AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Partir ou rester ? Telle est la question...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Partir ou rester ? Telle est la question...   Jeu 21 Mar - 17:12

Le Wild Bar. Jamais le trajet pour s'y rendre ne lui avait parût aussi long. A chaque minute, elle avait eu le sentiment désagréable d'être poursuivie et traquée pour des gestes qui, au final, n'avaient pas été commis jusqu'à leurs termes. Mais qu'importait... Le mal était fait et déjà présent dans ses veines. Le sang lui battait les tempes tant par l'adrénaline que lui insufflait la situation que par le rythme effréné qu'elle s'était imposé depuis son départ imprévisible de la clinique. In extremis elle s'était retenue... Mais le pourrait elle encore longtemps ? Elle ne s'était pas reconnue dans ses actes. C'était comme si quelqu'un d'autre avait pris l'ascendant sur elle, sur son corps. Quelqu'un d'autre que la louve encore. Etaient elles si nombreuses ses personnalités tout compte fait ? On se serait presque cru dans un mauvais film d'épouvante ou dans un épisode de série B tant la réalité de cette histoire était difficilement encaissable. Et pourtant... pourtant, elle avait failli trébucher là où elle ne devait pas. Lorsqu'elle était parvenue à se ressaisir, ses pensées s'étaient immédiatement tournées vers celui qui l'inspirait jour après jour, vers celui qui lui redonnait confiance en elle. Aaron. L'Alpha saurait quoi faire, il parviendrait à la comprendre. Du moins c'était ce qu'elle s'était dit lorsqu'elle avait commencé sa pénible marche jusqu'au bar en pleine nuit. Arrivée à proximité, elle n'en était finalement plus très sûre... Mais vers qui d'autre pourrait elle se tourner ? Et puis, finalement, elle lui devait bien la vérité, elle qui lui avait reproché ses mensonges il fût un temps. Même s'il ne était d'aucun secours, elle aurait au moins été honnête avec lui et aviserait en fonction de sa réaction. Si seulement elle ne faisait pas naître une nouvelle marque de déception sur ses traits... C'était cela qu'elle détestait le plus : le décevoir, car elle savait au fond d'elle qu'il ne méritait pas de tels remerciements en contrepartie de ce qu'il avait fait pour elle.

Pendant de longues minutes, elle resta là, stoïque, à fixer la façade éclairée par l'enseigne du bar. A présent qu'elle était là, le doute la tenaillait et l'empêchait d'entrer pour de bon dans cet endroit. Avait elle seulement le droit de venir l'importuner de cette manière en plein travail ? Ou alors manquait elle simplement de courage et d'audace pour ne pas oser entrer ? Lâchant un profond soupir tandis qu'elle réfléchissait à la question, elle remarqua néanmoins qu'elle portait toujours sa blouse sur les épaules. Un peu de sang y était resté ancré... Non, ça ne pouvait pas aller comme ça, elle ne supporterait pas ce fardeau en plus des autres ! D'un geste vif, elle secoua ses bras pour faire tomber la blouse plus si blanche et s'empressa de la flanquer à la poubelle, en compagnie d'autres ordures bien écoeurantes qui s'offraient une seconde vie répugnante en son estomac gourmand. C'était déjà ça de fait ! En débardeur malgré la fraîcheur ambiante, pour ne pas dire froideur, Sarah poussa alors la porte du lieu nocturne alors que ses jambes reprenaient une vie nouvelle. Il aura juste fallu qu'elle s'énerve un peu avant afin de pouvoir vraiment entrer dans le bar en lui même. Il y avait pas mal de temps qu'elle n'était pas venu là. A vrai dire, pas depuis son arrivée à la Nouvelle Orléans. Mais rien n'avait changé. Le lieu était toujours aussi sombre et embrumé, les vapeurs d'alcool rendant l'atmosphère bien lourde. D'un coup d'oeil circulaire, elle balaya la salle. Le lieu était bondé, comme souvent certainement. Mais nul besoin de chercher à se faufiler parmi les tables, elle savait déjà où elle voulait et devait se rendre. Ses aciers désormais orienté vers le comptoir, elle avisa de la présence de son barman préféré. Il était bien là, fidèle au poste.

Avec aisance, elle fendît alors la foule jusqu'à trouver par miracle un tabouret de libre. Ses voisins de fortune ne prêteraient pas attention à elle tant ils étaient visiblement imbibés par l'alcool et c'était tant mieux. Bien assise désormais, il ne restait plus qu'à attirer l'attention de son Alpha. Patience... Il finirait bien par avoir un instant de libre pendant son travail acharné et ce serait à ce moment là qu'elle le cueillerait. Pour le moment, Sarah goûtait à cette plénitude retrouvée de se sentir enfin bien, à l'abri... Le sentiment de traque l'avait quitté, temporairement en tous cas. Ce lieu semblait être un véritable havre de paix, un asile pour elle et peut être que, au fil des minutes, elle trouverait le courage de tout lui expliquer. Pour l'instant, elle ne savait même pas par où commencer. Sans mot dire, elle fixa alors son ami du regard, savourant chaque minute où elle pouvait l'avoir dans son champ de vision. Il lui fallait finalement bien peu de choses pour se sentir bien... Oui, là, elle se sentait bien, pas avec lui mais non loin de lui. Elle ne lui imposait rien, ne lui demandait rien. Elle profitait juste de sa présence parmi la foule d'inconnus et d'ivrognes présents cette nuit là. Quelque chose lui disait qu'elle ne pourrait pas en tirer profit encore bien longtemps. Une solution pour pallier à ses problèmes commençait à germer dans son esprit. Restait à déterminer comment lui dire... Et surtout, accepterait il tout ce qu'elle avait à lui dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Mer 27 Mar - 16:50

Il y avait du monde ce soir. En fait, comme tous les soirs. Le Wild Bar était devenu plus ou moins une sorte de refuge pour les Métamorphes de la ville et, plus principalement, un endroit où ils pouvaient se retrouver, pour l’instant, en paix. Ce n’était pas sur que cela continuerait, et, d’une certaine manière, Aaron était étonné que certaines personnes malintentionnées n’aient pas encore profité de cette concentration d’Outres. Oh, il y avait eu quelques menaces, mais rien de particulièrement sérieux, du moins jusqu’ici. Charlie avait bien été victime d’agresseurs mais rien n’indiquait que cela avait quelque chose à voir avec son établissement, et puis, de toute façon, elle avait réussi à s’enfuir et à se réfugier chez son frère avant d’être blessée. Il avait donc été difficile de remonter la source. Aaron avait mis cela sur le compte de la bêtise Norme, doublée d’un climat pas très propice à l’intégration des Outres, en espérant que cela finirait par changer. Une pensée probablement très utopique. Derrière le bar depuis le début de l’après-midi, l’Alpha avait prit son service comme tous les jours, après une matinée passée presque entièrement à dormir et un petit passage en règle au hangar des Werewolves. Il n’y avait pas croisé Sarah mais il savait que ses horaires étaient parfois difficiles et, la situation s’étant beaucoup détendue entre eux, depuis leur dispute et réconciliation, il savait pertinemment qu’elle saurait rapidement lui faire part de ses disponibilités si elle le voulait. Il n’était d’ailleurs pas rare qu’il passe plutôt chez elle à l’improviste après la fermeture du bar ou la fin de son service, une interruption nocturne dont elle ne semblait pas lui porter grief puis, de toute façon, ils avaient convenus qu’elle pouvait le prévenir en avance si elle devait être absente ou avoir besoin de dormir sans interruption avant un service.

Toutefois, loin des tracas quotidiens, Aaron était principalement tourné vers son job : servir les clients et réaliser les commandes que les serveuses venaient déposer sur le comptoir non loin de la caisse. Au moins, même si le monde ne tournait plus très rond, les gens finissaient toujours par avoir soif à un moment ou à un autre. Pris dans le coup de feu de la soirée, il avait temporairement arrêté ses quelques démonstrations de bartending afin de privilégier l’efficacité et la rapidité au détriment du spectacle qu’il pouvait offrir et, de toutes façons, il semblait assez évident que la plupart d’entre eux étaient trop occupés, ou peut-être déjà trop ivres, pour s’y intéresser encore. Des têtes nouvelles viendraient peut-être remplacer celles qui partiraient et lui demanderaient un peu d’attention mais, d’ici là, il pourrait enchainer quelques commandes et s’assurer que l’attente n’était pas trop longue. Il profita d’un passage de sa sœur pour vérifier que tout allait bien. Comme toujours, il avait un peu de mal à la considérer comme une femme faite. Elle resterait probablement sa « petite sœur » pour encore beaucoup de temps et, comme les habitudes avaient la vie dure, il lui était assez difficile de ne pas vouloir la surveiller, ou plutôt de surveiller ses fréquentations, pour s’assurer qu’elle allait bien et que personne ne lui voulait du mal. Il avait fait cela pendant longtemps jusqu’à la Révélation, avant de s’imaginer qu’elle était morte par sa faute, la retrouver l’avait poussé à imaginer qu’il n’avait plus le droit à l’erreur. Peut-être n’était-ce pas tout à fait faux avec les dernières évènements en date la concernant mais il savait aussi qu’elle était parfaitement capable de se tenir en main elle-même, à son grand dam, d’une certaine façon.

Tandis qu’il la laissait s’éloigner avec sa commande, Aaron tourna son attention vers le comptoir où il entreprit de nettoyer quelques verres avant de reconnaître un regard qu’il connaissait bien. Reconnaissant rapidement Sarah qui s’était installée sur un tabouret, il lui adressa un petit sourire avant de s’approcher. Cela faisait longtemps qu’il ne l’avait pas vue au bar, c’était en quelque sorte une agréable surprise. « Cela faisait longtemps que je ne t’avais pas vue ici. » Il eut un petit sourire en coin, se souvenant de la manière dont s’était terminée leur rencontre à cet endroit. La belle avait réveillé en lui une envie primale refoulée qui les avait progressivement glissé sur un sentier commun, même s’il était probablement loin d’être facile à pratiquer. Il posa les mains sur le comptoir, face à elle et déposa un rapide baiser sur sa joue. Loin d’être timide, l’Alpha mélangeait seulement rarement son travail et sa vie privée. « Je te sers quelque chose ? » Il voyait difficilement ce qu’elle aurait pu venir faire d’autres que de boire un verre, peut-être en sa compagnie. Pour lui elle avait simplement terminé son service et avait décidé de lui faire une surprise ou quelque chose de ce genre. Il était difficile de lire dans son esprit, même s’il avait appris quelque peu à la connaître. Toutefois, il y avait encore un sacré chemin à parcourir. Tournant machinalement la tête vers la droite alors que quelqu’un l’interpelait, il fit un geste comme quoi il avait bien vu et se retourna vers la jeune femme, attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Jeu 28 Mar - 15:51

Les minutes s'égrainaient à une vitesse folle, les voisins de tabouret de la belle se changeant au fur à mesure de ce temps défilant. Ne leur accordant aucun regard, elle savait pourtant pertinemment qu'ils n'étaient plus les mêmes, tant par le bruit que provoquaient leurs allers et venues que par les odeurs changeantes. Totalement plongée dans ses pensées, elle n'avait d'yeux que pour le beau Mâle qui se tenait là, devant elle, s'affairant à sa tâche avec le plus grand soin. Même dans le travail, il possédait toujours cette prestance et cette assurance qui avait capté toute l'attention de la belle dès le premier instant. Et puis, il fallait se l'avouer, il était toujours aussi beau gosse, en toutes circonstances. Et ça, ça ne gâchait vraiment rien! Plutôt que de penser au "souci" pour lequel elle était finalement venu le trouver – la belle n'aimant pas le déranger sur son territoire sans excellente raison -, la jeune femme se rinçait l'oeil avec délectation pour le moment, se remémorant les circonstances de leur première rencontre. Rien, absolument rien, n'aurait pu laisser présager ce qu'ils étaient en train de vivre ensemble désormais. Au contraire même, à l'époque, on aurait pu dire qu'ils étaient comme chien et chat... Même avec des animaux totems aussi similaires que les leurs. Ils possédaient chacun leur manière d'être et de réagir, plus ou moins instinctive et contrôlée, mais c'était grâce à cela que la louve en Sarah avait réussi à trouver son "Maître", le seul capable de la contrôler. Du moins quelque peu. Mais, au fond, il était bien plus que ça. La part humaine de Sarah s'était en premier lieu trouvé un mentor, avant de devenir une personne de confiance et un ami. Le côté animal lui... Il avait trouvé simplement un compagnon de meute. Enfin, tout cela, c'était avant de laisser les instincts communiquer entre eux.

Sarah n'allait pas le nier, il lui plaisait depuis le départ, même si leurs caractères se révélaient incompatibles. Il fallait dire que, physiquement, le barman avait vraiment tout pour plaire ! Puis le temps, et la persévérance, aidant, elle avait fini par l'attirer dans ses filets. Pour ne plus le laisser vraiment en repartir. Leur relation s'avérait peut être en dents de scie mais, quoiqu'il en soit, il était le seul vers qui elle était capable de se tourner et de s'ouvrir, le seul à qui elle osait se confier. Et, tout naturellement, c'était vers lui qu'elle était donc venue, ce soir, après avoir rattrapé de justesse un dérapage quasi incontrôlé. Bien sûr, ils ne se voyaient pas que pour ça, tout comme ils ne se voyaient pas que pour le côté charnel de leur histoire. Mais il était trop tôt, bien trop tôt, pour en tirer des conclusions et penser à un quelconque avenir. Leurs caractères bien trempés à tous deux faisaient d'eux des personnalités complexes et difficilement compatibles même s'ils faisaient visiblement tout leur possible pour ne pas s'éloigner l'un de l'autre. Avec le temps et un peu de patience, tout finirait bien par s'arranger et à couler de source. Après tout, ils n'en étaient qu'au début de leur histoire. Du moins, si cette dernière ne se tuait pas dans l'oeuf à cause des erreurs de la belle. Et voilà qu'elle songeait de nouveau à ce pourquoi elle était venue ce soir. Cette pensée s'avérait, tout à coup, beaucoup moins drôles que les précédentes. Enfin, cet état d'âme ne fût que de courte durée, l'Alpha apparaissant pile au moment le plus opportun devant elle. En premier lieu, elle ne sentît que le contact de ses lèvres sur sa joue. L'ayant lâché du regard un court instant, elle ne s'était pas vraiment attendu à sa soudaine visite.

En tous cas, la jeune femme appréciait clairement la réserve et la retenue dont il venait de faire preuve avec elle. Non qu'elle avait honte de lui, bien au contraire même. Le lieu ne lui semblait tout simplement pas approprié à une réelle effusion de sentiments, et encore moins à la révélation au grand jour de leur rapprochement récent. Avant d'en faire étalage devant tant de métamorphes, il lui semblait logique d'en informer les Werewolves en premier. Et, tant que leur chef n'en ressentait clairement pas le besoin, ce n'était pas elle non plus qui le ferait. La position d'Aaron était particulière et elle savait qu'une telle décision remuerait certainement d'anciennes histoires ainsi que de vieux griefs. Tout comme cela pourrait en faire naître de nouveaux. Enfin, là n'était pas la question pour l'heure.

Bonsoir Aaron. J'avais un petit moment de libre alors je me suis dit que ça pourrait peut être te faire plaisir si je passais te voir ici...

Un léger sourire s'afficha alors sur ses lèvres. Elle était bel et bien ravie de le voir oui, comme à chaque fois. Mais ses premiers mots trahissaient déjà le mensonge... Arriverait elle à lui en parler finalement ? Rien n'était moins sûr. Cependant, avant même qu'elle ne réponde à sa question, elle se rendît compte qu'il était de nouveau demandé. Décidément, la soirée promettait d'être mouvementée et longue, ce n'était clairement pas le moment.

Tu n'auras qu'à me servir un petit quelque chose quand tu auras un peu de temps. Je vais aller m'asseoir en salle et attendre que tu sois plus disponible.

Un petit clin d'oeil et, du bout des doigts, elle frôla alors sa joue délicatement et tendrement tandis qu'elle se relevait du tabouret. Sarah n'était clairement pas là pour être un frein à ses activités et elle attendrait un moment plus opportun pour lui parler. Même si elle devait, pour cela, patienter de longues heures...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Mer 3 Avr - 14:19

Il y a une certaine difficulté à être un Métamorphe dans un bar à Métas. Cela consiste au simple fait que les odeurs étaient parfaitement reconnaissables et pourraient distraire, principalement lors de la Saison des Amours, même si, de ce côté-là, Aaron n’avait jamais trop de mal à faire la part des choses et se maitriser suffisamment pour ne pas trop y faire attention et se contenter de faire son job. Toutefois, il n’était bien entendu pas passé à côté de l’odeur de la jeune femme qui, depuis quelques temps, était devenue particulièrement familière à son odorat et qu’il était difficile pour lui de rater. Il fallait dire qu’à force de la côtoyer, il avait fini par l’avoir dans la peau – tout comme elle probablement – malgré les différents qu’ils pouvaient avoir, principalement à cause de leurs caractères forts à tous les deux. Mais si cette relation ne manquait pas de piment, ce n’était pas quelque chose qui gênait vraiment l’Alpha qui s’en amusait même parfois, de ce petit côté indomptable de Sarah qui n’acceptait pas facilement l’idée de la soumission, malgré les règles de la Meute qu’elle venait de rejoindre. Ce n’était cependant pas une véritable rébellion, du moins, ce n’était pas ainsi que le voyait Aaron, qui préférait le voir comme une partie du caractère de la jeune femme qui n’acceptait pas de se laisser marcher sur les pattes. Malgré tout, il était surprenant pour le barman de la voir ici. Depuis qu’ils se connaissaient, elle n’était pas spécialement venue le voir au Wild Bar, non pas que cela le dérangeait. Ils avaient chacun leurs obligations et se contentaient de se voir quand ils le voulaient et quand ils le pouvaient ou lors de quelques leçons nocturnes que prodiguaient le Métamorphe dans son rôle de Mentor. Quelque chose lui disait cependant que cette visite surprise n’augurait pas forcément une bonne nouvelle, même s’il aurait volontiers préféré se tromper à ce sujet.

« Tu sais que tu es toujours la bienvenue. » Il eut un petit sourire. « Même si j’espère que je n’aurai pas besoin de te prêter des vêtements comme la dernière fois. » Il lui fit un petit clin d’œil et son sourire se fit un brin plus malicieux. Il faisait bien entendu référence à cette fois où elle lui avait sauté dessus – sous sa forme de louve – réduisant au passage ses vêtements en charpie lors de sa transformation. Après l’avoir calmée, il lui avait prêtée des vêtements de rechange, qu’il gardait dans son casier, afin qu’elle puisse s’habiller décemment. La suite des évènements lui revint également en mémoire mais il était inutile de le rappeler car il était convaincu qu’elle s’en souvenait elle aussi. Il acquiesça doucement quand elle lui proposa de lui servir quelque chose tandis qu’elle attendrait qu’il soit plus disponible. « C’est bientôt l’heure de ma pause. Je te fais servir et je te rejoins dans pas trop longtemps. » Il eut un autre sourire quand elle se leva en quittant le comptoir dans une caresse et un regard malicieux. Reprenant son job, il prépara une boisson alcoolisée sucrée qu’il fit servir à Sarah par l’intermédiaire d’une serveuse et contina son service. La pause n’était pas pour tout de suite mais, plus vite il servait ses clients, plus vite il pourrait la prendre sans mettre en péril la logistique de l’établissement. Il en profita pour faire quelques démonstrations de bartending afin de satisfaire quelques clients qui étaient venus spécialement pour cela tout en rappelant à certaines clientes qu’il ne se mettait pas tous les soirs torse-nu et que, malheureusement, seules certaines soirées spéciales nécessitaient cela. En y pensant, il songea un instant à ce que pourrait penser la jeune femme de tout cela, si elle savait qu’il électrisait parfois les foules féminines, torse-nu, ayant une fois poussé le vice jusqu’à faire un striptease sur le comptoir.

Il hésita à croire qu’elle en serait verte de jalousie ou si, au contraire, elle veillerait à être présente pour pouvoir en profiter elle aussi. L’imaginer entrain de se rincer l’œil n’était pas trop difficile, puisque c’était ce qu’elle faisait assez souvent lorsqu’ils se retrouvaient tous les deux, mais cela ne dépassait pas la sphère « privée ». Après quelques dizaines de minutes, il fit signe à une jeune serveuse et lui demanda de le remplacer pendant sa pause. Elle ne durerait pas longtemps mais il espérait que ce serait suffisant pour Sarah. Quittant le comptoir, il repéra la louve dans la foule à une table un peu à l’écart. S’approchant de celle-ci à revers, il la rejoignit avant de poser ses mains sur ses épaules en espérant la surprendre. « Voilà, je suis libre pour quelques minutes. J’espère que le cocktail t’a plu ! » Il avait un coin de sourire sur les lèvres. « Si tu préfères, je peux nous trouver un coin plus tranquille pour parler. » Il ne savait pas pourquoi elle était là, mais si elle voulait lui parler, il serait plus facile de le faire à l’abri du brouhaha de la grande salle. Attendant de savoir si elle voulait bouger ou non, il jeta un coup d’œil circulaire à la pièce, s’assurant que tout allait bien. Alors qu’elle se levait, il attrapa sa main et l’entraina vers le fond de la salle, derrière une porte marquée comme réservée au personnel. Ils arrivèrent dans un couloir où le bruit se faisait plus sourd une fois la porte refermée. Il ne s’arrêta cependant pas là, l’entrainant dans une pièce qui se révélait être le vestiaire où plusieurs casiers s’enchainaient, autour de quelques bancs. Refermant la porte derrière lui, le bruit se fit véritablement diffus, ils étaient dorénavant au calme. Il se retourna alors vers elle. « Alors, dis moi tout. Qu’est-ce qui t’amène ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Mer 10 Avr - 17:01

Discuter avec lui, brièvement, sans pour autant aborder le sujet de sa venue avait eu le don de calmer les angoisses et les tracas de Sarah. Peut être se faisait elle une montagne de rien du tout finalement ? Non, vraiment... Il y avait bien péril si elle ne prenait pas les choses en mains sous peu, elle le savait. Mais se remémorer quelques souvenirs communs plaisants pendant l'espace d'un instant avait en quelque sorte allégé le ton de sa visite au Wild Bar. Décidément, elle n'y venait que quand il y avait une affaire urgente ou importante à traiter... Aaron s'en était il lui même rendu compte ? Malgré leur relation naissante, elle n'était jamais venue le déranger jusqu'ici sauf si cela s'avérait nécessaire. Et, en comptant bien, avec cette nuit cela ne faisait que la deuxième fois... Difficile de dire s'il avait fait le rapprochement ou non et, après tout, peut être valait il mieux ne pas y songer pour ne pas ajouter une pression supplémentaire à celle déjà sous jacente. Prenant place à une table isolée, elle se mît donc à attendre, patiemment, tout en jetant quelques coups d'oeils à la fois affectueux et inquiets vers son mentor. Il était décidément dans son élément ici ce soir. Et plus le temps avançait, plus elle se demandait si elle avait pris la bonne décision en venant le trouver ici même. Peut être aurait elle dû attendre le lendemain ou, plus simplement encore, lui laisser un message à son attention au hangar des Werewolves. En effet, vu ce à quoi elle songeait, il était fort peu probable qu'elle voit l'aube se lever. Non qu'elle projetait de mettre fin à ses jours, loin de là même. Mais si elle voulait agir, elle ne devait plus attendre. Il était temps d'affronter les vieux démons qu'elle avait abandonné derrière elle si elle voulait, un jour ou l'autre, avancer pour de bon.

Plongée dans ses pensées, ses fins doigts cliquetant d'un rythme régulier sur la table en bois, elle ne fût interrompue dans l'élaboration de son discours pour Aaron que par la serveuse qui lui amenait un cocktail. En un rien de temps, il avait su deviner ses goûts et taper dans le mille. Un homme parfait en tous points décidément... Remerciant la jeune femme, elle entreprît de le boire, lentement, savourant chacune note qui pouvait le composer, tout en fixant l'Alpha de là où elle était. L'attitude de certaines clientes lui hérissait le poil mais elle ne bougea cependant pas. Sur ce territoire, elle n'avait pas son mot à dire, c'était évident, et elle devrait apprendre à faire avec. Après tout, il avait su l'attirer sans rien tenter envers elle, il était donc plus que normal que d'autres soient dans le même cas elles aussi. Enfin, tout de même, pour ne plus assister à ce spectacle et attiser davantage une jalousie mal placée, Sarah se concentra alors de nouveau sur le bois de la table vieillie devant elle et termina son verre avant de réfléchir de nouveau à l'explication qu'elle allait lui fournir. C'était loin d'être simple... Peut être fallait il laisser les choses se dire sur l'instant sans chercher à les formater ? Et puis, elle n'était venue là que pour l'informer, pas pour attendre son autorisation... Il avait beau être son Alpha, elle avait tout de même sa propre vie à mener et en terminer avec certains points de son passé faisaient, sur le moment, parti de ses prérogatives. L'alcool ingéré à l'instant l'aiderait il à avoir davantage de confiance en elle ?

De toute manière, Sarah n'eût pas le temps de réfléchir davantage et plus précisément à la façon de faire et de dire les choses. Dans un sursaut de surprise, elle sentît les mains de son ami se poser sur elle. Même si elle l'attendait, elle ne savait pas quand il viendrait et, perdue dans ses pensées, elle ne l'avait même pas entendu s'approcher d'elle. Il fallait avouer que le bruit ambiant n'aidait pas non plus à se focaliser sur quoi que ce soit de précis. Bref.

Cela serait mieux en effet...

En un sens, elle avait l'impression qu'il se doutait de quelque chose, que la raison de sa venue ce soir n'était pas totalement anodine. Se levant en prenant garde à ne percuter personne malencontreusement, la louve fût alors attirée par Aaron dans un endroit calme à l'écart, sans avoir vraiment plus son mot à dire sur l'endroit en question. Enfin, s'il l'emmenait par là, cela devait être suffisamment privé pour qu'ils puissent discuter en toute tranquillité. Finalement, ils parvînrent au vestiaire réservé au personnel. En d'autres circonstances, ce lieu aurait vraiment pu être intéressant! Mais, en d'autres circonstances uniquement... Car le temps lui faisait défaut et l'envie aussi.

L'envie de te voir simplement peut être ? C'est possible non ?

Un léger trait d'humour de sa part. Il fallait bien trouver une manière quelconque d'évacuer le stress accumulé.

Non, tu as raison, ne tournons pas autour du pot plus longtemps...

D'un geste las, la belle se laissa tomber sur un banc, sans oser un regard vers celui qui était à la fois son ami, son amant et son mentor. Comment réagirait il à ce qu'elle allait lui dire ? Il était trop tard pour reculer de toute façon, acculée au mur comme l'était.

Si je suis venue ici ce soir, ce n'est pas pour rien, je suis persuadée que tu t'en doutes.

Un léger soupir ponctua sa phrase. Non qu'elle désirait ménager l'effet de surprise mais elle ne savait pas encore vraiment comment aborder le sujet. Elle lui dirait donc tout comme cela viendrait, pas d'autre choix...

A cette heure ci, je devrait encore être de garde à l'hôpital. Mais, j'ai frôlé le pire et j'ai préféré m'enfuir avant de commettre l'irréparable. Si je suis venue te trouver ce soir, ce n'est pas pour chercher un quelconque pardon concernant mes erreurs : je suis juste venue t'annoncer que je vais devoir prendre le large quelques temps. Etant donné ce qu'il y a plus ou moins entre nous, je ne voulais pas que tu t'imagines que je m'étais enfuie...

Toujours assise, elle n'avait pas levé un seul instant la tête vers Aaron. Le sujet abordé était vague mais elle avait tenté de dire la majorité des choses en peu de mots... Le temps n'était pas vraiment leur allié en cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Lun 15 Avr - 11:19

L’idée lui avait effleuré l’esprit, mais c’était toujours ainsi lorsqu’il se retrouvait en sa présence. Non pas qu’il perdait le contrôle de lui-même, mais simplement qu’elle avait toujours su exacerber son instinct primaire et, il fallait le reconnaître, elle était loin de laisser les hommes indifférents. Peut-être que s’il n’avait pas été aussi convaincu qu’elle était là pour une raison « sérieuse », il se serait laissé tenter à l’idée de s’abandonner, le temps de quelques instants torrides, contre l’un des casiers de cette pièce. Reléguant toutefois cette passion instinctive, mais aussi bien normale, il se contenta d’un sourire et essaya de se concentrer davantage sur ce qui pouvait faire l’objet de la visite de Sarah au Wild Bar. Si elle était venue directement au bar, il devait y avoir une raison, autre que celle, même si cela aurait pu le flatter « de venir le voir simplement ». Non pas qu’il doutait qu’elle soit incapable de faire cela, mais elle ne l’avait pas fait jusqu’à maintenant, probablement parce qu’elle manquait très certainement de temps, entre ses gardes et le reste. Il fallait faire remarquer que leurs horaires n’étaient pas incompatibles, mais presque, et comme ils travaillaient souvent aux mêmes horaires, il était difficile pour eux de se voir sur leurs lieux de travail, bien qu’Aaron n’avait techniquement aucune raison d’aller à l’hôpital, du moins pas sans une bonne raison, du genre désagréable, même si l’idée de venir la distraire pendant l’une de ses gardes l’avait aussi chatouillé un jour où son instinct avait essayé de lui rappeler le souvenir de leur dernière étreinte. Il avait néanmoins réussi à se raisonner, s’argumentant à lui-même que ce n’était pas sérieux et que, si elle était de garde, quelqu’un aurait pu avoir besoin d’elle à tout moment. Il aurait été mal venu d’occuper la chirurgienne à un moment où quelqu’un nécessitait des soins urgents.

« J’adorerais ça, mais je commence un peu à te connaître, tu sais ? » Elle ne semblait pas au meilleur de sa forme et cela chiffonnait davantage l’Alpha. Quand la jeune femme était distante de cette façon, cela n’augurait généralement rien de bon. Certes, ils avaient essayé de se parler davantage quand ça n’allait pas mais depuis l’incident « Luka », il ne s’était rien passé de majeur et, de toute façon, Aaron aurait été bien en peine de modifier ainsi le comportement de Sarah. Les vieilles habitudes avaient la vie dure. Il espérait simplement qu’il n’aurait pas besoin de lui extirper les vers du nez cette fois-ci. Sans chercher à l’interrompre, il la laissa confirmer qu’elle n’était pas venue pour rien et la regarda s’installer sur le banc derrière elle avant de l’y rejoindre après quelques pas dans sa direction. « Ca va aller. Je ne suis pas ici pour te juger, je suis là pour t’aider. » Ce n’était pas la première fois qu’il lui venait en aide – d’une manière ou d’une autre – mais il se demandait quand même ce qui pouvait la troubler à ce point pour qu’elle retrouve ainsi ses vieux démons et ne daigne même pas supporter son regard. Il était difficile de ne pas commencer à imaginer toutes les hypothèses possibles ou imaginables et, d’une certaine manière, ce n’était pas mieux lorsqu’elle lui avoua pourquoi elle était venue le voir. Prendre le large… Il fronça les sourcils tandis qu’il essayait de comprendre ce qu’elle voulait dire par là. Comptait-elle vraiment partir ? Pour quelles raisons ? Qu’entendait-elle par « l’irréparable » ? Il s’adossa contre l’un des casiers qui se trouvaient derrière le banc et posa la tête contre le métal. « Tu comptes partir quand ? » Il avait posé la question avec une certaine douceur, comme s’il redoutait un peu de briser le silence qui s’était installé entre eux.

Il ne savait pas vraiment si elle était prête à lui dire ce qu’elle avait fait, mais même si elle ne cherchait pas son « pardon », il aurait quand même aimé savoir pourquoi elle ressentait le besoin de partir. Qu’elle soit venue le trouver pour le lui annoncer était effectivement une bonne chose sans quoi il n’aurait certainement pas compris pourquoi, de nouveau, elle cherchait à l’éviter. Au moins, il ne semblait pas en cause, mais il était toutefois bien trop curieux pour la laisser partir comme ça, sans lui demander les raisons qui lui faisaient penser qu’elle devait partir. Peut-être y avait-il d’autres solutions qu’elle n’avait pas envisagées. « Je peux savoir ce qui s’est passé ? » Il s’inquiétait pour elle, sincèrement. Peut-être parce qu’ils étaient amants, ou peut-être simplement parce qu’elle faisait partie des Werewolves, peut-être pour un peu de tout ça en même temps. Il tenait à elle, d’une manière ou d’une autre, savoir qu’elle voulait partir ne lui faisait pas spécialement plaisir et il ne pouvait pas s’empêcher d’essayer de penser qu’il devait forcément y avoir une autre solution, un autre moyen. Loin de la Nouvelle-Orléans, il ne pourrait pas l’aider, notamment avec sa « louve », comme il le faisait parfois plusieurs soirs par semaine avec leurs entrainements dans la forêt. Elle avait fait des progrès depuis la première fois et son animal-totem semblait bien moins virulent depuis, mais comme le disait le proverbe, il fallait souvent se méfier de l’eau qui dort. Etait-ce un problème lié à cela ? C’était difficile d’avoir des conclusions claires et sensées sans indice. Mieux valait attendre des explications, si elle lui en fournissait seulement. Doucement, il tourna la tête dans sa direction pour essayer de croiser son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Mer 17 Avr - 15:56

Comme tout aveu, énoncer clairement les choses s'était avéré difficile. Toute la soirée elle y avait cependant songé, tant dans la manière que dans le contenu, mais n'avait trouvé, à aucun moment, une façon convenable d'annoncer ce qui la chiffonnait. Il fallait bien avouer que, avant de le connaître, elle n'en avait cure de ce que les autres pouvaient bien penser et que, toujours aussi égoïstement, elle vivait donc sa vie comme elle l'entendait, sans chercher à régler le moindre de ses problèmes. Et puis... Il y avait eu la prise de conscience, l'éclair de génie nécessaire pour lui permettre d'aller de l'avant et de décider de changer pour de bon ce qu'elle était devenue depuis tout ce temps. Le chemin serait long et difficile, elle le savait pertinemment, mais rencontrer Aaron avait quelque peu modifié la donne. Il possédait ce "petit truc en plus" que les autres n'avaient pas et qui lui donnait simplement l'envie de se dépasser, aussi bien pour elle que pour lui. La relation qui avait fini par s'installer entre eux était, ainsi donc, devenue d'une importance capitale pour elle, un peu comme si un mince fil invisible la reliait désormais à lui, et que, par conséquent, elle ne pouvait décider d'agir sans aucune réflexion, de peur de briser ce lien justement. Si elle était partie sans un mot, il n'aurait pas compris et tout ce qui existait entre eux aurait fini par s'étioler et se briser. Risquer de le perdre à cause de Luka avait été largement suffisant pour ne pas réitérer une telle expérience, même si le dénouement final s'était avéré bien plus agréable que prévu. Ce soir, il n'était en aucun cas question de réconciliation houleuse et torride à la fois. Cette nuit, elle tenterait de faire preuve de calme et de maîtrise d'elle même. Mais, était ce réellement possible en sa présence ?

Outre les pulsions animales que leur inspiraient leurs totems respectifs, Sarah éprouvait une profonde attirance pour l'Alpha. D'ailleurs, le simple fait de devoir le quitter – même si c'était pour son propre bien – ne l'enchantait pas vraiment. Pendant son absence, tout pourrait arriver : nombre de femelles chez les Werewolves seraient prêtes à se damner pour lui, elle en mettrait sa main à couper. A y penser, son retour pourrait être douloureux à ce sujet... Surtout pour les autres, physiquement parlant, car elle n'était pas prête à le laisser lui filer entre les pattes. Elle n'était pas encore née celle qui réussirait à éloigner l'Ecossaise du loup. Après, évidemment, tout serait lié à ses choix à lui et elle le respectait bien trop – même si cela ne se voyait pas forcément – pour l'empêcher de s'éloigner d'elle s'il le souhaitait. Après tout, ils n'étaient qu'amants, rien d'autre. Ce n'était pas comme si leurs vies étaient profondément liées l'une à l'autre. Et puis, Sarah était bien trop fière pour lui faire comprendre la profondeur de ses propres sentiments. C'était ainsi, malheureusement pour elle, et peut être qu'elle finirait par le perdre à cause, justement, de ce trait de caractère, aussi stupide fût il. Verdict à son retour à la Nouvelle Orléans... Même si, pour l'heure, elle n'était pas encore partie. Et, d'ailleurs, il ne semblait pas prêt à la laisser partir sans savoir réellement de quoi il retournait sous son explication aussi concise. S'inquiétait il pour elle ? Malgré la distance qui s'était établie entre eux pour le moment, loin l'un de l'autre physiquement parlant, il semblait chercher à comprendre sans la brusquer davantage. Aurait elle le courage de lui expliquer ?

Je compte partir dès l'aube. Plus tôt j'aurais commencé ce voyage, plus tôt je serais rentrée. Enfin c'est ce que je crois...

Passant sa main sur son visage, elle soupira légèrement, aussi fatiguée que décontenancée par ce qu'elle avait failli faire le soir même. Peut être qu'elle dramatisait, peut être qu'il l'empêcherait de partir pour ça... Mais, quand bien même, elle craignait d'être poursuivie pour cet acte manqué et ne voulait pas finir abattue comme son propre père. Et savoir qu'elle pouvait ressembler autant à l'image de son rêve... Non, elle ne pouvait pas supporter d'être comme ça. Elle n'avait pas fait tant d'efforts pour n'être finalement qu'une bête sauvage et inhumaine. Rien qu'à repenser à la froideur dont elle avait pu faire preuve dans ses actes... Cela glaçait son dos d'effroi. Ce n'était pas elle, elle n'était pas comme ça !

Si je te dis... Que j'ai failli tuer un homme de sang froid ce soir, tu en penserais quoi ? Sincèrement ?

Son regard était posé sur elle, elle le sentait. Mais elle n'avait pas la force ni le courage de l'affronter. Il avait tant aidé à ce qu'elle s'accepte enfin. Comment pouvait elle lui dire les yeux dans les yeux que tout avait été réduit à néant en l'espace de quelques minutes ? Quelques affreuses et longues minutes...

Je ne peux pas rester ici et risquer de me faire tuer pour ça. Tu comprends ?

La nervosité devenait palpable dans le comportement de Sarah. Plus elle restait, plus ça devenait dangereux. Tant pour elle... Que pour lui. Et ça, même si elle ne l'avait pas dit, était aussi une source d'inquiétude supplémentaire pour elle. Qu'elle courre le risque était une chose. Qu'Aaron en soit réduit à la même extrémité en était une autre. Et cette dernière était tout simplement inacceptable pour la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Sam 20 Avr - 13:45

Quelque chose disait à Aaron qu’il n’allait pas nécessairement apprécier la suite de la discussion. A vrai dire, rien que le fait d’avouer qu’elle comptait partir ne le réjouissait pas énormément, et pour cause. Difficile de dire s’il tenait vraiment à elle, du moins de la façon dont les gens normaux savaient qu’ils tenaient à une personne qu’ils aimaient, mais il pouvait sentir que la savoir loin de lui le dérangeait. Il était difficile de dire ce qui les liait vraiment. Il y avait bien entendu la Meute, ce lien aussi de Mentor qu’ils avaient un peu développé depuis qu’il veillait à l’aider à prendre le pas sur sa nature animale, à lui montrer la voie qu’il avait choisie, lui, et pourrait l’aider à s’accepter davantage elle-même. Et, il y avait ce qui les unissait tous les deux, d’une manière encore plus proche. Etait-ce vraiment de l’amour ? Difficile à dire. Aaron n’était pas du genre à s’embêter avec ce genre de réflexion. Sarah lui plaisait, il se sentait bien avec elle, trouvait dans sa présence une certaine plénitude appréciable qu’il avait déjà trouvée ailleurs, ne serait-ce qu’en la personne de Luka, mais avec laquelle son instinct était davantage « en paix », dans la mesure où il n’était plus tourné vers cet aspect « non-naturel » de ce qu’il se passait avec l’Oméga. Il était possible qu’il ne s’agissait là que d’une attirance animale, une envie primaire de se reproduire qui avait manqué à l’animal et qui l’avait déjà fait cédé une fois, mais il y avait quelque chose de plus qui l’attachait à Sarah. C’était difficile à définir et, d’une certaine manière, l’Alpha n’était pas ce genre d’homme à réfléchir intensément à ce genre de sujet-là. Aussi, pour lui, il se contentait de vivre les choses selon l’instant présent, sans pour autant négliger cette relation et la considérer comme une simple passade. Il y avait quelque chose, sans quoi il ne s’inquiéterait pas pour elle en cet instant, mais il était probablement trop tôt pour parler d’amour avec un grand « A ».

Il ne dit rien quand elle évoqua le fait qu’elle souhaitait partir avant l’aube, suivant l’adage que plus vite on portait, plus vite on rentrait. Inutile de dire qu’il ne croyait pas vraiment que ce soit vraiment le cas, surtout parce que beaucoup de choses pouvaient arriver en court de route, des choses qu’on aurait parfois pu éviter en partant plus tard, mais c’était là, purement théorique et il n’y avait de toute façon pas matière à épiloguer. Concernant les raisons de son départ, par contre, il n’était pas prêt à la laisser partir sans savoir pourquoi. Peut-être parce qu’il était intimement convaincu qu’elle faisait peut-être le mauvais choix et qu’il y avait probablement moyen de régler toute cette histoire d’une autre façon, qu’elle n’avait pas envisagée, ou qu’elle n’avait simplement pas envie de prendre, parce que, souvent, il était beaucoup plus facile de fuir. Sarah avait appris à commencer à faire face à ses responsabilités et s’était prise en main mais il lui restait encore du chemin à faire, Aaron le savait, aussi, qu’elle puisse prendre une mauvaise décision ne l’étonnait pas trop. Quand elle lui avoua qu’elle avait presque tué quelqu’un de sang froid avant de venir le voir, il ne cilla pas. En fait, cela ne lui faisait ni chaud, ni froid. Bon, ce n’était pas tout à fait exact, en réalité, il se demandait bien quelles pouvaient être les raisons sous-jacentes à cette histoire qui pouvaient expliquer qu’elle se soit laissée ainsi aller, mais, d’un autre côté, Aaron avait, lui, tué un nombre assez important de gens, de sang-froid. La quantité de sang sur ses mains était assez impressionnante, bien que la plupart de celui-ci soit du sang d’ancien Werewolves, traitres à leur cause. Qu’elle pense que rester devienne dangereux pour elle pouvait être logique, mais si, techniquement, elle aurait du penser que la Meute la protègerait, quoiqu’elle ait pu faire. C’était ainsi que cela fonctionnait.

« Je comprends. » Il regardait devant lui étant donné que la jeune femme ne le regardait pas. « Pourtant tu devrais déjà savoir ce que j’en pense. J’ai déjà tué beaucoup d’hommes de sang-froid, parfois même d’autres métamorphes, d’autres Werewolves. » Il marqua une pause. « Je ne dis pas que je n’en pense rien, mais tout est une histoire de contexte. Je doute que tu te sois simplement jetée sur un homme pour le tuer, il doit y avoir un précédent, une raison. Je me trompe ? » Si c’était le cas, alors il ne devait s’en prendre qu’à lui-même. Sarah avait montré quelques prédispositions à la violence, spécialement lorsque sa louve refaisait surface. Mais c’était principalement parce que la relation entre les deux entités était tendue, difficile. En apprenant à accepter ses instincts, la jeune femme finirait par ne plus avoir d’excès de violence incontrôlée, aussi, si cela avait été le cas ce soir, c’était qu’il avait mal fait « son travail ». En tout cas, il prendrait le temps de comprendre ce qu’il s’était passé, histoire d’être sûr que « partir » était la meilleure des solutions pour elle. Car s’il s’agissait d’un « simple » danger, l’Alpha aurait tout le loisir de s’en occuper si nécessaire, que ce soit en des termes préventifs ou de manière beaucoup plus définitive. Il n’avait pas été l’ancien Stigma de la Meute pour rien, et, surtout, c’était sa nature profonde. Son mentor l’avait bien cerné. Aaron était un dominant, sans l’ombre d’un doute, mais pas vraiment fait pour être Alpha. Certes, il s’acquittait de son rôle avec une certaine réussite, mais, s’il avait pu choisir, il n’aurait jamais pris la tête de la Meute.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Mar 23 Avr - 15:35

Décidément, elle aurait vraiment aimé le revoir en d'autres circonstances. Leur relation commençait tout juste à prendre une tournure enfin plus douce et appréciable – toutes proportions gardées, cela allait de soi – mais il devait être écrit quelque part, sur le fil du Destin, que leur histoire ne serait jamais de tout repos. Partir oui... Mais pour mieux revenir ? Ou était ce simplement partir avec le risque de ne retrouver que des vestiges d'une histoire passée à son retour ? Cela devenait compliqué, tendu... Et peut être que cela serait aussi angoissant pour la jeune femme de se retrouver, seule là bas, loin de lui et du réconfort de ses bras. Pourtant, elle ne voyait aucune autre solution que celle là. Evidemment, cela ne pourrait être interprété que comme une fuite mais elle... Elle savait que ce n'était pas cela. Sarah imaginait plutôt ce périple comme un retour aux sources qu'elle n'avait que trop longtemps retardé et qui ne pourrait que lui apporter des réponses qu'elle attendait depuis tant d'années. Mais, une fois encore, rien n'était dit qu'elle trouverait la solution à ses problèmes. Elle était partie depuis si longtemps maintenant, il ne restait probablement que des bribes de souvenirs çà et là... Et encore ! Mais il fallait tenter, essayer. Elle n'avait rien à perdre, hormis un peu de son temps. Enfin... Il y avait aussi Aaron sur la sellette. L'attendrait il ou non ? Rien n'était fixé et définitif entre eux et il était évident que son départ pouvait tout envoyer valser. C'était pour cela d'ailleurs qu'elle avait pris la peine de l'informer de ses intentions en venant le retrouver au Wild Bar, en pleine période de rush. Ainsi, il comprendrait peut être qu'il revêtait une certaine importance pour elle et histoire de vraiment mettre toutes les chances de son côté...

Toujours le dos tourné à Aaron, assise sur le banc, l'Ecossaise s'attendait plus à un jugement qu'aux paroles qu'il lâcha alors. Certes, il comprenait... Mais pas tout à fait. Il avait son passif, elle avait le sien, et le for intérieur de la belle n'était pas supposé être d'une telle violence. Au regard de la louve, peut être que oui. Mais, en aucun cas alors qu'elle était complétement humaine et en pleine possession de ses moyens. Sans doute n'imaginait il pas la situation comme telle. Mais Sarah aurait elle le courage de lui avouer cette partie là de l'histoire ? Il connaissait son caractère tranché et impulsif mais en aucun cas elle était une tueuse née. Au contraire même, elle avait passé tant de temps à vouloir contrecarrer les pulsions intestines du prédateur animal qui sommeillait en elle. Alors, ce soir, toutes ses convictions s'étaient retrouvées ébranlées et l'image qu'elle possédait d'elle même complétement ternie désormais. Il lui fallait agir pour ne pas ressembler à l'image de ce rêve. Elle ne voulait pas devenir ce père de ses souvenirs flous et vieillis. Frottant un instant ses paumes, devenues un peu moites du fait de l'anxiété grandissante, sur le tissu de son jean, la jeune femme finît alors par se lever et par se retourner vers l'Alpha. Il semblait si sûr de lui même, presque certain que ce qu'il s'était passé n'était finalement rien et qu'il était inutile pour elle de s'angoisser pour de telles broutilles.

Tu ne comprends pas non. Tu ne peux pas, tu n'as pas toutes les cartes en main. Certes, tu as du sang sur les mains, je le sais. Mais la situation était différente, c'était ton "travail". Tu ne tuais pas par plaisir mais par obligation.

Un léger soupir franchît alors les lèvres de la jeune femme tandis qu'elle faisait le tour du banc pour se retrouver près d'Aaron.

Ce que tu dois bien comprendre c'est que j'éprouvais un plaisir malsain à malmener cet homme. C'était comme si quelque chose en moi s'était éveillé, que je possédais ce désir depuis longtemps tapi quelque part. Et, pour une fois, cela n'avait rien à voir avec ma louve. Je ne me suis pas transformée une seule fois pendant cette séance de torture...

Posant son épaule contre le casier, elle fixait Aaron de ses grands yeux gris, sans chercher à esquiver son regard ni le moindre jugement. Il fallait que tout ça sorte, pour de bon.

Oui, il y avait un précédent avec lui mais ça remonte à mon arrivée à la Nouvelle Orléans. Et si c'était par pure vengeance, mon côté métamorphe aurait pris le dessus, j'en suis intimement convaincue. Je t'assure que c'était tout autre chose et que cela m'inquiète au plus haut point. Je ne veux pas devenir un monstre Aaron...

Un instant, le rêve qui l'avait éveillée en plein milieu de la nuit aux côtés de son amant refît surface. Légèrement, elle secoua la tête pour ne plus y penser et se pinça la lèvre inférieure, avant de regarder le barman de nouveau.

Toujours est il que c'est pour cela que je pars en Ecosse, là je suis née et où j'ai grandi. Il me faut trouver des réponses à certaines interrogations. Et puis, en même temps, cela permettra à cette histoire de se tasser car je suis certaine que ce type n'en restera pas là.

Un léger silence plana alors, silence pendant lequel elle se décolla du casier et s'approcha du loup, lui déposant un délicat baiser sur la joue, l'une de ses mains restant posée sur l'autre.

Ce sera aussi une manière pour moi de te protéger. Je ne sais pas ce qu'il arriverait si je restais pour l'instant et savoir que tu pourrais être en danger par ma faute me dérange. Je sais que tu es capable de te défendre mais tu ne devrais avoir à le faire à cause de moi. Tu comprends ?

Cette manière de s'inquiéter pour lui pouvait s'avérer touchante au regard d'autrui... Mais, au fond d'elle, elle restait persuadée qu'il ne l'entendrait pas de cette oreille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Dim 28 Avr - 14:25

Aaron essayait de temporiser un peu, même si, au fond, il n’avait pas non plus énormément de temps devant lui. A vrai dire, il espérait surtout essayer de la faire parler, de comprendre véritablement de quoi elle parlait en arrêtant de tourner autour du pot. Cette histoire lui échappait quelque peu parce qu’elle n’avait toujours pas dit ce qu’elle avait fait. Elle avait failli tuer un homme, certes, mais il ne connaissait ni le contexte, ni ce qu’elle lui avait véritablement fait. Assis sur le banc, il n’avait rien dit, attendant qu’elle lui explique de quoi il en retournait, mais, au lieu de cela, il eut le droit plus ou moins à une remontrance lui expliquant gentiment qu’il ne « comprenait pas ». Ses yeux ambre posés sur Sarah, il ne broncha toutefois pas, se contentant de prendre à la volée les mots qu’elle lui envoyait au visage. Ce n’était pas véhément mais, encore une fois, elle ne cherchait pas à répondre à sa question, se contentant simplement de tourner autour du pot. Un comportement qu’il n’appréciait pas nécessairement, l’Alpha préférant qu’on aille droit au but, spécialement dans ce genre de situation vu que, dans ce cas, il aurait eu plus facilement « toutes les cartes en main » pour effectivement pouvoir l’aider. Elle n’avait pas tort, bien entendu, en tant que Stigma, c’était son rôle de s’occuper des Métamorphes renégats mais il avait aussi du sang d’autres sur les mains, qu’ils s’agissent de bagarres qui avaient mal tournées ou de guerre de gang, notamment avec les Vipers. Il ne pipa mot tandis qu’elle lui expliquait qu’elle avait ressenti un plaisir malsain à torturer l’homme dont elle parlait, lui assurant que cela n’avait rien à voir avec son instinct animal, lui opposant l’argument de la transformation, ou plutôt, dans son cas, de l’absence de transformation. Il aurait pu lui rappeler gentiment qu’il n’était pas nécessaire de se transformer pour être sous l’influence de son instinct, mais il préféra la laisser continuer.

Enfin, elle répondit à sa question, du moins en quelques mots qui précisaient déjà les raisons qui avaient pu la pousser à se laisser aller à des pulsions meurtrières. Le problème des Métamorphes, surtout ceux qui possédaient des animaux-totems particulièrement sauvages et prédateurs, était que lorsqu’il était question de sentiments bestiaux comme la colère ou la haine, il était beaucoup plus difficile de réprimer ces pulsionsqui retrouvaient un écho dans l’instinct animal qui était le leur. Il ne cilla pas alors qu’elle lui parlait de l’Ecosse, sa destination à partir du lendemain, préférant laisser du temps pour que l’histoire se tasse, craignant des représailles de celui qu’elle avait agressé mais également pour trouver les réponses qu’elle cherchait. Des réponses à des questions qu’il ignorait. Aaron pouvait alors se rendre compte à qu’elle point il ne savait peut-être finalement pas grand-chose d’elle. Ne parlaient-ils pas assez lorsqu’ils se voyaient ? Peut-être auraient-ils du faire cela au lieu de se laisser à la fougue de la passion dans l’antre de la Métamorphe. Quand enfin elle invoqua le motif de le protéger, il ne put s’empêcher de laisser monter un petit sourire au coin de ses lèvres. Celle-là, c’était probablement la meilleure. Comme s’il avait seulement besoin qu’on s’occupe de lui. Il se releva dans un soupir et, sans l’ombre d’un avertissement, fit quelques pas en avant pour se rapprocher de Sarah avant de poser ses paumes sur les casiers de métal froid de part et d’autre de la jeune femme, l’emprisonnant, d’une certaine manière, de son corps, son regard plongé dans le sien. « Tu as fini de tourner autour du pot Sarah ? » Le ton n’était pas méchant, mais pas léger non plus. Simplement interrogatif. Presque assimilable à de la curiosité.

Il ne la quittait pas des yeux. « Je suis suffisamment grand pour me protéger tout seul, et même si je comprends ta position, je pense que je n’ai pas besoin de te rappeler que je suis de taille à te tenir tête, que ce soit en tant qu’humaine ou en tant que louve. » Il eut un petit sourire tandis qu’il se rappelait les quelques fois où il avait fait face à l’animal qui sommeillait en Sarah. « Que tu veuilles partir, je peux le comprendre, mais tu n’as toujours pas répondu à ma question. Je veux savoir ce qu’il s’est passé. Du début, jusqu’à la fin. Je ne veux pas le savoir pour te juger ou pour essayer de te faire changer d’avis, mais simplement pour, comme tu me l’as fait remarquer, comprendre. » Accessoirement, il mentait peut-être un peu sur le fait qu’avec cette connaissance, il essayerait peut-être de lui trouver une autre solution. Toutefois, au fond de lui, il savait déjà que cela ne serait pas forcément possible. Il décolla une de ses mains d’un casier et la passa doucement dans les cheveux de la Métamorphe. « Tu ne deviendras pas un monstre, il n’y a aucune raison pour que ce soit le cas. » L’idée qu’elle partirait dès le lendemain matin pour l’Ecosse ne le laissait néanmoins pas indifférent. Ce n’était pas la porte à côté, et, de ce fait, il savait qu’il ne la reverrait pas avant longtemps. L’espace d’un instant, il se demanda si elle reviendrait tout simplement. Certes, elle avait fait l’effort de venir le voir pour le prévenir mais sa quête semblait bien hypothétique et que ferait-elle si elle ne trouvait pas les réponses qu’elle cherchait ? Reviendrait-elle quand même ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Mer 1 Mai - 17:20

Ce serait loin d'être simple, elle le savait. Malgré tout, elle n'imaginait pas encore à quel point avant d'être arrivée dans ces vestiaires avec lui. Finirait il par lui faire regretter de ne pas avoir simplement laissé un message à son attention ou de ne pas être partie sans prévenir tout simplement ? Oh, certes, elle aurait pu le prévenir une fois à destination. Mais elle en avait décidé autrement. Bon ou mauvais choix ? Elle n'aurait su le dire... Car, en venant le trouver, elle se doutait à quel point son départ n'en serait que plus difficile. Au départ, pas tant parce qu'il la retiendrait. Ca, elle n'en était absolument pas sûre pour deux sous. Plutôt, au contraire, parce qu'elle elle aurait grand peine à le quitter. Peut être aurait elle dû s'y prendre autrement et lui mentir. Du moins, c'était ce qu'elle venait à en penser vu la tournure que prenait la conversation. Si elle lui avait simplement dit qu'elle le quittait et ne voulait plus le revoir, il ne se serait pas inquiété et n'aurait pas cherché à comprendre plus que cela. Cela aurait été un mensonge grossier, évidemment. Mais, parfois, le mensonge valait mieux que la vérité aux oreilles de ceux qui pouvaient nous être cher. Ainsi, elle serait partie, certaine qu'il aurait été à l'abri de tout, même si son coeur s'en serait retrouvé bien lourd. Enfin... Il y avait bien longtemps que la métamorphe ne croyait plus au bonheur ni à l'amour avec un grand A. Et puis, même si ses sentiments pouvaient y ressembler à s'y méprendre, leurs instincts faussaient tout et il était loin d'être certain que leur histoire serait guère plus que des pulsions animales à assouvir. Mais, dans ce cas précis, pourquoi prendre la peine de venir jusqu'ici et se mettre en danger pour le prévenir et le protéger ?

Parce qu'elle tenait à lui... Sentiment irraisonné qu'elle ne parvenait pas à comprendre, tant il était difficile de trouver un terrain d'entente entre eux parfois. Pourtant, quoiqu'il dirait, sa décision était prise : elle partirait. Il lui semblait évident que l'Ecosse recélait des secrets qu'elle n'avait pas su découvrir et qu'il était plus que temps de les mettre à nu. Le blocage qu'elle avait vécu n'avait que trop longtemps duré. En rencontrant Aaron, en le laissant l'aider, elle avait découvert des zones sombres de son passé qu'elle ne pouvait supporter plus longtemps de ne pas connaître et comprendre. Il était grand temps de repartir sur des bases saines et solides. Au contact de la main du jeune homme cependant, ses paupières se fermèrent un court instant, retrouvant un peu de calme et de sérénité dans cet océan d'inquiétude dans lequel elle se débattait depuis sa fuite de la clinique. Même s'il persistait à vouloir tout comprendre de A à Z – ce qui avait le don d'agacer la louve – ce simple geste avait eu un effet bénéfique et réconfortant sur elle. Oubliés les propos un peu durs qu'il pouvait avoir à son égard, Sarah poussa un profond soupir de soulagement mais aussi d'épuisement.

Te souviens tu de cette nuit où je me suis réveillée en sursaut à tes côtés ? De ce rêve que je pensais stupide ? Et bien... Je crains fort qu'il ne soit pas autant que je le croyais. Plus j'y ai pensé et plus je m'en suis retrouvée persuadée qu'il ne s'agissait pas là d'une fabrication de mon esprit. Je suis convaincue qu'il s'agit là d'un souvenir remonté à la surface. Et ce que j'ai fait ce soir ne me pousse que davantage dans cette conviction.

Les pupilles acier de la belle se braquèrent alors dans celles plus chaudes du loup, ne cillant pas un instant sous elles.

Il me faut trouver des réponses, comprendre ce qui est arrivé à mon père pour ne pas que ça m'arrive. Imagine si cette folie meurtrière était héréditaire ? Je sais, ça peut paraître dingue mais... J'ai commis tant d'atrocités dans le passé que j'en viens à craindre pour l'avenir.

Un léger sourire empreint de tristesse se dessina alors sur ses lèvres. Le quitter n'était pas ce qu'il y avait de plus simple, encore moins pour les raisons pour lesquelles elle prenait le large.

Quant à toi... Je sais que tu es apte à te défendre. Mais le climat avec certains normes est tellement tendu... Je ne voudrais pas qu'il t'arrive malheur c'est tout. Tu ne vas pas m'en vouloir de tenter de protéger mon mentor non ?

L'emploi de ce mot pour le qualifier n'était pas anodin. Rien n'était officiel entre eux, hormis cette relation de "tutorat", et il lui semblait donc normal de ne pas le nommer autrement que par l'une de ses nombreuses fonctions, forcément. Un sourire un peu plus doux s’afficha alors sur son visage, malgré un regard peiné, et sa main vînt caresser à nouveau la joue de l'Alpha, amorçant une certaine proximité entre eux. Pour la suite de ses propos, il lui fallait au moins ça...

Et pour ce qu'il y d'autre, entre nous... Tu n'as aucune obligation d'attendre mon retour. Rien ne nous lie et je comprendrais et accepterais qu'une autre louve trouve sa place à tes côtés. De toute manière, je n'en aurais guère le choix.

Sans attendre une quelconque réponse d'Aaron, Sarah se permît alors de déposer un baiser au coin de ses lèvres. Peut être le dernier avant son retour... Ou le dernier tout court. La distance avait toujours raison de tout...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Lun 13 Mai - 16:33

Cette situation ne lui plaisait pas. Peut-être aussi parce qu’il jouait contre la montre et que, d’ici quelques minutes, il lui faudrait reprendre le chemin de la salle pour reprendre son poste. Charlie comprendrait certainement qu’il soit un peu occupé mais il avait un rôle à tenir et il n’acceptait pas de déroger à cette règle, pas de manière aussi inopinée, sans pouvoir prévenir à l’avance. Mais malgré ses demandes, elle s’était obstinée à ne pas vouloir lui dire exactement ce qui s’était passé. Avait-elle vraiment peur de lui dire ce qu’elle avait fait ? Redoutait-elle qu’il se braque ? En réalité, il n’en savait absolument rien du tout. Il était dans le flou le plus total et, d’une certaine manière, il n’imaginait même pas ce qu’elle avait pu faire avec cet homme. Visiblement, elle avait du le blesser d’une manière ou d’une autre mais jusqu’à quel point ? Il semblait toutefois qu’elle n’était pas allée jusqu’à le tuer mais cela n’indiquait pas grand-chose à l’Alpha qui était las de jouer aux devinettes avec la jeune femme. Se pourrait-il qu’un jour ils puissent discuter plus simplement sans avoir besoin de prendre des chemins détournés ? Il espérait pouvoir y croire mais cela semblait particulièrement compliqué. Il devait admettre qu’il n’était pas exemplaire sur le sujet mais Aaron était adepte du « fait ce que je dis, pas ce que je fais » aussi cela le contrariait-il un peu de voir que Sarah semblait stratégiquement éviter de lui parler à cœur ouvert. Sans la quitter des yeux, plus proche d’elle que jamais, il l’écouta parler de cette nuit où ils avaient dormi pour la première fois ensemble. Il se rappelait effectivement s’être réveillé sans sa présence à ses côtés et se souvenait encore un peu du cauchemar qui l’avait apparemment tirée de son sommeil. Silencieux, il acquiesça tandis qu’il attendait la suite du récit.

Encore une fois, elle évoqua les évènements de la soirée mais n’alla pas plus loin. Se résoudrait-elle à lui dire enfin ce qu’il s’était passé ? Il essaya cependant de ne pas s’énerver et se maitrisa pour ne pas remettre les points sur les « i ». Son passé de violence semblait lui faire craindre l’avenir, malgré cet accord tacite qu’ils avaient tous les deux. Aaron n’était pas certain de pouvoir entièrement remédier à ses instincts violents mais il semblait obtenir de bons résultats, apparemment cela ne suffisait pas à la jeune femme qui pensait trouver la clef de son salut dans son passé. Une logique certaine, bien qu’elle ne plaisait pas nécessairement au Métamorphe qui, il devait l’admettre, n’aimait pas vraiment l’idée de la laisser partir comme ça, aussi loin, sans même savoir si elle reviendrait seulement. Ce n’était pas la première fois qu’une personne à qui il attachait de l’importance et de l’affection quittait la ville et aucune d’entre elles n’étaient revenues. Il eut un petit sourire quand elle parla de « protéger son mentor », comme s’il avait besoin d’être protégé. « Il a bon dos le « mentor » à protéger, hein ? » Il attrapa la main qui glissait sur sa joue d’une des siennes en refermant cette dernière avec douceur afin de la garder contre lui. Sans la quitter des yeux, il ne dit ou fit rien tandis qu’elle lui faisait remarquer qu’elle ne s’offusquerait pas s’il devait oublier ce qu’il y avait d’autre entre eux. Seul le silence accueillit la fin de ses propos. S’imaginait-il donc qu’il courait les louves comme un chien coursait un lièvre ? Ou peut-être faisait-elle simplement référence au fait que certaines Werewolves lui tournaient effectivement autour ? Il n’y avait qu’une femme pour remarquer le manège d’autres femmes, n’est-ce pas ?

Il esquissa un sourire amusé. « Tu es incroyable tu sais… » Il soupira doucement et relâcha sa main avant de pousser légèrement sur le casier afin de se redresser, la regardant de tout son haut. « Mais tu es une pitoyable menteuse. Je sais très bien que tu aurais beaucoup de mal à voir une autre louve à mes côtés. » Il la regarda, amusé, avant qu’un éclair passe dans ses yeux à l’instant où il attrapa la jeune femme pas les hanches avant de la soulever du sol, se servant du casier pour la garder à quelques centimètres du sol, suffisamment pour qu’elle lui fasse face. Sans perdre un instant, il profita de la surprise pour lui voler un baiser. « Je vais devoir retourner travailler, mais je n’ai pas dit mon dernier mot. Est-ce que tu peux me faire une faveur avant de partir ? J’aimerais que tu attendes que j’ai fini mon service et que tu passes chez moi d’ici… » Il regarda la montre qui trônait sur un mur des vestiaires. « Voyons… Je finis à deux heures, disons à trois heures du matin. Ca te va ? » Il esquissa un autre sourire, plus mystérieux qu’amusé et colla son front au sien. « J’imagine que tu veux te reposer avant de partir, mais ce serait vraiment bien que tu passes. » Il avait presque murmuré, comme s’il la suppliait de le faire sans pour autant réellement le faire. Non pas qu’il ne voulait pas la supplier, mais simplement qu’il pensait qu’il n’avait pas besoin de le faire pour la convaincre. De toute façon, il n’avait pas dans l’intention de la laisser partir sans avoir sa promesse qu’elle passerait chez lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Mar 28 Mai - 15:40

En tant qu'Ecossaise pure souche, le caractère de Sarah ne dérogeait pas à la règle de ces derniers et ne faisait pas non plus mentir leur réputation. Bornée, têtue... Des qualificatifs qui lui seyaient comme un gant. Ajoutez à cela sa personnalité taciturne et solitaire... Elle n'était pas vraiment le genre de femme facilement accessible ni compréhensible. Aussi, il était normal que même son propre alpha ne sache pas forcément par quel côté l'aborder et encore moins si elle se laisserait maîtriser et contrôler. Pourtant, les surprises avec elle étaient également aussi nombreuses qu'étonnantes. Alors que tout semblait les séparer, un petit quelque chose était né entre ces deux êtres. Etait ce simplement dû à leur nature de métamorphe loup ou était ce autre chose, de plus profond ? Il était impossible de réellement se prononcer sur le sujet et Sarah serait la dernière à prétendre avoir réussi à capturer le coeur de celui qui était aussi devenu son mentor. Il existait effectivement une attirance animale et bestiale entre eux mais jamais elle ne se targuerait de plus que cela. C'était aussi pour cette raison qu'elle s'était soumise devant lui, à l'instant même, lui faisant croire qu'elle ne protesterait pas à son "éviction". En un sens d'ailleurs, elle le pensait, même si elle savait pertinemment que son caractère bien trempé lui donnerait une raison, tôt ou tard, de s'en prendre à sa potentielle remplaçante. Ne pas avouer clairement que c'était pour lui mais se venger quand même... Ca, elle en était clairement capable même si ce geste démontrait nettement un côté calculateur et perfide chez la belle. Il fallait bien des défauts non ? Mais il n'était clairement pas dupe et semblait l'avoir bien cernée, bottant en touche l'idée même qu'elle resterait sans rien dire devant une telle scène. La connaissait il finalement déjà aussi bien ?

Alors qu'elle s'apprêtait déjà à partir sous peu, lui ayant dit tout ce qu'elle pensait nécessaire de lui dire, Aaron la surprît en l'empêchant de prendre congé justement. Certes, elle aurait pu se débattre, chercher à se confronter à lui... Mais à quoi bon ? Le frapper ne faisait pas parti de ses prérogatives et elle ne voulait pas quitter la Nouvelle Orléans en laissant ce triste souvenir derrière elle. Il y avait de bien meilleurs moyens de marquer un départ que celui là, non ? Quoiqu'il en soit, ce geste puissant de sa part contrastait nettement avec la douceur dont il pouvait être capable. Craignait il quelque chose pour la retenir ainsi ? Et, si tel était le cas... Qu'était ce donc ? Impossible de réfléchir dans de telles conditions, Sarah n'avait pas d'autre choix que de s’accommoder de cet état de fait. Rongeant son frein, malgré un regard qui en disait long sur ce qu'elle pensait d'être retenue de cette manière, elle l'écouta sans ciller un instant... Avant de comprendre enfin pourquoi il semblait la retenir de cette façon, non sans savourer le baiser qu'il lui déroba au passage. Il savait comment y faire avec elle pour l'empêcher de se rebeller. Heureusement pour lui qu'elle ressentait, au fond, bien plus qu'une simple "attirance" à son égard.

Je pensais partir dès que je serais sortie du bar à vrai dire...

Un ton laconique, cachant sans doute une certaine tristesse quant à ce départ. Si elle avait eu un autre choix, elle l'aurait clairement saisi. Que fallait il faire ? Attendre et le mettre potentiellement en danger ou partir dans la foulée ? Elle le savait capable de se défendre oui, mais si jamais il lui arrivait quelque chose de malencontreux de sa faute à elle... Jamais elle ne se le pardonnerait. Ne touchant plus le sol, fixant Aaron droit dans les yeux, elle posa alors ses mains sur ses avant bras, appréciant au passage la musculature de l'homme qui avait déjà partagé ses nuits. Ca, ça allait bien lui manquer, pour sûr!

Je ne sais pas pourquoi tu veux que je passe... Mais j'essaierais, promis.

Une promesse bien peu réconfortante à ses oreilles, elle s'en doutait aisément. Mais, si jamais elle se faisait arrêter en cours de route avant même de le retrouver... Elle ne voulait pas qu'il croit qu'elle aie pu lui faire faux bond de manière volontaire.

Je ne peux pas faire plus... Et puis, un endroit neutre ce serait peut être mieux non ?

La jeune femme n'oubliait pas qu'il ne vivait pas seul chez lui et craignait de provoquer un certain malaise en y débarquant comme ça en pleine nuit. Un léger sourire contrit s'afficha alors sur son visage. Comprendrait il qu'elle déterrait légèrement le sujet "Luka" ? De toute manière, il n'y avait pas que lui comme "colocataire" et il serait aussi très facile de remonter la piste jusqu'à l'appartement du Werewolf si jamais elle avait été suivie ce soir. Cela faisait finalement bien plus de raison qu'une simple histoire de "possession amoureuse". Ne pouvant plus vraiment bouger sans tenter de recourir à la force de sa nature animale – et risquer de blesser son Alpha était totalement hors de question – Sarah se retrouvait alors à la merci d'Aaron et soumise à son bon vouloir. La laisserait il partir avec une promesse aussi floue que celle qu'elle venait de lui faire ?

Tes clients vont s'impatienter... Ne leur fais pas faux bond.

Un petit sourire taquin sur les lèvres, il était évident qu'elle songeait plutôt aux "clientes". Pourtant, elle n'en pipa pas clairement mot. Ah! Jalousie quand tu nous tiens...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Mar 28 Mai - 23:03

Il ne lui avait pas demandé son avis pour la garder avec lui quelques instants supplémentaires. Alors qu’il l’avait plaquée contre le casier histoire de la ramener à hauteur de regard. Pour ainsi dire, s’il avait eu quelques minutes supplémentaires, il aurait probablement fait davantage mais il fallait rester lucide, ce n’était pas vraiment l’endroit, ni le moment et encore moins l’occasion. Peut-être que si elle ne lui avait pas annoncé son départ, il aurait pu en être autrement, mais la question n’était pas là. Esquissant un léger sourire après l’avoir embrassée, il reprit un air beaucoup plus sérieux quand elle lui avoua qu’elle avait compté quitter la ville après avoir passé la porte du bar. « Tu n’es pas à quelques heures près, si ? » Partir maintenant ou plus tard, quelle différence ? Ce n’était pas comme s’il lui demandait de retarder son départ de plusieurs jours. Enfin, de toute façon, il n’avait pas l’intention de la laisser partir tant qu’elle ne lui ferait pas la promesse de passer. Il comptait bien la revoir dans un autre contexte, où ils seraient bien plus tranquilles et où l’Alpha aurait un peu plus de temps avec elle. Une entrevue à la dérobée entre deux cocktails ne lui convenait absolument pas, bien qu’il ait apprécié qu’elle vienne lui dire qu’elle partait plutôt que de s’enfuir sans un mot comme elle avait pu le faire, en quelque sorte, lorsqu’elle avait cru qu’il couchait encore avec Luka. Un tort partagé, assurément, mais décider de ne plus lui parler du jour au lendemain n’était pas la plus intelligente des choses à faire. Il la regarda profondément dans les yeux tandis qu’elle lui promettait, sans grande assurance, de passer si elle le pouvait. « Parce que j’aimerais bien te voir plus longtemps qu’à la dérobée dans un vestiaire d’un bar pendant cinq malheureuses minutes. »

Il soupira quelques instants. Puis sa remarque lui fit lever les yeux vers elle à nouveau. « Un terrain neutre ? » Il l’interrogea du regard pendant de rares secondes avant de comprendre ce qu’elle signifiait par là. Il eut un petit sourire. « C’est un terrain neutre mais je comprends… » Il réfléchit quelques temps, tournant la tête dans une direction, fixant le sol le temps de trouver quelque chose qui pourrait convenir. Après un petit moment de silence, il reposa ses ambres dans les prunelles grises de la jeune femme. « Il y a un petit parc dans le quartier français. Il est tranquille et il y a peu de chance que tu y sois suivie. » Il eut un petit sourire avant de la serrer un peu plus contre lui. « Je te déconseille de me faire attendre ! » Il lui vola un autre baiser avant qu’elle ne lui fasse remarquer qu’il avait encore des clients. Il haussa les épaules et accepta de la laisser à nouveau toucher le sol. Il s’écarta d’elle, lui laissant toute marge de manœuvre pour, à nouveau, pouvoir se déplacer. « Ne me fais pas faux bond. » Il s’était tourné vers elle dans un sourire, la taquinant sur ses derniers mots et ouvrit la porte du vestiaire qui donnait sur le couloir. Avant de se glisser dans l’ouverture de la porte, il posa à nouveau son regard sur elle. « A trois heures du matin, n’oublie pas. » Il eut un sourire qui contrastait quelque peu avec son regard sérieux qui s’illumina quelques instants avant qu’il ne disparaisse dans le couloir. Quelques secondes plus tard, la porte qui donnait vers l’intérieur du bar s’ouvrit, apportant son lot de bruit, et il retourna à son poste, reprenant position derrière le bar.

Tandis qu’il reprenait les commandes, il regarda la jeune femme quitter le bar avant de se mettre totalement en conditions de travail. Il repensait à ce qu’elle lui avait dit, assurément, mais il était convaincu qu’elle tiendrait sa promesse. Le contraire l’étonnerait beaucoup. La fin de son service arriva plus rapidement qu’il ne le pensa. Il se changea avec rapidité et quitta le Wild Bar avant de rejoindre son appartement. Il discuta quelques instants avec Luka et se rendant compte qu’il était l’heure pour lui d’aller à son rendez-vous, il quitta ce dernier rapidement. Laissant sa moto, il se rendit au parc à pied. Il était vraiment tard et il n’y avait personne dans les rues. Ses pas résonnaient au milieu des allées mais il ne lui fallut que quelques minutes avant d’apercevoir le parc. Un coup d’œil à sa montre lui démontra qu’il était en avance. Sans se soucier de quoique ce soit, il se fraya un chemin jusqu’à un banc qui se trouvait près dans lampadaire. L’étendue de verdure était suffisamment petite pour qu’on puisse apercevoir tout ce qui s’y passait de là. Si Sarah devait venir, elle ne le manquerait pas. Il laissa passer quelques minutes. L’heure approchait. En son fort intérieur, son instinct lui disait qu’elle ne lui ferait pas faux bond, qu’elle viendrait à ce rendez-vous même si cela ne rentrerait pas dans ses plans. Pourtant, il devait bien admettre qu’elle n’était pas à l’heure… Son esprit commençait à douter, mais, de toute façon, il n’avait rien de mieux à faire que d’attendre encore. Si elle ne se présentait pas, il pourrait toujours rentrer chez lui, toutefois cela ébranlerait certainement un peu la confiance qu’il avait en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Mar 4 Juin - 16:51

L'instant qu'elle redoutait approchait de plus en plus. Pourtant, il ne voulait pas la laisser partir comme elle l'avait prévu. Malgré son fort caractère, l'Ecossaise devait bien admettre qu'elle rencontrait, parfois, grand mal à lui refuser quoique ce soit. Et puis, en un sens, le quitter n'était pas non plus une joie pour elle, consciente que son départ provoquerait bien davantage qu'un simple voyage et que les liens qui s'étaient tissés entre eux se feraient plus distendus, forcément. Mais elle n'avait guère d'autre choix. Il lui fallait essayer d'avancer, de comprendre et, espérons le, d'apaiser ses craintes ainsi que ses travers dangereux et violents. Elle était convaincue que la solution à ses problèmes se trouvait là bas, de l'autre côté de l'océan. Mais... En reviendrait elle simplement saine et sauve ? Peut être que le pire l'attendait sur l'autre rive, que des fantômes du passé allaient ressurgir bien plus que de raison et lui causer une fin prématurée. Ne voulant pas effrayer sans raison valable son Alpha, elle ne lui en avait fait aucunement part. Pourtant, elle se doutait fort bien que ce retour au bercail ne serait pas aussi agréable que l'on pourrait le souhaiter... Et puis, il n'avait pas besoin de savoir tout ça n'est ce pas ? Se dire qu'elle avait simplement coupé les ponts sans jamais revenir vers lui serait une pilule plus digeste à avaler qu'un deuil et une éventuelle vengeance à planifier. Et puis, de toute façon, c'était son passé et il n'avait rien à y faire. Elle n'avait absolument aucun droit de partager avec lui ses démons enfouis, il en avait bien suffisamment comme ça à porter sur ses épaules. Malgré tout, elle lui avait promis, avec réserve cependant, de tenter de venir le retrouver. Il ne restait plus qu'à tenir jusqu'à trois heures du matin, sans succomber à l'envie de prendre la fuite...

Le laissant retourner à son job, elle attendît qu'il passe la porte pour se laisser tomber, quelques instants, sur un banc des vestiaires. C'était comme si toute force l'avait quitté, comme si ses muscles ne la portaient plus. Contrecoup des émotions contradictoires et de son assurance de façade sans doute. Il lui fallut quelques minutes pour reprendre ses esprits et, à force de courage, elle s'arma de nouveau pour sortir de ce lieu et affronter ce qui pourrait l'attendre au dehors. Alors qu'elle se dirigeait vers la sortie du bar, la jeune femme ne pût s'empêcher de se retourner pour le contempler encore une fois. Peut être la dernière. Alors qu'elle avait trouvé le nécessaire pour vivre heureuse, voilà que le passé ressurgissait, comme une malédiction. Elle aurait tellement voulu ne pas le mêler à tout ça... Il ne méritait pas une telle contrepartie. Un court instant, leurs regards se croisèrent, œillade remplie de promesses et de tendresse, du moins du côté de Sarah. Elle ferait le nécessaire pour le protéger, coûte que coûte. Il le fallait. Un léger sourire sur les lèvres, sans vraiment pouvoir déceler ce qu'il pouvait représenter, et la métamorphe tourna les talons, quittant ce lieu enfumé et alcoolisé qui ne lui avait, finalement et contre toute attente, apporté que du bonheur. La nuit lui ouvrait les bras, tout autant que les vices et les démons qui la hantaient, et ce fût la tête baissée vers le macadam qu'elle s'y engouffra, rasant les murs, esquivant la moindre provocation. Cette manière d'être n'était pas dans ses habitudes mais, si elle voulait assurer ses arrières jusqu'à l'heure fatidique du rendez vous, elle devrait éviter toute rixe et tout risque surtout.

Les heures qui s’ensuivirent ne furent pas des plus gaies. Finissant assise auprès des marais, l'esprit aussi embrumé que ces derniers pouvaient l'être, Sarah avait fini par oublier le rendez vous fixé, ne regardant plus sa montre au bout d'un moment. Ironie du sort, ses pensées étaient pourtant toutes tournées vers celui qui l'attendait dans un écrin de verdure bien plus confortable que le lieu où elle se trouvait. A l'instant même où elle se hasarda à contrôler ce temps qui lui semblait interminable, elle se rendît alors compte du retard qu'elle commençait à accumuler. Bien vite elle se redressa, bien décidée à honorer sa promesse. Seulement voilà, serait il encore là ? A pieds, cela serait si long de s'y rendre. Elle n'avait pas vraiment d'autre choix alors... Se déshabillant bien vite, à l'abri de tout regard indiscret, la belle revêtit alors son apparence animale, son pelage noir se confondant avec l'obscurité de la nuit. Se changer en louve n'était pas ce qu'elle préférait mais il était évident qu'elle irait plus vite à quatre pattes que sur deux jambes! Ramassant ses vêtements avec sa gueule, elle fonça alors à vive allure à travers la ville, empruntant les chemins les plus écartés pour passer le plus possible inaperçue. Lorsqu'elle arriva enfin près du lieu de rendez vous, l'heure convenue était déjà dépassée depuis un bon moment. Serait il encore présent ou aurait il abandonné, pensant qu'elle ne tiendrait pas sa promesse ? Avec précaution, l'animal s'enfonça dans les buissons du parc, cherchant la présence de l'Alpha à son odeur si particulière. Sa trace était décelable. Mais cela ne voulait pas signifier qu'il pouvait être encore là. Suivant la piste, Sarah arriva au point de rendez vous où il avait choisi de l'attendre. S'éclipsant derrière un buisson, elle déposa ses habits et entreprît de reprendre forme humaine avant même de chercher à vérifier sa présence ou non. Il avait voulu la voir elle, pas sa louve...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Lun 10 Juin - 17:00

Assis sur un banc, au milieu d’un parc désert, en pleine nuit, il n’était pas difficile de laisser vagabonder son esprit dans un néant de logique où toutes les pensées, mêmes les plus farfelues finissaient toujours pas trouver leur chemin jusqu’à l’intellect. C’était peut-être d’autant plus vrai lorsque la fatigue commençait à poindre le bout de son nez et, dans l’inaction, il était difficile de lutter contre elle. D’habitude, le métamorphe se contentait de se laisser tomber dans son lit lorsqu’il rentrait du bar, mais, là, ses plans pour la soirée avaient été quelque peu bousculés par l’annonce que lui avait fait Sarah. Et s’il n’y avait pourtant pas prêté énormément de réflexion, le petit changement dans son emploi du temps conventionnel laissait une place un peu trop grande à la fatigue, saine et logique après plusieurs heures de travail, mais difficilement bienvenue lorsqu’il était sensé avoir un rendez-vous dans les minutes à venir. Un coup d’œil à sa montre lui dit d’ailleurs qu’elle était déjà en retard. L’espace d’un instant, il se mit à se convaincre qu’il savait déjà qu’elle ne serait pas là à l’heure, ou plus exactement, qu’il se doutait qu’elle ne viendrait pas, même si, au fond, il avait toujours su qu’il avait pensé qu’elle viendrait, quel que ce soit le problème dans lequel elle s’était embourbé et dont elle ne lui avait parlé qu’à demi-mots. Cela avait d’ailleurs eu le chic de lui faire tourner le peu de méninges qui lui restait, pour essayer de comprendre ce qui pouvait bien la pousser réellement à s’enfuir ainsi, alors même que, finalement, les Werewolves étaient parfaitement capables de traiter ce genre de situation avec suffisamment d’efficacité si nécessaire. Après tout, ce n’était pas la première fois et ce ne serait certainement pas la dernière même si, il fallait l’avouer, Aaron n’était pas du genre à voir la mort comme une fin efficace en soi.

Nul doute que la Meute était déjà suffisamment dans le collimateur officiel en ce moment, par principe, parce qu’un rassemblement de motards n’avait jamais vraiment été apprécié, quel que soit l’endroit ou l’époque. Mais au-delà de ça, il y avait toujours moyen de se débarrasser d’un problème gênant, quitte, pour cela, à devoir faire disparaître un cadavre. Après tout, avec un groupe entier de carnivores, il y avait largement de quoi faire. Laissant de côté ses pensées plus ou moins morbides qui, de toute façon, n’avaient pas lieu d’être, il essaye de se concentrer sur le silence ambiant et, quelques instants plus tard, regarda de nouveau sa montre dans un soupir. Combien de temps lui laissait-il ? Il ne savait pas vraiment. Peut-être parce qu’il ne s’était pas posé la question, mais peut-être aurait-il du. Si elle avait eu un contretemps, il était fort probable qu’elle soit entrain d’essayer de le rejoindre et partir maintenant aurait été stupide. S’il se souvenait bien de ce qu’elle lui avait dit, elle souhaitait partir avant l’aube. Si elle tenait cet engagement envers elle-même, il avait une bonne appréciation du temps qu’il pouvait passer à l’attendre ici. L’aube était encore loin et il ne fallait plus qu’espérer qu’il ne finirait pas par s’endormir sur ce banc, à la lueur d’un lampadaire un peu vétuste. Il ne manquerait plus qu’on le confonde avec un sans-abri. Histoire de se remuer un peu les pattes et pour éviter de laisser son esprit un peu trop vagabonder, il se releva et fit quelques pas autour d’un banc. Il en profita pour faire quelques étirements pour se réchauffer autant que pour se réveiller davantage. L’exercice avait ce petit avantage non négligeable lorsqu’on essayait de lutter – un peu – contre la fatigue et l’envie de sommeil.

Plusieurs minutes plus tard, alors qu’il s’était à nouveau installé sur le banc, un léger bruissement le sortit de sa contemplation silencieuse. Tournant le regard vers le bruit qui lui semblait avoir entendu, il se redressa, faisant quelques pas vers le buisson qu’il avait identifié comme source potentielle du son inattendu. Passant un bras dans le feuillage pour l’écarte, il eut un petit sourire tandis qu’il se retrouvait face à Sarah, un peu moins vêtue que quelques heures plus tôt. « Eh bien, voilà qui plutôt agréable à voir. » Le ton légèrement grivois, il savait parfaitement qu’elle venait certainement de se transformer, le fait qu’elle était entrain de s’habiller étant un indice supplémentaire dans ce sens. Il tapota sa montre d’un doigt. « J’imagine qu’il est inutile de te rappeler qu’il n’est plus trois heures du matin depuis un petit moment ? » Il avait un large sourire, synonyme qu’il ne lui en voulait pas, du moins pas trop. Il la laissa à son buisson dans un clin d’œil amusé avant de retourner vers le banc. « Je te laisse te rhabiller, sinon tu vas finir par te faire des idées. » Il patienta quelques instants, tendant instinctivement l’oreille à chaque bruit qui provenait du buisson, principalement parce qu’il voulait s’assurer qu’il n’en provenait pas d’ailleurs. Lorsqu’enfin elle se montra à nouveau, il lui fit face tandis qu’elle venait à sa rencontre. « Je suis content que tu sois venue. J’admets que je commençais à douter du fait que tu viendrais ou non. » Ce n’était pas spécialement faux, mais au fond, il y avait toujours cru. « J’ai le droit de savoir ce qui t’as retenu, ou ça aussi c’est secret pour me protéger ? » Il croisa les bras dans un faux air de défi, s’appuyant contre le banc dans une posture assez nonchalante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Lun 24 Juin - 15:15

Au creux de cette nuit qui s'était amorcée des plus moroses subsistait enfin une lueur d'espoir. Tandis qu'elle se rhabillait promptement avant même de vérifier si Aaron était présent ou non – il aurait été plus que légitime qu'il se soit fait la malle après avoir ainsi attendu – un bruissement de feuillages lui fit tendre l'oreille et redresser la tête vers la source du bruit, prête à bondir s'il le fallait. Après tout, elle n'était plus à une attaque près ce soir. Et vu que le départ approchait à grands pas... Un cadavre en plus sur son chemin n'était rien de bien compromettant. L'important pour elle était de protéger son Alpha contre toute tentative pour l'atteindre et le mettre à mal, sa position en elle même étant déjà un élément critique en ce sens D'un côté, finalement, ce n'était peut être pas plus mal que leur relation soit restée à l'état d'un secret bien gardé. Jamais quiconque ne penserait à se tourner vers Aaron si Sarah causait du mal autour d'elle. Au pire des cas, on le questionnerait peut être parce qu'ils avaient pu être vus ensemble, en toute amitié, et rien de plus. Il était à l'abri déjà en somme. Mais tout de même... On ne pouvait être sûr de rien et c'était pour cette raison là, en plus du reste, que l’Écossaise avait fait ce choix de partir vers sa contrée natale aussi rapidement. Elle aurait pu finir par le faire... Plus tard. Mais les événements de la soirée l'avaient poussée à y songer plus rapidement que prévu. Ce qui l'attristait en revanche était de laisser derrière elle cette "famille" qu'elle avait tant recherché par le passé mais aussi cette relation qu'elle entretenait avec l'Alpha, aussi incompréhensible que chaotique. Quoiqu'il avait pu en dire, l'éloignement changerait forcément la donne, les louves espérant mettre le grappin sur lui sans vergogne depuis le premier jour.

A la limite, savoir qu'il serait retourné avec Luka la rassurerait peut être plus que de le laisser seul à leur merci... Après ce qu'ils avaient vécu ensemble à ce sujet, allez comprendre ! L'esprit d'une femme s'avérait complexe et celui de Sarah encore plus... Enfin, revenons à nos moutons. Euh... A nos loups plutôt. Le visage de Sarah tourné vers celui ou celle qui tentait de la sortir de sa cachette, les muscles tendus au cas où... Mais la belle ne put que se détendre rapidement en remarquant qui était le fouineur nocturne. Aaron... Un léger soupir de soulagement franchît la barrière de ses lèvres tandis qu'il la taquinait quelque peu, comme à son habitude, avant de la laisser retourner à son activité de rhabillage. Rapidement, elle se revêtit aussi correctement qu'elle le put – les vêtements déformés par les crocs et un peu baveux n'étant pas toujours l'idéal – et sortît du buisson d'un mouvement léger et gracieux. Mais elle n'eût pas vraiment à aller loin dans ses pas, le jeune homme n'étant pas resté bien loin d'elle tout ce temps là. Et puis... Elle n'eût pas à amorcer la conversation d'elle même, les boutades au sujet de son retard fusant à toute allure.


Hum... Me laisseras tu enfin répondre à une de tes questions avant de m'en asséner d'autres ?


Un léger soupir se fît entendre alors qu'un fin sourire se dessinait sur ses lèvres. Clairement taquine malgré ce qui les réunissait cette nuit là, Sarah se recoiffait négligemment du bout des doigts, ne perdant pas le loup des yeux comme si elle tentait d'en garder une copie parfaite en sa mémoire.

Je sais que je suis en retard et je pensais sincèrement que tu ne serais plus là mon arrivée... Comme quoi, tout le monde peut se tromper...


A nouveau un léger sourire, l’œil vif. La jeune femme faisait clairement référence au fait qu'il ai pu douter de sa venue. Certes, elle n'était pas infaillible... Mais il aurait dû savoir au fond de lui que ce qui les unissait était suffisamment fort pour qu'elle ne lui fasse pas faux bond. Enfin... Ni l'un ni l'autre ne semblait avoir réellement conscience de ce qui les liait. N'était ce pas plus mal finalement ? D'un pas lent et mesuré, elle vint alors à sa rencontre, se glissant sur le banc, à ses côtés, et se prenant même l'audace de se coller doucement contre lui, sans mot dire. Pourquoi agissait elle ainsi, elle qui n'était que passion irraisonnée et impulsivité ? Réalisait elle enfin ce qu'elle laissait derrière elle ?


Tu voulais que je vienne... Je suis là. Qu'avais tu donc à me dire de si important pour me demander de patienter et de te retrouver ici cette nuit ?

Rompant le léger contact charnel qu'elle avait initié, Sarah se redressa quelque peu, levant son visage vers celui d'Aaron pour tenter de croiser son regard aux éclats ambrés, celui là même qui l'avait confronté le soir de leur rencontre, ce soir là où le feu et la glace s'étaient affrontés pour finalement fondre au contact l'un de l'autre. Une passion dévorante qui les consumait tous deux, une relation où l'interdit et le secret étaient lois. Le départ inopiné de Sarah y changerait il quelque chose ? La jeune femme n'avait fait qu'accéder à sa demande... Avant de partir pour de verts pâturages où l'avenir serait bien incertain et où la peur prendrait place dans ses veines à défaut de cette passion qui la poussait chaque jour à se surpasser.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Jeu 27 Juin - 18:05

Dans une situation différente, Aaron aurait probablement – et sans aucune gêne – profité de la situation pour garder Sarah quelques temps de plus au milieu des buissons. L’heure n’était cependant pas à ce genre de choses, même si l’envie n’était pas ce qui faisait le plus défaut au Métamorphe. Il fallait rester quelque peu sérieux, sans quoi elle ne comprendrait pas vraiment ce qui allait suivre. Tandis qu’il l’abandonnait à sa session d’habillage, l’Alpha n’aurait pu être plus sûr de ce qui allait suivre. Tout était réellement soudain et, à vrai dire, il ne s’était pas attendu à ce qu’elle vienne le voir un jour pour lui annoncer qu’elle devait partir, pas après lui avoir servi qu’elle avait trouvé ici ce qu’elle cherchait depuis longtemps. L’idée qu’une petite embrouille d’un soir puisse la faire changer d’avis était étonnant, en réalité il aurait apprécié en parler plus longuement avec elle, comprendre ses motivations profondes, chercher peut-être à lui faire reconsidérer ses choix, même si, au fond, il était convaincu qu’il ne parviendrait pas à la faire changer d’avis. Il n’était même pas certain de vouloir le faire. Aaron n’avait jamais été du genre à forcer les gens à agir différemment de leurs envies ou de leurs besoins, Sarah ne faisait pas exception, même si l’idée de la laisser partir n’était pas nécessairement des plus agréables à imaginer. Elle avait ses raisons, faits ses propres choix jusqu’à maintenant et ce n’était pas parce qu’elle faisait partie d’une Meute qu’elle devait obligatoirement s’y retrouver enfermée. Chacun avait ses propres démons auxquels il devait faire face et, apparemment, pour cela, la jeune femme devait partir. Difficile de dire si elle reviendrait seulement un jour mais Aaron était mal placé pour la juger d’une quelconque manière que ce soit. Il y avait peut-être mieux à faire, mais là n’était pas la question.

Alors que la Métamorphe émergeait enfin du bosquet où elle s’était habillée, l’Alpha refoula rapidement une pensée de regret de la voir autant habillée, peut-être parce qu’à chaque fois qu’il la voyait, elle ne manquait pas de réveiller son instinct. Il fallait dire qu’il n’était certainement pas le seul à avoir des pensées de la sorte en la voyant, même s’il préférait ne pas imaginer que des inconnus puissent fantasmer sur elle. Peut-être était-il un peu trop jaloux pour cela. Il suffisait de voir avec quelle « animosité » il avait plus ou moins accueilli le fait que sa sœur avait un petit-ami. Et s’il avait placé cette réaction sur le compte de leur relation fraternelle, il avait bien du se rendre à l’évidence, avec Sarah, qu’il y avait peut-être autre chose qu’un instinct protecteur, mais, au fond, peut-être cela venait-il seulement de son côté animal. Dans tous les cas, ce n’était toujours pas le moment. « Ca dépend si tu comptes répondre à mes questions ou non. » Il eut un large sourire tandis qu’il l’observait se recoiffer, n’y voyant aucune utilité. « Je suis du genre patient, tu devrais le savoir maintenant. Et puis j’avais confiance dans le fait que tu tiendrais ta promesse. » Il était vrai que l’Alpha était loin d’être aussi « explosif » que la plupart des loups de la Meute et même s’il n’était pas très difficile de l’énerver, il était davantage porté sur les manières « calmes » plutôt que la brutalité, même si, de temps en temps, il était difficile de se passer de cette dernière pour remettre certaines personnes à leurs places. « Et je te rappelle que tu n’as toujours pas répondu à ma question… » Il lui fit un petit clin d’œil amusé, sans chercher néanmoins à la forcer à répondre, la laissant prendre place à ses côtés, passant un bras autour de sa taille tandis qu’elle se collait à lui.

La question qu’elle lui posa le fit sourire. Il savait qu’elle le ferait, après tout, il avait été légèrement évasif sur les raisons pour lesquelles il voulait la revoir une dernière fois, même si, au fond, on pouvait se douter qu’il voulait simplement un dernier tête à tête, loin du brouhaha du bar ou d’éventuels regards ou oreilles indiscrets. Alors qu’il croisait son regard, il ne pouvait s’empêcher de sourire imperceptiblement. « Parce que je pars avec toi. » Quelques mots lâchés sans rien de plus. Après tout, ils étaient suffisants et son regard était assez explicite pour annoncer qu’il ne plaisantait pas. C’était une décision qu’il avait rapidement prise lorsqu’elle était venue le voir au Wild Bar, quand, dans les vestiaires, elle lui avait annoncé qu’elle partait. L’idée de la laisser seule face à ses démons du passé n’enchantait pas vraiment le Métamorphe, et, au-delà de cela, il y avait aussi le fait qu’elle faisait partie d’une Meute et que, par là-même, elle était en droit d’obtenir de l’aide, même si elle n’en voulait pas. Dans tous les cas, en vertu de ce qui les unissait tous les deux, Aaron n’avait aucune raison de ne pas l’accompagner, de ne pas l’aider à faire face à son passé, non seulement parce qu’il était son mentor, parce qu’il lui avait promis de l’aider avec sa nature de louve, mais aussi pour ce qu’il y avait d’autre entre eux et qui était loin d’être négligeable. Peut-être parce que, justement, il ne voulait pas que d’autres tentent de prendre sa place, ou prendre le risque qu’elle ne revienne jamais. Ses affaires étaient sous le banc d’ailleurs, tout était déjà prêt, il n’avait plus qu’à suivre Sarah, le reste était déjà arrangé, rapidement certes, mais suffisamment pour que cela ne pose aucun problème.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Ven 28 Juin - 17:15

Décidément, Aaron conservait en permanence un côté plus ou moins taquin avec elle. Même si parfois cela pouvait l'énerver quelque peu, surtout quand ils évoquaient des sujets importants et qu'il tentait de passer outre de cette manière, elle devait bien avouer que c'était une manière d'être qui lui plaisait chez lui. Sa nature même aurait pu le pousser à se prendre un peu trop au sérieux, tout le temps... Mais ce n'était pas le cas et, finalement, ce n'était pas une mauvaise chose. Jamais elle n'aurait été capable de se plier aux lois d'une meute avec un Alpha tyrannique à sa tête. Enfin... Il était aussi évident que son entrée dans la meute n'était pas dénuée de toute attirance pour ledit Alpha mais ça... C'était une autre histoire qu'il conviendrait peut être de conter plus tard... Ou pas. Toujours était il qu'elle avait fini par s'approcher de lui, de manière plutôt câline, sentant que le départ approchait à grands pas. Conserver un peu de son odeur avec elle lors du voyage l'aiderait peut être à passer le cap. Il fallait surtout qu'elle parte en bons termes avec lui, il ne fallait pas qu'ils restent fâchés si elle pouvait revenir un jour. Et puis, malgré son côté animal, Sarah restait une femme et la tendresse procurait parfois du bon, juste parce qu'elle en avait envie. Et cette nuit là... Elle en avait vraiment envie. Se lover dans ses bras, ne penser à rien d'autre qu'à une étreinte purement affectueuse, sans même songer à aller plus loin... Une manière pour elle de garder son empreinte, son souvenir ancré au plus profond de son esprit et de son coeur. A ses gestes, il répondît simplement en passant un bras autour d'elle, geste protecteur et attentionné. C'était tout ce qu'elle attendait de lui en cet instant.

La laisser partir sans peine étant nécessairement le cap suivant, elle n'avait aucun doute sur le fait qu'il la laisserait agir à sa guise. Peut être en lui faisant promettre un éventuel retour, mais rien de plus. Tout simplement parce que leur nature profonde à tous deux était de rester indépendant même au sein d'une Meute. Ils avaient besoin des autres tout comme ils avaient besoin de leur propre tanière et de la solitude qui y régnait. Et pourtant... Pourtant lorsqu'elle croisa ses ambres, elle sût. Avant même qu'il ne lâche les mots auxquels elle n'aurait pu croire sans le soutien de son regard chaleureux... Elle sût. Mais pourquoi ? Quelles pouvaient êtres les obscures raisons qui le poussait à agir ainsi ? Jamais elle n'avait demandé à ce qu'il l'accompagne et jamais elle n'aurait même osé le faire ou effleurer ne serait ce que l'idée même. Alors, oui, pourquoi ? Un instant qui sembla durer une éternité alors qu'il ne s'écoula en réalité que quelques longues secondes, minutes tout au plus, Sarah ne le quittait pas du regard, comme si elle espérait sonder dans celui ci la complexité de son esprit et y déceler les réponses à son interrogation. Evidemment, elle ne le pouvait pas. Aussi se décida t'elle à lancer le pavé dans la mare.

Pourquoi ?

La question était directe, abrupte. Mais que pouvait elle dire d'autre sous le coup de la surprise qu'il venait de lui faire ? Non que l'idée soit déplaisante en soi finalement mais il y avait tant de paramètres à prendre en compte. Trop nombreux pour que ces derniers soient négligés ou pris à la légère. Ne lâchant pas son regard toujours aussi intense, Sarah se surprît à poser sa main sur l'avant bras d'Aaron, le serrant doucement, sans mal aucun. Juste un geste amical ou affectueux, établissant un peu plus leur proximité. Elle voulait comprendre, elle le devait.

Tu ne peux pas partir comme ça, sur un coup de tête. Tu le sais aussi bien que moi... La Meute compte sur toi.

Glissant sa main légèrement sur le bras de l'Alpha, la louve prenait son temps. Il ne fallait pas le brusquer ni risquer de le mettre en colère. Ce qu'il envisageait de faire pour elle était une marque d'affection et d'amitié et elle s'en sentait vraiment flattée. Mais... elle ne pouvait pas se permettre de risquer de m'être à mal leur organisation tout simplement parce qu'elle s'en allait chercher quelque chose qu'elle n'était même pas sûre de trouver. Chacun d'entre eux importait pour elle, Aaron le premier d'ailleurs. Et il était absolument hors de question de menacer la Meute entière par un départ aussi vif qu'imprévu.

Je ne sais même pas ce qui m'attend là bas... Je ne t’emmènerais pas si c'est, en plus, pour te mettre en danger. Mais ton intention me touche et je te remercie sincèrement d'avoir voulu le faire.

Un léger sourire sur les lèvres, l'Ecossaise se rapprocha alors de lui, doucement, et effleura ses lèvres d'un tendre et délicat baiser.

Je n'ai plus beaucoup de temps devant moi... Mais aurais je au moins droit à un "au revoir" qui me donnera l'envie de revenir au plus vite ?

Des yeux pétillants malgré la difficulté de s'en séparer, la crainte de ne plus le retrouver... Elle s'évertuait à le taquiner pour que la peine s'éloigne, jusqu'au moment fatidique du départ du moins. La belle ne savait pas s'il éprouvait la même chose qu'elle... Mais le laisser était le pire des crève coeur qu'elle ai eu à supporter. Alors, autant lui laisser un bon souvenir. Le meilleur d'entre eux si possible...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Dim 30 Juin - 6:16

Tout aurait pu être simple entre eux, peut-être. C’était difficile à dire. Ils avaient un caractère qui leur était propre, probablement un peu trop animal – mais au fond c’était leur nature – pour pouvoir réellement affirmer que tout put être réellement simple. Mais ils auraient pu se contenter d’une attirance animale, de cette envie primaire d’accouplement instinctif probablement issu d’une volonté animale de perdurer, de se reproduire. Comment expliquer autrement cette attirance primitive qui les avait rassemblé tous les deux dans cette ruelle au beau milieu de la nuit ? Ils n’avaient fait que répondre à un besoin qui les avait unis pour quelques instants, rien de plus. Oui, tout aurait pu s’arrêter là, sans aller beaucoup plus loin, et même si la jeune femme avait rapidement montré qu’elle s’intéressait à lui, il aurait pu refuser, ou peut-être faire semblant, assouvir son instinct qui lui réclamait ce besoin pour compenser la relation « contre-nature » qu’il entretenait avec Luka. Peut-être aurait-elle acceptée d’être cette « image », son excuse auprès de la Meute qui n’aurait sans doute pas apprécié de savoir qui avait les faveurs de l’Alpha à cette époque. Mais, d’une certaine manière, Aaron se doutait qu’elle n’aurait pas voulu de cela. Il suffisait de voir avec quelle violence elle avait réagit lorsqu’elle avait compris plus ou moins ce qui se tramait entre lui et l’Oméga… C’était au fond peut-être ça qui avait tout chamboulé, tout remis à plat et poussé Aaron à faire un pas de plus en avant vers une situation qu’il n’était pas certain de maitriser. S’imaginer avec quelqu’un n’était pas forcément évident pour lui qui, souvent, n’essayait même pas de réfléchir trop à l’avance. Il avait toujours été un acteur, pas un penseur. Après tout, on ne lui avait jamais demandé de prendre des décisions, simplement de les exécuter. Mais, jusqu’à maintenant, il n’avait pas trop à souffrir de ses choix.

Bien entendu, lorsqu’il avait prit la décision de se battre avec Will pour la tête de la Meute et éviter le bain de sang, il avait accepté de prendre les rennes des Werewolves et, par là même, de prendre des décisions. Il savait que cela impliquait des responsabilités, mais c’était bien pour cela qu’il était là ce soir et que, même s’il désirait partir avec Sarah, il avait prit soin d’assurer les arrières de ses camarades, de ses frères, afin que tout reste en ordre le temps de son retour. Quant à la jeune femme… Il se doutait qu’elle serait surprise de sa décision, aussi il ne put s’empêcher de sourire doucement tandis qu’elle le fixait de ses yeux d’acier, cherchant probablement en lui les réponses aux multiples questions qu’elle pouvait se poser en cet instant. La réponse au « pourquoi » était une évidence, du moins pour lui. Il était hors de question de la laisser partir toute seule, ne serait-ce que parce qu’elle faisait partie de la Meute, mais aussi pour ce qu’elle représentait pour lui. Sans répondre oralement, il la fixa de ses deux ambres, lui intimant par là qu’elle devait se douter de la réponse. Il ne broncha pas tandis qu’elle posait une de ses mains sur son bras, lui sortant des excuses, cherchant peut-être à le convaincre de rester. N’avait-elle pas envie qu’il vienne ? Voulait-elle tant que cela qu’il reste à la Nouvelle-Orléans, alors même qu’elle craignait probablement de le voir au bras d’une autre à son retour ? Cette louve-là avait décidément des réactions contradictoires, même si, au fond, il savait pertinemment ce qui l’animait. Elle voulait le protéger, sans l’ombre d’un doute, il suffisait de l’entendre parler pour l’en convaincre, mais cela ne prendrait pas avec lui et puis, de toute façon, tout était déjà réglé. Il continua de la fixer, même quand elle l’embrassa, lui demandant un « au revoir » particulier.

« La Meute a passé sa vie sur les routes, le plus souvent éparpillée en petits groupes, avec un Alpha souvent bien loin des siens. Ne t’en fais pas pour eux, ils se débrouilleront très bien sans moi et puis j’ai pris mes dispositions. » Aaron avait prévenu Luka. Il savait que ce dernier ne serait pas très bien vu pour diriger le groupe mais l’Alpha avait aussi des Deltas qui savaient y faire et avec ces deux-là et l’Oméga, il n’y avait vraiment aucun souci à avoir. « Tu fais partie de la Meute Sarah, la Meute compte sur moi en effet, c’est pour cela que je viens avec toi. » Il eut un regard fuyant vers le sol, poussant la Métamorphe à y jeter un œil et découvrir ses affaires déjà empaquetées dans un sac. « Je suis un grand garçon Sarah, je sais me défendre et, somme toute, je veux m’assurer que tu reviendras à la Nouvelle-Orléans. » Il eut un petit sourire amusé. « Je te rappelle que je suis ton Alpha et que tu n’as pas à discuter mes ordres de toute façon. » C’était vrai, d’une certaine manière, mais Aaron n’avait jamais imposé quoique ce soit aux siens jusqu’à maintenant et encore moins à Sarah parce qu’il savait qu’elle n’était pas très réceptive à ce genre de choses. Il la regarda plus sérieusement, passant sa main libre sur sa joue, s’assurant que leurs yeux se croisaient. « Fais moi plaisir, ne cherche pas à discuter, accepte juste le fait que je ne te laisserais pas repartir seule. Quoique tu en penses. » Qu’aurait-il pu faire d’autre de toute façon ? S’il la laissait partir seule, il ne ferait que tourner comme un lion en cage jusqu’à ce qu’elle revienne, c’était certain, même s’il pourrait faire illusion auprès des autres, seul ce serait intenable. Autant pour lui que pour les autres, mieux valait qu’il parte lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Mar 2 Juil - 11:26

Deux caractères aussi forts que ces deux là... Qu'est ce que cela pouvait bien engendrer comme situation délicates et complexes ! Ni l'un ni l'autre n'était décidé à lâcher prise et à se laisser dominer par l'autre. Même pour un choix aussi simple que celui auquel ils étaient confrontés cette nuit là. Dans d'autres situations, cela pouvait se révéler intéressant mais... Ils n'en étaient pas là, mais alors pas du tout ! La passion était loin et ce qui se jouait dans le parc était d'une nature toute autre. La situation était d'ailleurs fort étrange. Pour Sarah du moins. Elle avait bien conscience de faire partie d'une Meute désormais, d'une grande famille avec Aaron à sa tête mais... Elle avait toujours eu du mal à accepter qu'on lui vienne en aide, qu'on s'inquiète pour elle. Elle, l'indépendante depuis toujours... C'était moins vrai depuis qu'elle avait rencontré Aaron certes. Ce grand gaillard avait réussi à percer la carapace de la belle sans le chercher ni même le vouloir. L'instinct de la louve avait parlé, une nuit, et avait trouvé écho chez le loup. Tout n'aurait pu s'en tenir que là. Pourtant... Un déclic insidieux s'était produit chez la jeune femme. Etait ce sa trop longue solitude qui lui pesait ? Ou quelque chose qui la dépassait encore plus largement que cela ? Elle n'avait jamais trouvé la réponse à cette question. Au début, elle mettait cette attirance sur le compte de l'instinct. Et puis, le fait de vouloir le protéger... C'était peut être simplement dû à ce qu'il représentait pour la Meute ? Il fallait ajouter à cela qu'il était aussi son mentor et avait pris ses problèmes à bras le corps... Sarah n'avait jamais osé chercher plus loin que cela, même si la révélation de ce qui se tramait entre Luka et lui... Ce jour là, son sang n'avait fait qu'un tour.

Mais pourquoi s'emporter d'une telle manière ? Les animaux, eux, n'éprouvaient pas une telle jalousie... Ce sentiment s'était révélé tout nouveau pour elle. Jamais elle ne s'était attachée à quiconque. Aussi, chacune de ses réactions suite à cet aveu l'avait surprise et, depuis, elle n'avait jamais cherché à réfléchir plus à même sur ce qu'elle ressentait pour lui. Tout ce qu'elle savait, au fond, c'était qu'elle se sentait bien à ses côtés et dans toutes les situations qu'ils pouvaient vivre ensemble, surtout lors de leurs élans passionnés et de cette symbiose qu'il lui avait fait découvrir. A croire qu'il l'avait tout bonnement... Envoûtée. Aussi, dans cet état d'esprit, elle serait capable de tout faire, de tout donner pour lui, pour le protéger, pour le mettre à l'abri. Alors savoir qu'il voulait la suivre, dans un endroit qu'elle même redoutait car inconnu et peut être dangereux... Elle n'arrivait pas à se faire à cette idée. Qu'elle se mette en danger, peu importait. Après tout, c'était sa vie, ses vieux démons... Mais lui... Il n'avait rien à y faire et elle était tout bonnement incapable de le mêler de près ou de loin à quelque chose qu'elle ne saurait peut être pas maîtriser. Pourtant, quoiqu'elle fasse ou dise, il semblait borné sur son choix et elle ne savait pas comment le convaincre du contraire. Aurait elle dû partir sans un mot finalement ? Ou ne pas venir le rejoindre en plein milieu de la nuit, dans ce parc ? Il allait finir par lui faire regretter cet attachement qu'elle lui portait... Et la vue du sac déjà prêt ne faisait qu'apporter de l'eau à ce moulin déjà bien approvisionné...

Tu en as déjà tant fait pour moi... Je m'en voudrais s'il t'arrivait quelque chose là bas, comprends le.

Leurs regards ne se lâchaient plus. La métamorphe tentait, tant bien que mal, de lui faire comprendre que tout ne serait pas forcément roses et violettes là bas. Au contraire même. Lorsqu'elle avait fui son pays, rien n'était facile pour elle. Et peut être qu'on la cherchait encore pour tout ce qu'elle avait pu y commettre. Elle n'était sûre de rien mais c'était son instinct qui la guidait.

Et puis... Je ferais mon possible pour revenir. Toutes ces heures passées avec toi m'ont appris à me contrôler. Vois l'avantage, on saura si cet enseignement a bien porté ses fruits.

Un fin sourire se dessina sur ses lèvres tandis qu'elle posait une main sur la nuque de l'Alpha. Un geste réconfortant et tendre qui se transforma bien vite en support de ces propos : bien moins affectueux. Alpha justement... Voulait il vraiment la provoquer sur ce terrain ? Il la connaissait et savait bien qu'elle n'y resterait pas de marbre, comme à chaque fois. Ce terrain de l'autorité avait toujours été glissant pour elle. Très glissant même.

A moins que tu ne préfères que je me rebelle avant de partir ? Ainsi, tu n'auras aucune obligation envers moi et je serais certaine que tu resteras en sécurité ici.

Une légère lueur jaunâtre prît alors la place de son regard de métal. Non qu'elle avait envie de se battre contre lui mais... Pour le protéger, que ne ferait elle pas ? Même l'improbable... Et puis, finalement, puisqu'elle risquait de le perdre en partant, autant que ce soit à cause d'elle et non d'une autre... L'amour poussait vraiment à faire n'importe quoi... Vous avez dit "amour" ?! Peut être qu'au fond... C'était effectivement cela qui l'animait. Un sentiment irraisonné, le pire d'entre tous...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Lun 15 Juil - 11:36

Pour ainsi dire, Aaron s’était attendu à ce que Sarah lui oppose une certaine « résistance » à l’annonce du fait qu’il avait décidé de partir avec elle. Il s’était déjà imaginé tous les arguments possibles et imaginables qu’elle pourrait lui opposer, et, avec beaucoup de convictions, il ne voyait aucune raison véritable qui pouvait le forcer à rester à la Nouvelle-Orléans s’il désirait partir. Les Werewolves étaient de grands garçons et avaient toujours vécu sans leur Alpha à proximité. D’ailleurs, la distance n’empêcherait pas le Métamorphe de veiller sur eux, et les Deltas de la Meute, ainsi que Luka, feraient probablement du très bon travail en son absence. C’était aussi ça, la Meute, la possibilité de compter sur les autres, même en tant qu’Alpha. Aaron ne comptait pas laisser partir Sarah toute seule, quelque soit l’endroit où elle voulait se rendre, d’abord parce qu’elle était elle aussi maintenant une membre de sa fratrie et qu’il se devait de la protéger, mais également aussi parce qu’il tenait simplement à elle et que l’idée de l’imaginer si loin, sans la réelle certitude qu’elle finirait par revenir, ne lui plaisait pas énormément. Aussi, il n’avait que faire que cela soit potentiellement dangereux, bien au contraire, s’il y avait un risque pour lui, il devait certainement y en avoir pour elle aussi et elle ne pouvait nier qu’ils ne pourraient qu’être mieux tous les deux, l’un à veiller sur l’autre. « Je m’occuperais de surveiller tes arrières et tu protègeras les miennes. Ca marche comme ça un tandem, généralement. » Il eut un petit sourire. Démonter les arguments de la jeune femme était d’ordinaire un petit jeu qui l’amusait un peu, parce qu’il savait qu’elle n’aimait pas beaucoup cela, mais là, c’était simplement une discussion sérieuse. Qu’elle le veuille ou non, il était déterminé à partir avec elle, même si, pour cela, il devait la suivre à la trace.

Le contact de la main de Sarah sur sa nuque le fit frissonner légèrement, c’était agréable, mais il savait que leur rencontre de ce soir ne se contenterait pas d’un peu de tendresse pour régler le problème. Il ne se laisserait pas facilement convaincre de rester à la Nouvelle-Orléans, pire encore, il n’y avait rien qui pourrait le pousser à rester. Il y avait certes Charlie, mais Aaron savait qu’elle était une grande fille, et même elle l’avait poussé à partir s’il le désirait. De plus Luka avait également promis à son ami de veiller sur sa sœur, au cas où. Il ne restait plus qu’à espérer qu’ils ne les retrouveraient pas dans les bras l’un de l’autre, même si, au fond, cela ne le dérangerait pas plus que ça, bien que… Il préféra chasser cette idée de ces pensées pour se concentrer sur le moment présent. Il avait peut-être eu tort de faire un peu d’humour sur sa position d’Alpha et le fait qu’elle devait se contenter d’obéir. En tout cas, si elle souhaitait lui faire une scène de ménage au beau milieu du parc, ce n’était pas ce qui allait le pousser à faire marche arrière. Il essaya néanmoins de calmer le jeu, le but n’était pas qu’ils s’énervent pour si peu. « Ecoute… Ce n’est ni une question de supériorité, ni une question d’obligations. » Il soupira doucement, soutenant parfaitement le regard de Sarah, même si elle lui opposait une lueur farouche et s’il y devinait des premiers signes d’une animosité qu’il ne connaissait que trop bien. « J’ai pris ma décision et rien ne pourra me faire changer d’avis. Je suis une grande personne et je sais me surveiller. » Il passa une main sur sa joue. « Il ne m’arrivera rien, je sais que tu feras bien trop attention à mes arrières pour laisser quelqu’un y toucher. »

Un plus large sourire se forma sur ses lèvres. Elle était jalouse, il le savait. Parce qu’au fond c’était le cas également pour lui. C’était loin de tenir exclusivement à leur nature animale. La jalousie était un sentiment profondément humain qui dépassait de loin l’instinct animal. « J’aimerais que tu acceptes ma décision comme j’ai pu le faire avec toi lorsque tu es venue me dire que tu voulais partir. » Dans un geste presque soudain, il l’attira à lui et la serra tendrement contre son corps massif, passant une main derrière sa nuque. « Tu ne te débarrasseras pas de moi aussi facilement, et puis tu sais que je suis au moins aussi têtu que toi, sinon plus. Alors, accepte que je sois à tes côtés, quoique tu ais à faire ailleurs, parce que même si tu refuses, je ne serais pas loin derrière. » Il comptait bien partir tout de même, même si elle ne voulait pas qu’il vienne avec elle. Après avoir passé des années à poursuivre des gens, Aaron avait sans doute les capacités pour poursuivre Sarah, même si elle devait lui mettre des bâtons dans les roues. Alors autant s’épargner des difficultés et essayer de profiter du côté agréable d’avoir quelqu’un avec qui voyager non ? « Et puis au moins, comme ça, tu ne t’imagineras pas que je fricote avec une autre louve. » Comme s’il allait le faire ! Bon, il n’allait pas nier que certaines essayeraient probablement de se rapprocher de lui, comme cela avait toujours été le cas, mais l’Alpha n’avait jamais été réellement intéressé et, d’une certaine manière, encore moins depuis que Sarah avait mis le pied en ville.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Sam 3 Aoû - 16:45

Il persistait. Envers et contre tout, il tentait de démonter un à un ses arguments les plus improbables. Quoiqu'elle fasse, quoiqu'elle dise, il continuait de s'accrocher à cette idée de la suivre, de s'accrocher à elle. En un sens, cela était flatteur, touchant même. Les deux jeunes gens n'étaient pas de nature à s'étendre longuement sur leurs sentiments et leurs émotions. Aussi, sa réaction aussi protectrice ne pouvait que conforter Sarah dans ce qu'elle pouvait penser de lui : il tenait à elle, bien plus qu'elle n'aurait pu le songer au départ. Rien n'était gagné entre eux cependant. Et, même ce soir, rien ne l'était encore. Entre eux, c'était toujours du "je t'aime moi non plus", une relation aux allures de montagnes russes, aux montées vertigineuses et aux descentes effrayantes. Une relation passionnée en somme. Mais, pour rien au monde, elle n'échangerait ce qu'ils pouvaient vivre contre autre chose de plus doux et de plus calme. Loin d'elle l'idée de s'enfermer dans une relation ronronnante et pantouflarde ! Enfin, le sujet n'était pas là de toute manière ce soir là. Certes, ils étaient ensemble, plus ou moins en tous cas, mais elle savait qu'il ne lui était pas acquis. Qu'il ne lui serait jamais d'ailleurs, encore moins en partant comme elle comptait le faire cette nuit là. Son envie de la suivre l'avait tout bonnemment désarçonnée. Cela lui faisait plaisir certes. En d'autres circonstances, elle aurait accepté sans détours d'ailleurs. Mais là... Elle ne savait pas ce qui l'attendait là bas et ne voulait pas risquer de mettre en péril la vie du seul homme qui la faisait vibrer à ce point. Et puis... Il devait veiller sur la Meute, quoiqu'il puisse en dire. Déléguer était possible oui. Mais jamais elle ne supporterait d'en être la cause, encore moins si quelque chose devait arriver en leurs absences à tous deux. Finalement... Sarah possédait plus de coeur qu'on aurait pu croire au prime abord.

Au contact de sa main sur sa joue, elle ne sut d'abord pas comment réagir. Forcer un peu plus son geste sur sa nuque, faire ressortir un peu plus son agressivité ? Se montrer malveillante à son égard était ardu, vraiment compliqué, et elle se faisait violence pour tenter de ne laisser rien paraître d'autre que son côté animal. Ce n'était pas comme ça qu'elle avait imaginé leurs adieux... Oui des adieux et non des aux revoirs car elle savait fort bien au fond d'elle que le risque était grand, bien trop pour ne pas songer à un éventuel aller simple vers sa terre natale. Mais cela... Pour rien au monde elle ne lui aurait dit. Après tout, n'aurait il pas cherché encore plus à venir avec elle s'il avait su ? Il ne lui aurait sans doute pas laissé le choix, encore moins que maintenant. Têtu comme il était... Pensive un instant, elle n'eût pas le temps de réagir à son geste inattendu, desespéré peut être. Ce n'était pas la première fois qu'elle se retrouvait entre ses bras pourtant mais là.... La saveur de cette étreinte était toute autre, comme s'il tentait de lui faire passer un message bien plus tendre que tous les autres arguments qu'il lui avait avancé jusque là. Les yeux un peu écarquillés de surprise, la métamorphe avait d'ailleurs fini par lâcher son étreinte animale sur la nuque de l'Alpha, s'abandonnant finalement entre les bras musclés de son congénère. S'il cherchait à l'émouvoir, à toucher sa corde sensible... Il avait gagné, elle était vaincue. Ses propos ne faisaient qu'ajouter davantage à son geste fou et Sarah en restait muette d'étonnement. Emue, elle tentait pourtant de ne rien montrer. Il n'avait pas besoin de la voir ainsi, ce serait un aveu de faiblesse.

Bien vite cependant, l'humour prît le pas sur l'émotion et la belle accueillît ce changement de situation avec soulagement. Elle pouvait enfin penser à autre chose, laisser tomber les idées farfelues sur ce qu'il pouvait ressentir pour elle. Entre eux, rien n'était vraiment officiel, ni vraiment dit. Ils étaient ce qu'ils étaient l'un pour l'autre, se retrouvant parfois pour autre chose que leurs séances de réapprentissage. Parfois, il était juste son Alpha, parfois plus... Aaron s'inscrivait dans un large panel de relations sociales avec la louve, tout simplement. Mais jamais ils n'avaient réellement évoqué le sujet, préférant profiter de ce qu'ils vivaient, de l'instant présent.

Promets moi une chose alors, une seule : si cela devient trop dangereux, pars sans te retourner. J'ai conscience de ne pas être à la hauteur pour te protéger encore. Alors si tu dois tout surveiller... Cela ne sera pas gérable. Tout ce qui m'importe c'est que tu reviennes ici sain et sauf. Tu acceptes ce deal ?

Sans vraiment le dire, Sarah acceptait qu'il l'accompagne. Mais pas à n'importe quel prix. Qu'elle soit prise pour cible était logique, c'était son histoire, son passé. Mais que lui le soit... Ca, jamais ! Elle préférerait offrir sa vie pour sauver la sienne. Un sentiment étrange pour quelqu'un qui n'avait toujours pensé qu'à soi tout au long de son existence, non ? Relevant la tête vers lui, ne quittant pas son regard de braise ni son étreinte si réconfortante, Sarah se demandait encore pourquoi il tenait tant à l'accompagner, coûte que coûte... Un jour peut être sauraient ils se parler à coeur ouvert, sans détours. Encore faudrait il qu'il y ait encore des lendemains...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Lun 5 Aoû - 12:50

Aaron était têtu, peut-être même plus que Sarah dans un certain sens, et au fond de lui, il savait qu’il ne pouvait pas la laisser partir comme ça, toute seule, même s’il ne savait pas vraiment pourquoi elle partait, même s’il ne savait pas vraiment ce dont quoi elle avait peur pour refuser qu’il l’accompagne. Mais les choses ne fonctionnaient pas ainsi. S’il avait accepté de la laisser partir, ce n’était pas parce qu’il savait d’avance qu’il allait la suivre, mais simplement parce qu’il l’avait comprise, qu’il avait senti qu’elle en avait besoin, qu’il n’aurait de toute façon pas eu vraiment le choix et que, dans le pire des cas, elle se serait contentée de disparaître avec peut-être un simple billet comme excuse. Après avoir réfléchi, l’envie, pour l’Alpha, de l’accompagner s’était révélée logique et, surtout, très claire. Si elle comprenait la même chose que lui, la jeune femme devait se rendre compte qu’elle ne pouvait pas lutter car même avec son refus, il n’y aurait pas grand-chose pour dissuader Aaron de faire comme bon lui semblait, tout comme elle. Sur ce côté-là, ils se ressemblaient aussi tous les deux. Mais ces ressemblances-là étaient surtout dues au même animal-totem qu’ils partageaient, cette volonté d’indépendance et se besoin de se montrer protecteur, comme tout dominant qui se respecte, car, sans l’ombre d’un doute, l’animal de la Métamorphe n’avait rien d’une soumise. Si elle l’avait voulu, elle aurait probablement pu monter sa propre meute sans grande difficulté, du moins, si elle avait autant d’affinité et de maîtrise qu’Aaron avec son instinct. En même temps, c’était cette « inexpérience », d’une certaine manière, qui les avait poussé à se rencontrer, et peut-être était-ce mieux ainsi, mieux aussi le fait qu’il n’ait pas laissé le soin à l’Eranthe de se charger de son apprentissage, enfin peut-être que cela n’aurait rien changé du tout en fin de compte, car, quoiqu’il en soit, ils se seraient côtoyés presque autant…

Certaines choses étaient simplement immuables, quoiqu’on fasse, et, au fond de lui, il était convaincu que sa présence aux côtés de Sarah était l’une d’entre elles, qu’elle le veuille ou non, que ce soit comme mentor, ou plus, comme depuis plusieurs semaines, même s’il était difficile de réellement les considérer comme un couple. Peut-être était-ce simplement le fait qu’ils n’étaient pas du genre fleur bleue à s’avouer des sentiments mielleux et suintant de romantisme, ou autre chose, de toute façon Aaron n’avait jamais été du genre à réellement dire ce qu’il avait au fond de lui et sa sœur la première avait dû être celle qui devait décrypter ses humeurs pour savoir ce qu’il avait sur le cœur. Sarah aurait certainement la même gymnastique à faire, mais il était difficile de faire changer un homme, et encore moins un homme qui partageait son existence avec un animal. Alors qu’elle cédait à son étreinte, au fond de lui, le Métamorphe savait qu’il avait gagné, qu’elle ne l’empêcherait pas de le suivre. Il n’en n’était pas totalement convaincu, mais quelque chose lui disait qu’elle n’aurait pas cédé à ses bras si elle avait voulu garder cette position de défi dont il avait pu apercevoir la lueur au fond de ses yeux. Peut-être avait-elle compris qu’il y avait mieux à faire, ce soir, que de se déchirer pour quelque chose d’aussi stupide. Même si, du coup, cela valait aussi pour lui… Alors qu’elle relevait les yeux vers lui, il eut enfin la certitude qu’elle acceptait qu’il vienne, certes, elle émettait encore des conditions, probablement aussi pour donner le change, mais il pouvait lire à demi-mots ce qu’elle essayait de lui dire mais qu’il avait déjà compris depuis le début. Elle ne voulait pas qu’il lui arrive quelque chose par sa faute, parce qu’elle tenait bien trop à lui, mais il était suffisamment grand pour se surveiller lui-même et pour savoir ce qu’il pouvait faire ou non.

Il resta silencieux quelques instants, hésitant encore sur ce qu’il devait dire puis préféra éviter l’incident diplomatique. « C’est promis, mais je ne m’en irais pas seul tant que j’estimerais qu’il n’y a pas d’autres solutions. Je compte bien te ramener avec moi, que tu le veuilles ou non. » Il eut un petit sourire amusé et déposa un baiser sur son front avant de la serrer un peu plus contre lui et de lever les yeux vers le ciel étoilé. Pour un peu, cela aurait pu paraître presque trop romantique. « Maintenant que nous avons réglé cette question. Il y a quelque chose qui me taraude : que vas-tu réellement chercher ? Et quand veux-tu que nous partions ? » La nuit était encore longue mais peut-être voulait-elle profiter de l’obscurité pour quitter la Nouvelle-Orléans, ou peut-être ne le voulait-elle plus maintenant qu’il était convenu qu’il venait avec elle. Il ne connaissait pas les pans de Sarah, mais peut-être était-ce le bon moment pour les partager et avoir une petite idée de ce qu’elle attendait réellement de ce voyage. Peut-être avaient-ils été un peu bousculé par la présence d’Aaron, peut-être pas, quoiqu’il en fût, il fallait maintenant qu’elle compose, au moins un peu, avec lui, qu’elle le veuille ou non. Négligemment, il passait une main dans ses cheveux, se rappelant que le dernier moment qu’ils avaient passé tous les deux remontait suffisamment loin pour l’étonner. Au moins il avait pu profiter de cette « dispute » pour se retrouver un peu, même si, finalement, ils étaient partis pour passer un bon bout de temps ensemble, il ne restait plus qu’à voir comment ils le vivraient tous les deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Partir ou rester ? Telle est la question...   Lun 14 Oct - 16:23

Rechercher son passé était une voie personnelle. Aussi, c'était pour cette raison qu'elle avait, à la base, choisi de partir seule. D'ailleurs, peut être aurait elle dû. Peut être aurait elle dû se contenter de lui laisser quelques mots griffonnés chez elle, chez lui ou au coin du bar, sans attendre qu'il aie un instant à lui accorder. Peut être oui... Mais le Destin s'était révélé tout autre. Jamais elle n'aurait pu l'abandonner ou lui causer tel affront. En fait, au fond, c'était un sentiment tout à fait égoïste qui l'avait poussé à agir ainsi. Intérieurement, elle avait sans doute espéré qu'il la suive, qu'elle le garde pour elle seule. Au loin, là bas... Sarah savait pertinemment qu'elle n'aurait plus eu aucune emprise sur lui ni sur son loup et que nombreuses seraient les métamorphes à accourir pour le séduire, ne serait ce que l'espace d'une nuit. Il fallait bien avouer qu'Aaron avait tout pour lui. N'avait elle d'ailleurs pas lutter pour occuper la place qu'elle possédait aujourd'hui à ses côtés ? Une place de “compagne” - si on pouvait appeler cela ainsi – clandestine, n'existant que dans l'ombre même si cela se révélerait sans doute être un secret de polichinelle. Enfin... Elle avait aussi lutté pour le ramener sur son côté de la route, le poussant à délaisser Luka pour elle. Mais l'y avait elle vraiment forcé ? Pas vraiment. Leur attirance réciproque était une évidence, leurs ébats charnels trouvant écho l'un en l'autre. Et elle était intimement convaincue que c'était plus profond que ça, même si aucun des deux ne se l'avouait. Pourtant, jamais elle ne ferait le premier pas sur ce point. Elle l'avait déjà fait pour le séduire et ne risquerait pas de le perdre pour une telle futilité. Après tout, il était le dominant et elle la “supposée” dominée. Même si elle ne l'était pas vraiment finalement.

Cette nuit là, entre ses bras, le silence s'était installé entre eux. Sans un mot de plus, elle profitait de son étreinte avec le goût amer que cela pourrait bien être la dernière... Résignée. Voilà ce qu'elle était. Il l'accompagnerait s'il acceptait son choix mais elle restait persuadée qu'il rentrerait seul à bon port. Jamais elle n'avait eu aussi peur de quoi que ce soit. Pourtant, c'était bien loin de lui ressembler. Lorsqu'il desserra enfin les dents, elle ne pût s'empêcher de répondre à son sourire en faisant de même, même si ses pensées étaient bien moins gaies que celles qui occupaient visiblement l'esprit du loup. Toujours aussi muette, elle profita de sa tendresse, de ce moment idyllique, quasi parfait. Pourquoi ne pouvaient ils pas en vivre plus souvent tous deux ? N'étaient ils pas capable de s'aimer ainsi, sans s'entredéchirer à la moindre occasion ? S'il pouvait imaginer un instant les pensées de la jeune femme, il en rirait, assurément. Trop romantique et trop gnangnan sans doute. Mais, parfois, Sarah restait simplement une femme, avec ses faiblesses et ses fêlures, quoiqu'elle puisse montrer d'elle au regard d'autrui. Et à jamais elle aurait des besoins différents de ceux d'Aaron, des besoins qu'elle même ne soupçonnait pas jusque là. Il aura fallu son départ, cette nuit étoilée, pour ressentir un potentiel manque de tendresse et d'affection, outre cette peur viscérale de ne plus jamais le revoir. Contenir sa langue serait difficile, mais elle y arriverait. Pas besoin de mettre davantage de pression dans ce qu'ils avaient déjà grand peine à vivre ensemble, non ?

Lorsqu'il lui posa la question du départ, la ramenant à la réalité, elle s'extirpa lentement de ses bras. Il fallait qu'elle garde le cap et l'esprit clair. Ce qu'elle ne pouvait faire entre ses bras, se trouvant déstabilisée par des pensées trop douces et emplies d'amour. Reculant de quelques pas pour se donner contenance, tournant le dos à Aaron, elle secoua la tête. Eloignez vous maudites pensées! Il n'est pas l'heure pour tant de futilités! Un léger soupir franchît alors ses lèvres avant qu'elle ne fourre ses mains dans ses poches, se donnant de nouveau une allure plus masculine, et s'adressa alors à lui d'une voix plus froide, tentant de couper court à ses pensées persistantes.

Nous partons cette nuit, comme j'avais prévu de le faire. Quant à ce que je vais chercher...

Devait elle réellement lui dire ? Devait il vraiment tout savoir ? Pour sa sécurité sans doute. Mais s'il savait tout... Comment la verrait il ?

Je suppose que je n'ai pas vraiment le choix, qu'il me faut être claire avec toi.

A nouveau, elle soupira doucement avant d'arborer un sourire en coin en se retournant, son regard plongeant dans les ambres de son mentor.

Il me faut trouver la vérité sur mon passé. Je crois que mes souvenirs sont faussés et que je culpabilise alors qu'il n'y a pas lieu d'être. Et si j'ai raison... J'aurais refoulé ma louve toutes ces années pour rien... Satisfait ?

C'était bref, succinct. Mais il n'avait pas besoin d'en savoir plus, même s'il ne dénoterait pas la dangerosité dans ses propos c'était d'une évidence simpliste. Jetant un coup d'oeil vers le ciel, Sarah empoigna son sac resté derrière les fourrés.

- Il est l'heure Aaron. Reste, pars... C'est ton choix désormais, plus le mien.
Revenir en haut Aller en bas
 

Partir ou rester ? Telle est la question...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║La rue principale║ :: Le Wild Bar-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com | Forums RPG | Fantastique - autres