AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 La Magie de Noël, ça rend heureux, non ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: La Magie de Noël, ça rend heureux, non ?   Sam 3 Déc - 20:17

Ana avait les mains pleines. Dans la droite, un gobelet blanc décoré d'arabesques rouges qui fumait et rendait l'air alentour empli d'une délicieuse odeur d'épices. De l'autre main, elle soupesait une boule à neige. En réalité, elle ignorait quel type de cadeau pouvait plaire à son père. Ce n'était pas une tradition, de s'offrir des présents, qu'il s'agisse de Noël ou tout autre occasion. En général, de toute façon, les Vipers n'étaient pas très traditionnels pour ce genre de festivités. Il fallait dire qu'ils bougeaient pas mal. Ce n'était pas l'idéal pour une maison avec cheminée et un sapin garni. Idem pour les paquets et le pain d'épices.

Cependant, cette année, Ana savait combien ça compterait. Elle se sentait bien à la Nouvelle Orléans, et savait que son père aussi. La Famille aussi avait l'air d'avoir pris ses marques, même s'il leur manquait un vrai nid, à eux. Ils se contentaient de squatter par ci-par là, mais ce n'était que temporaire. Elle avait repéré quelques lofts inhabités mais le quartier de l'Offensive n'était pas le plus adéquat pour accueillir un gang de Reptiles. Ils seraient très vite éjectés de là.

Les Docks, par contre, étaient attirants. Mais elle avait entendu parler de la Mafia qui régnait ici, et savait que le territoire était apprécié par ces Wiccans. Et par dessus tout ça, il fallait aussi faire attention où on mettait les pieds, avec tous ces Sacs à Puces qui trainaient en ville. Elle ignorait où ils créchaient, mais était bien décidée à le découvrir tôt ou tard.


Pour le moment cependant, sa seule préoccupation était de savoir si, oui ou non, cette babiole valait bien 59$. Ca lui semblait bien cher pour un truc pareil. C'était inutile et à peine décoratif, elle se demandait si Greg en voudrait seulement comme presse papier. Elle reposa l'objet et secouant la tête, alors que le vendeur semblait déçu. Ses pas craquaient dans la neige et elle grelottait. Il faisait déjà froid partout ailleurs, et sous ce dôme avec cette saloperie de neige, c'était pire... Ana sentait son corps se refroidir de minute en minute, et ne voulait pas traîner ici.

Elle tenta de se réchauffer avec une gorgée de vin chaud qui sentait bon la cannelle. Le chalet suivant semblait plus attirant ! Des couteaux artisanaux. Bonne idée ! Elle était certaine qu'il aimerait... Le commerçant avait un bonnet de père noël et une grosse moustache qui paraissait fausse ; assis de profil, il taillait à même le bois des manches pour ses couteaux. Bothrops observa un instant l'homme qui travaillait avec un savoir-faire impressionnant, et ce qui devait être sa femme s'approcha derrière le comptoir de la petite maison en bois.

- Vous voulez en voir certains ?

Après un modèle en ivoire qu'elle avait juré être du faux, mais qu'Ana prenait vraiment pour de la défense d'éléphant, la femme aux couettes blanches lui tendit un étui en écailles.
La Métamorphe frémit lorsqu'elle posa ses doigts sur l'objet et sentit immédiatement son sang bouillir. Le gobelet chancela mais elle réussit à garder le contrôle. Cette salle bonne femme avait le culot de lui présenter un étui à couteau en python !

" Vous avez un modèle en peau de Norme ? " La vendeuse lui demanda de répéter, sans doute avait-elle très bien entendu mais n'en croyait pas ses oreilles... ? " En peau ! En peau de Norme, pour voir ! Ca doit être tout doux, même si je doute que ce soit résistant. "

La femme échangea un regard avec son mari qui avait cessé tout mouvement. Elle ne paraissait pas savoir comment réagir. Ana, elle finit son verre et plissa les yeux, comme si elle cherchait à déceler si cette commerçante était une sale conne du TPH pour vendre autant de morceaux d'animaux, ou si tout simplement, elle n'en avait rien à faire.
Depuis la Révélation, elle pensait que les Normes avaient pris conscience que, quand on tue des bêtes, on a des chances qu'ils soient Métamorphes... Du moins ça avait été le cas durant des siècles... Mais maintenant, il existait du synthétique qui faisait illusion. Au toucher même, Ana savait que cette peau appartenait à un vrai serpent, et l'ivoire, là, c'est sûr, c'était à un éléphant. Et quoi d'autre ? Du croco ?

- Mais tous nos produits sont de qualité ...

Ah, belle justification !

" Tu as de la chance que ce soir Noël... " Grogna Bothrops entre ses dents, alors qu'elle fourrait ses mains dans les poches de son manteau pour s'éloigner d'un air sinistre. Elle passa derrière le petit chalet. La voiture du couple, une vieille décapotable, était garée.

" Tiens, ça t'apprendra, sales braconniers... " Ana sortit une clé de sa poche et raya tout le côté de la bagnole qui avait déjà bien vécu. C'était juste pour l'honneur de ces animaux qui étaient désormais transformés en manches ou en étuis à couteaux... Et ça défoulait aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Magie de Noël, ça rend heureux, non ?   Mer 7 Déc - 8:31

La sensation était étrange.
Crissante, craquante, glissante, humide.
Comme si on marchait dans de la farine, mais en plus froid et avec ce drôle de bruit de sable tassé mélangé à un grincement de porte.
Il n'était pas sûr d'aimer ça, marcher dans la neige.

Il leva les yeux, tentant d'apercevoir le ciel bleu gris au delà du dôme.
Prisonnier volontaire dans une boule à neige géante.
Il s'imagina, brièvement, un géant issu des contes soulever le dôme, le retourner, l'agiter pour voir tomber la neige magique.
L'idée le fit sourire, un peu.

Il cherchait un cadeau pour sa grand mère. Un collègue lui avait parlé d'un stand de bijoux en ambre. Malgré son grand âge, elle était encore très coquette et le jaune de l'ambre ressortirait bien sur sa peau noire.

Alors il déambulait, profitant de ce moment de permission, d'un pas lent, jetant un œil sur les stands, vaguement curieux, vaguement blasé.
C'était un mélange de produits pseudo artistiques, pseudos ethnico-exotiques, pseudo magiques. Et les incontournables stands de ripailles. La plupart des badauds se sentaient obligés de s'affubler d'un bonnet en mauvaise feutrine rouge, de manger une part de pain d'épice et de se prendre photo avec Santa Samedi.

Il passa devant un stand de boules de neige. Y en avait-il une représentant le marché de Noel sous son dôme de NO ?
L'étalage du stand suivant était dissimulé par une jeune femme. Probablement un stand de lingerie gadget genre soutien gorge à grelots, tanga jouant jingle bells quand on l'enlevait ou bas rouges bordés de fausse fourrure blanche.

Juste pour vérifier son idée, il s'approcha et jeta un coup d’œil par dessus l'épaule de la visiteuse.
Un stand de couteaux....
Au temps pour ses idées sexistes... Il sourit de sa propre bêtise et s’apprêtait à s'éloigner lorsque...

..." Vous avez un modèle en peau de Norme ?... En peau ! En peau de Norme, pour voir ! Ca doit être tout doux, même si je doute que ce soit résistant. "

Une outre... Une outre agressive. Ou du moins provocante.
Ce n'était pas son problème.
Il s'éloigna d'un pas.
Il n'était pas en service.
Un autre.
Si il y avait un problème, c'était aux rigolos du BIAS de gérer ça.
Un troisième.

Avec un soupir, il fit demi tour.
Juste au cas où.
La jeune femme avait disparu. Il n'accorda qu'un regard au couple ahuri figé dans son faux chalet et chercha la silhouette du regard. Une telle silhouette, ça ne s'oubliait pas. Elle ne pouvait pas s'être éloignée bien loin.

Il fit le tour du chalet rapidement et faillit la heurter.
Un coup d’œil rapide à la jolie estafilade brillante sur l'aile de la bagnole, un autre aux clés qu'elle tenait encore entre les doigts (attention...)
Il se maudit de s'être précipité.

A distance, il se serait contenté de hausser les épaules et de s'éloigner, rassuré d'une tournure aussi inoffensive mais maintenant, face à elle et à son regard qui le défiait de protester, il fallait bien réagir.

Belle carrosserie.... Euh... la voiture hein...C'est... euh... Elle est... customisée....
Maintenant...


Pas franchement son meilleur discours. Il se retint de rajouter un "la dégradation du bien d'autrui est punie par loi", il sentait que ça ne ferait pas beaucoup d'effets.

Pourquoi vous-ont ils mis en colère ?
Il pariait pour une méprisante remarque raciste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Magie de Noël, ça rend heureux, non ?   Jeu 8 Déc - 18:38

Ana releva les yeux de son méfait, plutôt satisfaite de son art, mais pas encore défoulée. Ce genre de comportement était scandaleux... Et que la Mairie autorise un stand pareil à être présent sur le Marché de Noël … C’était d’autant plus révoltant. Mais Bothrops n’était pas, non plus, adhérente d’une Mission quelconque pour la sauvegarde des bébés phoques, quoi qu’elle eut rencontré un kiné Métamorphe Lion de Mer pas du tout innocent.

Elle s’apprêtait à repartir ni vue, ni connue, quand elle évita de justesse une collision. Une seconde, elle se dit que c’était le vieux du stand, et même, elle aurait été enchanté de le retrouver dans une ruelle sombre. Mais non, c’était un métis à dreads, baraqué. Il foutait quoi, là ? Il n’avait pas une tête à faire partie des commerçants. Un membre de la troupe du spectacle de Noël ? Ca vaudrait peut-être le coup d’y jeter un œil finalement...

Ana leva le menton, une expression mauvaise sur le visage, qui le découragerait sans doute d’aller la dénoncer ; c’était évident qu’il savait ce qu’elle venait de faire, et lorsqu’il ouvrit la bouche, elle plissa les yeux pour évaluer le degré de dangerosité de ce potentiel maître-chanteur. Elle ne sentait rien d’anormal chez lui, ce devait être un Norme, mais la carrure imposait un peu de réflexion avant d’être menaçante.

Belle carrosserie ? C’était une blague, Bothrops se retint de justesse de l’insulter mais il rectifia le tir. Ah, la voiture... Elle eut un léger sourire, prenant finalement le tout comme un compliment. Ouais, après tout, il n’avait pas déguerpi, et il avait l’air d’un mec à la limite de l’honnêteté... Qui plus est, il ne fallait pas cracher dans la soupe, il avait tous les arguments pour qu’elle soit indulgente envers cette peau café au lait.

« J’pense que tu devrais faire demi-tour et aller te chercher un bretzel. » Elle fourra la clé dans la poche de son jean. Il y avait quelque chose chez ce type qui lui faisait dire qu’il cachait un truc, une façon de se tenir peut-être, et des épaules larges, il avait des allures de danseurs qui sentait bon la capoeira. Ana resta une seconde nostalgique mais l’afflux sanguin de son échange avec les commerçants revint vite.

« Aller quoi, bouge, ces types l’ont bien mérité. » Ca ne le regardait pas après tout. Elle leva les sourcils et un petit air narquois glissa sur son visage. « Oh, et n’achète rien chez eux, sauf si tu es un de ces petits cons du TPH, dans ce cas je vais te customiser aussi. » Ana sentait déjà lui démanger les orteils, c’était agréable la provocation et les conflits, elle en avait marre du shopping de noël, et à l’allure du mec en face d’elle, c’était sûr, elle allait soit se bastonner, soit lui demander son numéro.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Magie de Noël, ça rend heureux, non ?   Sam 10 Déc - 9:56

L'envoyer prendre un goûter ?
Le customiser ?

Habituellement, il n'appréciait pas l'agressivité pendant ses loisirs. Il passait ses journées à gérer des agressions : victimes en crise, prévenus, suspects, avocats, D.A, collègues fatigués... Alors pendant son temps libre, il réagissait généralement mal à une injection inattendue de mauvais humeur.

Sauf que là, c'était différent.
Il n'aurait su expliquer pourquoi.
Peut être la bouche pulpeuse de son interlocutrice ?
Peut être cet accent rauque et chantant ? Il avait rencontré suffisamment de maitres brésiliens lors des batizados pour reconnaitre une telle intonation.
Ou peut être juste cet air narquois et provoquant qu'elle affichait, cet air de défi dans ses yeux bruns.

Il sortait d'une période où la tension avait été rude, la pression intense et sans moyen de la relâcher. Il avait cru qu'une ballade dans la neige permettrait de l'évacuer mais un bon affrontement ferait tout aussi bien l'affaire.

Sa réflexion sur les "peaux de normes" l'avait désignée comme outre. Sa remarque sur la TPH le confirmait. Pas vamp, ni zombie, à l'évidence. Vodoun ? Peut être... Mais sa façon de se tenir, de bouger, cette histoire de peau... Il pariait sur méta... Et pas du genre biche.

Par une habitude qui tenait presque du réflexe, il jeta un coup d’œil sur son environnement.
Toujours savoir où on risquait de se battre.
Ils se trouvaient dans la zone grise du marché de noël. Sous le dôme, sous la neige, derrière les chalets, là où les vendeurs et quelques privilégiés avaient pu garer leur véhicule. A leur droite, à quelques dizaines de mètres, le ciel grisâtre de la ville, avec ses pélicans qui paresseusement planaient. A leur gauche, le flot de badauds qui s'avançait, troupeau docile, de stand en stand, les mains pleines de paquets et de nourriture, le visage clignotant avec les guirlandes à la lumière cruelle.

Il se pencha légèrement vers elle, épaules en avant. Lorsqu'il parla, son souffle blanc vint caresser son visage.

Que je sois ou non de la TPH... Je n'ai pas vraiment d'attirance pour les couteaux... Ou leurs fourreaux en peau de bête....Je préfère la lutte à main nue...
Me customiser, hein ? Si tu as froid et que tu veux un peu d'échauffement... Tu peux toujours essayer, petit Bretzel... Mais ma peau mérite bien mieux qu'une customisation à l'arrache, tu ne crois pas ?


Il sourit. Il venait de reconnaitre ce qu'ils étaient en train de faire. Cette agressivité joyeuse, ces attaques lancées mais retenues, un combat et une danse, une lutte sensuelle et rythmée...
Capoeira...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Magie de Noël, ça rend heureux, non ?   Mer 14 Déc - 19:42

Ana afficha un grand sourire, piquée par les répliques de celui qui, vraisemblablement, n’était pas un vilain maître-chanteur, décidé à lui soutirer quelques dollars pour qu’il garde le silence sur son petit délit. Avec enthousiasme, elle avait constaté qu’il avait même de l’humour et le mouvement en avant, les épaules bien larges mises en évidence, étaient une belle invitation.

Les mains nues, une provocation à peine masquée, Bothrops était finalement ravie que ce ne soit pas le commerçant qui soit venu la surprendre ! Ana adorait, et de loin, les gens dans son genre, plutôt que ceux qui répondaient de façon hargneuse à ses pics ; et il avait l’air d’être sur la même longueur d’onde qu’elle. Une sorte de sixième sens ? Pas besoin, c’était presque trop visible. Elle leva les sourcils dans un mouvement saccadé, la mine réjouie comme un enfant ayant trouvé un copain pour ses bêtises.

Sans vraiment s’en rendre compte, elle ne tenait pas en place, et Bothrops dans un mouvement lent, flexible sur ses jambes, commençait à tourner autour de l’intrus. La neige qui tombait ajoutait une vague impression de mouvement partout autour d’eux, et elle sentait dans l’attitude du grand métis qu’il était aussi souple que baraqué ; ça sautait aux yeux, et c’était génial.

« Fais gaffe à ta peau, ouais. » Lança Ana en prenant dans sa paume pleine une grande quantité de neige qui s’amassait sur le toit de la voiture customisée ; en une seconde, elle lui lançait au visage et le sol blanc eut droit à quelques zigzag tracés par ses pas, alors qu’elle se retrouvait dans son dos.

« Ca manque de musique, hein ? »
Elle reniflait sur sa peau un parfum qui lui rappelait son pays natal, mais elle ne savait dire s’il y avait jamais mis les pieds. Non, il sentait comme les natifs de la Nouvelle Orléans, et dans le sol, dans la plante de ses pieds, Bothrops percevait des vibrations nombreuses, loin d’être celles des passants dans l’allée principale du Marché de Noël. Quelque chose qui frémit avec énergie. C’était inespéré de rencontrer quelqu’un comme lui ! Ana avait un dilemme grandissant à affronter… Elle avait envie de se battre, mais de discuter aussi. Alors qu’en général, elle préférait frapper avant de causer.

« Ca manque de Berimbau. Je suis sure que tu sais. » Elle ne pouvait s’empêcher de laisser voir ses dents tant elle souriait, le provoquant, toujours en mouvement, lui tournant autour avec un rythme et un déhanché qui dansaient plus qu’ils n’annonçaient une baston. Mais elle s’attendait aussi à une contre-attaque suite à son lancé de neige, et Ana était prête à débuter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Magie de Noël, ça rend heureux, non ?   Jeu 22 Déc - 17:06

D'abord...

D'abord, il ne bougea pas, resta immobile alors même qu'elle commençait à tourner autour de lui.
L'ambiance était à l'excitation, au jeu mais pas au danger.
Il la laissa donc l'encercler, l'entourer, le cerner, suivant de l’ouïe ses glissements sur le sol neigeux. Il sentit sa présence dans son dos. Un frisson le parcourut, hérissant sa nuque, frisson d'attente et de désir teinté d'inquiétude. Ce n'était pas désagréable, cette passivité forcée... Tant que ça ne durait pas.

Ensuite...
Ensuite elle se retrouva face à lui et, de sa main en coupe, lui balança une poignée de neige.
Blancheur glaciale et brûlante sur sa peau, sur ses lèvres qu'il lapa d'un coup de langue. Un sourire éclaira son visage. Un sourire féroce...
Un tel crime ne peut rester impuni, Bretzel.... Tu l'auras voulu...

Alors...
Alors à son tour il entra dans la roda, se mit à tourner à son tour, l'épiant, la jaugeant, l'invitant du regard.
Le marché de Noêl était une mauvaise idée, rien d'exotique, rien de dépaysant, l'habituel cirque consumériste... Mais il ne regrettait pas de s'y être rendu.
Absolument pas.
Ils tournaient, dansaient avec comme seul rythme le crissement de la neige tassée sous leurs pieds.
On fera sans... A nous de créer notre propre musique... hmmm ?

Son pied s'élança, raclant le sol, en un mouvement qu'on nommait le saut du cobra. Sa jambe se détendit et un paquet de neige fut propulsé vers elle, maculant de blanc sa chevelure et sa peau caramel.

Il sourit, d'un air satisfait, tout en reprenant une posture détendue mais défensive. Il ne la quittait pas des yeux, observant ses gestes fluides, son corps souple et la lueur à la fois amusée et outragée qui éclairait son regard.
Il se renversa soudain en arrière, le corps comme un arc tendu, prit appui sur ses paumes - sensation de froid mordant, lança ses jambes, la frôla des pieds mais elle avait anticipée le mouvement, s'était accroupi en negativa.
Posture du poirier, une seconde, genoux fléchis avant de se rebalancer d'un mouvement de hanche vers l'avant tandis qu'elle se relevait pour se retrouver près d'elle, très près, à la frôler, l'effleurer, à la respirer, presqu'à la toucher.
Il maintint la pose une seconde de plus que prévue, au risque de perdre la fluidité de la danse, juste pour le plaisir de la narguer, de l'inviter.
De lui promettre.

Autour d'eux, les flocons, public silencieux et indifférent, tourbillonnaient.
Il se le jura, tout ça se devait de finir au chaud, autour d'un café.
Brésilien, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: La Magie de Noël, ça rend heureux, non ?   Mar 27 Déc - 18:51

Les mouvements, entre danse et combat, avait une harmonie qui évoquait des souvenirs agréables. Ils tournaient et esquivaient avec souplesse comme s’ils effectuaient une chorégraphie millimétrée au tempo à la fois vif et lent. C’était tellement bon de bouger à nouveau ainsi, de se laisser guider par un rythme inaudible qu’ils semblaient tous deux connaître à l’unisson.
Entre les défis et les menaces, leurs mouvements se répondaient, des figures et des enchaînements qui paraissaient répétés avec soin comme une troupe de théâtre ou un ballet. Bothrops entendait des sons de percussion battre la cadence, et son corps retrouvait une liberté qui avait été longtemps oubliée.

La neige sembla redoubler, mais n’était le résultat que de l’envolée des flocons soulevés par leur échange, dans un silence presque anormal, uniquement brisé par le crissement du sol blanc et la proximité de l’allée principale du Marché. Elle aurait pu continuer des heures durant, comme pour ne pas casser immédiatement ces souvenirs qui lui permettaient de revivre une époque lointaine. Mais la Viper esquiva un dernier assaut avec une Cocorinha en frottant ses joues pleines de poudre neigeuse.

Elle avait oublié le froid durant ces quelques minutes, mais désormais, la neige qu’ils s’étaient lancés à la figure se faisait gelée. Elle souffla dans ses mains avec un nuage blanc, et ses yeux pétillaient d’un enthousiasme évoquant les retrouvailles d’un proche, perdu de longue date.

« Je n’aime pas ce temps, c’est bon pour les pingouins, on vient du Sud, nous, pas vrai ? » Elle tapa sur ses cuisses pour faire tomber quelques flocons, et Ana eut un geste de menton en direction de la voiture qu’elle venait de détériorer.

« Je m’appelle Ana. » Elle tendit sa main, même si en réalité, ils se connaissaient plus après quelques pas de danse qu’une poignée de main banale. Elle affichait un grand sourire, bien qu’elle soit parfaitement consciente qu’elle devait également avoir l’air arrogant. Mais ça ne lui était pas destiné, c’était plus… une fierté retrouvée d’avoir valsé ! De ne pas être rouillée ! Et d’avoir quelqu’un qui parlait la même langue. Même si c’était un Norme, il avait des odeurs d’Outre qui l’intriguaient encore.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La Magie de Noël, ça rend heureux, non ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Magie de Noël, ça rend heureux, non ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: Le marché de noël-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit