AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Creux de minuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Présage funeste
Animation
avatar

Animation


Identification
Emploi: Porteur de mauvaises nouvelles
Age apparent:
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Creux de minuit   Mar 24 Aoû - 18:25

l courait à travers champs. L'autre s'épuisait, il le sentait bien. Ça, c'était leur point faible le plus évident. Plus il utilisait son savoir impie, et plus il s'épuisait. Rapidement, beaucoup plus rapidement qu'un Norme, même un gratte-papier qui n'aurait jamais de sport ! Ce qui n'était pas le cas du chasseur. Il avait un avantage évident. Il l'entendit trébucher, jurer. Il était tombé. Il était mort.

Évoluant prestement entre les tombes, le chasseur observa sa proie, qui ne s'était pas encore relevée. Si ses renseignements étaient sûrs, les Wiccans n'étaient bons à rien dans les cimetières. C'était du ressort des Vaudouns. Alors pourquoi ne se relevait-il pas ? Il devrait, pourtant... Il avait l'air de regarder autour de lui, tripotant une amulette. Encore un sortilège ? Il lui en restait encore ? Damnation !

Le chasseur se baissa parmi les tombes, cherchant à contourner sa victime. S'il se faisait repérer, qui pouvait dire ce que ce déchet lui ferait ? Ne se sentant pas en confiance, il se cacha derrière une tombe. Il ne pouvait se permettre d'imprudence avec un Wiccan. Il crut se sentir s'affoler. Il ne l'aurait pas cru possible. Avait-il tellement peur de se misérable petit magicien ? Il se calma, et jeta un nouveau coup d'œil par-dessus la pierre tombale. Disparu.

C'était très mauvais, ça. Il avait peut-être vu son visage. Il allait pouvoir le dénoncer. Il serait arrêté, interrogé. Il ne pouvait pas se le permettre ! Non, il était peu probable qu'il ait été vu. Il avait fait très attention. Non, le problème était ailleurs : c'était un Outre ! Il devait le saigner ! Non, il était hors de question que sa proie lui échappe, oooh non. Il évolua entre les tombes, silencieusement, cherchant signe d'un sortilège impie que l'on lancerait, ou tout simplement la figure de l'homme se reflétant contre les lumières de la ville, plus loin. Et puis il l'entendit.

Bip.

Bruit bizarrement familier, mais qu'est-ce que

Bip.

Relativement lent, comme si la personne responsable paniquait, vite, trouver l'origine de

Bip.

Trop tard ? Non, le voilà, il suffisait d'agir, vite, de le

« Allô ? Je suis attaqué ! S'il vous plait, aidez

Tchac.

“Aaargh. Glarg. Graa...”

La lame lui avait tranché la gorge, de façon très nette. Ce n'était pas censé se passer comme ça. Il avait merdé. Mais il n'était pas encore trop tard. Le téléphone tomba au sol, et il l'écrasa, le fracassa, tandis que le jeune Wiccan tombait lui aussi, à genoux d'abord, puis il bascula en avant. Il piétina méthodiquement l'appareil, espérant que cela lui permettrait d'éviter de se faire localiser, peut-être durant suffisamment de temps pour qu'il puisse finir son œuvre. Il sortit un récipient opaque, et commença à recueillir le sang dedans. Il s'agissait d'une outre, de deux litres. Ironie qui le fit sourire. Il en avait prévu trois comme celle-ci, afin d'être sûr de recueillir un maximum de sang, le tout si possible. Il avait également prévu un peu de matériel pour pomper. Il était hors de question de gâcher ce sang.

Il remplit ses outres, du moins les deux premières. Il y avait eu trop de perte lorsqu'il avait tranché la gorge du Wiccan. Dommage. Quand même, ça lui faisait quelque chose de voir la gorge du jeune homme comme ça. Il se pencha donc sur le cou du Wiccan, lui apposa sa marque et se releva. Voilà. Il se sentait beaucoup mieux avec la trace des crocs bien visible. Il regarda son couteau, dépité. Qu'est-ce qu'il lui avait pris ? Le couteau ne devait pas servir à ça.

Il se pencha sur le cadavre exsangue, et lui tritura la gorge, jusqu'à lui retirer ses cordes vocales. Voilà qui serait à coup sûr un message évident à ces petites vermines. Il les mit dans un sac, puis, s'apprêtant à repartir, contempla une nouvelle fois le cadavre. Les yeux ! Comment avait-il pu oublier les yeux ? Il ne pouvait pas se permettre de les laisser, évidemment ! Et si on le retrouvait grâce à ça ? Qui savait ce que les gens du BIAS pouvaient tirer des yeux d'un mort, après tout. Il ne préférait pas y penser. Il lui retira donc les yeux, les mettant dans le même sac que les cordes vocales.

Puis, contemplant tout le sang répandu au sol, il se pencha, et s'en servit — gâché pour gâché — pour écrire un message. Enfin, entendant les sirènes au loin, et craignant qu'elles ne soient pour lui, il partit. Il ne sembla pas réaliser qu'il laissait derrière lui, malgré sa méthodique soignée et propre, des traces de chaussure en plus de son message.

YOUR KINGDOM IS DOOMED
Revenir en haut Aller en bas
John Doe
Animation
avatar

Animation


Identification
Emploi: Transformiste
Age apparent:
Dangerosité:
10/30  (10/30)

MessageSujet: Re: Creux de minuit   Mer 25 Aoû - 14:23

Il ne savait pas comment la nuit avait viré au cauchemar, et ça lui collait un vertige de tous les diables. Il entendait l'être à ses trousses, et ne pouvait pas lui échapper. Une seconde, il pensa à son familier, et l'oublia bien vite. L'animal était loin, enfermé dans l'appartement. Il ne pourrait pas l'aider. Le wiccan était seul, et son poursuivant gagnait du terrain. Ses pieds buttaient dans la terre, se prenaient dans les quelques racines qui émergeaient du sol, et il peinait à respirer. Il n'avait rien fait de mal, rien du tout. Il n'arrivait même plus à se servir convenablement des énergies. Il fatiguait, il paniquait. Et le temps semblait passer au ralenti. C'était trop lent, et il manquait de temps. Son traqueur courait vite, et il n'osait pas se retourner pour le voir, tenter de le reconnaître. Tout ça pour un pot de glace qui ne pouvait pas attendre le lendemain...

Violemment, il poussa la lourde grille du cimetière. Un rat passa, quelques bruissements le firent hésiter et il dévia, courut à droite au lieu de courir tout droit. Il connaissait bien le cimetière, il y avait peut-être sa chance. Bien sûr, slalomer entre les pierres tombales était plus difficile que courir tout droit, mais il aurait plus de chance de semer l'homme à ses trousses. Il le sentait s'approcher. Il entendait ses pas cogner sourdement sur le sol, faire grincer le gravier, mais il le sentait aussi, ses sens en alerte lui permettaient de toujours savoir où était l'homme. Il pourrait peut-être, en gagnant un peu de terrain, s'arrêter une seconde pour riposter. Il ne savait pas ce qu'était son adversaire, il ne parvenait pas à deviner totalement sa nature, mais il aurait peut-être une chance.

Il courut, encore, glissa, patina, trébucha.


« Merde ! »

Ça n'allait pas. Il ne pouvait pas se permettre de tomber, de perdre du terrain. Ses paumes directement sur le gravier, son souffle se perdit et il déglutit. Il n'entendait pas son agresseur. Car oui, le chasseur allait l'attaquer, c'était évident. Mais où ? Comment ? Pourquoi ? Il savait plus ou moins où il était, en se concentrant convenablement. Mais c'était long, dangereux et peu fiable. Il était fatigué, il n'avait pas de temps à perdre. Il pria divers Dieux en lesquels il n'avait pas foi et tenta de reprendre sa respiration. Il se redressa un peu, ses genoux frottant le sol à travers le jean, et s'avança vers une tombe. L'autre n'approchait pas. Il ne savait pas pourquoi, mais il lui laissait un peu de répit. Un peu de temps pour souffler, et l'impression d'être fragile, d'être une proie dans une jungle. Il n'avait aucune chance, l'autre le savait aussi, mais il prenait son temps. Il appuyait sa supériorité. Et c'était étouffant.

Le jeune wiccan s'adossa a une tombe un instant, les genoux ramenés contre son torse, ferma les yeux, contractant tout son corps pour oublier douleur et tremblements. Il enfonça une main dans la poche de son jean et trouva son portable. Autant prier et attendre que les secours arrivent. Ils ne seraient jamais là à temps. Jamais. Mais avait-il une autre option ? Il devrait gagner du temps, c'était tout. Et trouver du réseau. Foutu monde tordu !

Il rampa, glissa, se faufila entre deux tombes, dans la direction opposée à celle où il pensait que le chasseur était. Ses mains raclant la poussière pour l'aider à trouver un équilibre, il se redressa un peu, vouté, et avança doucement, se redressant peu à peu tandis qu'il composait le numéro des flics. Il regarda autour de lui, ne vit personne et s'accroupit. Il devait être discret. Le portable sembla hésiter, il bipa, et une femme finit par répondre.


« Allo ? »

Il ne laissa pas à son interlocutrice le temps de répondre et sentit sa voix gazouiller, s'étrangler, avec devant ses yeux l'image de son propre corps qui tentait de se relever, les visions de sa fuite, le manque d'air, la brûlure dans sa poitrine.

« Je suis attaqué ! S'il vous plait, aidez... »

Moi. Il aurait voulu supplier, expliquer, implorer. Mais il n'en eut pas le temps. Il n'eut même pas vraiment mal. Il sentit son corps s'affaisser, s'effondrer. Il cracha du sang, beaucoup. Il ne sentit même pas le gravier sur sa peau, n'eut pas le temps de pleurer. Perdu. Aidez-moi. Trop tard. Le noir lui crevait les yeux, il perdit connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
 

Creux de minuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Voodoo Child :: ¤ SCENE III : Les vieux quartiers ¤ :: ║Le vieux carré Français║ :: Cimetière de Saint Louis-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit