mais qui pourtant détruit notre mariage. Nous le savons tout les deux mais notre fierté nous interdit d’en discuter. Nous nous interdisons de laisser éclater notre chagrin devant l’autre. Pourtant un jour, il faudra bien que le sujet soit réglé. Il faudra bien que nous en parlions. Un il faudra que je puise en moi le courage de lui dire que si Sean est mort ce n’est pas sa faute, mais la mienne. C’est moi qui est été trop faible. Je n’ai pas été suffisamment rapide et Patrick a ralentit pour que je puisse le suivre. Si j’avais été plus rapide, si Patrick avait été seul, il serait peut être arrivé à temps pour empêcher l’indicible de se produire.  

« De qui as-tu besoin, la femme ou la bête ? Fais-moi un signe. » Je ne me suis pas éloignée, je ne fuirais pas face à lui. J’attends que sa sentence tombe. En faite, peut être le sait-il déjà mais ne veut pas l’admettre. Oui, il doit le savoir et c’est pour ça que sa le ronge lui aussi. Il a fait l’armée, il sait que c’est ma faute, que j’étais l’élément faible. Mais il ne veut pas accepter le ressentiment qu’il éprouve à mon égard. C’est pour ça que le sujet est tabou. C’est pour ça qu’il me le lance à la figure comme une frappe que je ne peux encaisser. Il ne peut pas accepter que sa propre femme est contribue à la mort de son frère. Mais il m’aime et ne veut pas se venger sur moi. J’en suis sûre. Il devrait profiter de cette perte de contrôle. Je ne me laisserais pas tuer, mais jamais je ne lui ferais de mal. Alors  si m’attaquer et me faire du mal peut le soulager, qu’il en soit ainsi…
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
Patrick Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Adjoint au Maire/Patron du pub
Age apparent: 28
Dangerosité:
16/30  (16/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Mar 1 Nov - 21:36

La nuit est oppressante et enferme patrick.


*Le corps tremble mais je-nE-ME laisserai pas faire !
Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrouaarrrh
Putain de loup !!!
DEGAAAAAAAAAAAGE


Je...
dois...
tenir...


...Vite...
...Fort...


...Cette colère...
...Cette violence...


...Il me faut en sortir...Il me faut être plus fort...Plus malin...
Cette colère...il me faut la détourner...
...Sois plus malin...Que faire ? ...


Je sais !
Je respire.
Je vise….


Et Je lâche tout !*



Mon poing part. Il passe juste à côté d’Alice. Il s’écrase sur un pilier en bois.
Le pilier éclate sous le coup. J’entends certaines de mes jointures craquer en même temps que le bois.


“Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !!!...
...haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaalice !!!”


Je m’écroule au sol. A genou le bras croisé contre moi.
Des échardes transpercent la peau de mon poing et de mon avant-bras. Le sang goutte sur le sol.


Une goutte. Une. Tombe au milieu de la mare de sang. Une goutte bientôt rejointe par d’autres. Elle se dilue doucement. Lentement….
Je lève la tête vers Elle les yeux embués de larmes. Celle qui vit à mes côtés et me donne son amour, ma force...


“Peux-tu m’aider ?”
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3507-patrick-mewryan
Alice Mewryan
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Patronne et barmain du Trick O'Clink
Age apparent: 20ans
Dangerosité:
20/30  (20/30)

MessageSujet: Re: Gun clink in Trick    Mar 1 Nov - 23:14

Je sursaute. Je ne m'attendais pas à ce qu'il frappe aussi fort. Un pilier éclate à côté de moi. Le loup se décharge comme il peut tout en évitant de me faire du mal. C'est tout à son honneur. Mais est-ce bien la solution ? Ne se sentirait-il pas mieux s'il évacué toute sa rage sur quelque chose qui pourrait résister à plusieurs de ses assauts ?

Je ne supporte pas le cris de douleur qui en résulte et une larme roule sur ma joue. C'est comme une gifle qui m’atteint jusque dans mon âme. Le genre de blessure dont j'ai beaucoup de mal à me remettre. Cette soirée n'est qu'un échec de plus à mettre sur mon compte. Moi qui suis incapable de me comporter comme une épouse aimante. Il devrait pouvoir s’appuyer sur moi et non subir les affres de son état de loup à cause de moi...une fois de plus.

Impuissante je le regarde tomber à genou. Son sang coule sur le sol et le grizzly gronde en moi. Je l’apaise tranquillement. Il s'agit de Patrick et non d'un prédateur lambda. Le sang,c'est le sien et c'est lui-même qui l'a fait couler. Il n'y a donc aucun danger. En tout cas aucun danger physique.

Son regard sur moi me glace le sang et me sort de cette épaisse de transe. Comment ai-je pue le mettre dans cet état ? Comment ai-je pue être aussi cruelle envers lui ? Et voilà, ça recommence. C'est de ma faute. Je suis maudite en se qui concerne les loups, c'est pas possible autrement. A chaque fois que je m'approche d'un loup, je le détruit d'une façon ou d'une autre.

Il demande. Il demande mon aide. Mais est-ce que je suis seulement capable de la lui apporter ? Mon corps marque une hésitation.

Peut importe ! Je suis sa femme et je l'aime ! Alors même si je suis maladroite, même si je ne suis pas utile, je ferais tout se que je peux pour lui.

Je me jette sur lui. Et l’enlace de mes bras trop court pour faire le tourd de son corps. Mes mains attrapent le visage de mon homme et je pose mon front contre le sien. Nos nez l'un contre l'autre. Je le force à me regarder. Même si c'est moi qui voudrais rompre le contact je résiste à cette envie. Et Dieu sait que je n'ai pas l'habitude de résister à une envie.

« Je suis là Patrick. »

Mes lèvres touches presque les siennes. Elles sont si proches que l'air nous semblent palpables. Quelques centimètres c'est tout se qu'il reste à parcourir pour qu'elles se rencontre, pourtant je me l'interdit. Je n'en ai pas le droit.

« Je suis là. Je ferais tout se qu'il faut pour t'aider. »

Ma main gauche s'accroche à ses cheveux, tendis que la droite parcoure de façon répétée le côté de son visage. Une caresse répétitive et automatique.

« Je serais toujours là pour toi. »

Que puis-je faire de plus ? Être là, présente...
_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t3502-alice-mewryan#58026
 

Gun clink in Trick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║La rue principale║ :: Trick O’Clink-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit