AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 [Vaudoo] Changement de Programme !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: [Vaudoo] Changement de Programme !   Jeu 14 Fév - 15:35

Elle m’avait laissé en plan ! Comme ça, sans rien d’plus qu’une foutue lettre pour m’dire qu’elle s’cassait, qu’elle quittait la ville et, qu’dans mon intérêt, valait mieux pas qu’j’l’apprenne avant qu’elle soit partie. J’me souviens encore très bien d’ce jour où j’avais fini par m’inquiéter d’plus la voir, ou, plus exactement, où j’m’étais inquiété d’pas la voir rentrer avec un autre mec trouvé au débotté dans un bar ou au coin d’la rue d’en bas. Les nuits où elle couchait toute seule dans son plumard était aussi rare que d’trouver une pute vierge… Non… Mauvais exemple, très mauvais… Enfin, d’t’façon, quand votre coloc’ devient un véritable fantôme, on finit par s’poser des questions et comme j’commençais quand même à m’inquiéter, j’ai fini par essayer d’voir si elle était pas plongée en plein coma sur son plumard après un rituel à la con ou une nuit de défonce. C’était pas trop son genre aussi cette possibilité m’aurait sacrément étonnée, mais le genre de ses « rencards » ça, ça m’étonnerait beaucoup moins. J’sais pas si j’ai plus été surpris par l’état d’la piaule ou du fait d’pas l’y trouver. P’t’être les deux en fait. Complèt’ment vide, du moins pour le peu qu’il pouvait y avoir, il n’y avait qu’un bout de papier qui trainait à un endroit où y’aurait pas du y’en avoir : le lit. Sans chercher à comprendre, j’m’approche du plumard pour prendre c’qui final’ment était une lettre, signée d’sa main. Abigail. Posant mon fond’ment sur les draps faits, pour une fois, j’me plongeais dans la lecture d’ce roman qui n’ressemblait pas vraiment à la Princesse que j’avais connu jusqu’à maint’nant. Elle y va pas par quatre chemin pour m’annoncer qu’elle s’est barrée. En fait, c’était même ses premiers mots. Si tu lis ça, c’est qu’j’suis déjà loin… J’crois qu’sur le coup j’aurais pu faire une attaque, heureusement, j’ai encore l’cœur solide.

Dans son papelard, elle m’disait aussi qu’elle avait une raison d’se carapater en voleuse. Apparemment, elle avait trouvé des pistes sur ceux qui s’étaient attaqués à son cousin, l’ancien Baron. Et comme c’est la famille… C’est pas l’genre de choses qu’on laisse de côté en attendant qu’la police fasse son boulot. J’la comprenais, en somme, c’que j’comprenais moins c’était pourquoi elle m’avait rien dit. A c’moment-là, j’savais pas encore qu’elle me l’expliquait quelques lignes plus bas… C’était son problème à elle qu’elle me disait, qu’elle devait s’débrouiller toute seule et qu’elle savait qu’si elle m’en parlait, j’aurai insisté pour l’accompagner, même contre son gré. Bon… Là d’ssus elle à pas tort, j’avoue… Et puis, même si ça la f’sait chier, elle voulait aussi pas laisser les Vaudouns dans la merde sans laisser quelqu’un derrière pour assurer l’intérim l’temps de, je cite, trouver quelqu’un d’confiance. Cette peste n’avait même pas cherché un successeur ! M’laissant, moi, derrière, avec toute cette merde à gérer ! Pour un peu, si j’m’étais pas r’tenu j’l’aurais surement maudite à distance, et pendant un paquet d’générations ! J’avais pas l’envie d’faire un Baron et puis, d’toutes façons, j’en avais probablement pas les épaules. J’aimais trop ma liberté pour avoir des responsabilités différentes de celles de moi et de moi-même. Apparemment Abi avait pas trouvé ça super contraignant mais j’savais qu’elle veillait farouchement sur les siens, malgré les apparences. Et voilà qu’en quelques lignes j’étais Baron par intérim, désigné en chef pour trouver quelqu’un qui f’rait l’affaire. Pour un cadeau, c’était un putain d’cadeau ! Merci Abi ! J’crois m’souvenir qu’j’avais d’ailleurs songé à l ‘idée d’lui faire bouffer son papier si elle revenait mettre les pieds à la Nouvelle-Orléans un jour après avoir réglé ses affaires. Heureusement, j’me s’rai probablement déjà calmé d’ici là…

Un rapide aperçu d’la situation m’laissait pas beaucoup de temps pour trouver ce fameux remplaçant. On avait une cérémonie « officielle » quelques jours plus tard… Heureus’ment, j’connais du monde dans l’milieu et j’avais quelques idées sur ceux qui pouvaient remplir ce rôle à merveille, ou du moins en donnaient l’impression. Bon, restait juste à les briefer sans annoncer d’but en blanc qu’l’ancienne Baronne s’était cassée en laissant derrière elle qu’un papelard. Avec le temps, j’avais fini par brancher Jack Haunt. Un bon bougre… Enfin, pour un Baron quoi. J’irai pas jusqu’à dire qu’c’était un d’mes potes mais on s’entend plutôt bien. J’lui avais expliqué qu’Abi s’mettait en mouvement pour régler des affaires personnelles mais qu’elle voulait s’assurer que les Vaudouns resteraient sous bonne « protection ». Il avait pas été trop difficile de mentir en disant qu’elle l’avait recommandé lui et que j’devais m’charger d’finaliser tout ça. On avait alors convenu d’faire un truc officiel à la prochaine cérémonie, celle qui, d’ailleurs allait pas tarder à commencer. On attendait la Baronne de pied ferme mais, bien entendu, c’est moi qui déboula devant tout l’monde. « Salut tout l’monde ! Comme vous l’remarquez, ou p’t’être pas pour ceux du fond, j’suis pas notre Baronne… » J’crois qu’c’est aussi pour ça qu’j’voulais pas être Baron… Les discours, c’est vraiment pas ma tasse de thé. « Abigail a du partir pour s’occuper d’affaires personnelles qui lui tient à cœur. Mais, avant de partir, elle a veillé à trouver quelqu’un qui pourrait la remplacer et pourrait s’occuper de notre communauté comme elle l’avait fait jusque là. » Fiou… Allez encore trois quatre mots et j’en ai terminé. « J’vous présente donc notre nouveau Baron : Jack Haunt. La plupart d’entre vous l’connaissent bien et Abi a parfait’ment confiance en lui pour veiller sur nos intérêts et garder la mainmise que l’on a sur cette ville et son histoire. J’vous laisse avec quelques mots de notre Baron et, ensuite, on pourra commencer les festivités, bande d’impatients ! » Fini ! Diantre… J’me tourne vers Jack et lui laisse la place dans un sourire avant d’me fondre un peu dans la masse. Pas sur qu’j’vais vraiment m’amuser ce soir…

HRP : Jack Haunt doit répondre en premier, ensuite c'est chacun pour soi (fondamentalement, un post de réaction de votre personnage face à ce changement de pouvoir :))
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: [Vaudoo] Changement de Programme !   Ven 22 Fév - 14:10

Quand on était un vaudoun, on savait parfaitement que le changement était une partie inhérente de la vie. Et plus particulièrement, le passage de l'état d'être vivant, à celui de masse en décomposition. Seulement, bien entendu, les vaudouns, plus que tout autres, savaient que la mort n'avaient pas vraiment un aspect aussi définitif qu'ils ne l'entendaient.

Bien entendu, l'ancienne baronne, Abigail, n'était pas morte. Loin de là même. Mais elle se trouvait bien loin de la Nouvelle Orléans, sur la piste d'éventuels tueurs de son oncle, l'ancien baron. Il n'y avait pas à dire, Jack avait été surpris quand Zack était venu le voir. Quand il lui avait fait son petit discours sur le fait qu'Abigail l'avait désigné pour prendre la relève. Oui, Jack avait un mojo puissant, et ce depuis qu'il était tout jeune, d'ailleurs il avait toujours plutôt eu tendance à traîner avec les morts qu'avec les vivants à cette époque. Ses petits voyages en Afrique lui avaient permis de découvrir de nouveaux aspects de ses pouvoirs et de cette religion qui semblait si mêlée avec ces derniers.

Jack était un vaudoun de choix, se considérant lui-même comme un privilégié, et il y avait déjà eu des Barons dans a famille. Seulement, il n'avait jamais vraiment été un proche d'Abigail, même au contraire, il avait toujours pensé qu'elle était trop jeune pour son poste, ainsi que trop insouciante. N'était-ce d'ailleurs pas ce qu'elle avait prouvé en s'en allant ainsi ? Sans honorer d'éventuel rituel de passation ? Et en chargeant Zack d'accomplir sa volonté ? Pour Jack en tout cas, c'était bien la situation.

Oh oui, elle pouvait bien le choisir pour diriger pendant qu'elle s'occupait de ses histoires de familles. Jack lui ne ferait pas faux bond à ses semblables. Peut être parce qu'il n'avait pas de famille, ou plutôt parce qu'il considérait toute la population vaudoun de la Nouvelle Orléans comme sa famille. Le pouvoir en main, il s'assurerait qu'Abigail en serait digne si jamais elle revenait. Il ne la laisserait pas abandonner la ville de cette manière à nouveau. Mais pour l'instant elle était loin, et c'était à lui de faire son entrée en scène.

Le visage tatoué d'un crâne, ses dreads tombant dans le dos, il avait toujours un aspect lugubre. Il portait un vieux manteau en cuir délabré, ainsi qu'un haut de forme qui avait connu lui-aussi de meilleurs jours. Mais l'aura qu'il dégageait n'était pas négligeable. Son allure le faisait ressembler à un épouvantail, mais la glace dans son regard ne laissait aucun doute. Cet homme n'allait rien laisser au hasard, et il pourrait se révéler fort dangereux pour ceux qui tenteraient de s'opposer à lui, et surtout à ce qu'il allait mettre en marche. Sa main droit était refermée sur une canne à l'effigie d'un crâne, sur ses talons se trouvaient quatre chiens sûrement très effrayants de leurs vivants, mais pis encore à l'état de mort-vivants. Jack était effrayant, et il savait que c'était parfaitement ce dont les siens avaient besoin en ces temps troublés.

- Mes frères et soeurs. Je me présente en ce jour, comme Zack vous l'a annoncé, en tant que baron. Beaucoup de vous me connaissent. J'ai arpenté les rues de la Nouvelle Orléans depuis ma plus tendre enfance, et depuis toujours, je suis un fidèle serviteur et émissaire des Loas. Une fois de plus, je me mets au service de notre communauté, une fois de plus, je tiens à devenir un lien entre les vivants et les morts.

Son regard balaya l'assemblée. Il connaissait beaucoup d'entre eux. Les vaudouns étaient une communauté soudée, même si certains tendaient à vouloir les faire passer pour des sortes de monstres nécromanciens. Ils étaient avant tout une famille, un clan, uni par les mêmes liens, la promesse de pouvoir passer l'éternité avec les siens dans cette vie ou dans l'autre.

- Nous vivons des temps troublés. La peur rôde dans l'esprit des citoyens de la Nouvelle-Orléans. Un vent de changement souffle sur nos vies, et nous devons nous montrer prêts. Sachez que je ne m'adresse pas aujourd'hui qu'à ceux comme moi, possédant le Don. Mais à tous ceux qui savent marcher avec nous dans le respect de nos ancêtres et des loas. Nous nous devons de défendre notre héritage mes frères et soeurs. Nous nous devons d'être fermes et unis en cette ère de changement.

Les vaudouisants étaient plus nombreux que les simples vaudouns, il le savait, et il comptait bien que cela soit toujours le cas. Les vampires et les autres religions étaient vides et emplies de fiel et de mensonges. Depuis toujours, le vaudou offrait une véritable promesse de l'au-delà. Tous le savaient, et c'était ce qui devait les unir et leur permettre de croître.

- Nous nous devons d'être prêts, car nous sommes de ceux qui ont façonné cette ville à travers les âges. Nos ancêtres, arpentent ces terres depuis des siècles, et c'est à nous, de défendre l'héritage qu'ils nous ont laissé. Trop de gens, outres ou normes, tentent d'instiller leur influence néfaste dans les rues de la Nouvelle Orléans. Trop de gens se sont mis en tête de nous ignorer, et de croire que nous n'étions qu'un élément de décor, un détail. Mais nous savons, ce que nous sommes vraiment, nous savons, que nous sommes l'âme de la Nouvelle Orléans.
En tant que baron, je ne laisserais personne, nous menacer de quelque manière que ce soit. Je vous promets, mes frères et soeurs, que je me dresserais contre tous ceux qui tenteraient de mettre à mal notre communauté, contre tous ceux qui tenteraient de nous priver de notre histoire et de nos droits. Ni la peur, ni les foules, ni les créatures les plus infâmes ne sauraient oser nous menacer. En tant que Baron, je serais votre guide et protecteur. Maintenant, je ne peux que vous inviter à profiter de la vie comme nous l'avons toujours fait ! En l'honneur de nos ancêtres et des loas !


Un sourire éclatant se dessina sur les lèvres de Jack, avant qu'il ne se fende en une révérence face à l'assemblée. Son discours avait été fait pour retracer ce que pensait vraiment le nouveau baron. Ils étaient dans la Nouvelle Orléans depuis toujours, et c'étaient à eux, avant tout, qu'elle appartenait. Les vampires, les normes, pourraient se prétendre maîtres de la villes autant qu'ils le désiraient, les rues de la Nouvelle Orléans, étaient la demeure des enfants du Vaudou.
Revenir en haut Aller en bas
 

[Vaudoo] Changement de Programme !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE IV : Autours de la ville ¤ :: ║En périphérie║ :: La vieille Plantation :: L'hounfor-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit