AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Matthew "Matt" Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Matthew "Matt" Williams   Mar 21 Juin - 10:50

État Civil


Nom : Williams.
Prénom : Matthew « Matt' ».
Race : Métamorphe (Jaguar).
Âge : 75 ans.

  • Pour les Outres : Âge apparent : 26 ans.


Date de Naissance : 13 Juillet 1973.
Situation de Famille : Célibataire, sans enfant.
Profession / Activité : Prof. De Géographie, Aventurier, Explorateur.
L'avantage de plusieurs métiers c'est que l'un rapporte toujours suffisamment pour manger et survivre.

Morphologie



  • Pour les Changelings : Apparence Animale :
    Ne vous y méprenez pas, c'est un Jaguar, pas un léopard. Même si le pelage semble identique, Matt est bien plus imposant que ses cousins Panthera Pardus. Légèrement plus lourd sous forme animale, il n'en est pas moins agile et d'autant plus puissant. Ses muscles roulent sous son pelage et sa mâchoire est une véritable broyeuse, faisant de lui un tueur inhabituel chez les félidés. D'une longueur proche de deux mètres et avec une taille d'un peu plus de quatre-vingt centimètres au garrot, il reste un animal impressionnant et même s'il donne l'impression d'être un peu trapu et court sur pattes, il reste un bon coureur et grimpe aussi très bien. Ne vous fiez pas aux apparences, un Jaguar n'est pas juste un « gros chat ». Sous forme animale, Matt conserve le bleu de ses yeux.


Taille : 1 m 86.

Poids : 85 kg.

Corpulence : Silhouette « normale ». Rythme de vie sauvage et voyages ont révélé une musculature fine, mais pas trop développée. C'est sa vie plutôt sportive qui l'entretient, il ne fait rien pour.

Couleur de cheveux : Brun foncé.

Couleur des yeux : Bleu azur.

Allure générale : En professeur, Matthew ne paie pas de mine, il serait presque comme tous les inconnus que vous pouvez croiser tous les jours dans la rue. Certaines de ses élèves craquent pour ses yeux, il n'a jamais réellement compris pourquoi. Durant ses voyages, il se contente de la tenue classique de l'aventurier ornée ou non d'un chapeau. Globalement, Matt passe assez inaperçu, sauf lorsque sa tenue dénote avec l'endroit où il se trouve, par exemple lorsqu'il arrive en tenue de baroudeur en pleine ville, mais généralement ça ne dure pas. Il n'impressionne pas spécialement mais ne donne pas l'impression d'être faible non plus. C'est une juste mesure pour un type qui a parfois la tête un peu trop dans les nuages.

Allure vestimentaire : Tenue vestimentaire correcte exigée en cours oblige, il reste très sobre lorsqu'il donne un cours magistral ou qu'il reste dans les environs de l'université. Jeans, chemises et vestes de costume, il sait bien présenter quand il le faut. Ce n'est bien entendu pas sa tenue favorite, voilà pourquoi il y édulcore une bonne dose de décontraction mais cela reste dans le domaine de l'acceptable. En dehors, il fait tomber le veston et préfère sa veste de cuir brune et des chaussures montantes en cuir d'une même couleur lui donnant son air de baroudeur, surtout associé à son teint mat et bronzé.

Particularités éventuelles : Aucune particularité physique notable.


Psychologie


Défauts : Casse-cou et impulsif, Matthew a parfois le don de se mettre dans des situations assez incongrues dont il se sort généralement bien mais pas sans un peu de mal. Un brin solitaire de part son animal totem, il a su s'en accommoder en voyageant énormément et s'il n'a pas de difficultés à lier le contact en général, le besoin de se retrouver seul revient parfois au galop. Chassez le naturel... Il est peut-être aussi un peu rêveur, mais en même temps, quand on a les images des coins les plus magnifiques de la Terre dans la tête, c'est excusable non ?

Qualités : Sincère et loyal, dire les choses quand il faut. Mieux vaut assumer les problèmes que s'en cacher. Jovial, il ne se prend pas trop la tête et essaye de voir le bon côté des choses en toute circonstance. Son humour reste parfois un peu spécial, mais il essaye généralement de propager sa bonne humeur. Passionné, tout ce qui l'intéresse devient un véritable moteur pour sa vie, il suffit de voir tout ce qu'il a visité pour s'en rendre compte, mais il n'y a pas que les voyages qui comptent pour lui...

Croyances : Aucune hormis un profond attachement à la Nature qu'il est difficile de considérer comme une croyance.

Religion : Athée.

Goûts : Tous les goûts sont dans Nature, donc tous les goûts de la Nature sont dans les goûts de Matthew. Difficile de faire plus simple. Il aime forcément des choses plus que d'autres, mais la différence se fait plus sur des critères plus « pratiques » que le simple goût.

Talents, savoirs notables : Orientation, survie en milieu hostile... A force de mettre les pieds là où peu d'hommes marchent, voire pas du tout, il lui a fallu apprendre un peu à bien se débrouiller dans la cambrousse. Il faut noter que le fait d'être Méta aide un peu, voire beaucoup aussi.

(+) Espoirs, buts, rêves : Simplement continuer à pouvoir vivre sa vie comme elle a commencé, sans trop de problèmes.

(-) Angoisses, regrets, phobies : Malgré des années et des années de voyage en milieux hostiles. Matthew n'a toujours pas su faire face à une peur inexplicable des serpents. Ce n'est pas une phobie qui ira jusqu'à le paralyser, mais la surprise est assez forte et déclenche toujours chez lui une certaine appréhension. C'est une peur dont il se moque souvent lui-même.

Si on vous parle des Outres, vous réagissez comment ? Je n'ai pas à me plaindre, sauf peut-être des Vampires, je n'aime pas trop qu'ils trainent trop près de moi, je ne suis pas donneur !

Et votre sentiment vis à vis des Normes ? Ils ne sont pas méchants, juste un peu incompréhensifs et craintifs, ce n'est peut-être pas totalement de leur faute.

Êtes-vous satisfait de votre existence ?  Difficile d'imaginer une plus belle vie, non ?

Possibles évolutions ou objectifs futurs : Ouvert aux propositions.

Particularités éventuelles : Multilingue.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Matthew "Matt" Williams   Mar 21 Juin - 10:50

Relations Sociales



  • Pour les Changelings : un Compagnon de Meute ?


Relations particulières notables : Pas vraiment, je viens de débarquer.


Antécédents :


Quelque chose à dire sur votre Famille ? Il n’a pas de nouvelles de ses parents depuis longtemps. Il se plait à croire qu’ils vivent heureux qu’elle part, sur Terre ou non.

Événements de votre passé qu'il convient de connaître : .
La fraicheur de Juillet, en Australie. C’est là que je suis né. L’un des plus beaux pays du monde. C’est peut-être cela qui a déterminé ma vie d’aujourd’hui. S’il n’y avait pas eu toutes ces contrées à explorer, cette vie à admirer, peut-être que je ne serai pas parti sur les chemins en quête des paradis terrestres, sur les routes du monde pour m’émerveiller de chacune des merveilles qu’il mettrait sur ma route. L'Australie est la terre de mes racines, celle qui m’a vu grandir et a fait de moi ce que je suis. Je lui dois probablement tout, aussi n’est-il pas étonnant que je pense souvent à ses paysages que j’ai foulés, parcouru, observé pendant des heures. Pendant plusieurs années, elle a été mon terrain de jeu ou j’ai pu côtoyer tous les climats, toutes les merveilles qu’elle avait à offrir. J’y retourne de temps en temps et je ne me lasse pas de redécouvrir le berceau de mon enfance.

Le premier bouleversement de ma vie, je le dois à ma propre nature, celle que m’ont transmis mes parents, tous les deux métamorphes. Je devais avoir onze ou douze ans, je ne me souviens plus vraiment. A l’époque, nous avions un chien que mon père et moi avions baptisé Scratch. C’était un Golden Retriever si je me rappelle bien. Nous jouions derrière la maison quand la balle que je lui lançais prit le chemin de la route, de l’autre côté de la maison. Souriant en le voyant courir pour la chercher, je commençais à m’inquiéter quelques minutes plus tard alors qu’il ne revenait pas. Un instant plus tard, des jappements se firent entendre et je me ruais vers l’avant de la maison pour me rendre compte qu’un petit groupe de gamins un peu dérangés avaient immobilisés mon chien et s’amusaient à lui faire du mal. Je ne sais pas si c’est la crainte ou la fureur qui m’a bouleversé le plus, probablement les deux, mais lorsque j’ai commencé à crier son nom, il s’est terminé dans un rugissement puissant. Enfin… Puissant pour moi, et probablement aussi pour les enfants d’en face qui avaient arrêté de torturer Scratch pour m’observer incrédule. Je n’ai compris ce qu’il se passait que lorsque mon père m’a raconté cela quelques heures plus tard. Il était sorti de la maison, inquiété par mon cri et avait observé, incrédule, son fils transformé en jeune jaguar. Il s’était évertué à me calmer, me forçant à redevenir l’enfant que j’étais avant de récupérer Scratch et nous ramener tous les deux à la maison. Nous avons déménagé dans la semaine qui suivit pour une région plus tranquille et dépeuplée où mes parents m’apprirent à dominer ma nature et à m’en expliquer les spécificités. J’étais quelqu’un de spécial et cela me fascinait.

J’ai quitté pour la première fois la maison lorsque j’avais quinze ans, le lendemain de mon anniversaire. Mon père, qui me faisait voir du pays dans son pick-up, m’avait offert le nécessaire du parfait aventurier, des chaussures jusqu’au chapeau en passant par le couteau et toutes les affaires primordiales pour survivre en extérieur. Je ne suis pas allé très loin, mais pour j’avais eu l’impression de faire le tour du monde. A chaque pas, je m’imaginais traverser des océans et des pays inconnus, je m’imaginais des créatures plus fantastiques les unes que les autres. En deux journées et une nuit, j’avais vécu l’épopée la plus fantastique que l’on pouvait imaginer. C’est à partir de ce voyage-là qu’est né réellement mon désir de liberté, ma soif de nouveaux horizons, pour vérifier de moi-même si mon imagination n’était qu’un pâle reflet de la réalité qui se trouvait dorénavant ailleurs. Jour après jour, les environs proches de la maison où j’avais grandi devenaient trop petits et je poussais davantage mes explorations, mais à chaque fois, même si les découvertes étaient immenses et merveilleuses, je n’étais jamais rassasié. Après trois années, l’Australie finit par devenir trop petite pour moi. Mes parents l’ont bien vite compris je crois et n’ont jamais voulu me retenir. C’est mon père qui m’a donné cette envie de découvrir et même si ma mère n’était pas trop rassurée, elle n’a jamais cessée de m’encourager. Je leur dois beaucoup, j’en suis conscient. Voilà plusieurs années que je suis sans nouvelles d’eux, je ne me fais pas d’illusions, mais j’espère simplement qu’ils sont heureux, où qu’ils soient…

J'ai commencé par visiter les pays proches. La Nouvelle-Zélande, la Thaïlande, le Cambodge, … Il y a tant de choses à voir, à sentir, à découvrir dans chaque pays qu'on pourrait probablement y passer des années entières et y redécouvrir quelque chose chaque jour qui passerait. Certains parcourent le monde en voiture ou en moto, personnellement je trouve ça plus excitant de le parcourir à pieds. C'est plus long, mais paradoxalement, j'ai tout mon temps. En marchant, on peut rencontrer des gens, des choses très belles qu'on aurait probablement pas eu la chance de voir si l'on avait bêtement parcouru cette même route sur un engin motorisé et puis, il ne faut pas se leurrer, dans les pays où la civilisation s'est cantonnée aux littoraux et aux grandes villes, parcourir l'intérieur du pays autrement qu'à pieds devient vite un chemin de croix et au moins, pas besoin d'avoir recours à un mécanicien en plein milieu de la cambrousse. Je ne saurais réellement vous décrire ce que j'ai vu, peut-être parce qu'il n'existe pas vraiment de mots pour ça. Les cartes postales donnent un aperçu de ce que l'on peut trouver dans un pays, mais il n'existe pas de meilleur moyen pour le connaître vraiment que de s'y rendre, de s'y mêler, de presque faire partie de ce paysage de carte pour s'en imprégner, pour, en quelque sorte, se l'approprié. Quand certains se contentent de vivre une vie monotone, au même endroit, toute leur vie, ils ne savent pas tout ce qu'ils ratent à ne pas voyager ne serait-ce qu'un peu. Pour ma part, je n'ai jamais pu m'arrêter très longtemps au même endroit, trop obnubilé par ce qu'il y avait à découvrir ailleurs. Toutes mes découvertes étaient inoubliables, mais il restait cette soif insatiable de découvrir toutes les autres et de continuer, encore et encore...

La Révélation... Le deuxième bouleversement de ma vie à ne pas en douter. A vrai dire, je ne l'ai même pas vécu comme tout le monde. Coincé dans la forêt amazonienne entre crocodiles et Jaguars, bien que ces derniers me soient plus amicaux que les premiers, je n'en avais même pas eu vent. C'est quand je suis arrivé dans le premier village réellement civilisé que j'ai compris qu'il se passait quelque chose de « particulier », enfin, c'est surtout quand je me suis réveillé dans une cage que j'ai compris que quelque chose n'allait pas. En même temps, j'aurai bien voulu vous y voir vous, débarquer de la brousse et vous faire pointer du doigt par une personne qui crie « Monstre » et que, sous cette impulsion incroyable, tout le monde vous saute dessus. Une fois réveillé dans ma cellule, j'ai réussi à comprendre que je me retrouvais là parce que j'étais un « monstre », que je devais en être un parce qu'il n'y avait qu'un « monstre » pour vivre dans la forêt amazonienne avec les animaux. La logique était barbare et naïve, mais pour le coup, il avait vu juste... Ce qui n'arrangeait pas mon sort puisque, a priori, je devais finir brûlé le lendemain sur la place du village. Un sort enviable n'est-ce pas ? Barbecue géant pour une centaine de personnes... Enfin, ça aurait été probablement le cas, si, pendant la nuit, une jeune fille n'était pas venue ouvrir la porte de ma cage, m'apportant mes affaires. Elle était persuadée que je n'étais pas un « monstre » comme ils le pensaient et qu'au contraire, c'étaient leurs dieux qui nous avaient envoyés pour faire de grandes choses. J'admets ne pas avoir eu le cœur à lui faire comprendre le contraire. Je l'ai remerciée avant de m'enfoncer au cœur de la forêt, mieux valait pour moi y rester un petit moment avant d'aller reprendre la température plus tard. De toute façon, Rio était à plusieurs semaines de marche, il me fallait espérer que cela suffirait aux choses pour se tasser...

Mon arrivée à Rio a été beaucoup plus calme. Apparemment, en quelques semaines, la situation c'était déjà bien calmée. J'ai pu apprendre en écoutant les gens, ce qu'il s'était passé et dans quelle folie le monde avait sombré avant que le calme ne revienne. J'ai vite compris qu'il valait mieux faire profil bas un moment, de toute façon, j'avais encore suffisamment de choses à voir pour me permettre de m'exiler d'une certaine manière. Il était assez incroyable de voir dans quelles proportions la Révélation avait été dramatique pour les Outres mais lorsque je me souviens de ce qu'il s'est passé avec Scratch, je me dis que finalement, ce n'est pas si illogique que ça. Les hommes ont peur de ce qui les surpasse, et alors qu'ils sont déjà violents de nature, ils le deviennent encore plus, diabolisant la différence qui les effraie. C'est triste de voir que les choses peuvent tourner ainsi, mais en même temps ce n'est guère étonnant. J'ai essayé de prendre des nouvelles de mes parents, mais apparemment ils ont déménagés depuis quelques années à en croire la personne que j'ai eu au bout du fil. Sur ces faits, j'ai pris la direction de l'Europe. Le Vieux Continent comme on l'appelait, n'avait pas le charme des étendues sauvages, mais après des mois dans l'Amazonie, le retour à la civilisation ne me ferait probablement pas de mal, et puis, il fallait l'admettre, si les paysages n'étaient pas aussi sauvages, il y avait des merveilles de civilisation à découvrir également, qui plus est, j'aurai probablement plus de facilités à passer pour un humain « normal », que lorsque je vivais dans la jungle, passant parfois sous ma forme totémique pour chasser.

L'Europe a été pour moi la première occasion de me poser un peu. Vient un moment où l'argent vient à manquer et malheureusement, dans les villes plus qu'ailleurs, sans argent, la situation devient vite insoutenable. C'est là que mes maigres études et mon expérience ont probablement fait la différence. J'ai peut-être eu un peu de chance aussi. J'ai bien sur commencé par trouver un job de serveur dans un quelconque bar, surtout pour me faire quelques sous et devenir un peu plus présentable que le « baroudeur » que j'étais, mais diantre que les costumes coutent chers ! J'ai posé mon sac à dos dans un petit studio que je louais pour pas grand-chose et je me suis un peu sédentarisé. C'est fou comme la civilisation vous change un homme rapidement ! Je ne comptais pas rester très longtemps, mais finalement, après avoir dégotté un poste de professeur de Géographie dans une université des environs de Munich, j'ai décidé qu'une petite pause ne me ferait pas de mal. Avec mon train de vie léger, je n'aurai pas besoin de beaucoup de temps pour me refaire une bonne santé financière et les voyages pourraient reprendre. Donner des cours était amusant, intéressant. En un sens, je pouvais partager avec eux toutes mes expériences personnelles, tout ce que j'avais pu voir et partager avec les locaux. J'avais cette envie de leur donner goût au respect des choses en utilisant une corde sentimentale que je savais pouvoir faire vibrer en eux. C'est en Allemagne aussi que j'ai connu l'une de mes premières véritables relations. Il faut l'admettre, ne pas dormir dans le même lit chaque soir n'encourage pas vraiment à bâtir quelque chose de solide de ce côté-là. Je me contentais de rencontre d'un soir, de consentement mutuel pour une soirée agréable, rien de plus, sans sentiment. En Europe, c'était autre chose... Je me suis attaché, peut-être plus que je l'aurai voulu. Elle m'a finalement quittée prétextant que j'étais trop solitaire qu'elle ne me voyait pas assez, en même temps allez demander ça à un Jaguar vous... Qu'importe. J'ai roulé ma bosse et tourné la page. Suite à cela, j'ai repris la route, glissant vers le continent Nord-Américain, le dernier continent que je n'avais pas encore réellement visité, à la fois mi-civilisé, mi-sauvage, une contradiction que je voulais voir de mes propres yeux.

J'ai traversé l'Amérique de long en large, de haut en bas, probablement dans tous les sens. Je n'y ai pas retrouvé le charme sauvage de l'Afrique, mais il y a clairement une âme qu'on ne retrouve nul part ailleurs. Après mes pérégrinations, je débarque aujourd'hui à la Nouvelle Orléans. Je pense me poser à nouveau un peu, pour combien de temps, je n'en sais rien. L'avenir me le dira, je ne suis pas pressé, j'ai le temps.

- Bas les Masques -


Derrière l'écran, vous êtes : Assis, la plupart du temps.

Vous serez souvent là avec nous ? Tous les jours, m’dame, m’sieur !

Comment avez-vous connu Voodoo Child ? Joker !

Avez-vous déjà un double/multi compte ? Seules les personnes habilitées possèdent cette information, si vous ne savez pas, vous ne l'êtes pas !

Avez-vous des suggestions, des questions, des compliments ou des tomates à nous jeter à la figure ? J’ai pas de tomates, mais il doit me rester de vieilles salades…

Vous attestez avoir lu le règlement, et vous engagez à l'appliquer à-la-lettre ? Les règles, ce n’est pas fait pour être violées ? Bon… Je veillerai à les respecter alors !


Dernière édition par Matthew Williams le Jeu 23 Avr - 18:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Matthew "Matt" Williams   Mar 21 Juin - 23:29

Alors bienvenu ou re-bienvenu parmi nous
(Mais oui je suis habilitée et je possède l'information sur le double compte ou pas... mais j'entretiens le mystère !!!)

Très bien, Fiche validée !!!

N'oublie pas de passer par les cases : inventaire, autopsie, correspondance, carnet mondain et questionnaire facultatif.... et naturellement amuse toi bien parmi nous !!!

A tout bientôt en rp
Revenir en haut Aller en bas
Matthew Williams
Métamorphes
avatar

Métamorphes


Identification
Emploi: Prof. de Géographie
Age apparent: 26 ans.
Dangerosité:
18/30  (18/30)

MessageSujet: Re: Matthew "Matt" Williams   Mar 21 Juin - 23:45

Merci bien :)
Ci-dessous le questionnaire facultatif !
Culture Musicale :

Aimez-vous la musique ? Rien ne vaut les bruits de la nature, mais de temps en temps, pourquoi pas ?
Musique (chanson) préférée : The House Of Rising Sun, The Animals et Apache, The Shadows.
Style de Musique détesté : J’en écoute tellement peu...
Chanteur/Chanteuse qui vous fait fantasmer *: Ca c’est de la question !

Culture Littéraire :

Aimez-vous lire ? On a toujours le temps pour lire !
Livre préféré *: Alice au Pays des Merveilles, Lewis Caroll.
Personnage de Roman préféré : Richard Cypher.
Journal le plus lu **: Je ne lis pas trop les journaux.

Culture Culinaire :

Salé ou Sucré ? Salé.
Votre plat préféré : Tout ce qui se mange vraiment.
Votre boisson préférée : Eau.
Êtes-vous fin cuisinier ? Tout dépend de la définition de « fin ».
Votre restaurant préféré ** : Il faut que je teste.

Culture Visuelle :

Vous regardez beaucoup la télé ? Non.
Votre émission préférée * : Aucune idée de ce qu’il passe sur les chaines.
Vous allez souvent au cinéma ? Quand j’ai des contacts avec la civilisation.
Votre film préféré * : Trop longtemps que je n’en ai pas vu...
Acteur/Actrice qui vous fait fantasmer *: J’y ai pas réfléchi aussi.
Vous fréquentez les musées, les galeries d'art ? Rarement.
Votre artiste préféré * : Monet ou Manet, je ne me souviens jamais.
Votre toile préférée * : Je ne suis même plus sûr du nom du peintre, vous pensez que je me souviens du nom de la toile ?

Goûts :

Votre couleur préférée : Noisette.
Votre saison préférée : Eté.
Votre fleur/plante préférée : Un grand classique, la rose.
Votre animal préféré : Jaguar.
Le défaut que vous détestez le plus chez quelqu'un : Arrogance.
La qualité que vous appréciez le plus chez quelqu'un : Honnêteté.
Si vous pouviez réaliser un de vos vœux les plus chers : Ce serait bien !

Côté Cœur :

Êtes-vous en couple ? Non.
Êtes-vous amoureux ? Non.
Êtes-vous vierge ? Non.
Êtes-vous un Coureur(se) de jupons (pantalons) ? Non.
Plutôt amitié ou amour ? Amitié.
A quoi devra ressembler (physiquement, moralement) votre âme sœur ? Pas de préférences.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t2337-matthew-matt-williams
 

Matthew "Matt" Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ DISTRIBUTION ¤ :: ║Registre║ :: Le recensement :: Questionnaires validés :: Outres-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit