AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Une odeur de liberté ... [Frédérick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Sam 6 Aoû - 23:40

Je venais de m'asseoir à ma table lorsqu'une odeur familière vint m'emplir les narines. En une fraction de seconde j'avais levé la tête pour vérifier ce que mon nez avait sentit. Malheureusement, il y avait bien un méta ours qui était rentré dans le bar, mais pas "mon" méta ours.
Je rabaissais la tête soudainement envahit par un flots de souvenir. La dernière fois que j'avais humé cette odeur c'était serré dans les bras de James.
J'avais passé plusieurs mois en compagnie de ce méta ours avant de me faire gentiment mettre à la porte par le chef de la meute du coin.
Je savais très bien que James ne me recontacterait jamais, c'était clair lorsque nous nous étions quitté mais, une petite partie de moi espérais toujours en secret. Cette petite partie qui me fit même vérifier mon téléphone, juste au cas ou ...
Un peu déçue, je relevais quand même la tête pour observer le nouvel arrivant. Il ne passait pas vraiment inaperçue ... Immense et blond, on aurait dit un viking tout droit débarqué de son longship.
Sa carrure était assez impressionnante, à croire que tout les ours étaient taillés dans le même moule ... Je souris en coin à cette remarque personnelle et détournais mon attention vers la chanteuse qui se donnait à fond. Elle savait mettre de l'ambiance en tout cas.
Pianotant un sms pour ma mère, je fut surpris de retrouver assis en face de moi l'ours en question.
Je haussais un sourcil, silencieuse. Il ne semblait pas m'avoir remarqué d'ailleurs. A croire que la foule était quelque chose d'étranger pour lui et de tout à fait nouveau.
Son odeur était plsu forte, plus perceptible. Je failli me faire embarquer d'ailleurs, fermant à demi les yeux.
La neige, le sapin, les grands espaces.
Tellement de choses qui me manquait ...


Dernière édition par Tamara O'Neil le Mer 17 Aoû - 10:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Sam 6 Aoû - 23:57

Frédérick commençait à se faire peu à peu à la foule. En arrivant dans le bar il avait essayé de saisir chaque odeur dans sa spécificité, mais il avait vite été submergé. Maintenant qu'il était au calme, il pouvait arrêter de considérer la foule comme une seule entité, et essayer de séparer chaque odeur, chaque son les uns des autres.

Buvant une nouvelle gorgée de bière il savoura l'amertume et le pétillant de la boisson. Ce qu'il y avait de bien, c'est que partout où il se trouvait il y avait de la bière, et ça, c'était indispensable ! Reprenant sa tâche, il essaya d'isoler les odeurs des personnes présentes. Il essayait par la même occasion de déterminer à quel animal était associé chaque personne. Il connaissait tous les métamorphes de son clan, et il n'avait quasiment jamais eu à faire un tel exercice.

Corbeau, félin... Loup. L'odeur était proche et Frédérick tourna la tête pour poser les yeux sur Tamara. Il s'était assis à la table sans même se rendre compte qu'elle était là, tellement il était concentré sur le fait de trouver un endroit où s'asseoir. Il n'aimait pas beaucoup les loups depuis que l'un d'entre eux l'avait battu sur son territoire, mais il n'allait pas grogner sur elle pour autant. Il la détailla un instant du regard, sans vraiment de gêne.


- Bonsoir, je suppose qu'il est trop tard pour demander si la place est prise.

Il lui adressa un léger sourire. Il n'était pas à l'aise avec la foule, mais avec une seule personne il pouvait se débrouiller. Seulement c'était une louve, et il devait se méfier... Car les louves appartiennent souvent à des meutes, et leurs compagnons peuvent se montrer assez territoriaux. Frédérick n'avait pas vraiment envie de commencer sa vie à la Nouvelle Orléans par une bagarre pour une fille. Il tenta donc d'utiliser son flair pour voir si la dite louve avait une odeur de mâle qui lui collait aux basques. Car si c'était le cas, mieux valait qu'il prenne ses distances.

Et pour ce qui était de la politesse... C'était un peu raté. Mais Frédérick n'avait jamais été très doué avec ces choses là, cette façon que les gens avaient de tourner autour du pot pour faire comprendre une chose. Il était assis, tant pis pour ceux qui auraient voulu être à sa place. Et si la méta-louve attendait quelqu'un, elle n'aurait qu'à le dire franchement pour qu'il s'en aille. Dans le cas contraire, il était bien là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Dim 7 Aoû - 1:24

Le jeune homme était donc assis en face de moi. Il avait l'odeur d'un prédateur, mais un prédateur calme et placide. Dans un sens s'était assez réconfortant.

- Bonsoir, je suppose qu'il est trop tard pour demander si la place est prise.

Lui souriant je répondis :

- Je vous en prie installez vous, même si c'est déjà fait. Je n'attends personne de toute façon.

Je reposa mon sac à terre et posa mes coudes sur la table. Etant donné que cela faisait peu de temps que j'étais arrivé ici et que j'avais très peu vu la meute, le contact "humain" me manquait. Les loups sont des animaux sociaux et faute de meute eh bien j'aimais bien rencontré du monde. Surtout dans les bars.
Je le vis alors humer l'air devant moi. Il me reniflait dis donc. J'étouffa un rire.

- Alors alors, que pouvez-vous sentir dites moi ?


Ma louve aimait ce jeux. Surtout avec un ours qui lui rappelait son ancien compagnon du Canada. Je la laissa furtivement prendre place dans mes yeux, une couleur dorée prenant pendant quelque instant toute la place de mes iris pour finalement revenir au brun chaud avec ce petit liserai doré si caractéristique. Je me sentais plutôt d'humeur taquine ce soir mais restais tout de même sur mes gardes, tout mes sens en alerte. Tout le monde n'est pas forcément en accord parfait avec sa bête et parfois ça peut déraper.
Mais lui semblait plutot bien composer avec son ours. Heureusement.
Je me demandais si le fait de ne pas avoir eu de mâle depuis un bout de temps se voyait et me donnait un petit air prédatrice. A cette pensée, je m'ébrouais un peu et m'adossais à mon siège.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Dim 7 Aoû - 1:38

Frédérick se détendit imperceptiblement lorsqu'elle lui annonça qu'elle n'attendait personne. Il en profita d'ailleurs pour poser son sac à ses pieds, même s'il garda sa veste. Il n'était pas habitué à la foule, et n'importe qui d'assez doué pourrait essayer de lui faire les poches s'il posait sa veste contre le dossier de la chaise. Il faudrait être fou pour tenter de faire ça à un métamorphe, mais Frédérick préférait être prudent.

Son examen olfactif effectué, il remarqua que la louve ne semblait pas avoir de compagnon, ou tout du moins pas un métamorphe, sinon il y aurait sûrement eut un reliquat d'odeur sur elle. Surtout chez les loups qui avaient une certaine tendance à marquer leur territoire. Apparemment il ne risquait pas de voir débarquer un compagnon jaloux à lui parler librement. Elle avait par contre remarqué qu'il la reniflait en quelque sorte. Un comportement peu citadin sûrement, mais rien ne valait la prudence en territoire inconnu.


- Une simple précaution. Certains métamorphes n'aiment pas qu'on empiète sur leur territoire, ce qui peut inclure leur compagne.

Il lui adressa un nouveau sourire avant de boire une nouvelle gorgée de bière. Il ne savait pas si ses paroles seraient prises comme du flirt, et à vraie dire il s'en fichait quelque peu. Son ours n'avait pas besoin de compagne pour le moment, la saison des amours était passée depuis un certain moment déjà. Il ne risquait donc pas de se mettre à faire du rentre dedans à la louve, surtout qu'il n'aurait de toute façon nulle part où aller...

- Au fait, je me nomme Frédérick Hansen, heureux de vous rencontrer.

Nouveau sourire bourru. S'il devait discuter avec quelqu'un autant y aller franchement. De toute façon il n'avait rien à perdre, personne ne le connaissait dans cette ville. C'était un parfait nouveau départ... Personne n'avait connaissance de ses échecs, de son comportement parfois dangereux. Personne ne savait pour l'attaque des campeurs. Oui, face à ces métamorphes il était le parfait inconnu contrairement à ce qu'il avait connu face au clan. C'était peut être ça que son grand-père désirait en l'envoyant ici : lui offrir un nouveau départ.

Et à regarder plus attentivement la méta-louve. Frédérick se dit que ce nouveau départ commençait plutôt bien. Il n'avait rencontré presque aucune méta en Alaska, et voilà qu'à sa première nuit à la Nouvelle-Orléans, il discutait avec l'une d'entre elle, et plutôt jolie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Dim 7 Aoû - 3:15

- Une simple précaution. Certains
métamorphes n'aiment pas qu'on empiète sur leur territoire, ce qui peut
inclure leur compagne.


Pensive, je me demandais ce que cela faisait d'appartenir en quelques sortes à quelqu'un. Que les autres saches que vous aviez un compagnon.
Mais bon pour l'instant je n'avais pas le moins du monde à m'en occuper !

- Oui vous avez raison, mieux vaut être prudent dans la vie. On ne sait jamais ce qu'il peut arriver.

La chanteuse avait embrayé sur une musique un peu plus rock et je commençais à me dandiner très très légèrement sur ma chaise, comme à mon habitude.
Cet ours avait un sourire tout à fait charmant.

- Enchantée Frédérick. Je m'appelle Tamara.


Pas franchement besoin de cacher mon identité avec un méta, surtout avec la meute derrière moi je ne devrais pas avoir de problèmes. Par contre, pas besoin non plus qu'il connaisse mon nom de famille.
Alors que nous parlions, le jeune homme (quoi qu'un peu plus vieux que moi d'apparence, et surement plus en réalité) avait posé une sorte de sac de sport plutot bien rempli.
Tiens tiens, serait-il nouveau en ville ? Ou peut être revenait-il tout simplement du sport ou que sais-je encore. Mon imagination à tendance à s'emballer parfois.
Mais autant tenter le coup :

- Vous venez d'arriver en ville ?

Du menton, je désignais le sac du méta. Si ça se trouve il venait tout juste de débarquer à la Nouvelle Orléans, ce qui pourrait expliquer l'odeur très forte de nature sur lui. Odeur tout à fait plaisante d'ailleurs dans laquelle je me serais bien "roulée". Comme on dit, il avait vu de la lumière et était rentré dans le bar.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Dim 7 Aoû - 3:37

Frédérick observa un instant la métamorphe-louve en train de se dandiner sur sa chaise à cause de la musique qui régnait dans le bar. Il aimait bien la musique, mais s'il y avait bien une chose qu'il ne savait pas faire et qu'il n'aimait pas faire : c'était danser. C'est une chose facile quand vous êtes un gringalet d'un mètre soixante fin comme une aiguille et qui peut faire des bonds partout. Mais quand vous avez la carrure d'un ours, le simple faire de marcher sur le pied de votre partenaire pouvait l'envoyer à l'hôpital. Et puis il n'avait pas le sens du rythme tout simplement, si bien qu'il restait parfaitement immobile, insensible à la musique avoisinante.

Tamara. Il ne nota pas qu'elle ne lui avait pas donné son nom de famille. De toute façon cela importait peu, un nom de famille c'était quoi ? En Alaska avec une seule famille de chaque cela pouvait être utile, mais dans une grande ville où devaient se glisser plusieurs homonymes, cela n'avait que peu d'utilité.

Il lança un regard à son sac lorsqu'elle lui posa sa question. Il n'y avait pas grand chose dedans, uniquement ce qu'il lui restait comme affaires personnelles, et elles avaient pris un coup vu le temps qu'il avait passé en ours. Quelques vêtements de rechanges, des affaires de toilettes et pas grand chose d'autres. Il n'avait besoin de rien d'autre à vraie dire. On l'avait dissuadé d'emmener une tente car il n'aurait probablement pas le droit de la planter en ville. Mais il avait tout de même un sac de couchage, au cas où il devrait passer ses premières nuits sous un pont ou un truc du genre.


- Je viens d'arriver en effet. Pas plus tard qu'aujourd'hui pour être exact. J'ai repéré l'odeur de métas venant du bar et je suis venu voir.

Nouvelle gorgée de bière, qui commençait maintenant à être bien entamée. Heureusement pour lui, l'alcool ne lui faisait pas un grand effet, en tout cas pas après une bière, et surtout pas avec sa corpulence ! Avant de finir saoul et de perdre le contrôle il lui aurait fallu plusieurs litres de plus.

- Et vous, je suppose que vous habitez en ville ?

Il imaginait difficilement qu'elle soit venue d'autre part spécialement pour l'inauguration du bar, mais cela restait dans le domaine du possible. Après tout, des bars à métas, il ne devait pas en avoir des dizaines dans le coin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Dim 7 Aoû - 13:05

Il venait donc tout juste d'arriver. Surement par avion d'ailleurs. Un nouveau méta en ville, un peu comme moi d'ailleurs même si j'étais là depuis plusieurs jours.
La Nouvelle Orléans est une ville assez étrange qui change beaucoup d'Iron River. C'est assez déstabilisant de se retrouver dans une grande ville peuplée d'inconnu après avoir passé toute sa vie dans une petite ville où presque tout le monde se connait, et surtout dans une maison à l'écart toute proche d'une forêt. Je me retrouvais maintenant dans un petit appart à moitié en sous sol non loin du bar d'ailleurs. C'est toujours mieux qu'une caravane de location paumé au milieu du désert en tout cas.
Heureusement le loyer n'était pas bien cher et mon boulot se barmaid suffirait amplement à mes besoin.

- Moui j'habite en ville, mais je suis aussi pour ainsi dire une nouvelle. Je suis arrivée il y a environ une semaine.

J'étais venu rencontré l'alpha des Werewolves, et par chance j'avais été accepté dans la meute. Ce qui est une bonne chose. Au moins je n'étais pas complètement seule dans ce chaos citadin.
Mais la ville avait quand même du bon. Le boulot à deux pas de chez moi, des magasins avec des tranches de steack succulentes à chaque quoi de rue, des bars, des restau indiens ... miam. L'envie me prit d'aller chasser. J'avais bien remarquer une sortes de réserve en arrivant en voiture, mais ne m'y étais pas arrêter. Il faudrait que j'aille voir tout ça.

- Je pense que la Nouvelle Orléans va être mon nouveau foyer. J'ai pas mal bourlinguée avant d'arriver là ...

D'ailleurs, ... avait-il trouvé un appart' lui ? Peut-être était-il à l'hôtel, il doit surement y en avoir une tripotée dans cette ville.
ESt-ce que lui demander serait incorrect ? Bonne question. Oh et puis merde hein si il ne veut pas répondre tant pis on passera à autre chose.
Si ça se trouve, il a besoin d'un toit ...
Le regardant un peu de côté je détaillais tranquillement mon interlocuteur. Miam.

- Vous avez trouvé où dormir ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Dim 7 Aoû - 13:25

Une nouvelle comme lui. Voilà qui était assez rassurant, et surement était-ce pour cela qu'elle discutait avec un type paumé comme lui. Il ne connaissait rien à la ville, et il aurait mis sa main à couper que cela se voyait. Déjà à cause de son attitude avec la foule, montrant clairement son incompréhension vis à vis de ce phénomène, et aussi son petit examen olfactif. Cela montrait bien qu'il n'était pas à l'aise ici, alors qu'elle, elle semblait déjà s'être faite à la ville.

Tamara était donc déjà en ville de puis une semaine, et elle avait un appart. Frédérick lui se demandait bien comment il allait réussir à en obtenir un. Il n'avait pas beaucoup d'argent, pas de job, aucun revenu de paye datant de moins de trente ans... Comment expliquer que sa principale expérience professionnelle a été de couper du bois et de casser des nez ? Il se demandait bien quel job il pourrait trouver dans une grande ville... Pas bûcheron déjà, tout simplement car il n'y avait pas d'arbres.


- J'espère que je serais aussi à l'aise que vous dans cette ville d'ici une semaine.

Mais la priorité était de trouver un logement. Il pouvait très bien dormir sous un pont, mais son hygiène en souffrirait et par conséquent il aurait vraiment du mal à trouver un travail. Son grand père ne l'avait sûrement pas envoyé ici pour qu'il devienne un SDF, il devait trouver un moyen de s'en sortir. Mais l'ours rechignait un peu à avouer à Tamara à quel point sa situation était précaire. Il débarquait dans une ville sans le sou et ne connaissant personne, cela n'allait pas être simple.

- Grmpf... A vrai dire je n'ai aucune idée d'où je vais passer la nuit, ainsi que les suivantes.

L'image d'un pont vint à son esprit et il soupira. Il y avait mieux, il pourrait trouver un bois et dormir en ours. Le problème c'est qu'il doutait que les ours soient très communs en Louisiane, et qu'il était ici pour apprendre la civilisation. Frédérick finit sa bière d'une traite. Son regard se détacha de la louve pour aller observer un peu la foule. Les danseurs, les clients accoudés au bar, le barman... C'était impressionnant toutes ces personnes agglutinées au même endroit. Il ne comprenait pas, mais son animal-totem n'était pas vraiment social non plus. Pas comme les loups.

Il lança un nouveau regard à Tamara et lui adressa un nouveau sourire. Si elle appartenait à une meute, même si elle n'avait pas de compagnon, il ferait mieux d'être sur ses gardes. Il n'avait aucune idée de comment fonctionnait une meute de loups citadine, mais il en avait assez vu avec celles en Alaska pour éviter de s'attirer des ennuis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Dim 7 Aoû - 13:41

Nouveau et pas d'appart, ni même d'hôtel apparemment.
Il était propre sur lui donc ça ne semblait pas être une habitude de dormir à l'arrache.
Son odeur venait par vague vers moi, au grès des mouvements des autres clients. A chaque fois, je revoyais James dans mon esprit. Et il y en a avait du mouvement maintenant.
Pourquoi ne pas l'inviter. Après vérification bien sur ... Si il s'avérait être un psychopathe ambulant à la recherche de victime féminine eh bien ... bah je verrai. Allez hop tentons !

- Si vous voulez vous pourriez dormir chez moi. Ce n'est pas très très grand et pas forcément très meublé mis il y a de la place pour deux.

J'avais prononcé ces mots avec assurance même si je me demandais si je ne venais pas de faire une bêtise après coup. Cette aventure à Vegas m' rendu plus méfiante mais ce n'est pas une vie de ne faire confiance à personne ! Même au grand inconnu baraqué qui pourrait m'écrabouiller d'une main. Et puis mince c'était dit de toute façon.

- Entre méta autant se serrer les coudes hein.

Hopla une excuse pour amortir cette invitation incongrue et subite. Je devais passer pour une fille facile à la limite de la prédatrice sexuelle. Ce n'était pas franchement le cas, je ne met pas n'importe qui dans mon lit.
Remettant mon épaisse chevelure brune en place je pris une gorgée de thé glacé, il était presque vide. De son coté, Frédérick venait de finir d'une traite sa bière.
C'est stupide mais ça me fait toujours rire les hommes qui prennent de la bière. Ça fait très boisson de "mâle".
Le gout de l'alcool ne m'a jamais plus et ses effets non plus. Surtout que sur un méta ça peut être très dangereux ...
Je repensais à ma mère, à son visage empreint de douleur et de tristesse lorsqu'elle m'a avouée que mon père avait été alcoolique avant ma naissance.
Depuis je l'appelais assez souvent pour prendre des nouvelles et savoir si il a replongé ou pas. Apparemment pas mais on ne sait jamais.
Ma mère serait capable de me cacher ça pour ne pas me voir arriver en courant dans les grands lacs. Elle voulait que j'ai ma propre vie, que je m'épanouisse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Dim 7 Aoû - 14:06

Frédérick haussa un sourcil en entendant la proposition de Tamara. Le fait qu'elle engage la conversation et qu'ils discutent étaient une chose, mais qu'elle l'invite à venir dormir chez elle était réellement surprenant. En effet, elle ne savait pas grand chose sur lui, et aux vues des apparences, il aurait facilement pu lui faire du mal s'il l'avait voulu. Il ne doutait pas qu'une méta-louve sache se défendre en cas de besoin, mais Frédérick s'était battu tout au long de sa vie autant contre des métas que contre des humains.

Il se demandait ce qui pouvait pousser Tamara à lui faire une telle proposition, alors qu'il ne connaissait même pas son nom de famille. Cherchait elle à coucher avec lui ? C'était possible, mais ce genre de comportement avait plutôt lieu lors de la saison des amours, et c'était passé depuis un moment. Frédérick réfléchissait, se demandant s'il pouvait décemment accepter une telle proposition. Honnêtement, il doutait que ce soit un piège de quelque manière que ce soit. On lui avait parlé des wiccans qui cherchaient à récupérer la peau des métas, mais Tamara était une de ses semblables... Non, clairement la louve ne pouvait pas lui vouloir du mal, mais la proposition restait surprenante.


- Et bien...

Il laissa sa phrase en suspends, détaillant Tamara du regard une nouvelle fois. Elle était jolie, et il n'avait clairement rien à craindre d'elle. C'était plutôt elle qui devait avoir peur et devait regretter son invitation. Avec son allure de barbare, Frédérick n'avait pas vraiment l'habitude d'inspirer la confiance à n'importe qui.

- Je serais heureux d'accepter votre invitation pour la nuit.

Frédérick n'avait vraiment pas envie de passer la nuit sous un pont, pas sa première nuit à la Nouvelle Orléans ! Demain il pourrait retomber sur ses pattes et chercher à mener sa propre vie, en attendant il n'y avait aucun mal à accepter une invitation à dormir dans un endroit convenable. Sachant qu'il ne lui ferait pas de mal et qu'il n'avait rien à craindre d'elle, il n'y avait aucun risque que cette soirée dégénère.

Ce qui le surprenait le plus c'est qu'il était habitué à voir les citadins comme des gens méfiants et égoïstes, qui ne se souciaient jamais des autres. Peut être que la gentillesse de Tamara était due à son récent emménagement, qu'elle n'avait peut être pas encore été contaminée par la ville. Enfin, quoique cela puisse être, cela arrangeait bien Frédérick.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Lun 8 Aoû - 13:17

Frédérick semblait hésiter. Ce qui était tout à fait normal. Ce n'est pas tout les jours qu'une parfaite inconnue vous invite chez vous pour dormir comme ça d'un coup, après deux phrases échangé.
Ca me rappellait ma propre arrivée à la Nouvelle Orléans. J'avais rencontré cette petite dame, Adrienne qui m'avait ouvert sa maison elle aussi. Elle m'avait accueillit pour la nuit et conseillé un logement qui était maintenant le mien.
Disons que ma proposition à Frédérick était une sorte d'hommage à cette dame qui était maintenant six pied sous terre ...
Le rassurer sur mes intentions serait surement une bonne chose d'ailleurs.

- Je dois vous paraitre un peu bizarre non ?
Rassurez-vous je n'ai pas d'idée derrière la tête. C'est juste que quand je suis arrivée, j'avais juste ma voiture et mon sac de couchage, aucun endroit où dormir, et une dame m'a accueillit sans rien demander.

Un sourire doux apparut sur mon visage en repensant à la vieille femme et à son thé délicieux. Un sourire très loin de la prédatrice que je suis.

- Donc si je peux, autant aider, comme elle l'a fait avec moi.
Bon par contre vous devrez vous contenter de mon canapé ...


Mon appart était composé d'une seule pièce et une salle de bain. J'avais un lit, un canapé, une table et pas grand chose de plus côté mibilier. Il faudrait que je pense à décorer tout ça d'ailleurs. J'aim me sentir à l'aise et chez moi dans ma tannière.

Mon verre étant vide, je redonna un coup d'oeil vers celui de mon voisin et toute guillerette lança :

- Allez je vous offre une tournée !

Sans attendre, je me leva d'un bond, pris mon verre et m'approcha du méta ours pour saisir le sien. Je frôla au passage son épaule sans vraiment faire attention d'ailleurs et partit vers le bar.

Je n'avais pas mis de talons aujorud'hui mais avoir autant de personne et de mâle autour me fit automatiquement rouler des hanches. Quitte à être célibataire autant en faire profiter !
Je posa les verres sur le comptoir et héla une serveuse, le barmaid étant occupé. Je luis fit comprendre que nosu voulions la même chose. Elle semblait un peu surbooké mais m'accorda un signe positif de la tête avant de repartir vers une autre table qui l'appelait avec insistance.
Sur de voir arrivé la commande, je retourna à ma place, me frayant comme je pouvais un passage.
Heureusement mon expérience comme serveuse m'avait habitué à ce genre de foule et j'évitais avec souplesse les clients.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Lun 8 Aoû - 15:06

Frédérick fut quelque peu surpris des raisons que lui annonça Tamara pour justifier son invitation quelque précoce. Elle avait bien sûr envie de l'aider, mais il y avait quelque chose d'autre derrière, la volonté de rendre la pareil. Apparemment une vieille dame l'avait reçue chez elle sans contrepartie lors de son arrivée à la Nouvelle-Orléans, et Tamara voyait en Frédérick une occasion de faire de même. Pendant un instant le méta-ours s'imagina en train d'inviter quelqu'un à dormir chez lui dès la première rencontre, peut être d'ici quelques semaines quand il aurait un chez lui dans cette ville. Il imaginait très bien la tête que tirais la dite personne s'il faisait cela, et sa fuite par la suite.

Franchement, on ne pouvait être qu'une femme pour se permettre d'inviter les gens comme ça. Un gars aurait eut l'étiquette détraqué sexuel sur le front ou encore psychopathe.

- Le canapé me suffira amplement, je vous remercie encore de votre offre.

Il n'y avait pas photo, entre un canapé et sous un pont ! Elle lui aurait dit qu'il devrait dormir sur la moquette qu'il aurait accepté quand même. Et puis, maintenant qu'il était rassuré sur les intentions de Tamara, il n'avait vraiment aucune raison d'éviter l'offre.

Lorsqu'elle lui proposa de lui offrir à boire, le méta-ours n'eut même pas le temps de protester qu'elle était déjà partie au travers de la foule avec son verre et le sien. Il la regarda et ses yeux s'attardèrent bien évidemment sur ses hanches. Un grognement sourd monta dans sa gorge, et il le fit taire promptement, avant que quelqu'un ne puisse l'entendre. Il n'avait passé une saison des amours bien formidable, mais pas au point d'être en manque actuellement.

Frédérick se concentra sur la musique, cherchant à se calmer. C'était ce genre d'attitude qui lui avait donné mauvaise réputation en Alaska, et lui avait fait se battre avec un tas de personnes. S'il voulait commencer une vie plus calme ici, il devrait éviter de réagir comme un animal, ce qui n'était pas donné pour un méta. Lorsque Tamara reprit place devant lui, il lui adressa un nouveau sourire.

- Et bien, j'aimerais avoir votre aisance pour se déplacer à travers une foule. Je serais incapable d'atteindre le bar sans en voyer certains dans le décors.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Mar 9 Aoû - 0:25

- C'est juste une question d'habitude vous savez. Pour gagner un peu d'argent j'ai commencé comme serveuse dans les bars de la ville où je suis née puis quand je suis partie faire ma propre route eh ben j'ai continué. A part jongler avec des shooters je ne sais pas faire grand choses d'autres.
A part retracer l'histoire du vieux continent par coeur peut être.

J'entamais mon nouveau verre de thé glacé où flottait plein de glaçons. Bien frais un délice.
Surtout qu'il commençait à faire chaud dans le bar. Mes cheveux n'arrangeait pas les choses, c'est pourquoi je les releva en un chignon rapide, laissant tout de même quelques mèches dépasser.

- Oh vous enverrez valser ses pauvres petits clients ? Je n'aurai pas pensé ça d'un ours.

J'esquissa un sourire malicieux, sous entendant que je me moquais gentiment. Les ours sont plutot solitaire et la plupart vivaient d'ailleurs dans des régions isolées, comme le Canada justement, où vivait James.
Rha toujours lui qui m revient à l'esprit. C'est fatiguant à la fin d'avoir toujours quelqu'un en tête tout en sachant qu'on ne le reverra jamais.
Je chassais cette pensée d'un froncement de sourcil. Il fallait vraiment qu'il me sorte de la tête celui la.


- Alors d'où venait vous ? Si ce n'est pas top secret biensur ! Que je sache un peu qui va dormir sur mon canapé cette nuit ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Mar 9 Aoû - 9:35

Frédérick but une nouvelle gorgée de bière, tout en continuant de détailler Tamara du regard. Il ne savait pas si c'était son instinct ou un désir purement humain qui le poussait à faire cela, mais à vrai dire il s'en fichait un peu. Il se contentait de se laisser aller à la conversation, ou tout du moins d'essayer. Vous l'aurez compris, l'éloquence n'était pas la meilleure amie de Frédérick.

- Je suppose qu'il faut apprécier la compagnie pour exercer un tel métier. Pour ma part j'en serais incapable.

Parler de son passé ou non ? S'il voulait prendre un nouveau départ peut être devait il rester évasif sur le sujet... Enfin, que risquait il à parler de son ancien emploi de bûcheron tant qu'il n'évoquait pas les combats dans ce bar miteux ? Quoique. Il imaginait très bien que cela pouvais faire pechno d'être le stéréotype du bûcheron canadien. Il ne lui manquait plus que la chemise à carreau et la casquette de fourrure. Autant garder ça pour lui, pour le moment.

- Et bien, il faut bien se frayer un passage ? Et puis il faut être un peu stupide pour se mettre sur le chemin d'un ours.

Il adressa un léger sourire à Tamara, ne voulant pas aller plus loin dans ce sens. Bousculer des gens pour atteindre un bar était une chose. Mais il avait fait bien d'autres bêtises au cours de sa vie. Jouer des coudes n'était pas grand chose en comparaison des nez qu'il avait cassé. Mais il n'allait rien dire là dessus, effrayer Tamara n'était pas une de ses priorités.

Seulement elle lui posait une question sur son passé... Il envisagea un temps de mentir, de prétendre venir de Norvège, d'Islande, ou d'un quelconque pays du genre. Seulement, si on lui demandait de s'exprimer dans l'idiome local il allait être dans de sales draps. Son grand père avait pourtant essayer de lui apprendre le Norvégien, mais il n'en avait pas retenu assez pour le parler couramment. Non, il ne lui restait plus que la vérité.


- Et bien, je viens du nord, d'Alaska pour être précis. Ma famille vivait de ville en ville là-bas. Puis j'en ai eu assez et j'ai voulu voir à quoi ressemblait les villes, et je suis venu ici.

Pas de campeurs, pas d'isolement en ours dans son histoire. Et c'était tant mieux !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Ven 12 Aoû - 18:51

- Ouah l'Alaska ! Ce n'est pas la porte à coter tout de même !

J'avais continué d'espérer qu'il vienne du Canada, mais ce n'était apparemment pas le cas. Il venait d'encore plus loin d'ailleurs.
Son explication me parut un peu bancale. Un ours venir comme ça de son plein gré dans une grande ville est assez atypique ... J'avais peut être en face de moi un serial killer partit bien loin de ses contrées, laissant derrière lui une flopée de campeuses les tripes à l'air qui sait !?
Pouffant à moitié, je me ressaisit. C'était tout moi de me faire des scénarios rocambolesque digne des intrigues bizarre de l'ancien temps.
Mais bon, s'il ne voulait pas parler de son passé eh bien tant pis. Je n'allais pas lui tirer les vers du nez. Juste un tout petit petit peu.

- C'est quand même original pour un ours de venir comme ça dans une ville tel que la Nouvelle Orléans. J'ai vécu quelque temps avec l'un de vous et je peux dire qu'il préférait largement dormir à la belle étoile dans une forêt que s'enfermer dans un appartement ... Et puis la foule ... N'en parlons pas.

La musique continuait toujours. Et mon verre se vidait doucement. J'avais envie de courir. De bouger et surtout de libérer ma louve. Ce que j'avais rarement eu l'occasion de faire depuis que j'étais à la Nouvelle Orléans.
Étais-ce bien sérieux de lui proposer d'aller courir ? Ici, je suis en sécurité, il y a plein de monde. Se serait suicidaire de faire quelque chose de stupide. Comme agresser une femme.
Mais pourtant, quelque chose me poussa à demander quand même, après avoir brièvement froncé les sourcils.

- Ça vous dirais d'aller courir ?

Il allait encore me prendre pour une fille bizarre ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Dim 14 Aoû - 15:34

Frédérick s'imagina un instant que la louve allait chercher à insister, à en savoir plus sur les raisons qui l'avait amené à la Nouvelle-Orléans. Le problème était qu'il n'avait pas de mensonge en réserve, et que parler du fait qu'il avait faillit tuer des humains n'allait pas jouer en sa faveur. Avec son allure de barbare mal dégrossi il ne devait pas déjà pas vraiment la mettre en confiance...

Elle souleva tout de même l'étrangeté de son acte sans pour autant lui poser de nouvelles questions. Pendant un instant l'ours s'imagina ce qui aurait pu se passer et surtout ce qu'il aurait pu dire pour lui expliquer les véritables raisons de sa venue.


*Je suis un méta-ours qui a des problèmes pour gérer sa colère et son instinct apparemment, à moins que cela ne soit juste que je sois trop animal. Du coup, si tu t'approches trop de mon territoire ou que tu te dresses sur mon chemin, j'envoie ta tête faire un vol planer de trois mètre d'un coup de patte ! Charmant n'est-ce pas ? Et si je suis à la Nouvelle-Orléans, c'est presque de l'exil en fait !*

- Oui, l'Alaska est loin, et la vie sauvage est magnifique. Mais la vie citadine gagne à être connue tout de même ? Non ?

Autrement dit : "Je suis venu ici car je m'ennuyais". On faisait mieux, mais Frédérick n'avait que ça. Il espérait donc que Tamara s'en contenterais et n'irait pas de nouveau l'assommer de questions. En fait, au lieu de cela, elle le surpris encore.

Cette jeune femme qu'il connaissait depuis moins d'une heure l'invitait à dormir chez elle, et maintenant à aller courir ! Oh, il se doutait bien que courir impliquait revêtir leurs formes animales. Il se demanda un instant si la louve n'était pas en manque de sensations fortes et cherchait vraiment à se faire tuer en croyant qu'il était un psychopathe. Mais c'était là un scénario tiré par les cheveux. Seulement si l'excuse de la dame qui l'avait hébergé avait justifié son invitation, pour ce qui était d'aller courir dans les bois...


- Et bien... Pourquoi pas. Je vous suis, je ne connais aucun endroit où courir en fait.

Il lui adressa un léger sourire et il se leva. Il avisa alors la salle et la foule qui le séparait de la porte d'entrée. Difficile d'y arriver sans se perdre, et si Tamara était douée pour traverser sans bousculer les autres. Frédérick avait une technique plus brutale. Saisissant son sac et poussant un profond soupir, il se dirigea vers la sortie.

Il joua des coudes pour atteindre la sortie, poussant légèrement et sans violence quelques personnes. Instinctivement, il referma sa main sur celle de la louve pour ne pas la perdre dans la foule pendant qu'il créait un véritable sillon à travers les autres métas attroupés.

Une fois dehors, il la lâcha, et laissa la louve reprendre la tête. Il ignorait où aller, et devait s'en remettre totalement à elle.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   Mar 16 Aoû - 23:57

- A choisir je préfère quand même les grands espaces ! Mais c'est effectivement une expérience à faire au moins une fois dans sa vie. Surtout que nous avons du temps à revendre nous les métas.

Vint alors la réponse à ma question fatidique.
Frédérick était d'accord.
Je devais vraiment passé pour une gonzesse bizarre. Mais tant pis. Là j'avais vraiment envie de courir. Quitter ce lieux bruyant, certes rassurant mais qui me rappelais le boulot. Ma louve allait devenir folle si je n'allais pas rapidement lui laisser quartier libre en plus.
Haussant un sourcil qui disparu bien vite derrière un sourire je finissais mon verre d'un trait et ramassais mon sac que je mis d'un geste en bandoulière.
Le méta-ours fit de même après un petit sourire très agréable. Alors que nous commencions à traverser la foule, je sentis une grande main chaude saisir la mienne. Je lançais un regard rapide à Frédérick d'un air surpris avant de continuer à nous frayer un chemin.
Je ne m'attendais pas du tout à un contact physique de sa part et sa paume dans la mienne me troubla un instant. La porte n'étais pas bien loin et même si j'entendais quelques personnes pompettes bougonner face aux manières un peu plus rustre de Frédérick pour arriver au bout, l'air frais nous cueillit très vite dehors.
Il faisait moins chaud que lorsque j'étais arrivé et j'enfilais ma veste. Le méta lâcha ma main quand nous arrivâmes sur le trottoir.

- C'est par là.

Je lui montrais une rue qui bifurquait sur la gauche de l'autre côté de la route. Ma voiture était garée devant chez moi, non loin d'ici. Je me gardais de lui dire que j'habitais ici, aucune place de parking n'étaient libre donc ça pouvait supposait que j'avais préféré me garer un peu plus loin.
Mon 4x4 noir pas franchement propre nous attendais sagement là où je l'avais laissé. Je me glissais côté conducteur, ouvrit la portière, et m'installais avant d'ouvrir la sécurité de la portière passager. Eh oui, pas d'ouverture automatique pour moi ...



suite ici : Première course à la Nouvelle Orléans
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une odeur de liberté ... [Frédérick]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une odeur de liberté ... [Frédérick]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: Inauguration du wild Bar-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit