AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Sam 3 Déc - 19:20

Le couloir est très calme. Mathis arrive à grands pas, suivi de près, à la recherche du problème. Les gémissements se sont tus. Très calme. Oui, c'est bien ça, il manque quelque chose, il manque... Marco.

L'autre ouvre la porte du placard à la volée. Le gras est là, gisant, il remue un peu, il tient sa gorge, rouge comme une pivoine. Erin a disparu.
Mathis hésite entre le rire et le dépit, mais c'est le premier qui l'emporte. Force est de reconnaître l'habileté de la donzelle, qui semble être une virtuose des escapades ! Il y a moins de honte à s'être fait duper.

Bon, ce n'est pas tout, mais où s'est envolée la jolie caille ?

Les lunettes sont restées dans la salle. Tant pis. Après tout elle a déjà vu le visage des autres, et pas le temps. Un couloir au hasard. Puis des voix.

...Chewbacca...

C'est elle ! Qu'est-ce qu'elle raconte encore ? Un drôle de sentiment d'amusement mêlé d'affection le gagne, à entendre à nouveau sa voix décidée.
L'autre, abandonnant Marco à son sort, le double, courant vers la source du bruit. Et...

un cri de stupéfaction les arrête. Non seulement elle est libre, mais armée, et elle a maîtrisé deux de leurs collègues rien qu'avec ses petits doigts blancs de bourgeoise empotée ! Merde merde merde. Avant qu'elle n'ait pu réagir -les a-t-elle vus ? - ils se ruent tous deux dans le couloir perpendiculaire pour se réfugier derrière un coin de mur.

Pas d'arme pour Mathis. Zut. Il observe la scène avec une fascination consternée. Elle a réussi à l'entraver et le bâillonner, comme ça. Un mafieux expérimenté. Mais elle sort d'où cette gamine ?! Elle a pris des cours de karaté entre les cours de danse classique et de piano ou quoi ?

- Erin ! Pose le flingue par terre. Lâche l'affaire, on t'a retrouvée et on est deux. Tu peux rien faire, lance-t-il, calme. Ses deux yeux bleus surgissent au coin du mur pour voir sa réaction.

Allons y à l'intimidation, voir ce que ça donne. Enfin, avec une gusse pareille, y'a peu d'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Ven 9 Déc - 22:42

Une seconde, Erin sentit son cœur s’emballer. Non, mais pas parce qu’elle était folle amoureuse du Cowboy et que son rythme cardiaque s’accélérait quand elle entendait le son mélodieux de sa voix. Juste parce qu’elle n’avait plus le temps de réfléchir à comment on tire dans une serrure quand on ne sait pas viser. Alors qu’elle commençait de nouveau à paniquer, elle tourna les yeux vers la direction de la voix qui s’était élevée.

Elle y croisa un regard bleu. C’était ceux de la voix ? Ceux de son Kidnappeur ? Elle était presque heureuse d’entendre quelque chose de familier, c’était juste un repaire agréable, parmi tous ces trucs flippant. L’adrénaline lui permettait, pour l’instant, de ne pas devenir totalement folle ou hystérique ; mais en plus, elle découvrait ses yeux, c’était tellement inespéré !
Une seconde plus tard, elle avait repris son calme en soufflant tout doucement l’air dans ses poumons.

Ses mains cessèrent de trembler sur la crosse de son arme. Est-ce qu’il était seul ? Si oui, avait-elle une chance de le convaincre, avec plus d’arguments ? C’était en y pensant une honte si une arme à feu avait plus de poids que ses fesses pour marchander une liberté. Pourquoi restait-il derrière ce couloir alors ? Il n’était pas là pour négocier ?
Naïvement, elle se dit qu’il devait être seul... Avant de se souvenir qu’il avait dit « on est deux. » Zut... Oui et alors, elle a un pistolet, elle !

« Je suis armée et je peux tirer sur ton copain ! » Haussa-t-elle le ton d’une voix aigue. Et toc ! Alors ?! Elle se souvenait pourtant qu’elle avait plusieurs fois supplié, qu’il n’avait rien fait, rien du tout, quand on l’avait enfermée dans ce placard. D’ailleurs depuis le début, il jouait les gentils et il faisait genre, mais en fait... En fait il était juste plus sexy que les autres ouais ! Mais c’était un salopard pareil. Pas d’hésitation quand elle lui propose la fortune, la gloire, des cocktails en République Dominicaine, une vie de rêve à ses côtés...

« Je veux pas retourner dans le placard ! Je veux une chambre et une salle de bain ! Et j’ai faim.» Et elle avait aussi envie de faire pipi, mais elle n’osa pas... Elle avait gonflé sa voix d’orgueil, et se demandait vraiment ce qu’elle pourrait négocier. Quand elle réalisa qu’elle était juste en train de parlementer confort sans être très menaçante, Erin serra les dents et colla le canon de son arme à feu sous sa gorge.


« Jveux un téléphone. Je vais appeler ma mère, et lui demander ce que vous voulez. » Erin se demandait quand même comment tout ça allait finir. Dans les films, les preneurs d’otages ne libéraient pas souvent leurs victimes, ça finissait souvent de façon affreuse. Ou sauvés de justesse à la rigueur... S’ils réussissaient à la rattraper, ce serait pire qu’un placard ou qu’être ligotée... Elle se rendit compte de l’exploit qu’elle venait d’accomplir, doutant encore que ce soit bien elle qui ait agi.

« Et je veux que ce soit toi qui me l’apporte, personne d’autre. » Ajouta-t-elle précipitamment.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Mer 21 Déc - 0:07

Et... ça n'a pas marché. Soupir. Elle n'a pas non plus bien compris qu'on ne trouve pas de salle de bains ni de jacuzzi dans les entrepôts.

Devant ce manque consternant de crédibilité, Mathis décide de continuer à parlementer pour tenter de la désarçonner. C'est une fille, donc, à un moment où à un autre, elle va fondre en larmes, surcharge émotive, paf on la récupère et on en parle plus.

- Voyons princesse. Es-tu seulement capable de tirer sur qui que ce soit ? Et quand bien même, une fois qu'il sera mort, tu ne seras pas beaucoup plus avanc...

Arg ! Le flingue ! Sous sa gorge ! Mathis se frappe le front des deux mains en levant les yeux au ciel.

- Putain mais quelle abrutie !

T'as le chic pour rendre tout compliqué. T'es bien une nana toi.
Du peu qu'il connait Erin Rosenbach, il la pense absolument incapable de mettre fin à ses jours avec une arme à feu (ça fait mal ces trucs là!!) (et puis après c'est dégoûtant) surtout juste pour faire du chantage à une bande de moins que rien de leur espèce. Elle ne va tout de même pas mettre fin à ses jours glorieux et réduire à néant son avenir brillant, de façon élégante et tragiquement remarquable, certes, mais pas super glamour.

Un téléphone.

Mathis regarde son collègue dans l'espoir d'une prise de décision rapide. Mais l'un comme l'autre restent bêtement à se fixer, sceptiques.

Au bout d'un moment, l'autre finit par lui tendre son portable.

- Vas-y, et dès que tu peux, tu l'attrapes. Lui laisse pas le temps de téléphoner. Moi, je surveille et j'interviens au besoin.

Excellente idée. Laissons la croire que son plan diabolique fonctionne. Mathis prend une inspiration et sort lentement de derrière son mur, calculant les distances entre chaque objet à prendre en compte.

Un instant se suspend ; ils peuvent se regarder en face, quelques secondes. Il se surprend à penser qu'elle est sexy avec sa robe à moitié défaite, ses cheveux en bataille et son arme tremblotante. Mais elle est aussi terrorisée et à bout de forces. Fragile. Hééé. Allez c'est pas le moment.
L'autre est à terre, conscient, il gigote discrètement pour défaire ses liens, et ça marche plus ou moins. Il y a une porte, fermée. Le couloir n'est pas excessivement large.

Mathis ne montre rien. Il s'est arrêté à mi-chemin entre sa cachette et l'éplorée, solide, silencieux, et son regard clair s'arrête sur ses épaules dénudées. Vaut-il mieux l'intimider ou jouer les complices pour mieux l'avoir ensuite ?

- Alors, tu viens le chercher, ce téléphone ?


Je crois qu'il est quelque part sur moi, mais j'ai oublié où je l'ai mis. Un sourire s'esquisse.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Mar 24 Jan - 21:24

Elle aurait préféré se concentrer sur les yeux bleus de son kidnappeur, en ayant seulement en tête le délicat choix : aurait-elle préféré avoir lors de leurs petites galipettes, ces belles mirettes dans les siens, ou alors les lunettes noires avaient-elles un pouvoir sexy d’anonymat interdit, et bad boy ?
Mais Erin était loin de ces préoccupations, hélas. Elle n’a pas vraiment envie de tirer, d’ailleurs elle n’a jamais eu l’intention de le faire. Presque, elle est vraiment contente qu’il ne lui dise pas « vas-y tire pour voir, on s’en fiche. » Soulagée de ne pas avoir à se poser réellement la question. Même si la situation semble désespérée, elle a encore l’espoir de vite pouvoir sortir. Est-ce que ce n’est pas d’ailleurs la meilleure solution ?

Tout son bordel n’a fait que retarder l’instant où ils auraient obtenus ce qu’ils voudraient, puisqu’elle ne les laissait pas tranquilles, à discuter de choses dégueulasses pendant qu’ils attendent une rançon ou un truc du genre. Elle avait bien quelques actions de la Génosis Corps. mais elle ne se faisait plus d’illusions : peu importait ce qu’elle pouvait chercher à offrir au Cowboy, il s’en foutait pas mal. Vraisemblablement, il tenait plus à être un sous-fifre de preneurs d’otage plutôt que s’envoler pour le Paradis de sable blanc avec elle. Autant dire qu’il n’avait aucun sens commun…

Elle soupira, comme rassurée. Echanger un regard avec le kidnappeur est presque sympathique. Finalement, elle aura au moins eu le plaisir de voir les yeux de son beau voyou. Ce n’était pas si inutile que cela… La Fille à Papa se détendit un peu, bien qu’elle continue de trembler de nervosité. La panique retombant légèrement, comme s’ils étaient seuls. Elle n’avait pas de doute cependant, il avait assez prouvé qu’il ferait n’importe quoi pour l’entourlouper, alors son gentil air, bien que coquin ET attirant, n’allait pas non plus la faire imaginer qu’il était son ami.
Erin tendit alors les bras, les laissant mollement retomber contre ses hanches, et laissa glisser l’arme à feu contre sa main, jusqu’à se pencher pour le déposer au sol. Sans heurt et sans agressivité, dépitée et sans doute lasse et à bout de forces, elle avança lentement. Ses plantes de pieds faisaient mal, son genou saignait un peu et le sang collé tirait sa peau. La poussière piquait ses yeux, la crasse grattait dans cette robe collante de sueur. Elle rêvait d’un bain…

A deux ou trois mètres du jeune homme, elle se stoppa, et perçut un mouvement dans son dos. Un regard craintif lui indiqua que le poilu qu’elle avait essayé de ligoter avait réussi à libérer ses mains et avait rampé pour récupérer le flingue. Il la pointa vers elle.

- Bien joué, Gars ! » Lança-t-il à son kidnappeur. Le regard fatigué d’Erin revint sur lui. Presque pas surprise, ou alors plutôt blasée. Elle haussa ostensiblement les épaules.

« Garde-le ton téléphone. » Souffla la jeune fille en détournant le regard. Elle ne put résister et gratta son épaule qui la démangeait ; Pourvu qu’elle n’ait pas choppé des puces, ou pire, dans ce placard dégoutant. Erin resta immobile, et rien dans son attitude n’indiquait qu’elle attendait le bon moment pour se faire la belle, comme elle l’avait fait auparavant. Elle en avait assez de courir, elle avait mal, et elle savait que c’était inutile. La seule chose qui pouvait éventuellement lui dicter de s’enfuir, c’était la trouille bleue qu’on la frappe, qu’on la bâillonne encore et qu’on l’enferme encore dans une pièce froide et sale.

Aller, qu’on en finisse. Elle avait sommeil, peut-être qu’en réussissant à dormir elle se réveillerait dans un car de Police des Forces Spéciales, entourées d’hommes aux larges épaules, en uniforme et au sourire ultra-white. Erin se concentra sur cette image pour éviter de pleurer nerveusement. C’était bientôt fini, du moins c’était ce qu’elle se disait pour tenir le coup…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Lun 20 Fév - 1:43

Un pas. Un mètre. Le flingue. Sa chevelure rousse en désordre, sa robe abîmée. Sa fierté éprouvée, tenace. On ne connait la vraie nature des gens que dans la difficulté.
L'esquisse de sourire s'évanouit. Il est temps de calmer le jeu, de t'autoriser un répit, la belle. Tu t'es bien battue.

Il serait grotesque de se jeter sur elle comme des fripouilles sur un magot. Les deux autres le laissent hésiter, immobile. Va donc cueillir la fleur délicate, bourreau des cœurs, toi qui sais t'y prendre avec les femmes.

L'instant semble important. Le gangster désarmé par une fille désarmée.

Il finit par la rejoindre, imprécis. Il faudrait peut-être dire quelque chose. Américaines, américains. En ce moment historique...

- Allez, c'est fini.

Mathis reprend les choses en main. On va régler cette histoire, téléphoner peut-être un peu plus tôt que prévu. Arranger le confort de ces satanées chambres froides. Chercher deux trois magazines pour la tenir tranquille.
Il lance dans sa direction son bras ralenti, pour l'inviter à le suivre. Il n'aura pas l’indécence de la toucher.

Retour au point de départ...

Enfermés dans la pièce de tout à l'heure. L'ambiance est beaucoup moins exaltée. Mathis est posé là dans un coin, il fait tourner son chapeau entre ses grandes mains inutiles. Enfermés de l'extérieur, il n'a plus la clé. Il en faut des précautions pour garder la gazelle au sec...
Les autres sont partis chercher de quoi satisfaire quelques-unes de ses demandes. Un matelas, une couverture digne de ce nom, des vivres. Deux trois autres broutilles. Ça les occupe.

Le temps ne file pas comme il devrait.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Mar 6 Mar - 19:41

Peut-être qu’ils s’étaient dit que ça remonterait leur copain, d’avoir à être enfermé là avec cette petite conne hystérique, mais lorsque la porte s’ouvre, et qu’un des types pose un sac avec des biscuits premier prix, un gros paquet de chips, deux bouteilles de soda 0% (ils ont dû faire un gros effort pour essayer de coller à ses goûts...), ils ont cru bon de glisser aussi une bouteille de vodka. Sitôt après le sac de victuailles, c’est une couverture qui a l’air tout droit sortie d’un coffre de voiture, le genre vieil écossais à frange, et on pousse par la porte un matelas.

Erin sort à peine de sa torpeur dépitée lorsqu’elle entend le matelas tomber au sol dans un bruit mat, et la porte se referme avec un « On t’a mis une surprise, bonne chance, Gars. » Soufflé à leur pote. Elle évite soigneusement tout regard en direction du kidnappeur, et observe ce qui peut se trouver dans le sac.

Des chips et des biscuits... C’est équilibré, bravo. A voir la carrure du gros aspergé à l’eau de javel, remarque... Elle ne se pose plus de questions. Elle qui rêvait d’un gentleman cambrioleur, avec un accent Français et un smoking... La Fille à Papa est assise sur une caisse froide, mais elle s’y est faite, même si elle a l’impression de ne plus sentir ni ses fesses, ni ses cuisses. Par contre, son genou, elle le sent bien. Le sang séché tire la peau à chaque fois qu’elle bouge, et ça pique. La poussière irrite, et elle a l’impression d’avoir attrapé un truc louche dans le cou. Ca démange ses cheveux, mais elle doute que la porte se rouvre sur une baignoire d’eau bien chaude... Pourtant elle avait demandé gentiment.

Alors qu’elle ne daigne surtout pas ouvrir la bouche, Erin reste immobile et s’occupe plutôt de regarder ses mains, ses ongles ou de balancer ses pieds négligemment. Moins qu’un orgueil mal placé qu’elle avait laissé de côté depuis l’épisode de la fuite, la gamine était désenchantée, et espérait que le temps passe plus vite en prenant son mal en patience.
Malheureusement, ça n’avait pas l’air très concluant comme méthode... Elle s’ennuyait plus ou moins, et avait de longue période sans penser à rien. Le vide complet, blasé. Elle coupait ce néant dès qu’elle avait une irrésistible envie de se gratter les cheveux.

Mais son ventre gargouillait quand même. Quelle horreur, l’humanité avait vraiment un bel instinct de survie pour pouvoir ressentir de la faim en voyant un paquet de chips et des biscuits, même pas Bio, ou Equitables... Aussi, son regard semblait s’intéresser plus qu’elle ne l’aurait voulu au contenu du sac. Mais là encore, hors de question de faire le premier pas ! Elle était l’ottage, elle se comporterait comme tel, il pouvait se brosser pour qu’elle lui adresse la parole, pour qu’elle ne lui accorde ne serait-ce qu’un regard méprisant, ou qu’elle daigne se lever pour aller chercher à manger.

De là où elle était, elle ne voyait que le snack et le soda. Quelle horreur, cette marque de soda était connue pour n’être que de l’édulcorant et des arômes de synthèse, mais comment pouvait-on acheter de tels produits, ultra-cancérigènes ?! Ces brigands étaient des monstres...
Son ventre émit un son déplaisant et elle fit la grimace, estimant pouvoir encore tenir avant de craquer et de dévorer les chips, le paquet en plastique et les biscuits caloriques... Il fallait tenir bon ! Elle était forte, elle était forte !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Dim 25 Mar - 23:05

Une surprise. Allons bon, c'est quoi encore, des capotes ?

Il entendit la porte se refermer avec un soupir. Ce n'était pas non plus pour lui une partie de plaisir, du moins plus maintenant. Il aurait aimé avoir un bouquin à portée, un satané bouquin avec des princesses et des dragons. Pas des pauvres gamines traumatisées. Rha mais merde, c'est pas comme si on l'avait abîmée, la bougresse, elle s'est fait mal toute seule avec ses conneries, et pis ça lui apprend un peu la vie autrement qu'entre ses coussins Channel et Givenchy.

Mathis la regarde l'ignorer, compte les trous au plafond, tripote son chapeau, soupire, s'ennuie. Sourit en entendant le gémissement du ventre de sa prisonnière, qui s'est bien gardée de s'approcher du sac.

Combien de temps tu vas bouder encore, hein ?

Cela lui rappelle qu'il n'a rien avalé à part un petit bout de pizza tout à l'heure, et que deux trois chips seraient les bienvenues. Cavaler dans tous les sens, ça creuse, et le menu lui convient tout à fait. Il se soulève avec effort avant de se laisser retomber assis sur le matelas juste à côté du sac ouvert. Biscuits, chips, soda, vodka. ...vodka ?

- Ils ont amené l'apéro, viens voir.

Il examine la bouteille d'un air dubitatif. Pas dû payer ça très cher. M'enfin. Ca pourrait promettre une soirée sympathique, si la rouquine veut bien descendre de son piédestal. Est-ce qu'elle daignera l'approcher à nouveau ?

- Erin, répète-t-il, patient.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Jeu 19 Avr - 21:41

Le visage boudeur d’Erin se tourne mollement vers le kidnappeur qui l’appelle par son prénom, insistant, comme s’ils avaient élevé les cochons ensemble. En vérité, c’était plus ou moins le cas de façon imagée, mais il lui semble que c’était il y a des heures et des heures. En comparaison, elle regrette ce temps béni où elle venait juste d’être enlevée, où elle fantasmait sur les lunettes noires et le caleçon rose.
C’était le bon temps...

Elle crève de faim et de soif, elle est certaine d’avoir une haleine de phoque, mais ce n’est plus sa priorité absolue. Son estomac réclame du sel et du gras ! Quelle horreur...
La Fille à Papa se laisse tomber sur ses pieds de façon un peu trop sûre d’elle, parce que ses jambes ankylosées ne supportent d’abord pas vraiment son poids de brindille, elle chancelle un peu, mais sans doute l’objectif « bouffe » était-il suffisant pour que son corps garde tout son équilibre, pourvu qu’il arrive jusqu’au sac miraculeux.

L’apéro ? L’apéro ? Ces types sont shootés, depuis quand on amène une bouteille d’alcool à un otage ? Elle ne connaît même pas cette marque de Vodka, et craint le pire. Déjà que l’alcool fort n’a pas sa préférence, elle préfère les jolis cocktails de toutes les couleurs, avec des bulles de champagne, des ombrelles, des pailles noires très très chic, des sirops de fraise, de violette, du litchi... De la Vodka, c’est réservé aux soûlards des boîtes ringardes ! Pas pour les carrés VIP.

Elle approche et s’assoit comme elle peu sur le matelas. Ce qui est un exercice très difficile. En temps normal, s’asseoir plus bas qu’un siège de bar est impensable quand on porte une jupe si courte. Il faut donc être soit très souple, soit très ingénieuse pour s’installer à la fois de façon confortable sans montrer ses dentelles à tout le monde. La chose est devenue impossible par la plaie de son genou qui, sous l’effort s’ouvre légèrement, pique, gratte, suinte de façon immonde, bref, fait mal et impose une position fort peu élégante.
Mais Erin n’a pas d’autre choix que s’en foutre royalement, puisqu’elle ne voit que les paquets de lipides saturés qui l’appellent. Elle a pourtant pris place trèèès loin de son Cowboy Kidnappeur, et donc d’autant plus loin du sac de victuailles.

Quelques pas à quatre pattes -seule façon de bouger sans déchirer sa robe ou refaire l’Origine du Monde- lui permettent de s’approcher stratégiquement du buffet et elle hausse légèrement les épaules face au Voyou qui lui montre la bouteille.

« Je ne bois pas ce genre de combustible. » Souffle-t-elle en tendant le bras vers les chips. C’est sans doute la toute première fois qu’elle touche un produit si peu cher, et la sensation lui aurait donné des boutons dans une autre vie. Cette fois, elle jubile à l’idée de poser sur sa langue un pétale hyper salé qui va lui pétiller dans la gorge tellement elle a faim. En tirant comme une affamée sur le paquet, plusieurs pauvres chips tombent sur le matelas, ignorées par l’ogresse qui colle une poignée de copines dans sa bouche. Bon, tant pis pour l’ignorance méprisante et lasse, le premier pas, tout ça, tout ça... Ces chips sont divines !

Divines, pour du carton salé. Au bout de plusieurs poignées, ses lèvres sont brûlées par le sel, et elle meurt de soif. Soupir. Le soda light avec ses bulles et son aspartame va lui détruire ce qui lui reste de sens du goût... Mais la Vodka ne s’annonce pas plus clémente. Ils ne pouvaient pas ramener de l’eau ? Juste de l’eau minérale ? Des Montagnes ? Quelle idée d’avoir pris de l’alcool... Ils espéraient peut-être qu’avec une rincette, le Cowboy pourrait abuser d’elle ?!

« Même bourrée tu m’auras pas. » Se répondit-elle à elle-même en frottant sa bouche qui tirait.

La pitance l’avait ragaillardie, même si elle ressentait encore un profond désarroi et une sensation de désespoir total. Au moins le moment présent et son estomac étaient pleins...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Lun 23 Avr - 23:57

Ah. Elle se décide à venir. Ça détend un peu l’atmosphère. Elle reste sur la défensive, la fierté bien en place. Mais son intérêt se porte plus sur la malbouffe que sur la piètre bouteille, au pourcentage d’alcool assez conséquent.
Mathis garde une main dessus en contemplant sa captive, qui engloutit les chips comme si elle n’avait pas mangé depuis trois jours. Nouveau sourire. Tu m’auras pas. C’est ce qu’on appelle un défi intéressant.

Il se rapproche un peu du sac de victuailles -et d’Erin- l’air de rien, pour tenter de recréer un climat plus léger et sympathique. Pas nécessairement dans l’optique de s’accoupler à nouveau, mais quitte à être enfermés dans la même pièce pendant plusieurs heures -jours ?- autant l’être en bon voisinage.

- Le temps passerait plus vite.

Ho ho je suis un vil tentateur, regarde mes grands yeux bleus et mes blonds cheveux d’ange, ma barbe de quelques jours qui me donne un air diablement séduisant. Il déploie sa testostérone en dévissant le bouchon pour en avaler une lampée, avant de tendre la bouteille à la rouquine, électrisé par le magma liquide.

- D’accord, ça vaut pas du champagne, mais c’est une nouvelle expérience, je suis sûr que t’as jamais testé. Ça brûle un peu la gorge au début et après, tout va beaucoup mieux ! T’as plus de problèmes dans la vie.


Il songe un instant à mélanger les deux liquides. L’opération pourrait être sympathique, mais il n’y a pas de verres... rah, ils n’ont pensé à rien ces abrutis.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Jeu 26 Avr - 20:00

Nouvelle expérience, je t’en foutrais de la nouvelle expérience. Elle prit une profonde respiration et serra dans sa petite main sale la bouteille, sentant déjà l’horrible picotement provoqué par une étiquette pleines de microbes de supermarché discount. Tous ces pauvres qui devaient avoir touché cette bouteille... Sans parler des deux types qui avaient fait les courses et acheté le pique-nique.
Quelle blague... Comme si les alcools pour prolétaires faisaient s’effacer tous les problèmes, il en avait de bonnes. Elle savait bien que, même si pendant deux ou trois heures elle se retrouvait pompette, après, elle serait toujours soit ici, soit ailleurs, soit au mieux dans un poste de police, mais toujours pas tranquillement revenue en arrière, chez Léopold, avec de la musique d’ambiance, une vendeuse juste pour elle, et des centaines de robes de cocktail à essayer.

Avec un visage de celle qui se résigne à commettre l’irréparable parce qu’elle n’a plus le choix, buvant le poison à défaut d’assouvir une soif perfide par une eau claire, Erin coince le boulot entre ses lèvres.

Elle crache.

« C’est dégueulasse ! » Elle tire la langue pour respirer, mais au contact de l’air ça pique encore plus. « Mais comment tu peux boire ce truc-là, mais c’est pas possible, mais t’es complètement timbré, ça doit faire 90°, je peux désinfecter toute la pièce et mon genou avec ta connerie ! »

Elle hurle. En réalité, elle a tellement été surprise par le contact violent de la vodka, qu’elle a sursauté et paniqué. Passé l’effet abominable qui lui arrache la gorge, la soif revient illico. Elle respire posément en fermant les yeux, prend une poignée de chips dans l’espoir de faire passer le goût. Ca marche pas.

Erin se penche alors vers la bouteille de soda, galère pour l’ouvrir et boit trois ou quatre lampée. Dégueulasse aussi. Son regard passe de la bouteille d’alcool au gazeux avec un profond doute, désemparée. Quelle tragédie, elle a l’impression d’être Tantale.

Une nouvelle fois, elle doit prendre une décision capitale pour sa survie.

« Ah ça arrache. » Frissonne-t-elle à nouveau, lorsqu’elle avale une gorgée de vodka. Elle s’en débarrasse rapidement en la refilant au Cow-boy. « Tu dois pas avoir bu beaucoup de champagne dans ta vie pour pouvoir boire un truc pareil. » Souffle-t-elle à nouveau, en grattant son cuir chevelu avec frénésie.

C’était une évidence, il ne connaissait que le nom de la boisson, on ne porte ni caleçon rose, ni ne prend en otage des jeunes filles quand on a assez de distinction pour apprécier les choses essentielles de la vie, comme le champagne, la France, et les stilettos.
Dans une autre vie, avant qu’elle ne soit lasse et molle, elle aurait saisi l’occasion d’avoir entre les mains une belle bouteille en verre pour l’écraser contre le crâne de son kidnappeur... Mais elle n’avait plus le cœur à tenter quoi que ce soit. Qui sait ce qu’ils la forceraient à manger si elle était vilaine, peut-être des plats préparés en boîte.... !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Dim 13 Mai - 22:46

Mathis éclate de rire en voyant la réaction de la rouquine. Un sourire continue à trainer sur ses lèvres quand il voit qu'elle se décide à boire, après quelques hésitations. La suite devrait bien se passer. Il attrape la bouteille à son tour :

- Je crois que je suis plutôt porté sur la bière. Et hop, glouglou.

Ça nous fait les joues rouges cette histoire !
Le ravisseur a la gorge en feu et son estomac semble s'être rempli de braises ardentes. Il tousse un peu.

- Une fois, j'ai eu une cliente très riche, elle m'a fait venir à une de ses soirées, il y avait des fontaines de champagne. T'as déjà vu ça, toi, des fontaines de champagne ? Qui dégouline le long des verres en cristal.

Encore une petite gorgée, et il tend la bouteille à sa compagne à nouveau. Ça faisait longtemps qu'il n'avait pas fait boire une fille, tiens. Bois, bois donc petite Erin, gentille Erin, et on se racontera tous nos petits secrets, et tu me diras tout sur les filles, et je te dirai tout sur les dragons que j'ai trucidés avec mon épée magique.

Chips.

- Avec les autres kidnappings, c'était moins marrant. La pauvre bête gisait, terrorisée, dans un coin, c'était même pas drôle de l'embêter. Chips.
T'es la meilleure kidnappée que j'ai eu, avec toi on cause de champagne, et t'est agréable à regarder.

Son œil indiscret revient vers la bouteille. Il en reste plein.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Lun 14 Mai - 22:52

Erin n’écoutait pas avec beaucoup d’attention, mais il fallait dire que l’alcool faisait chauffer son cerveau et transpirer sa langue. Elle avait l’impression qu’en deux ou trois gorgées, elle allait finir ronde, là où trois ou quatre coupes étaient limite grisantes. L’habitude sans doute...
Mais, lorsque le Kidnappeur parla de « cliente », la jeune femme releva des yeux intrigués. Ah ! Elle le savait !

« Ah ! J’le savais ! » Fit-elle en ayant l’air de sautiller comme si elle venait de donner la bonne réponse à un jeu télévisé. « Jle savais que tu étais un gigolo ! » Pouffa-t-elle soudainement en acquiesçant. En vérité, elle n’y avait pas réfléchi avant, mais maintenant cela lui semblait évident. Il devait se faire payer pour accompagner des nanas en soirée, ou juste une passe dans une caravane. C’était certain.
Elle continua d’acquiescer, mais avec moins de vigueur.

« Bien sûr que j’en ai vue, des pyramides de champagne. » Pour qui la prenait-il ? Elle sirota une petite gorgée, fit une grimace, et en reprit une avec plus d’assurance. C’était en réalité le manque entre deux gorgées qui rendait la chose très désagréable, parce que lorsque le gosier était brûlé par la Vodka, ça coulait mieux pour la seconde rasade.

« Mon père m’a fait amener une fontaine, une vraie, pas avec des coupes. Non non, une vraie fontaine avec des anges dessus, qui crachaient du champagne qui venait de France, du vrai, pour mes seize ans. » Elle avait été malade après cette soirée, mais c’était à cause des toasts au saumon dont elle avait abusé. Ne se rendant pas compte d’être désormais assez bavarde, elle mima ensuite :

« Tu prends une gorgée de champagne »
Elle s’exécuta avec un rictus douloureux. « Enchouite, tou mets oune fraige » Elle glissa dans sa bouche pleine une chips. « Et après du sens les petites bulles qui pétillent sur la langue et le palais. » Parler la bouche pleine de chips et vodka ne rendait pas du tout la même chose, elle lâcha un juron, l'alcool glissant le long de son menton. C’était immonde ce mélange. Pour faire passer le goût, elle porta de nouveau le goulot à ses lèvres. Ca piquait, ça tirait, ça brûlait.

Elle lui rendait la bouteille lorsqu’il évoquait d’autres kidnappings. Ah ! Elle le savait !C’était une sale vermine, une racaille, un rebut, un bandit ! Un voyou !! Mais … c’était un compliment ? Erin eut un large sourire et se reprit, tout de même encore consciente. Même si ça brûle beaucoup, et que ça fait tourner la tête rapidement.

« N’essaye pas de me flatter en plus de soûler, nous les gosses de riches, on a l’habitude de picoler à quatre heure et en brunch. »
C’était quand même vraiment dommage qu’il ait choisi de l’enlever juste après avoir refermé si gentiment sa fermeture éclair. Parce qu’elle aurait fantasmer des mois juste de ce contact. Il y avait encore des tonnes de choses qu’elle rêvait de faire avant de mourir, et se retrouver coincée ici la désespéra d’un coup, à nouveau.

Sans laisser le temps au Cowboy d’embrasser à nouveau la Russe de Bas Etage, la fille à papa la lui vola, et une grosse gorgée lui arracha la gorge. « T’as pas kidnappé assez de bourgeoises, c’est pour ça. » Reprit-elle comme si de rien n’était, ou comme si elle n’avait pas prononcé les mots précédents. « C’est comme les fils à papa, c’est les pires. Ils ont de belles petites têtes, ils sont bien coiffés, ils ont les mains toutes propres mais... Ce sont de gros pervers. » Elle acquiesçait tellement qu’on ne pouvait douter de son expertise et de sa longue expérimentation du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Dim 24 Juin - 13:43

Un gigolo ! Mathis explose de rire. On ne la lui a jamais faite celle-là. Même si ça peut porter à confusion, un beau jeune homme comme lui qui se rend dans des villas luxueuses, pour voir en privé de vieilles bourgeoises fripées pour décider quelles émeraudes iraient le mieux avec leur nouvelle robe.

- Mais mais mais arrête de boire tu vas tout finir !! Des vapeurs obscurcissent un peu les rares pensées qui encombrent encore son cerveau. Il change de position, confusément, écoutant à moitié l'autre parler de petits anges qui pissent du champagne.

Hin, c'est pour ça qu'ils ont dû amener la bouteille. Pour la tenir tranquille, d'une part, et pour qu'elle se souvienne plus de rien après coup d'autre part. Au cas où elle entendrait des choses qu'elle n'aurait pas dû, où qu'ils aient envie de lui faire des choses... ah mais non, hein, je l'ai vue avant, y'a que moi qui ai droit d'y toucher.

Il lui repique la bouteille, qui a bien diminué, et en profite pour se rapprocher encore de quelques centimètres. Putain, c'est vraiment dégueulasse ce truc. La coulée corrosive l'empêche de parler un moment, et son visage de blond atteint des rougeurs inégalées.

- Ah ouais, pervers ? Pervers comment ? Demande-t-il, souriant, la main plus très loin des jambes de la donzelle.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Jeu 12 Juil - 22:08

Ah, elle le voyait venir à des kilomètres à la ronde ! C’était tellement voyant, tellement gros. Pfff, elle plissait les yeux de façon méfiante. Tellement méfiante qu’elle finit par lever un doigt expert pour suspendre le temps une seconde.

« Un type a rempli son jacuzzi de martini pour que je fasse la James Bond Girl. » Insista-t-elle comme si elle venait de faire une des plus grandes révélations du siècle. Elle avait pourtant cherché la folie la plus énorme dont elle pouvait se souvenirs avec les gorgées de Vodka dans la carafe. Ca lui semblait cette fois encore plus extraordinaire qu’à l’accoutumé, et même, elle se demandait bien pourquoi il n’avait pas mis de petites olives. Ce qui était une faute de goût extrême quand on se veut Agent Secret classieux.

« Jsuis entrée dans le jacuzzi, et il a pris des photos. » Gloussa-t-elle, oubliant l’histoire des olives immédiatement. « Après, il est entré aussi dans le jacuzzi et… » Elle baissa les yeux vers des doigts qui frôlaient son genou.

« Oh, oh, tu veux de l’aide ? » Bougonna l’Héritière, avant d’en profiter pour lui voler sa bouteille. Et revenir au sujet qui l’intéressait. « C’est dommage d’avoir gâché du Martini, d’autant plus que ça colle et qu’on puait l’alcool. Infecte. Ca a mis deux jours à s’évaporer. » Elle se mit à rire aux éclats en laissant la bouteille tanguer dangereusement. « En plus, il a eut droit à une engueulade de ses parents, et ils ont annulé ses vacances à St Barth. »

Erin n’avait pas quitté des yeux la main qui s’approchait et vint pincer un doigt avec malice. « Elles sont dégueux, tes mains. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Jeu 19 Juil - 2:30

Rmmm c'est bon d'être enfermé avec une fille et une bouteille de vodka. Bouteille, quelle bouteille ? Elle est presque vide ! Mathis contemple avec un ébahissement amorphe ce qui reste du liquide transparent. Elle en a dans le goulot, celle-là, pour l'avoir descendue comme ça...

James Bond girl. Ho ho. Il sourit en l'écoutant raconter son histoire. Hmmm. Plus ça va et plus il a envie d'aller fourrer son nez dans le cou de la rouquine et de plonger dans ses cheveux à bras ouverts, là tout de suite, vers un pays de poneys et de collines verdoyantes et...

- Elles sont très bien mes mains,
grogne-t-il en posant délibérément les doigts sur la cuisse de la jeune femme, comme pour affirmer son autorité. Il faut savoir remettre les femmes à leur place, non mais oh, c'est qui le kidnappeur ici.

- Moi j'ai pas de Martini, j'ai plus que trois gouttes de vodka, mais je suis pas un pervers, hein. Je suis un cow-boy. Et j'ai pas un jaccusi mais j'ai un poisson rouge, ça se vaut. On pourra le mettre dans la baignoire si tu veux ça fera pareil.

Il hoche la tête doucement pour appuyer son propos, tout en promenant ses doigts sur la cuisse de la donzelle d'un air nonchalant.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Ven 10 Aoû - 15:08

Erin écoutait un peu distraitement ce qu’il pouvait dire, son kidnappeur, parce que ce qui attirait son attention, réduite d’autant plus par l’alcool, c’était ces petits doigts qui montent qui montent qui montent. Ils sont sales, c’est certains, il ment en plus. Mais elle voit bien que ses cuisses sont collantes, de la poussière et d’autres trucs dégoutants les rendent presque plus crades que les mains du blondinet.

A l’évocation du cowboy, l’imaginaire de la Fille à Papa se met en marche, la Vodka une formidable machine créative pour quelqu’un qui en manquait.

« C’est vrai qu’il est cool ton chapeau. Les lunettes aussi, ça faisait tout. » Serait-ce de la nostalgie des petits moments qu’ils ont passé ensemble… il y a seulement quelques heures ? « Une baignoire ce serait le paradis. » Elle fait une grimace en montrant d’un mouvement l’amas salle que représentent cette main et ces doigts, et ces cuisses.

« Si tu m’emmènes dans ta baignoire, je… » Elle plisse les yeux. Ca chatouille ces petites attentions, mais Erin hésite entre rester lucide et succomber aux sirènes. Parce qu’avec le sel des chips et l’alcool à brûler dans la gorge, elle le trouve encore plus amusant. C’est la boisson qui le rend drôle ? Ou alors elle veut vraiment prendre un bain. Ou alors elle est pompette !
« … Je ne veux pas de poisson rouge. » Quelques petits mouvements de cils pour lui faire comprendre qu’elle préfère les gros requins. « Y a pas de salle de bain, hein, ici ? » Elle soupire, mais ces désillusions s’envolent presque aussi vite qu’elles sont arrivées, et sans qu’elle soit déçue. C’est beau l’alcool. Erin est prise d’un instinct soudain de fée du logis ; elle soulève la main du Cowboy, frotte une tâche ou deux… Ca part pas, normal, il manque du savon.

Un baiser contre le dos de cette mimine, ça nettoie ? Non, elle en eu la preuve, mais ça fait très élégant. Un baisemain chaste et distingué, elle se croirait à un Bal de Charité. « Si j’étais pas bourrée, je pourrais casser la bouteille et te menacer d’ouvrir. » Un éclair de lucidité qui s’enfuit rapidement, avec un rapprochement sensible. Elle colle le goulot contre la pomme d’Adam du kidnappeur, mais son geste n’est pas ce qu’on pourrait appeler assuré ; elle a l’air d’être en pleine mer, et en pleine tempête, ça tangue.

« Tu garderas ton chapeau dans la baignoire ? » Gloussa-t-elle, avant de se souvenir qu’elle devait être méfiante. Ah ! Elle avait failli se faire avoir. Heureusement, elle était intelligente, alors par mesure de sécurité, Erin se recula. Mais un obstacle perfide sous la forme d’un paquet de chips entamé, la fit chavirer et ce fut le naufrage total. Quatre fers en l’air, boum badaboum, et une joue contre un torse !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Dim 19 Aoû - 1:28

Mathis ronronne de contentement lorsqu'elle évoque son charme de gardeur de vaches hollywoodien. Bien loin des hésitations qui assaillent sa compagne, lui ne se prive pas de se rapprocher encore et encore, centimètre par centimètre, avec la délicatesse contenue d'un gentleman imbibé.

- Rho, pas de poisson rouge alors, juste toi et moi, hein ? Hu hu.

Il glousse bêtement. Ah, cette robe, qu'est-ce qu'elle est encombrante. Il sourit devant l'initiative de la rouquine, qui se décide à prendre sa main, non pas pour la mettre... ah, pour la frotter... mais... non, pas comme ça, juste pour nettoyer... même droit à un bisou magique. Huuuu hu hu.

- Hrml. La menace du verre tiède contre sa gorge ne l'inquiète pas plus que ça, puisqu'il est à présent presque tout collé contre elle et qu'il y a des choses bien plus importantes sur lesquelles se concentrer.

- Oh oui, je garderai mon chapeau si tu veux, et puis... et puis elle se jette sur lui violemment. Ah, je suis irrésistible, je le sais !

- Ben alors, tu tiens plus droit, princesse, qu'il dit en attrapant le plus discrètement possible la fermeture éclair de la robe, muni de l'air innocent et subtil de celui qui ne profite pas de la situation. Zzzzip.

- Mais chez toi, y doit y avoir des tas de jaccusi. Un dans chaque pièce. Zzzzip. Enfin, on a pas besoin de jaccusi pour ça, hein. Zzzzzzzzzip. Un matelas ça marche aussi très bien. Ou une caisse.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Rosenbach
Normes
avatar

Normes


Identification
Emploi: Etudiante ?
Age apparent: la vingtaine
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.   Dim 9 Sep - 17:09

Alcool a l’incroyable talent de la rendre plus à l’aise, et même d’enlever toute impression de compression que cette robe, martyrisée, avait sur son buste et sa poitrine. Magique, tellement magique que même les courants d’air ont l’air vrais. Ouahou, elle a fait tomber la bouteille au loin, mais elle est vide de toute façon. Qui eut cru qu’elle aurait sifflé la moitié d’une Vodka de discount ? La vie était pleine de suprises…

Mais quand il parle, c’est encore mieux que quand il ronronne ; ça lui rappelle bien une histoire de serpent dans une jungle, avec une panthère ou un lion, ou un tigre, enfin un animal quoi. Quelque chose qui lui dit d’avoir confiance en lui. Comment peut-on être de mauvaise fois quand on a une voix si sexy ? Et qu’en plus, on parle de jacuzzi, de caisses, de matelas, de …

« Chez mon père y en a un… » Souffle-t-elle à mesure qu’elle se sent comme libérée d’un poids invisible dans son dos. « Mais y a des tas de lits et de matelas aussi… » Elle glousse alors de se sentir toute gaie, et de se faire la réflexion lointaine qu’elle est ivre. Ah, par contre, il n’y a pas de caisses chez son père, c’est un problème ?
Ce n’est pas un gros écart si jamais elle ne fait que caresser son épaule, négligemment ? D’ailleurs c’est juste pour ne pas tomber, puisqu’il a l’obligeance de la maintenir droite, tout contre lui. C’est vraiment un gentleman…

« Tu es magicien toi, hein ? » Impossible de dire si elle ricane ou si elle se plaint. Mais quoi qu’il en soit, la Fille à Papa se doute désormais de quelque chose d’anormal. Et ce n’est pas le glissement du tissu qui lui met à puce à l’oreille. « Tu me lances des sortilèges magiques sorciers et surnaturels pour que je cède à tes avances. » Sa grande volonté était plus forte que les sorts ! Ah ! Enfin elle le sera juste après avoir écarté tout morceau de tissu qui l’empêcherait de caresser nonchalamment un bout de peau compris entre un cou et un nombril…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.thevoodoochild.com/t1722-erin-rosenbach
 

Vend jeune fille gâtée. Pas servi. Prix à débattre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE IV : Autours de la ville ¤ :: ║En périphérie║-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit